Previous month:
octobre 2010
Next month:
décembre 2010

novembre 2010

Je ne pouvais pas l'abandonner - Le choix de comprendre (par Jean-Louis Courjault)

Courjault
Avant tout, j'aimerais parler des réactions que suscite la simple évocation de la lecture de ce livre. Plusieurs personnes de mon entourage professionnel ont fait des gros yeux quand j'ai dit être en train de le lire; d'autres on changé de sujet; dans le métro, très souvent, des femmes m'ont regardée de travers et il y en a même une qui a ostensiblement soupiré en levant les yeux au ciel et montrant le livre !

Comme si lire un livre écrit par Monsieur Véronique Courjault était déjà un crime en soi... On a beaucoup glosé sur "l'affaire", moi-même je n'ai pas été la dernière à faire de douteuses blagues sur les congélateurs jusque dans mon livre J'aime ma famille (que notre éditrice nous a sagement fait retirer, et elle avait raison) et me suis souvent servi de Véronique Courjault comme "référence": "je suis mauvaise mère, mais pas autant que Véronique Courjault, ahaha..."

Lire la suite "Je ne pouvais pas l'abandonner - Le choix de comprendre (par Jean-Louis Courjault)" »


Le top 3 des offres d'emploi fake

Offre d'emploi fake
Bien souvent, derrière une offre d'emploi, il n'y a pas d'emploi. Une offre d'emploi peut juste faire partie de la stratégie de communication dire "corporate" d'une entreprise. Elle est là pour faire de la pub, pour faire parler de l'annonceur / employeur, pour promouvoir sa merveilleuse "croissance" et pour montrer à ses actionnaires à quel point on est 1/ rentable, la preuve on recrute pour faire face à notre expansion; 2/ présent dans la presse spécialisée.

Ce top trois est inspiré de cas rencontrés pendant ma brève "carrière" dans la communication RH, toute ressemblance avec des personnes et des faits existant ou ayant existé n'est pas fortuite du tout.

(roulement de tambour)

 

n°3 - " L'offre - d'emploi - loi - Evin "

Pour une raison ou une autre (dans notre exemple, la loi Evin qui interdit aux vendeurs de tabac de faire de la pub) l'entreprise-employeur ne peut pas communiquer de manière classique. Les seules façons pour lui de voir sa marque, son nom et son logo dans la presse sont, ou bien d'avoir un article qui lui est consacré, ou bien d'avoir une offre d'emploi du type:

Venez travailler chez XXX (marque de cigarettes) / Logo énorme / Petite phrase d'accroche du type "XXX est le leader du marché du cannabis en Europe"

C'est légal, il a fait parler de lui même s'il ne recrute personne, tout le monde est content sauf le candidat qui a passé trois heures sur sa lettre de motivation et un mois à espérer une réponse.

 

n°2 - " L'offre - d'emploi - audit "

L'entreprise qui recrute aimerait beaucoup se payer une prestation chez KPMG, un audit financier, RH, marketing et développement commercial. Mais elle n'en a pas les moyens. Plus vicieux que l'embauche de stagiaires très longue durée, l'entreprise en question va opter pour un candidat-auditeur, avec une offre d'emploi du type

"XXX recrute. Pour nous rejoindre, montrez-nous que vous êtes un candidat performant et intéressé: dites-nous ce que vous changeriez dans notre entreprise pour en faire le nouvel acteur incontournable de son marché, avec votre CV et lettre de motivation"

Le candidat, motivé et performant, va envoyer une étude de 12 pages avec des préconisations concrètes. L'entreprise - qui n'a jamais eu l'intention de recruter, ou si peu - va lire et mettre en application ces recommandations sans jamais embaucher ni payer, évidemment, le candidat qui a donc fait office d'auditeur gratuit.

 

Lire la suite "Le top 3 des offres d'emploi fake" »


" Violences faites aux femmes. La honte doit changer de camp ! "

Emmanuelle piet

Emmanuelle Piet du Collectif féministes contre le viol - crédit photo MSNBC

Article écrit par mes soins, paru dans une forme allégée en mai 2010 dans ELLE, je vous propose de le relire à l'occasion de la Journée contre les Violences faites aux Femmes.

Toujours dans le cadre des Etats Généraux de la femme (après promis, j'arrête) le magazine ELLE a proposé aux 12 femmes de l'Observatoire d'écrire un texte sur un des sujets abordés pendant les 6 mois de déjeuners et de rencontres avec les associations. Après avoir changé une dizaine de fois le mien (difficile de ne retenir qu'une association, qu'un thème) j'ai finalement choisi d'écrire sur les violences et le collectif Féministes contre le viol un article titré: "La honte doit changer de camp" en hommage au titre de leur campagne de communication. Vous en trouverez une version, ainsi que les textes des autres Vigilantes, dans le numéro de ELLE de cette semaine.

Ce mercredi, les Vigilantes écoutent Emmanuelle Piet du collectif Féministes contre le viol: nom qui, au premier abord, m’a paru un brin angélique. Les psychopathes et Eric Zemmour à part,  (il avait déclaré que le viol était un fantasme féminin) nul ne se déclare a priori pour le viol.

Je me souviens avoir levé un sourcil, sceptique, me disant qu'il ne manquait plus que "le collectif contre la méchanceté" pour couronner le tout. Mais derrière les préjugés manichéens se cache une réalité plus complexe. Dans la vie, ça ne se passe pas comme dans les téléfilms de l’après-midi sur M6 : le méchant n’est presque jamais condamné à la fin et la femme garde en elle, à vie, une marque invisible mais indélébile de ce qu’elle a subit.

 

Lire la suite "" Violences faites aux femmes. La honte doit changer de camp ! "" »


" Et les salariées handicapées ? " Muriel Derouai Cimolet, consultante handicap diversité

Peut-être que ça vous a échappé: la semaine dernière était "la semaine pour l'emploi des personnes handicapées". A cette occasion, Muriel Derouai Cimolet, une mère active Consultante Handicap Diversité a eu la gentillesse d'écrire une chronique pour Maman Travaille. A elle la parole.

 Par Muriel Derouai Cimolet

« Si tu diffères de moi, loin de me nuire, tu m’enrichis ».

Antoine de Saint-Exupéry

La semaine du 15 au 21 novembre 2010 est marquée par de nombreuses manifestations en faveur de l’emploi des personnes handicapées. Concrètement, quelles sont les obligations et les motivations des entreprises en la matière?  Et comment accompagner les salariés et employeurs afin de promouvoir le handicap au sein du monde économique ?

 Les établissements de 20 salariés et plus ont l’obligation d’employer 6% de travailleurs handicapés au sein de leur effectif. Pour satisfaire à cette obligation légale, plusieurs réponses peuvent être apportées: emploi direct de personnes en situation de handicap, sous-traitance auprès du milieu protégé et adapté, conclusion d’un accord agréé.

Les entreprises qui n’atteignent pas le quota de 6% (et elles sont nombreuses !!) doivent s’acquitter d’une contribution versée à l’Agefiph.

Au delà de l’obligation légale, et de la sanction financière, les motivations des entreprises sont diverses :

Lire la suite "" Et les salariées handicapées ? " Muriel Derouai Cimolet, consultante handicap diversité" »