Mon fils, ce gréviste
Concours "mots de maman engagée" avec Maman Travaille & Bebobio, gagnez des cadeaux et des dons à l'association de votre choix

L'épisiotomie: un danger pour les mères actives ?

L'OMS réaffirme encore son opposition à la systématisation de l'épisiotomie. D'après l'Organisation Mondiale de la Santé, "un taux supérieur à 20% d'épisiotomies relève d'une déformation culturelle." Pour mémoire, en France, on pratique en moyenne 60% d'épisiotomies, ce chiffre monte à 75% pour les primipares.

Alors, nous sommes en droit de nous poser la question:l'épisiotomie est-elle un danger ?

Voici ce que l'épisiotomie apporte aux jeunes mères (côtés négatifs):

 

- une plaie béante et une confiance en soi diminuée: des groupes de paroles sont par exemple ouverts sans distinction aux femmes victimes d'excision, aux femmes épisiotomées et aux femmes victimes du point du mari.

- une cicatrisation difficile, avec des douleurs encore plusieurs années après

- une rééducation du périnée quasi impossible (qui a envie de s'introduire un machin sur des points encore gonflés ?)

- une perte de sang moyenne de 1,5 litres estimés, soit 500ml de plus que pour une césarienne (estimation de sages-femmes) et une plus grande part d'hémorragies du post-partum ou de la délivrance.

- une utilisation généralisée de cuillers ou de forceps: "L'ouverture est plus large, ça permet d'aller plus vite" affirme une sage-femme.

- des points non résorbables parfois enlevés à l'aiguille sans anesthésie, bon appétit bien sûr.

- une vie sexuelle fortement diminuée (45% des mères déclarent avoir une vie sexuelle diminuée des suites de l'épisiotomie 2 ans après celle-ci d'après le réseau Accoucher autrement, chiffre confirmé par une petite étude auprès des membres de Maman travaille) Les nerfs du clitoris peuvent être touchés, affirme une association de mères.

- des difficultés à allaiter (car difficultés à s'asseoir donc à tenir le bébé)

- de très grosses difficultés à reprendre le travail. " 40 minutes assise en voiture, deux mois après mon épisio ? Impossible. J'ai été en arrêt trois mois puis j'ai démissionné" dit Marine, 32 ans.

- un risque accru de prolapsus si on en croit les chiffres de l'OMS.

 

 

Qu'apporte-t-elle à la jeune mère ? (côtés positifs)

- elle éviterait une déchirure. Je dis éviterait car parmi les femmes qui n'ont pas d'épisiotomie, elles sont simplement 43% à avoir eu une déchirure, dont la majorité, plus petite qu'une épisiotomie.

 

 

Qu'apporte-t-elle au corps médical ? Avec autant de points négatifs, elle apporte sans doute quelque chose aux médecins, non ? J'ai voulu comprendre, j'ai posé la question à des sage-femmes et à deux obstétriciennes. Voici leurs réponses:

- une meilleure visibilité, par exemple quand le cordon est autour du cou

- une plus grande rapidité, pratique quand plusieurs accouchements sont prévus en même temps, ou quand le coeur du bébé décélère

- une possibilité d'agir sans la mère dans les circonstances où celle-ci n'a plus de force (évanouie, épuisée par les heures sans manger et boire, anesthésiée, etc.)

- une alternative à la césarienne. L'une d'elles affirme que ce chiffre d'épisiotomies élevé est à mettre en corrélation avec le faible taux de césariennes en France et serait donc un mal pour un bien.

 

Bref, l'épisiotomie ne doit pas être stigmatisée, disent-elles. D'accord, mais elle ne doit pas non plus être systématisée !

Sans doute utile dans certains cas (n'étant que mère et pas médecin, j'imagine que cette pratique n'a pas été créée pour rien) elle est certainement superfétatoire dans la majorité des autres cas (étant mère justement, je peux l'affirmer)

Elle coute très cher à la sécurité sociale, tout aussi cher aux entreprises, et encore plus aux mères et à leurs bébés (la souffrance physique n'aide pas à dépasser le baby-blues)

Alors vous Mesdames, qui êtes en première ligne, qu'en pensez-vous ? Avez-vous eu une épisiotomie ? L'avez-vous mal vécue ou au contraire, en êtes-vous satisfaite ?

Y a-t-il un/e médecin dans la salle ? Par quoi justifiez-vous l'utilisation excessive de l'épisiotomie en France..?

 

Lire aussi: TRAVAILLER APRES UNE EPISIOTOMIE

 

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Cleanettte

J'ai eu une petite épisiolors de mon premier accouchement, qui s'est sur le coup a priori "bien" cicatrisé pour le corps médical en tout cas. Je n'en ai pas souffert dans les actes de la "vie courante" par contre cela restait douloureux encore 6 mois après lors des rapports au point que j'ai fini par l'évoquer à ma gynéco. Heureusement un simple traitement local a ensuite suffit à assouplir la cicatrice. Cela m'a tout de même rendu très méfiante vis à vis de cette pratique. A tel point que lors de mon second accouchement je n'ai tout simplement pas laissé le temps au gynéco de pratiquer cet acte. Je savais d'expérience qu'ils ne nous demandent pas notre avis. Lorsqu'on m'a demandé de faire une pause pendant l'explusion(je sais bien pour quoi ) je n'ai surtout pas arrété et j'ai suivi mes contractions et envies de pousser. Cela m'a valu une belle déchirure. Seulement comme je l'avais lu. la déchirure ,bien qu'elle m'ait valu plus de point que l'épisio, s'est cicatrisé toute seule bien plus vite: 1 mois après je ne la sentais déjà plus du tout et sans traitement particulier.

marie noelle

A lire ces commentaires, il s'agit de la description d'un film d'horreur; l'accouchement ne doit pas devenir un traumatisme pour les femmes ; pourquoi ne pas envisager la césarienne pour celles qui ont des difficultés au lieu de leur faire endurer des pires souffrances ?Moi j'ai subi deux césariennes et elles se sont bien déroulées.

Sylvinne D

Personnellement, j'ai acouché dans une maternité qui favorise le projet de naissance...et dans le mien, j'avais demandé à éviter l'épisio... Mon projet a été respecté à la lettre. Alors certes, j'ai eu une déchirure assez importante, mais la cicatrisation a été très rapide et pas du tout douloureuse, simplement parce qu'une déchirure suit les fibres musculaires, alors qu'une épisio les coupe... je pense dnoc qu'il faut aussi voir si, hors cas specifique, une déchirure n'est pas un moindre mal... après, c'est un avis personnel et l'expérience de chacune est différente!!!

Delphine

Pour ma part, j'ai vécu une épisiotomie pour mon 1er accouchement et je l'ai ressenti comme quelque chose que l'on m'a imposé. La sage-femme m'a dit après que le bébé soit sorti : "j'ai été obligée de vous faire une épisiotomie car il y avait une petite déchirure !" Elle m'a recousue à vif et ne m'a pas regardé en face. J'ai été pendant 6 mois incapable de reprendre une vie sexuelle et deux ans après mon accouchement j'avais encore des douleurs. Presque 4 ans après tout va presque bien, j'ai encore mal dans une position précise pendant les rapports sexuels et dans le sens de l'épisiotomie (j'arrête là les détails !). J'aimerai en avoir un 2ème, j'y pense, mais j'ai tellement peur de l'accouchement et de l'épisiotomie, ça m'a totalement traumatisée. Pour ma part, j'aurai aimée, en parler avant avec la sage femme. Pour le 2ème, c'est sûr, je dirai non à l'épisiotomie, quitte à avoir une déchirure.

Raphaëlle

Bonjour, j'ai eu une épisiotomie pour mon 1er enfant, à 33 ans. J'ai aujourd'hui 35 ans. J'en suis très satisfaite sans être une pro ou une anti, je dois admettre d'ailleurs que je ne savais pas trop ce que c'était avant, l'accouchement "naturel" me faisait déjà paniquer à lui tout seul. Vos points négatifs, très nombreux par rapport au seul point positif d'apres vous, me paraissent exageré, répondons point par point.
- une plaie béante et une confiance en soi diminuée: des groupes de paroles sont par exemple ouverts sans distinction aux femmes victimes d'excision, aux femmes épisiotomées et aux femmes victimes du point du mari : euh, n'est-ce pas un amalgame un peu brutal, je ne me sens ni victime d'excision, ni de violence conjugale
- une cicatrisation difficile, avec des douleurs encore plusieurs années après : cela a été douleur un ou deux mois pour s'assoir ou s'habiller et pas beaucoup plus pour avoir des relations sexuelles, avec précaution bien sur au début. Mais je pense, dites-moi si je me trompe, que pour celles qui ont eu un accouchement par voie basse sans episio, ça ne doit pas être totalement insensible dès le retour à la maison... Aujourd'hui, 2 ans et demi après, aucune douleur.
- une rééducation du périnée quasi impossible (qui a envie de s'introduire un machin sur des points encore gonflés ?) : faux, il juste faut attendre un ou deux mois que les points se soient resorbés. J'ai donc eu droit à une rééducation périnéale classique, sans douleur.
- une perte de sang moyenne de 1,5 litres estimés, soit 500ml de plus que pour une césarienne (estimation de sages-femmes) et une plus grande part d'hémorragies du post-partum ou de la délivrance : aucune idée
- une utilisation généralisée de cuillers ou de forceps: "L'ouverture est plus large, ça permet d'aller plus vite" affirme une sage-femme : pas d'instruments en ce qui me concerne
- des points non résorbables parfois enlevés à l'aiguille sans anesthésie, bon appétit bien sûr : points resorbables en ce qui me concerne, pas besoin de retourner les faire retirer. Sans anesthésie !!!! Changez d'hôpital, ou d'infirmière, ce sont des bouchers !!!
- une vie sexuelle fortement diminuée : oui la premiere année après l'accouchement, mais honnêtement entre la violence de l'accouchement, episio ou pas, la fatigue dû au manque de sommeil avec l'arrivée de bébé puis à la reprise du travail (comme beaucoup j'ai retravaillé quand mon bébé a eu 4 mois) je ne suis pas sûre que cela ait un lien direct avec l'episio
- des difficultés à allaiter (car difficultés à s'asseoir donc à tenir le bébé) : je n'ai pas allaiter. Les difficultés pour s'assoir, et non pour être assise, nuance, n'ont réellement duré qu'un mois, et je crois savoir qu'on peut allaiter autrement, non ?
- de très grosses difficultés à reprendre le travail. " 40 minutes assise en voiture, deux mois après mon épisio ? : Sans être une wonderwoman, loin de la, je n'ai eu aucune difficultés à retourner travailler (autre que le manque de sommeil) au bout de 4 mois (2 mois c'est moins que le congé maternité post naissance prévu par la loi, c'est possible ?) avec 50 minutes de métro aller.
- un risque accru de prolapsus si on en croit les chiffres de l'OMS : aucune idée.

Voila mon expérience, je voulais un peu nuancer ces points négatifs. Il est effectivement de notoriété publique qu'aujoudhui en France on fait plus d'episio qu'il serait apparemment necessaire, mais j'ai cru comprendre que c'était pour le confort des patientes. En tout cas pour mon cas personnel, le tableau noir qu'il en a été fait dans vos points négatifs ne correspond pas à mon expérience.

Merci pour votre blog que je suis régulièrement.

Siobann

J'ai moi-même eu une épisiotomie il y a bientot 2 ans et j'ai la chance de n'avoir eu aucun problème mentionnés dans l'article, sauf bien sur une douleur le temps de la cicatrisation (1mois). J'ai eu aussi je pense un très bon médecin qui était reconnue pour ne pas faire de "charcutage". Mon bébé est né par le siège et l'épisiotomie était nécessaire parait-il, même si j'aurais préféré l'éviter. Quand c'est possible c'est toujours mieux.
Sinon aucune diminution de la confiance en soi, pas de problème de cicatrisation, aucun problème dans la rééducation périnéale (puisque que c'était déjà cicatrisé), pas de problèmes niveau sexuel non plus ou pour allaiter.
J'ai peut-être eu de la chance.... Choisissez bien votre médecin!

celine

Episiotomie en 2002 douleurs pendant environ 2 ans, et maintenant j'ai des problème de fuites urinaires. Mon médecin m'a clairement dis que c'était la suite logique de ce procédé.

taliesinl legendre

j'ai toujours cru qu'elle avait un coté barbare cette tentative de corriger la nature, sauf que je n'osais rien dire etant mr tout le monde. je sais que demain ce sera le tour des economistes de calculer les "pertes" occasionnees par le manque de systematisation de l'episiotomie et ensuite aux fabricants de materiels chirurgicaux de rappeler les medecins a l'ordre et enfin aux autorites de retablir cette routine sanglante. et toujours c nos femmes et nous qui payerons. quel monde cruel

Mamarurucoco

L'épisiotomie, pour les gynécos, c'est une aubaine : ils débarquent quand la mère est à point, et si ça ne se passe pas comme prévu (15 minutes maxi), la sentence tombe, comme une punition : "allez, épisio !".
Les points positifs pour la mère ? Encore faut-il qu'elle puisse discuter. Les gynécos ne demandent jamais leur avis aux intéressées, c'est leur droit et ils savent ce qu'ils font.
Allez leur courir après pour avoir des séances de rééducation chez le kiné, ils en ont rien à taper car ils ont eu ce qu'ils voulaient.
Un conseil ?
Passez-vous de gynécos, c'est ce que font souvent les sages femmes et elles s'en sortent très bien !

Marianne

"- une alternative à la césarienne. L'une d'elles affirme que ce chiffre d'épisiotomies élevé est à mettre en corrélation avec le faible taux de césariennes en France et serait donc un mal pour un bien."

Que dire alors du taux de césariennes qui augmente alors que celui d'épisiotomies ne baisse pas....

Je ne peux m'empecher de penser que dans la majorité des cas, ce sont des causes organisationnelles qui poussent à cette systématisation des épisiotomies (comme des césariennes d'ailleurs, une idée pour un prochain article ?):

manque de budget, facilité pour les médecins, organisation pas assez efficace, ...

Mais dans tout ca le pire c'est que les parents, et les mères sont "légèrement" oubliés, ca n'est pas tous les jours qu'on a un enfant, et ca le personnel, dans sa routine, finit par ne plus le voir. Et il va falloir des efforts pour que ca change, mais vu la quantité que ca va réclamer... c'est pas gagné !!!

sofia m

j'ai eu une episio;
une belle episio meme, mais ça va, ya pas eu de souci particulier pour moi


C.M.

Bonjour,

J'ai eu un accouchement au forceps - donc avec épisiotomie - et je ne reconnaîs pas, pour ce qui me concerne, le récit que vous en faites. Ce n'était pas agréable, mais je n'ai eu ni difficultés pour allaiter, ni points non résorbables. Les douleurs étaient très diminuées après deux semaines et finies après un mois : deux mois après l'accouchement je me sentais comme avant et la réeducation s'est très bien passée. C'est sur que j'ai eu de la chance, et je ne dis pas qu'aucune femme ne vit ce que vous décrivez, mais il me semble être un scénario du pire, et pas le cas typique. Et il me semble qu'après un accouchement on peut avoir du mal assis avec ou sans épisiotomie.

nat

bonjour,
j'ai eu 2 enfants et à chaque fois une épisiotomie.
Je ne me reconnais pas dans tous vos côtés négatifs.
Je suis femme active, je suis enseignante, j'ai travaillé à mon retour de congé maternité les 2 fois, j'ai fait de la rééducation périnéale sans aucun souci...et repris une sexualité normale assez vite. Faut arrêter de faire peur pour rien.

Roseline

Je suis enceinte et l'arrivée de mon premier petit bout est prévu mi-février. Et mon projet de naissance est clair : pas d'épisiotomie sauf si la vie de mon bébé est en danger! J'espère que ce souhait sera respecté. Pour moi, une épisiotomie est un acte chirurgicale et par conséquent pas anodin. Je souhaite donc l'éviter.

 Barré Marithé

La réponse est claire ...J'ai une amie dont le fils est Médecin-accoucheur . Durant sa formation il s'est trouvé de garde pour une nuit et une future maman s'est présentée à lui ; il a donc fait appel à son patron (comme prévu) pour pratiquer l'accouchement , mais le bébé est arrivé avant le patron ...le stagiaire a donc fait le nécessaire pour le bébé et la maman (pas besoin d'épisio.le bébé est sorti tout seul!!!) Eh bien il s'est fait réprimander par son patron , lui disant qu'il lui faisait perdre de l'argent ...! mais ou va-t-on ? et la FEMME dans tout ça ??? POUR LE FRIC ...il n'y a que ça qui compte ?????

Anita

J'ai eu une épiosiotomie sous péridurale lors de mon 1er accouchement. Si, effectivement, on ressent une douleur après l'effet de la péridurale, elle est supportable. Pour le confort (pour s'assoir, pour allaiter), il faut utiliser une bouée. Personnellement, je ne me reconnais absolument pas dans la liste des "côtés négatifs" cités ici. Les fils se sont très bien résorbés, aucun problème côté périnée (le "stop pipi" : une excellente méthode naturelle pour le muscler), pas de perte de sang (?!?), aucune douleur au-delà d'1 mois, allaitement : avec ou sans épisiotomie (mes deux derniers sont nés sans épisiotomie), je n'ai pu allaiter. Concernant ma vie sexuelle, j'ai eu 2 enfants à 2 ans d'intervalle après le 1er : l'épisiotomie n'a donc pas eu d'effet négatif de ce côté-là !
Bilan positif pour moi. Mon bébé était trop charpenté et, sans épiosotomie, je l'aurai senti passer, sans parler du risque encouru lorsque la délivrance prend trop de temps...
Mesdames, futures mamans : n'ayez pas peur de l'épisiotomie, cherchez plutôt un médecin auquel vous faites confiance. Tout est là : la confiance et l'écoute de votre médecin. Chaque mère est unique, chaque bébé est unique. Il n'y a pas UNE méthode pour toutes mais des possibilités à adapter selon chaque maman.
Amicalement,

Une autre Claire

j'ai cherché une Clinique et un gyneco avec un faible taux et je l'ai répété plusieurs fois le jour J... Ils m'ont écouté, résultat j'ai eu une déchirure et 18 points (gros bébé pressé), finalement le résultat est le même, mais je ne sais pas pourquoi je le vis mieux ! comme si je m'étais fait une entorse, et oui, personne ne m'a volontairement tordue la cheville ;-)

FRIMOUSSE92

Bonjour,
J'ai accouché au mois de mai de mon premier enfant, et j'ai eu une épisiotomie;
J'avoue que j'ai eu peur de la suite, mais en fait tout s'est très bien passé.
Le lendemain, j'ai pu aller au toilette sans douleur, m'asseoir correctement, allaiter,...très bonnes cicatrisation en fin de séjou de maternité (sans soin spécifique).
en effet, aujourd'hui l'épisio se fait en diagonale, et non plus en verticale entreles deux orifices.
personnellement, l'épisio a surement sauvé mon bébé (ralentissement du coeur, et cordon autour du cou), je suis d'accord pour un usage modéré et approprié de l'épisio, mais, pour ma part, l'épisio a fait parti de mon accouchement mais n'a rien gaché tant sur ma vie personnelle et conjugale, que sur ma vie professionnelle.

margot

c'est à cause d'articles de ce genre et aussi de mauvaise compréhension que la médecine baisse en France : la mortalité qui n'avait pas cessée de baisser depuis les années 80 recommence à grimper : pourquoi ? parce que tout le monde veut, sans avoir les années d'enseignement et de pratiques, prendre les décisions à la place du médecin..: exemple les sages femmes (!)
l'épisio n'est ni bonne ni mauvaise !
choisissez donc un bon médecin conseillé par 4 personnes au moins de votre entourage : seul le bouche à oreille est vrai dans ce métier : un bon médecin vous fera, s'il le juge nécessaire, une épisio jolie et nette , préférable à une trop longue déchirure ...une amie a été déchirée jusqu'à l'anus : vous voyez le résultat : incontinence etc.... et en plus, mal recousue par une mauvaise sage femme incompétente : alors ?
elle sera incontinente fécale à vie ..... belle réussite au nom d'une déchirure !!!
alors plutôt que de parler de sujet qu'on ne possède pas à fond et de faire peur aux futures mamans, qu'elles cherchent une relation de confiance avec leur accoucheur, et qu'elles choisissent quelqu'un qui aime les femmes et est impliqué dans son métier : le soin et la qualité du travail s'en ressentira !

eugénie

Je ne suis pas d'accord du tout avec tout ce qui est dit. J'ai eu moi aussi une épisio (il y a 3 ans et demi) car je n'avais plus de force pour pousser et mon fils commençait à faiblir... La cicatrisation n'a pas été si longue : 1 mois 1/2, ça me parait normal à moins de rester aliter plusieurs semaines (voir un sujet récent que vous aviez traité sur la durée du séjour en maternité !). C'est vrai, j'ai fait l'hémorragie dont vous parlez (bon, j'ai juste été un peu dans les vapes pendant 24h). Sinon, j'ai allaité allongée tout simplement... Pas de rééducation je n'en avais pas besoin. Et pour le sexe, on a juste attendu la fin de la cicatrisation. Bon ça tire un peu au début, mais il faut juste un peu de douceur ! Je ne crois pas DU TOUT que ce soit une solution de facilité pour (tous) les gynécos : la déchirure elle ne se maîtrise pas ! Et j'ai cru entendre dire qu'elle pouvait aller parfois jusqu'à l'anus ! Alors, là, bonjour les problèmes post accouchement ! Et quand j'entends une personne parler de NATURE !!! Oui, beaucoup de femmes accouchent NATURELLEMENT dans le monde aujourd'hui et beaucoup EN MEURENT !!! Oui je suis énervée... Merci pour votre blog ;-)

 Barré Marithé

Pouvez-vous enlever mon nom s.v.p. je pensais que seul le prénom était publié . Merci

Solene

Pour la perte de sang, 1.5 l imputables seulement à l'épisio et sur le moment ou sur le long terme? Cela me semble vraiment beaucoup, peut-être que je ne rends pas compte, mais avec en moyenne 4-5 l de sang dans le corps, avec un litre 500 en moins, bonjour les anémies!
Je ne connais pas bien le secteur gynécologique et je suis nullipare donc je ne peux pas donner mon avis avec expérience sur l'article mais bon globalement je n'aime pas trop les actes surnuméraires. je travaille en recherche clinique en CHU et c'est vrai que ces derniers temps l'épisio est montrée du doigt et remise en question par des gynéco-obstétriciens, mais aussi de plus en plus la position allongée sur le dos - pieds dans l'étrier qui permet une meilleur visibilité pour le corps médical mais qui pose de nombreux problèmes, surtout pour notre si sacré périnée! L'accouchement en France doit encore évoluer: chaises d'accouchement, accouchement à domicile pour ceux qui le souhaitent (mais surtout pas obligatoire :D), moins de césariennes... Ya encore du boulot!

Sinon Marie-Noelle, je pousse un cri: Non, non, NON, même si vos césariennes se sont très bien passées la césarienne n'est pas un acte banal et ne doit pas être favorisée face à un accouchement naturel si elle ne se justifie pas médicalement. Ca n'est pas un acte de confort mais un acte chirurgical qui peut avoir des conséquences extrêmement graves: hémorragies internes, infections, et ablation de l'utérus si ce dernier réagit mal ! Alors oui bien sur, et heureusement, la plupart se passent bien, et cet acte peut être essentiel pour la survie de la mère comme du bébé mais ca reste de la chirurgie, il ne faut pas croire qu'une césarienne c'est du confort.
Document très intéressant au passage:http://www.cesarine.org/avant/Deux_fois_plus_de_cesariennes_en_20_ans.pdf

sofia m

j'en ai eu une( 1er bébé et j'étais épuisée...) et une "belle", pleins de points, mais je n'ai ressenti aucune gene, pas de pbm particulier
peut etre parce que le medecin a bien recousu apres...

edwige

j'ai eu une petite déchirure lors de mon premier accouchement (2 points de suture) ..mais surtout pour éviter l'épisio , les sages femmes m'ont "barbouillées" d'huile d'amande douce ...visiblement très éfficace pour éviter l'épisio, j'ai accouché en californie ..pour les deux autres je n'ai plus eu de souci ni déchirure ni épisio mais pas d'huile non plus j'ai accouché en France.
Dommage j'aurais aimé vérifier les vertus de cette méthode !

boulette

grosse épisio faite par un doc stagiaire encouragée par sa patronne "vas'y coupe encore" parfaitement paniquants pour la parturiente ( mais c'est bien connu ce n'est pas une personne ), impossibilité totale de s'asseoir pendant plusieurs semaines -hématome géant les points ont tenu quelques heures seulement, et des années après, la cicatrice indurée, le traumatisme et les douleurs sont toujours là. je ne parlerai même pas de la libido, autant parler des morts.
C'est vrai, il y avait 6 accouchements en même temps et UNE sage-femme qui est arrivée longtemps après le début de la poussée finale! la raison est très claire là merci l'APHP!
alors oui, on peut allaiter allongée, c'est vrai. mais tenir deux mois en étant soit debout, soit allongée, jamais assise......... après un accouchement... ben c'est épuisant. S'allonger en public ? même pas en rêve.

Mélanie

Je vis en Suisse et avant d'accoucher (primipare) j'étais très effrayée à l'idée de devoir subir une épisio. J'en ai parlé avec les sages-femmes de l'hôpital où je devais accoucher et elles m'ont rassurées en disant que l'épisio n'était en aucun cas systémathique, que c'était vraiment au-cas-par-cas.
Est-ce que les pratiques diffèrent tellement d'un pays à l'autre ?? (voisins de surcroit)

J'ai eu la chance d'accoucher d'un garçon de 4 kilos pour 52 cm, sans déchirure et sans épisio.
Avant l'accouchement, une des sages-femmes m'avait conseillé de boire du thé de sauge 2 semaines avant le terme, 1 à 2 litres par jour, pour favoriser la dilatation. Ce que j'ai fais, du thé de sauge mélangé à de la menthe, 2 litres tous les jours.
Et bien, j'ai été dilatée en 3 heures et aucune déchirure...
J'aime penser que c'est le thé qui a contribué à cette belle venue au monde :-).

z

?? je ne me reconnais pas dans ce que vous décrivez. J'ai eu 2 épisiotomies et n'ai jamais eu de douleur plus de qq jours, j'ai toujours pu faire l'amour très rapidement après, j'ai allaité longtemps mes enfants, je n'ai pas saigné ... je n'ai même pas eu besoin d'une bouée pour m'asseoir ... la rééducation s'est bien passée ... je suis une maman active et je n'ai pas vu "le danger".
Il faudra m'expliquer l'intérêt de généraliser et affoler les gens comme vous le faites ...

Caroline

Je suis sage-femme. Une épisiotomie peut saigner..un peu mais jamais un litre et demi!Si cela saigne c'est qu'un vaisseau plus important ou une grosse varice ont été sectionnés.(Parfois on a pas le choix)Dans ce cas,si vous avez un bon gynéco ou une sage-femme compétente on clampe et on suture et basta!
J'ai eu deux accouchements avec deux petites épisiotomies médianes, pas de problèmes.Mais c'est vrai on peut parfois faire sans : il faut laisser le temps au périnée de s'amplier(se distendre)pour autant que le bébé aille bien( rythme cardiaque supérieur à 105 après la poussée)et la maman aussi.Il faut éviter de faire pousser les femmes trop tôt.(Elles doivent sentir le besoin même avec une péridurale...pas trop forte si possible).
Une épisiotomie n'empêche pas d'allaiter,il faut s'installer sur le côté position couchée. Mon conseil:discutez, demandez conseil aux sages-femmes indépendantes et hospitalières, mais aussi aux médecins accoucheurs( il y en a de très bons et très respectueux de la femme...si si cela existe)et faites vous votre propre opinion.Puis lors de l'accouchement faites part de votre projet tout en sachant que c'est votre santé et celle du bébé qui priment.Si vous tombez sur des personnes avec des concepts rigides...changez !Je vous souhaitent à toutes une naissance harmonieuse et beaucoup de bonheur.(PS.Selon les statistiques et contrairement à ce que l'on pourrait penser il n'y a pas plus de difficulté lors des rapports sexuels après un accouchement par voie basse avec épisiotomie qu'après une césarienne...)

Virginie

Bonjour,
je suis expat en allemagne, enceinte et voudrais temoigner d une autre appoche de l accouchement, plus humaine en tout cas que ce que je peux lire d apres l´article et les commentaires:
Primo: une episiotomie, ou une dechirure n est pas une fatalite: il existe des methode pour preparer le corps a l accouchement: massage du perinee a l aide d huile d amande douce (voir le site de welleda), augmentation de l elasticite de cette partie sensible en utilisant de petits ballons gonflables (Epi-No, en vente sur internet), entrainement specifique des muscles du perinee pour ameliorer la coordination lors de l accouchement (exercices de Kegel).
J ai la nette impression que personne ne parle de ces methodes en France, surtout pas des massages et du ballon. Pruderie?
D autre part, en allemagne, les medecins laissent faire la nature et preferent voir une dechirure que pratiquer une episio. L accouchement par le siege conduit presque systematiquement a une cesarienne, vue comme moins risquee pour l enfant. Les femmes accouchent pour 70% des cas sans peridurales, par contre elles ont access a un large eventail de positions (assis/dans l eau) a leur choix et sont suivies de tres pres par une sage-femme tout au long de la grossesse et apres l accouchement.
Voila, pour ma part, je suis assez contente d etre enceinte et d accoucher en allemagne et pas en france, on y respecte plus les femmes!

anonyme78

Pour la naissance de ma fille, qui faisait 4kg200 et "regardait les étoiles", avec 31 h de travail, j'y ai eu droit bien que j'aie mentionné que je n'en voulais pas. On m'a répondu qu'on ne la faisait que " en dernier recours, que ce n'était pas systématique".
Après l'accouchement, j'ai demandé si j'en avais eu une, on m'a marmonné que oui, quelques point, rien de bien méchant...J'ai eu droit aux spatules et ai eu une hémorragie de la délivrance importante.
Les suites? Très douloureuses plusieurs mois après, elle a laissé des traces dans ma vie de couple comme dans ma vie pratique. M'essuyer aux toilettes était à chaque fois un calvaire.
Aujourd'hui, 3 ans après, j'apprends que je fais un prolapsus, un rectocèle plus exactement. Comment ne pas tout mettre sur le dos de cette pratique? J'ai connu un accouchement horrible, épuisant, moralement destructeur. Par contre, cela ne m'a pas empêché d'allaiter ma fille pendant 2 ans et demi, même si j'admets bien volontiers qu'au début, ne serait-ce que m'asseoir m'arrachait des larmes, me pencher de mon lit à son berceau pour la soulever me faisait hurler mentalement...

 Barré Marithé

Pouvez-vous enlever MON NOM en laissant seulement mon prénom S.V.P. dans mon précédent commentaire sur l'épisiotomie . Merci

Irène Mannessiez

Il y a si longtemps mais je me souviens bien tt de même!! C'était pour mon premier enfant, une fille qui se présentait par le siège. Aussi, après de longues heures de douleur la sage femme fit appeler le médecin accoucheur et on m'avertit qu'on allait "m'aider" pour l'expusion! Ouf! enfin...! Un mouchoir sur le nez, et hop, j'oublie tout pour l'épisiotomie et me réveille en sentant un "dernier" point de suture qui lui, m'a fait souffrir encore qq temps après, mais ce fut tout. Le médecin prévient mon conjoint d'être "délicat" pendant un peu de temps. Et la vie est ainsi repartie pr deux autres accouchements, tous les 4 ans...pr mes 2 garçons qui, eux, sont arrivés comme des "boulets de canon", sans ouverture factice!!!

Isa

J'ai eu une episiotomie pour mon premier bebe a 33 ans et franchement je n'ai eu aucun des problèmes cites dans l'article. La maternité ou je suis allée acceptait les projets de naissance et je n'aurais pas eu d'episiotomie normalement mais le travail a été tres long et le coeur du bebe diminuait beaucoup ( ils ont même évoqué une cesarienne) , je n'etais pas totalement dilatée et ils m'ont dit que je pouvais pousser et du coup episiotomie. Ceci dit j'ai pu m’asseoir correctement dans les 15j qui ont suivit, aucun probleme pour allaiter , la cicatrice ne faisait absolument plus mal 6 mois apres . Je ne la sentais plus, avant je sentais seulement une gêne, mais a l'hopital ils m'ont donne une creme pour assouplir les points en massant. Les points se sont résorbés tous seuls, sauf un que m'a gynécologue m'a enlevé sans probleme.
Et pour mon deuxième enfant , j'ai accouche aux USA et bien la c'est ma gynécologue qui m'a aide a accouche et elle savait que je souhaitais une naissance naturelle , elle a laisse faire et j'ai eu une toute petite déchirure ( 2 points je crois) . bref il faut bien choisir l’hôpital et ne pas hésiter a discuter

Dehaine

30 ans après, ma mère subit encore les conséquences d'une épisio mal faite et non nécessaire: plaie qui se rouvre en permanence, problème de périnée, lichens (pire que des champignons) perpétuellement dans la plaie (empêchant tout bain, piscine, etc.). Charmant.
@ Barré> Comme les péridurales faites SANS le consentement de la mère, j'en connais qui ont eu cela, on a fermement dit non mais la péridurale a été faite malgré la demande de la mère. péridurale d'autant plus utile que l'accouchement a été rapide et a commencer à fonctionner.... de retour dans la chambre avec le bébé...

lolo

J'ai accouché dans une maternité qui limite les épisio.
J'ai eu les "spatules" sans épisio, et une petite déchirure (2 points).
Je ne sais pas si ça y est pour quelque chose mais avant la poussée, la sage femme a massé le périnée avec de l'huile pendant 5 à 10 minutes pour assouplir
voili voila !

FGH

Bonjour.
Personnellement, je l'ai refusée ....
La sage-femme avait l'air très surprise, style " Mais c'est toujours comme ça, Madame, enfin !! "
J'ai eu, en contre partie, une très légère déchirure, mais celle ci s'est très vite cicatrisée ( sans même avoir eu besoin d'être recousue ) et je n'en garde aucune séquelle.
Sincèrement, je ne regrette pas mon choix, au vu de ce qu'ont vécu certaines de mes amies qui elles, avaient accepté ..... sans forcément en avoir réellement besoin ...
:-(

Lou

J'ai encore jamais mis un enfant au monde mais j'trouve déjà ça immonde et je pense que si cela avait été à faire pour des hommes, jamais on ne se serait permis de leur imposer un tel travail de charcuterie. Je serais mère quand les femmes auront une vraie place dans notre société donc c'est pas demain la veille que j'accoucherai comme du bétail.

Johanna

Lors des cours de préparation à l'accouchement, la sage femme nous a répété que l'épisio n'était pas obligatoire et que si on n'en voulait pas, il suffisait de le dire aux sages femmes le jour de l'accouchement. C'est donc ce que j'ai fait le jour J, pendant l'attente de l'ouverture du col. Et là, la sage femme m'a répondu, très brutalement : 'C'est moi qui décide s'il faut faire une épisio ou non !' Je n'étais pas vraiment en état de négocier, et je me suis demandée si je n'allais pas en avoir une quand même. Finalement, elle a pris en compte ma demande mais ne s'est pas gênée pour me faire une réflexion pendant l'accouchement (je n'avais plus de péridurale car elle n'avait pas bien prise, et donc ça faisait un peu mal :-) : "bon maintenant, vous arrêtez de râler ! si vous voulez que ça aille plus vite, on vous fait une épisio et dans 5 min c'est fini."

carla

j'ai précisé à l'équipe de la maternité que je ne voulais pas d'épisio (sauf bien sur risque immédiat pr le bébé), j'ai eu une ventouse, déchirure mais pas d'épisio

j'ai eu une déchirure 4 pts externes 4 internes qui s'enlevaient seuls

cicatrisation difficile, je ressens parfois des douleurs, lors de fatigues par exemple, 16 mois après

enceinte à nouveau, la sage femme libérale qui me suis m'a précisé que l'épisio était en train de connaitre une disgrace, qu'ne général on préférait (ds ma maternité du moins) laisse faire la nature


pour répondre à un commentaire, le stop pipi est à éviter complètement il crée des infections urinaires, une irritation de l'uretre (quand on a eu une sonde urinaire, le 1er mois j'aurais été bien incapable de faire du stop pipi!


einigriv

Pour mon n°1, j'ai eu une épisio (pas de péri non plus, tant qu'à faire) bien râtée, avec un magnifique hématome (qu'on m'a dit) qui m'imposait de me laver à l'eau glacée (ô bonheur).
Après cicatrisation, à chaque cycle ou quand j'étais fatiguée je ressentais un tiraillement assez gênant à l'endroit de la cicatrice.
A l'arrivée de n°2 (4 ans 1/2 plus tard, hein!) j'ai attiré l'attention de la sage-femme sur le "beau travail" de sa consœur qui, après un regard éloquent, m'a répondu "on va essayer de faire sans"
Résultat : malgré un pc de 38 (les mamans comprendront) je n'ai eu qu'une toute petite déchirure de RIEN DU TOUT (genre 1 point ou 2) cicatrisée en 3 jours de séjour à la mater et, cerise sur le gâteau, je n'ai plus de douleur depuis!
:-)
J'ai envie de dire "laissez-nous déchirer!"

Cath

3 accouchements, 3 épisio. En fait, on ne m'a jamais demandé mon avis. Pour mon 1er et mon 3ème, les bébés se présentaient par le siège et on m'a dit que cette position favorisant les déchirures chez la mère, on faisait systématiquement une épisio. Pour mon 2ème, la sage-femme en a fait une "dans le feu de l'action" parce qu'elle a vu qu'une déchirure allait se faire et d'après elle, l'épisio permettait de limiter les dégâts.
J'ai eu de la chance. Aucune de mes épisio ne m'a laissé de séquelles, à part un peu d'inconfort les 1ers jours, elles ont été très limitées toutes les 3. C'est vrai que j'ai fait confiance et que si c'était à refaire, je me poserais plus de questions. Mais je connais plusieurs cas de femmes d'autres générations qui ont été très abimées par son absence, avec des déchirures épouvantables, des conséquences à long terme et je me dis que qu'elle n'a sûrement pas que des côtés négatifs.

blob74

Je suis d'un tout petit gabari (1.59) et j'ai deux enfants. Pas d'episio. Aucun problème de cicatrisation, plus de douleur après une semaine et aucun souci pour la reprise des rapports sexuels. Pour la deuxième, j'ai refusé que l'on me coupe. On s'en passe très bien de l'épisio. (pas de péridurale non plus).

Marjorie

Pas d'épisiotomie, pas de déchirure !

Surement chanceuse...je le dois bcp à mon obstétricienne, qui a passé pas mal de temps pendant les dernières contractions à masser mon périnée pour le détendre et éviter la déchirure.

Une bonne préparation est aussi utile, j'avais opté pour le yoga, on travaille alors à savoir détendre son périnée pour l'assouplir..mais bon si le gynéco ne respecte pas le désir de faire ça sans épisio, ca ne sert pas à grand chose !

La solution serait peut être que les gynéco écoutent un minimum le désir des femmes et arrêtent de faire selon leur emploi du temps (césariennes à gogo) ou d'aller au plus facile pour eux, car c'est pas forcément le plus agréable ni même le plus facile pour nous..Accoucheuses !

Pascale

J'ai eu la "malchance" d'avoir une épisio pour mon premier.
Le pépère ayant une grosse tête, il fallait les spatules pour le sortir, et donc pour éviter une mauvaise déchirure, mon gynéco a choisi l'épisio.
Ceci étant il prit beaucoup de temps avant de prendre sa décision.
Les sages femmes de son équipe voyaient plutôt l'idée de me voir en césarienne car ras le bol de m'avoir dans les jambes.
Je suis rentrée vers 2h du mat, et j'ai accouché le soir à 19h, donc au bout de 17h ça les pompait.
Mais le gynéco qui est anti-césarienne sans raison a refusé mais n'a pas eu du tout le choix des spatules pour aider Florian a sortir.
Mon épisio était monstrueusement grosse, quelque chose comme 18 points et je peux vous assurer que j'ai grandement jonglé, et qand je dis jonglé je pourrai dire souffrir le martyre pendant 1 mois avant de pouvoir revivre "presque normalement".
Traduction, impossible de s'assoir, impossible de rester debout, limite impossible de se coucher car je ne trouvais pas de position adéquate à ma douleur .....
De plus le premier soir j'ai demandé qu'on prenne mon bébé car j'avais trop mal et ça m'a été gentiment refusé.
J'ai tenté d'expliquer à la sage femme que mon épisio m'empêchait de prendre mon bébé dans son lit pour lui donner le biberon, et on m'a laissé me "dém****" et moi la trouille au ventre de le faire tomber, une horreur !
On nous demande de mettre le paquet sur l'éosine et le séchage, trés bien, mais cette zone étant humide tout le temp, bonjour le temps de cicatrisation .....
Moi qui était terrorisée par l'accouchement, bien finalement ça n'était rien du tout à côté de l'épisiotomie qui reste pour moi un souvenir horrible.
Et à ce jour la cicatrice est toujours bien présente...
Ceci étant je n'en veux à personne, mais quel souvenir atroce !
Pour Valentin y'en a pas eu (ben forcément ...) et la récupération a tout de même été plus rapide.

Brigitte

Bonjour, j'ai eu trois grandes épisiotomies sur quatre accouchements. Hormis des difficultés à m'asseoir pendant quelques semaines, tout est très vite rentré dans l'ordre. Cicatrisation rapide, aucune douleur, aucune difficulté par rapport à la sexualité. Le tout était fait sans anesthésie, il faut dire que je la péridurale à cette période ( années 75 à 85) était très peu employée et j'ai vécu l'épisiotomie comme une délivrance, après de très longues heures de "travail".

Valérie

arrêtons d'effrayer celles qui ne sont pas encore mère
l'episio n'est pas une fatalité
ma fille est née à plus de 4 kg, vu que j'étais fatiguée et le bb aussi, la sage femme a opté pour l'épisio.
c pas tragique, et je dirai que la douleur est supportable
pr allaiter je n'avais pas de problème, je m'asseyais normalement pr le faire
j'ai repris une vie sexuelle normale 3 mois après

carla

oui, apparement quand la peau du périné devient blanche c'est qu'elle va craquer, parfois les SF preferent une épisio

quant à l'épisio sans péridurale, aie aie aie rien que dy penser ça fait rever...

Cat

2 accouchements, 2 épisiotomies.
Pour la 2ème: "Oups, on a coupé un peu trop, mais pas de problèmes, Madame"
Non, pas de problème, j'ai récupéré très vite.
Mais voilà, 30 ans plus tard, mauvaise surprise: incontinence fécale, rectocèle et rectoplastie.
Je croyais être la seule...

Modou

deux grossesses pour moi, mais en espagne... ou l'episio a tout va, fait aussi partie du package !!!

des le debut de ma premiere grossesse j'ai coacher mon mari qui au debut me disait que si ils le faisaient c'etait pas pour rien. je lui ai juste dit d'imaginer qu'on lui coupe quelque chose dans ses parties... il a commencé a comprendre, et donc allait dans mon sens pres des docs.

1er accouchement, cesarienne car bebe en siege.
2e accouchement... mon dieu, penser une vb apres une cesa ??? vous n'y pensez pas madame !!!

mais ma gygy est formidable, et vu que c'est elle qui m'avait fait la cesa, m'a super encouragee... de plus elle faisait des accouchements pro naturel... salle speciale, etc... helas, pour etre respectee y'a un cout.

j'ai eu une prepa speciale, ou on bossait le perinee, ou on savait toutes que l'episio ne ferai pas partie du lot... et apres 2 jours de travail... 3 nuits blanches, ben j'ai eu mon bebe par vb, avec ventouse (apres un travail aussi long, c'etait pour pas forcer l'uterus qui etait quand meme cicatriciel), et une petite dechirure... quelques points, juste en externe...

douleurs les jours qui ont suivi, mais pas sur les points, mais de l'autre cote car mon fils avait la grosse tete, et donc j'avais un hematome... une gene durant les rapports durant a peu pres 2 semaines, et maintenant, tout va parfaitement bien...

j'en connais des femmes ici qui sont traumatisees de leur accouchement a cause de cet acte. a une epoque, c'etait 90% des femmes qui y avaient droit...

a quand un accouchement comme le mien qui serai inclus dans la securite sociale ????

Dj

Bonjour,
j'ai eu une épisiotomie il y a 11 ans, lors de la naissance de mon fils ainé. La première semaine, je ne pouvais même pas soulever mon bébé, à cause de la douleur. Il y a ensuite eu une infection, et il a fallu enlever les points accessibles et me mettre sous antibiotiques. Pendant 1 mois, je n'ai pas pu m'asseoir. Je devais même manger couchée. Je suis retournée au travail en fin de congé maternité, avec d'énormes difficultés pour m'asseoir correctement. Du coup, j'ai "appris" à m'asseoir "sur l'arrière des fesses" et j'ai une hernie discale.
Pour ma fille, l'épisio était prévue dès le départ (trop de poids, tissus gonflés, diabète : "si on ne la fait pas vous serez de toute façon déchirée") , mais comme elle est née trop vite à la maison, on n'a pas pu me la faire ! Et il n'y en avait pas besoin !!!!! Et moins de 3 heures après la naissance, j'étais debout. Rien à voir...
11 ans après l'épisio, je ne peux toujours pas porter de jean, j'ai encore mal, les rapports sont difficiles. Je ne peux pas dire que pour moi, l'épisiotomie soit un franc succès !!!!!

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)