Maman travaille ailleurs...
Etats généraux de la femme: Maman Travaille dans ELLE

Travailler après une épisiotomie

Episiotomie: n.f. incision faite aux ciseaux sur le périnée d'une femme pour "faciliter" son accouchement.

Comme 75% des primipares, votre périnée a peut-être servi de canevas à des obstétriciennes accro à la couture. En d'autres termes, vous avez subi une épisiotomie. Si vous ne savez pas ce que c'est et que vous n'avez pas encore accouché, on se retrouve au prochain paragraphe ! Si vous avez déjà accouché, pour mémoire, une épisiotomie est une procédure lors de laquelle on découpe votre périnée aux ciseaux, pour sortir le bébé plus facilement (parfois pour des raisons médicales, parfois parce que l'obstétricienne doit partir en week-end et n'a pas le temps d'attendre que vous poussiez une troisième fois) Ensuite, on recoud le tout avec du fil et une aiguille. Si vous avec eu une péridurale défectueuse ou que votre accouchement a trop tardé, vous avez peut-être eu la chance de tout sentir. Certaines veinardes ont même eu un passage par dessus les coutures toutes fraîches pour aller chercher du placenta oublié à l'intérieur. J'espère que vous n'êtes pas à table.

Le mal est fait, donc, vous avez eu une épisiotomie. Et vous vous demandez comment vous allez pouvoir travailler avec une cicatrice de 8 centimètres à l'endroit où vous vous asseyez. Rassurez-vous, il existe plusieurs astuces qui vous rendront la vie moins difficile.


1 - Lavez vous une fois par jour, pas plus au risque de sécher la zone. Séchez bien justement, mais sans frotter: tapotez avec une serviette très propre (à changer tous les deux jours). Abstenez vous d'utiliser un sèche cheveux, qui pourrait faire remonter la poussière environnante à l'intérieur. " Vous pouvez utiliser une crème cicatrisante spéciale épisiotomie, à condition de la mettre le soir pour ne pas gêner l'habillement et la journée de travail, avec les mains très propres et les ongles coupés" précise Ondine Delmas, pharmacienne.

2 - Après chaque passage aux toilettes (car à un moment ou un autre, il faudra bien que vous y alliez) vaporisez avec un "pschit" d'eau minérale, puis séchez avec des mouchoirs doux (si vous utilisez du papier toilette, prenez le très épais et pas rèche) Ne vous abstenez pas de boire: ça causerait une infection et la douleur de l'épisiotomie serait encore plus intense. Si vous avez vraiment trop mal, brumatisez d'eau minérale pendant que vous êtes aux toilettes. Si vous avez déjà repris le travail, emmenez dans votre sac un mini-brumisateur et abusez-en.

3 - Ne mettez que des culottes en coton: pas de string évidemment, sauf si vous êtes maso. Pas de nylon ou de dentelles, trop peu hygiéniques. Changez tous les jours de dessous, est-il besoin de le rappeler, et dormez les fesses à l'air (sauf si vous avez encore des lochies, auquel cas changez toutes les heures de protection) privilégiez les robes et jupes si vous reprenez le travail en été, en hiver, bannissez les jeans serrés. L'idéal de confort étant un leggings, à vous d'adapter selon votre environnement de travail. " Un pantalon ou des collants trop serrés favorisent les cystites, douloureuses après un accouchement et une épisiotomie" indique Dr Marant, gynécologue.

4 - Ne tirez pas sur les fils ! Vous avez eu lors de votre épisiotomie, ou des fils non résorbables qu'on vous enlèvera à l'hôpital (exigez une anesthésie, on vous proposera un pschitt d'eau froide, il suffit qu'un fil soit coincé pour qu'on l'arrache à l'aiguille à vif, dans ce cas refusez et serrez les jambes. On est dans un pays civilisé où les actes de torture et de barbarie sont proscrits, qu'on se le dise) ou des fils résorbables, c'est à dire qu'ils tomberont d'eux-mêmes. Laissez-les, si vous tirez avant que la cicatrice ne soit guérie, vous aurez de gros problèmes. " Je voyais ce fil pendouiller et... j'ai tiré dessus. Ca a saigné pendant plusieurs jours..." se souvient avec douleur Maria, avocate et maman de deux jumeaux de 4 ans.

5 - Ne séchez pas la rééducation du périnée ! Laissez-vous le temps de guérir, mais ensuite, allez-y: un prolapsus par dessus une épisio, non merci. Au besoin, faites les exercices chez vous consciencieusement. Rien ne vous empêche de vous y rendre sur vos pauses du midi ou, si votre bébé est calme et que vous n'avez pas de complication, de l'emmener avec vous. "Un nourrisson est toujours content d'être avec sa mère" indique Béatrice Igoriski, puéricultrice en crèche. " Toutefois, la maman a besoin de se retrouver un peu seule. Si elle souffre pendant les séances de rééducation ou si elle a envie de prolonger par une séance chez l'esthéticienne, elle peut faire garder le bébé par le papa, une amie, une baby sitter..."

6 - Faites vérifier votre épisiotomie tous les mois pendant 6 mois. C'est une grosse opération, à un endroit fragile. Il est nécessaire de prévenir tout risque d'infection. " Une épisiotomie peut se transformer en infection rapidement, et c'est un endroit difficile à opérer. Mieux vaut prévenir que guérir" insiste Dr Lévy, obstétricienne en Bretagne.

7 - Reprenez les rapports petit à petit: on attend 2 mois avant que la cicatrice ne soit tout à fait apte à recevoir de la visite. Gardez le contact avec votre amoureux par d'autre biais. NB On renonce aussi à la sodomie, les fils allant souvent jusqu'au périnée. " Attention cependant à ne pas trop attendre: une fois que la cicatrice est bien nette, et que le gynéco donne son accord, plus on attend, plus c'est difficile de s'y remettre entre guillemets. Quitte à utiliser du lubrifiant (à acheter en magasins spécialisés ou sur Internet, attention, pas d'huile de massage ou d'éléments inappropriés" conseille Dr Marant. Evitez aussi le "point du mari".

8 - Ne racontez pas votre épisiotomie à vos collègues de travail. Personne n'a envie d'entendre comment vous avez été découpée et recousue à l'entrejambe. " A mon retour au travail, j'étais encore en plein baby blues. Je racontais mon accouchement à toutes mes collègues, et me plaignais constamment de mon épisiotomie. Mon médecin m'a prescrit un arrêt de travail de 3 semaines." se souvient Fatima, 35 ans, office manager. Si vous n'êtes pas prête à revenir, exigez un arrêt de travail. Si le médecin le refuse, changez de médecin. Si vous revenez au travail, souriez et prenez sur vous au risque de passer pour la jeune accouchée dépressive.

9 - Asseyez-vous sur le côté. S'asseoir et rester assise sur une cicatrice est souvent difficile. Asseyez-vous en biais, sur une seule fesse, de façon à ce que votre cicatrice ne touche pas la chaise. Si c'est trop difficile, installez un coussin. Le mieux étant de rester debout, mais une journée entière, ça va finir par être fatigant... De même, dormez de préférence sur le côté avec un coussin tout mou sous les fesses.

10 - Prenez votre mal en patience: une épisiotomie peut être douloureuse pendant plus de deux ans. " J'ai accouché en mai 2007, j'ai arrêté d'avoir mal en janvier 2010" se souvient Clarisse, de nouveau enceinte. "Pendant 3 mois, la douleur est atroce. Ensuite elle s'estompe et se rappelle à nous quand on est fatiguée ou malade. Aujourd'hui, je ne la sens plus !"

épisiotomie

crédit photo

IMPORTANT

Pour mémoire: une épisiotomie n'a de raison d'être que lorsque le bébé est en souffrance, trop gros pour passer, ou que l'accouchement est trop long. Si on vous fait 8 points pour un bébé de 2 kilos 9, après seulement une poussée et sans anesthésie, puis qu'on vous enlève les fils à l'aiguille à nouveau sans anesthésie, vous êtes en droit d'attendre et d'obtenir des excuses officielles et écrites de la maternité, ainsi qu'un suivi médical.

En amont, écrire un projet de naissance réaliste et informer le personnel que vous ne voulez pas d'épisiotomie sera peut-être aussi utile.

Dans tous les cas, si vous n'avez pas pu y échapper, ne culpabilisez pas: il ne s'agit pas d'une responsabilité individuelle, mais d'une responsabilité collective. C'est aux écoles d'infirmier, de médecins, d'obstétriciens, de sage-femmes... de se remettre en question et de se demander pourquoi la France est un des derniers pays à systématiser cette pratique antique, barbare, mutilante, humiliante et handicapante pour les jeunes mamans alors que la Suède se contente de 6% et que l'OMS recommande de ne pas dépasser les 10%.

Pour mémoire, en France, nous sommes toujours à près de 75% pour les premiers accouchements.

C'est ça, l'identité nationale ?

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Rachel

Oh Marlène. De si bon matin :-(((((
J'ai eu une épisiotomie comme tant d'autres femmes, il y a 4 ans et je la sens encore parfois.
Pendant des semaines je me suis baladée avec une bouée pour m'asseoir dessus car impossible de poser mes fesses autre part.
Et pendant plus d'un an, j'ai été sensible !
De la barbarie, JE DIS !

Marlène (Maman Travaille)

@ Rachel: merci pour ton témoignage ! Oui, la bouée peut soulager aussi, du fait qu'on ne touche pas la chaise. La majorité des épisiotomies sont évitables et c'est d'autant plus révoltant. Il faut que les femmes témoignent et se rebellent contre cet état de fait pour permettre eux choses de bouger.

Rachel

Connais tu les Déchaînées ?
http://dechainees.easy-hebergement.info/index.php?page=1

voici un extrait de leur présentation.

"Déchainées.com : Pourquoi ? Pour qui ?

Parce qu'on en a marre d'être gentilles, de faire des concessions, de s'investir dans des dialogues infructueux avec les membres du corps médical et des autorités politiques et sanitaires de notre pays pour constater que trop souvent, ça ne sert à rien ! Pour faire respecter l'intégrité physique et morale des femmes quand il est question de sexualité, il faut hurler que ce n'est plus possible de continuer comme ça.

Principalement pour amener l'Internaute à une réflexion sur la façon dont la société dans son ensemble et le corps médical en particulier tentent de maîtriser l'expression de la sexualité féminine, de contenir la puissance du corps féminin en niant son aptitude à aller jusqu'au bout du processus physiologique qu'est l'accouchement, à son rythme, selon sa danse...

Pour dénoncer les violences physiques et/ou verbales infligées à celles qui refusent de se couler dans le moule de la prise en charge hospitalière classique.

Pour mettre en lumière toutes les indélicatesses voire la maltraitance dont sont souvent victimes les femmes lorsqu'elles sont sur le point de donner la vie.

Parce que nous avons été si bien conditionnées que nous ne voyons pas forcément l'ampleur du désastre ou que si notre petite voix intérieure nous interpelle, nous prenons soin de vite la faire taire : après tout, l'important c'est que le bébé aille bien et que nous soyons encore en vie...

Un espace est aussi réservé aux thèmes de l'IVG et de l'excision, sujets douloureux pour lesquels il s'agit de rester vigilantes et prêtes à mordre ;-)

Déchainées.com se destine à toutes les femmes, libérées ou en passe de l'être. Y sont les bienvenus les hommes qui ne redoutent pas d'être initiés aux mystères et secrets des femmes.

L'information se veut concise et la critique acerbe. Si nous parvenons à vous sensibiliser à notre propos, vous trouverez sur Internet et dans de nombreux ouvrages une information plus fournie et plus détaillée. Quelques liens utiles vous sont conseillés ci-contre ainsi qu'au sein des différentes rubriques.

L'humour (grinçant) sera toujours au rendez-vous pour vous faire passer d'agréables moments en notre compagnie, pour vous donner envie de nous faire connaître, pour contribuer à l'affranchissement des corps et des esprits. "

La Marmotine

Criant de vérité malheureusement.Oui, l'épisio EST une mutilation sexuelle des temps modernes, banalisée et imposée aux femmes, infantilisée par un corps médical tout-puissant! Aux femmes: il faut s'imposer contre cette mutilation. Ici première grossesse, bébé de 2,8 kg... épisio ... seconde grossesse (gemellaire)... épisio qui se réouvre entièrement au 5ème mois... puis césa... et dernière grossesse... bébé de 3,5 kg... épisio refusée... accouchement dans la position que j'avais choisi... aucune déchirure. Cherchez l'intrus...
Mon épisio a 9 ans d'âge, il n'y a pas un mois ou elle ne me fait pas souffir.
J'ai demandé à un chirurgien qu'elle soit reprise, on m'a répondu "chirurgie esthétique de la vulve, frais intégralement à votre charge".
Dans quel monde vit-on?

karine

Bon apétit Marlène !
Pour l'avoir subie il y a 13 ans et la subir encore, je connais trop cette douleur. Cependant, tu oublies de dire dans ton article qu'aucun médecin ne peut la pratiquer SANS EN AVERTIR LA PARTURIENTE et SANS SON ACCORD.
http://www.episiotomie.info/

Marlène (Maman Travaille)

@ Rachel: je les connais un peu, le crédit de la 2è photo est à elles :) il faut des sites comme celui-ci ! il y a aussi http://www.episiotomie.info qui repertorie tous les textes et les lettres types à écrire pour refuser une épisiotomie.
seul bémol, je sais d'expérience qu'après une épisio, tu ne veux pas un discours te disant que "tu t'es fait avoir", tu veux juste savoir quand tu cesseras d'avoir mal !
ce n'est que plus tard qu'on peut théoriser...
@ La Marmotine: merci pour ton témoignage, c'est stupéfiant !! pour ma fille, même chose que toi: 2 kg 9, une poussée, une épisio de 8 points à vif sans péridurale. je te passe la suite, ce n'est pas plus ragoutant, car l'hopital où j'ai accouché a enchaîné les erreurs médicales graves sur moi et sur ma fille.
on nous dit toujours "une épisiotomie ne peut pas se rouvrir", ton exemple prouve le contraire ! et à ma connaissance, reprendre une épisio n'est pas de la chirurgie esthétique !! je rêve !
si tu peux nous dire où a eu lieu ton dernier accouchement, qu'on s'y précipite..? :)

Marlène (Maman Travaille)

@ Karine: nous avons posté en même temps, je vois que nous avons les mêmes bonnes références ;))
Tu as entièrement raison, le médecin doit avertir la patiente. Mais quand on vient de faire une hémorragie, qu'on nous informe les ciseaux en main, qu'on est dans les vaps, qu'on vomit en même temps, on n'a pas toujours la force de dire "NON" fermement, malheureusement... c'est pour ça que je me permets de rappeler que la responsabilité n'incombe pas à chaque femme, une par une, mais bien aux écoles, aux centres de formation, et aux pouvoirs publics: ils ont la capacité de dire que telle pratique ne doit plus être d'actualité dans les hôpitaux. Je ne blâme même pas les équipes médicales, qui font en majorité ce qu'on leur a appris (à quelques exceptions..)

karine

@Marlène : je suis d'accord avec toi ; mon bébé était en bradycardie (30 pulsations cardiaque/min) et j'ai vu la sage-femme se diriger vers le tiroir, j'ai tout de suite compris. Seulement 9 mois de soins derrière c'est longggggggggggg !!
Le problème est la position gynécologique imposée pour la poussée, souvent dirigée, et la méconnaissance des femmes de leur corps et leurs droits.
Certaines écoles de sages-femmes s'ouvrent aujourd'hui à d'autres courant de pensées mais pour les médecins, s'est encore difficile ...
A te lire, je comprends ton traumatisme !! Si ça peut te rassurer, 3 autres enfants sont nés sans plus jamais de trauma sur mon périnée. Mais la douleur et la cicatrice sont là. La perte de sang pour une épisio est identique à celle d'une césa...
En France, il est difficile de faire bouger les mentalités. Regarde ce qui se passe pour les prémas ! Ailleurs on pratique le peau à peau très tôt, on sait combien il est nécessaire pour l'enfant et ses parents mais en France, c'est automatiquement l'incubateur et le peau à peau avec la chasuble, quelques minutes par jour seulement ...

Marlène (Maman Travaille)

@ Karine: absolument. On m'a maintenue allongée de force alors que je voulais accoucher assise par exemple, et je sais que ce n'est pas un cas isolé.
A quand les maisons de naissance en France, des accouchements dans l'eau, sur balançoires, assises, ou au moins un personnel médical mieux formé et moins robotisé ??

karine

Alors là, je reste sans voix !!
Je peux t'assurer que tu peux accoucher comme tu veux, à condition d'avoir un médecin ouvert au dialogue et ........... ne pas être une primipare, à mon humble avis. J'ai pu le faire pour mon petit dernier, il y a bientôt 5 ans, mais j'ai dù quand même m'imposer un ti peu ....force à été pour mon gygy de renconnaitre que je me connaissais mieux que lui et l'issue de mon accouchement le lui a prouvé !

Stéphanie FRANCOIS

Je sais pas si on "doit" avertir mais moi je me souviens pas qu'on l'ai fait... mon bébé n'était pas en souffrance et je n'avais poussé que 2 fois... (3min donc) et pouf un grand coup de ciseau...
J'ai mis 1 an a ne plus avoir mal, car bien sur, elle a mal été refermée et s'est rouverte au bout de 15 jours (et a du cicatriser "en l'état")... bref il m'arrive de la sentir encore au bout de 6 ans en fonction du temps (ca fait un peu barometre en fait c'est pratique).
Le plus gros impact que ca a eu pour moi a été une enorme chutte de libido qui a duré plusieurs années de peur d'avoir mal.
Accouchement suivant une mini déchirure, un point, 1 semaine maxi à ne plus rien sentir!!!

lovny

C'est horrible ce truc ! Je n'ai pas encore d'enfant mais je ferai tout pour éviter cette souffrance ! Merci pour vos infos.

Marlène (Maman Travaille)

@ Lovny: oui, plus on en parlera, et plus les femmes seront informées pour faire pression sur le corps médical. Cela dit, dans certains cas, elle est nécessaire et très bien faite; mais dans la majorité des cas, elle s'apparente plus à de la boucherie.
@ Stéphanie: hmm, j'ai mal pour toi ! je m'inquiète, parce que c'est le deuxième témoignage d'épisio qui s'ouvre alors qu'on m'a assuré que c'était impossible. Donc c'est fréquent... et sur la libido, c'est un vrai problème, on entend même des femmes qui développent une vraie phobie de la pénétration..
@ Karine: oui, en théorie on peut ! mais il subsiste des hôpitaux où ce n'est pas la maman qui décide, c'est le médecin, ou la sage-femme... et quand tu as une tête de bébé en train de sortir, en général tu n'en mènes pas large (surtout quand c'est le premier et que tu "ne sais pas", je pense qu'on se laisse moins "faire" par la suite...)

Rachel

@Stéphanie
merci pour ton témoignage poignant de réalité. Au passage j'ai découvert ta boutique ;-)

cleanettte

Je suis heureusement surprise de lire de telles informations ici, je les croyais réservées à des femmes plus "natures".
Pour mon premier mal informée je me suis fais avoir. Heureusement contrairement à certaine j'ai eu la version soft: sous épisio,seulement 5 points, cicatrisation correcte et non génante hors des rapports. Au bout de 6 mois j'ai signalé ce détail à ma gynéco qui m'a prescrit une crème miraculeuse et tout est rentré dans l'ordre.
Pour le second bien informé je n'ai pas pour autant réussi à éviter la position allongée. Parait-il qu'il fallait imperativement que j'ai le monitoring et dans ma maternité de province impossible de bouger avec le monitoring sur le ventre: ça se cassait la gueule.
Néanmoins pour éviter l'épisio, je ne leur ai tout simplement pas laissé le temps. Je me suis bien gardé de me retenir de pousser quand on me l'a demandé. Bilan une petite déchirure que j'aurais peut-être évité en ne me précipitant pas pour pousser en sachant que mon choix serait respecté. Mais qui s'est cicatrisé encore plus vite que l'épisio et surtout sans aucune gène interne même seulement 1 mois après.

Marlène (Maman Travaille)

@ Rachel: vite, bientôt la fin des soldes ;)
@ Cleanettte: ravie que ces infos soient utiles. la première fois que j'ai lu des articles anti-épisio, je me suis dit aussi "qu'est-ce que c'est que ces fanatiques de la décroissance et des accouchements à la maison" (je rigole) Et puis en se renseignant, on apprend qu'il n'y a qu'en France qu'on traite les accouchées de la sorte; qu'on n'est pas la seule à avoir subi ça, et que ce n'est pas normal de voir les ciseaux après deux poussées seulement...
surtout, il y a un gros tabou autour de l'épisiotomie.
Toute proportion gardée, ça me fait un peu le même effet que pour les femmes victimes d'agression: on a un mouvement de recul, on se dit qu'elle a du "le chercher", qu'elle exagère... ce qui fait qu'il y a trop peu d'infos sur le sujet à notre disposition.
L'épisiotomie et les nausées ont été mes premières motivations pour créer un blog destiné aux mères actives: je me suis demandé comment on pouvait continuer à travailler et à mener une vie normale avec "ça", et j'ai compilé tous les trucs qui fonctionnaient pour les transmettre aux autres mamans ! Donc je suis vraiment contente si ça peut servir un peu aux futures mamans, aussi bien l'article que les témoignages et les conseils qui suivent dans les commentaires !

carla

bonsoir, je n'ai heureusement pas eu d'épisiotomie bien que ce soit mon 1er bébé, je ne sais pas si c'est grâce au projet de naissance réalisé (la SF des cours de prépa nous avait donné une feuille photocopié avec plusieurs questions pour ouvrir le dialogue, j'avoue que j'ai adoré!), ou si c'est justement parce que le CH de Mâcon est ouvert aux nouvelles techniques d'accouchement. cela dit les déchirures m'ont fait connaitre la joie d'etre recousue,des fils (resorbables, heureusement)et de l'envie de tirer dessus... c'est vrai, la rééduc, c chiant, on n'a pas que ça à faire mais quand on se fait pipi dessus littéralement c'est essentiel!comme tu dis marlène, il faut en profiter pour un petit tour dans les magasins ou à la boulangerie hihi et un rdv gynéco quelques semaines après pour vérifier tout ça!!

Fissa

Bonjour,
Moi premier bébé épisio (+ de 4kg donc je comprends), le souci c'est que j'ai eu des douleurs pendants les rapports pendant 2 ans. En accouchant du second (épisio à nouveau) l obstétricien m a dit qu'il me reprenait un point de la première car c était vraiment pas joli et que je devais avoir mal.
Alléluia !!! Après deux ans de calvaire quelqu'un m'a enfin dit j'ai trouvé la cause de vos douleurs. Pendant deux ans, j'en ai parlé à la sage femme, aux gynéco : personne n a rien vu. C était un point profond qui avait mal cicatrisé.
En conclusion ne lâchez pas si vous avez mal ... Je me demande à quel point j'en serai si je n'avais pas eu de deuxième bébé !!!!

Caral

Oulalala, quel mauvais souvenir !
Je ne savais pas que ca pouvait durer si longtemps !!
Moi la mienne, c'était il y a 4 mois 1/2, et je ne sens plus rien, alors qu'elle était bien longue !! Comme quoi, je suis chanceuse...

mlaure

bonjour et merci pour toutes ces infos et les témoignages
jene minimise PAS DU TOUT les pb de certaines, ni le fait que les % de recours à l'épisio soient énormes en France, avec des pratiques d'un autre temps et un retard CERTAIN dans les projets de naissance et des pratiques plus respectueuses, mais malgré tout, il peut aussi arriver que la cicatrisation d'une épisio (évitable) se passe plutôt bien, perso bb1 2,7 kg, "petite" épisio qui aurait peut être pu être évitée (mais bb mal engagé donc ...)mais malgré tout a vite et bien cicatrisé...
et bb2 et bb3 (jumelles) avec césa car bb2 en siège, et 6 jours après césa réouverte car complications etc (non je n'étais pas apte à un conseil des ministres 5 jours après ma césa)... alors vivement un article sur la césa que je puisse me lâcher et surmonter aussi ce trauma

et longue vie à maman travaille

Mathilde

Je vois qu'on a toutes le même genre d'histoire:
- ma premiere 2.9 kg à peine poussé et coup de ciseaux , dans une super clinique parisienne... tout ça car le doc avait d'autres accouchements à pratiquer (vu le tarif...). J'ai mis 3 semaines à m'asseoir normalement et les rapports... des mois.
- mon second 4 kg , une déchirure, pas de doc que des sages femmes, en hopital. J'ai même eu une étudiante qui m'a recousue. Sa chef m'a même dit que la couture précédente était bizarre et de méthode inconnue ! cette fois-ci une semaine de gêne et comme je cicatrise bien, ça s'est beaucoup mieux remis.
?

Marlène (Maman Travaille)

@ Carla: d'où l'importance de la préparation à la naissance, aussi ! et j'imagine qu'une déchirure, ce n'est pas non plus top :/
@ Fissa: c'est incroyable que pendant tout ce temps, ils n'aient rien vu. Je me réjouis que tu puisses enfin retrouver une vie normale après BB2.
@ Caral: c'est long aussi, 4 mois 1/2.. mais tant mieux, ton témoignage va rassurer les futures mamans: nous sommes alarmistes parce que ça nous touche, mais en effet ça peut aussi très bien se passer :)
@ MLaure: merci pour ton témoignage, tu as bien raison de nous éclairer sur la césarienne ! c'est amusant parce que justement, je me disais hier soir qu'il faudrait faire un pendant "travailler après une césarienne", en pensant à une amie qui a eu un accouchement difficile par césa.
Si tu veux témoigner ce sera avec plaisir !
Je suis sûre que beaucoup de mamans auront des choses à dire sur le sujet...

Marlène (Maman Travaille)

@ Mathilde: ouïe !! (tu ne veux pas nous donner le nom de la clinique à éviter ?)
j'ai remarqué que, étrangement, les plus réputées sont en général les moins compétentes... est-ce qu'ils s'endorment sur leurs lauriers ?

Blandine

Merci pour cet article
Moi aussi épisiotomisée en octobre 2007, et je la sens toujours...
Première grossesse, je n'ai rien dit, et on ne m'a rien demandé.
Ma fille faisait 3.700kg ceci explique-t-il cela ?
Je ne sais pas et ne saurait jamais, toujours est il que cela reste le gros regret de mon accouchement.
prochain bébé ce sera dans une maternité amie des bébés, pour choisir la position et refuser l'épisiotomie.
là c'était à Bichat, avec du recul je me dis que l'élève sage femme avait probablement besoin d'un entrainement de couture...

ARLETTE

J'ai 64 ans et je suis triste de lire cet article.
J'ai eu une épisiotomie sans péridurale ça va de soi pour ma fille. Je pensais que quand son tour viendrait d'accoucher elle n'aurait pas à subir ça.
Mais elle a du le subir aussi.
Ma petite-fille est enceinte à son tour.
Va-t-elle avoir elle aussi une balafre autour du vagin?

Fanny

Ouh lalala... ça fait flipper tous ces coms! Apparemment, j'ai eu de la chance: 2 accouchements, 0 épisios!
BB1 arrivé très vite: le temps de rien, pousse et voilà, juste une petite déchirure, recousue "à la sage femme" (soi disant très bien et je veux bien le croire puisque ça ne m'a jamais empêché de rien!) et pour BB2 la SF m'a dit "attendez, je vois sa tête, je vais l'huiler pour que ça passe sans pb".
Bref, nickel!
Mais c'est vrai que quand on m'a recousue la déchirure pour BB1 sans anésthésie ni péridurale, j'ai douillé...
Il est absolument ahurissant que certaines femmes se fassent faire le "point du mari"! je ne connaissais pas du tout! c'est incroyable!
A nous de faire changer les choses, merci les déchainées.com, merci "ni pute, ni soumise", merci le MLF... et tous les autres que j'oublie!

Camille

Yurk, de bon matin, ça remet les idées en place !!
J'aurai trouvé ça intéressant d'avoir le point de vue (la justification !) d'un(e) obstétricien(nne) sur l'épisio qui est effectivement d'un barbarisme affligeant à notre époque.

Je crois qu'au delà de cet acte, c'est tout le relationnel entre l'équipe médicale et la parturiente qui est à revoir ! Combien sommes-nous à avoir eu ce jour là le sentiment d'être dépersonnalisée, infantilisée, humiliée ?!

mag

Bonjour,
A toute je suis assez étonné J'ai eu une épisiotomie avec péridurale ,Mon fils faisait 2.300kl certe je suis un petit gabarie....Mais je reste assez perplexe?Sur la fréquence des épitio?
Effectivement je n'avait pas de connaissance sur la décision vite prise des épisiotomies? Vu que c'est le 1er enfant?Est qu'on en parle assez peu?Est ce financier????Car par contre je sais pas pour vous mais pour nous faire sortir de la clinique sa va trés vite quelle contradiction?Une aide soigante ma dis qu'ils avaient une tel présion (limite du rendement )donc je me pose des questions?et maintenant je viend voir le cout des épisio?Car une opé chirurgicale et plus rentable.J'ai peur que le financier fasse taire nos appelles. Mais l'idée d'en parlé au jeune fille à l'école est trés bien.Comme on dis une personne prévenu en vos deux.En global vous l'aurais compris je suis de plus en plus septique sur le corps médicale (derniere anecdote les vaccins h1n1 que les labo on vendu en nombre???
Limite à les écouter on n'a jamais eu de grippe en france???Actuellement je me soigne au plante ,pour tous ce qui est viral(huile essentiel) et je tombe moins malade q'autrefois .)
Je n'exlus par le corps médicale mais si je peux éviter j'évite...voila

AR

Premier bébé, il y a 5 ans, qui est venue en regardant les étoiles... Très difficile de la pousser, je m'épuisais, elle aussi. Cuillères + épisio (ce n'était pas tout à fait clair pour moi : "on va vous aider" m'a-t-on dit.). Les rapports, 6 mois avant de s'y remettre, et encore avec toujours des douleurs. Mais le pire dans tout ça, c'est la souffrance psychologique, et même si aux cours d'accouchement, on m'avait "préparée" à ça, je l'ai vraiment vécue comme une affreuse mutilation, avec un peu de dépression à ce sujet pendant plusieurs mois (et je ne suis pas sûre que 5 ans après, je l'ai REELLEMENT accepté). Deuxième bébé, sortie rapidement, 4 kilos, une toute petite déchirure (avec quelques points) vite oubliée.
A quand une obligation pour l'obstétricien de faire signer un papier juste avant de pratiquer l'épisio ? Parce que moi le "on va vous aider", je n'ai pas trouvé ça très clair.

Sophie

Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne et ce consentement peut être retiré à tout moment. (article L1111-4 du code de la santé publique) Il est possible de dire non à cet acte médical, de le refuser... Mais il n'est pas toujours évident d'avoir toutes les informations avant!

nat

je suis très étonnée de lire tant de témoignages négatifs.
Je n'ai aucun souvenir de ce genre...j'ai eu 2 enfants, 2 épisiotomie, pas de bouée pour m'assoir, j'ai repris le travail assez vite et une sexualité assez normale au bout de 3 mois.
Aucune souffrance particulière excepté les 15 premiers jours..
c'était il y a 20 ans et 22 ans. Cela a-t-il changé depuis, ou bien ai-je eu affaire à des mains expertes?

Cossana

Bonjour,

Je n'ai pas eu d'épisio... c'est vraiment abominable, ne serait-ce que regarder la photo de l'accompagnement de l'article est absolument INSOUTENABLE et on se demande où sont les progrès de la médecine, car ça relève effectivement de la barbarie, surtout lorsqu'elle est réalisée sans anésthésie. Je comprends que dans certains cas elle soit inévitable, mais de là, à avoir 75% des parturientes qui la subissent dans notre pays, c'est énorme!
"Aucun acte médical ni aucun traitement ne peut être pratiqué sans le consentement libre et éclairé de la personne..." Sophie, ça me fait malheureusement bien rire (jaune) car j'ai eu une césarienne programée un mois à l'avance par mon gynéco, contre mon accord. Césa qui s'est très mal passé, bébé coincé dans les côtes (?!?!) personne ne m'a demandé mon avis lorsqu'ils se sont assis à deux sur ma poitrine, utilisation de forcèps pour sortir bébé (?!?!) résultat j'ai été sous morphine après, pour deux jours. Je peux vous assurer que lorsque la 5ème heure s'écoulait (le dosage est toutes les six heures) mes larmes coulaient toutes seules et que je n'ai senti ma césa qu'au bout d'un mois et demi, tellement la douelur des côtes (certainement fêlées) était FORTE.
De même avis que mlaure, "vivement un article sur la césa que je puisse me lâcher et surmonter aussi ce trauma".

raymonde.beltrando1@club-internet.fr

bonjour,

C'était il y a 32 ans pour mes jumeaux.J'ai passé ma grossesse au 5ème étage sans ascenseur d'où un accouchement prématuré à 7mois et demi.
le 1er bébé un petit garçon de 2,450 kg sorti à l'aide de spatules de thierry mais sans épisio - le 2ème bébé sorti 15 minutes plus tard, une petite fille de 2,400 kg se présentant par un siège d'où recours à une légère anesthésie générale pour la retourner dans mon ventre à l'aide de ce même type de spatules et pratique de l'épisio en raison de mon anesthésie. Je n'en ai vraiment pas souffert après et garde un excellent souvenir de ce bel accouchement. Je n'ai même pas eu à solliciter de rééducation du périnée et suis restée une femme très active pour m'occuper de mes 2 petits bambins.Que cela puisse vous rassurer, il n'y a pas que des bouchers gynécologues.

carine

ouf j'y ai échappé, ça fait trop peur...la photo est horrible.

Juste une petite déchirure qui ne m'a pas fait mal (3 points de suture) et les fils sont tombés tout seuls au bout de 15 jours, un oedème aussi 15 jours aussi.

Pas de rééducation du périnée (pas besoin selon les médecins), bref ça va en fait.

Rapports repris le 13è jour, bof mais au bout de 3 semaines ok.

Le point du mari, je croyais que c'était une faute d'orthographe (poing)... Sade l'écrit dans "Justine ou les Malheurs de la vertu", je ne savais pas que ça avait vraiment lieu (cela dit, après la dilatation de l'accouchement c'est béant mais de là à se recoudre...).

La barbarie est partout en fait...

chantal

Quand je lis celà, je suis stupéfaite , car j'ai accouché il y a 30 ans d'une très jolie petite fille d'1kg 6 après é à " poussées rapides, sans problèmes, en 10 mn! Un rêve, je n'avais même pas mal! Mais, le gynéco a pratiqué une épisio, là, j'ai hurlé! C'était pour son propre confort, elle n'était pas justifiée; J'ai eu mal très longtemps, impossible de s'asseoir, et à chaque changement de temps, j'ai eu droit à des douleurs pendant des années! J'ai été recousue sous anesthésie locale, une dizaine de points de suture! Mais, voici le plus beau: ce "cher gynéco" m'a laissé du placenta, et, un mois après l'accouchement, j'ai fait une sérieuse hémorragie. Retour à la clinique pour un curetage! J'aurais pû en mourir, le placenta étant "branché" sur la circulation sanguine générale. J'aurais pû faire la septicémie ou autres réjouissances! Il n'avait PAS contrôlé le pacenta, je m'en souviens, pour voir s'il en manquait! Faute grave qui a failli me coûter la vie!
Alors, je conseille aux jeunes femmes d'être vigilentes lors d'un accouchement, il faut se tenir au courant et ne pas craindre d'exprimer ses exigences, ses doutes...
J'ai mis évidemment du temps à m'en remettre, alors que cet accouchement se passait fort bien!!!

un homme en colère

moi j'ai une envi de tuer ces gens qui font mal leurs travailles je vous jure tuer et médiatiser l'affaire comme ça il comprendront servira de leçon ailleurs et de pas jouer avec les gens ils devrais poser les questions si la femme c'est pousser correctement ou le vagin assez dilater pour ? y'a du foutoir la dedans au lieux d'attendre les dernières minutes pour faire ce genre de chose Césarienne ou Episiotomie bonne de pourriture !!!! désoler c'est plus fort que moi

alexia

ça fait plaisir de lire vos com'. je n'ai pas eu d'épisio, j'ai juste déchiré naturellement, parce que la sage-feme me disait de pousser plus fort, et après quand je lui demandais ce qu'elle faisait elle me dit "je vous recoud"- pourquoi? je ne savais pas que j'étais déchirée, et après elle ose me dire que c'est parce que j'ai poussé trop fort... dépitée par l'accouchement que j'ai vécu, sans vous donner tous les détails des encouragements qu'on m'a donné, du style "on ne vous a pas dit qu'on enfantait dans la douleur?" bien sûr zéro conseil pour l'entretien de la plaie, j'ai fait sauter tous les points extérieurs sans le savoir, la sage femme de mon village a juste halluciné de l'état de ma vulve mais c'était déjà trop tard. je ne vous parle même pas de la manière dont mon fils et moi avons été traités à la mater. notre tête ne leur convenait pas??? manque de personnel, trop d'accouchements dans la journée, est-ce aux patientes de souffrir de la politique des hôpitaux?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)