Previous month:
janvier 2011
Next month:
mars 2011

février 2011

Maman travaille au dîner de blogueurs d'Eric Besson, au Ministère

Peut-être en avez-vous entendu parler: Eric Besson a organisé jeudi soir un dîner réunissant une quinzaine de blogueurs / blogueuses et acteurs du web, au Ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie. J'étais invitée, je vous raconte.

On s'en fout, on n'y va pas, on n'a qu'à se cacher sous les draps...

Rendons à César ce qui est à Natacha Quester-Séméon, c'est elle qui, étonnée d'être la seule femme au premier dîner de ce type organisé en 2008, a oeuvré en coulisses pour que ce dîner-ci soit mixte. Merci à elle, donc, d'avoir insisté et joué de son influence (selon les propres termes d'Eric Besson) pour que les femmes soient aussi représentées. Ni plus, ni moins, mais aussi: arrêter d'exclure 51% de la population semble être un préalable incontournable à toute consultation, surtout quand on sait le pouvoir économique que représentent les femmes sur Internet, premières utilisatrices, (blogs, forums, réseaux sociaux) premières acheteuses et même entrepreneuses (voir notre liste)

Alors, y aller ou pas ? Pour être honnête, de but en blanc, Eric Besson n'est pas à la base mon ministre préféré. Sans dévoiler quoi que ce soit de mes opinions politiques personnelles, en tant que citoyenne, mère, descendante d'immigrés, élevée en cités HLM, membre du Bondy Blog, favorable à une nationalité française attribuée sur simple demande, ou tout ça à la fois, je ne porte pas dans mon coeur les thèmes de "l'immigration" et de "l'identité nationale" dont il est, heureusement ou malheureusement, indissociable dans l'inconscient collectif.

Pourtant, je n'ai pas hésité une seconde à dire oui. D'abord, parce qu'il ne s'agit pas d'un dîner sur le thème "les fans et les partisans de l'identité nationale" et qu'Eric Besson a désormais en charge le Ministère de l'Economie numérique. Ensuite, parce que via Maman travaille, nous réclamons toute l'année d'être reçue par les pouvoirs publics (Anne Hidalgo et Nadine Morano ayant été les premières à nous répondre sur ce point), ce serait faire preuve de mauvaise foi que d'esquiver l'invitation. Quelqu'un a dit sur Facebook: "on vous siffle, vous accourrez". Je réponds oui, même si la formule est plutôt vilaine. Pour ma part, à chaque fois qu'un élu ou un représentant de l'Etat voudra bien écouter nos propositions, j'irais.

Enfin, parce qu'il ne faut pas, à mon sens, rater une occasion de discuter. Ce n'est pas en restant chez soi et en faisant une ronde avec des gens qui pensent la même chose que soi qu'on va pouvoir faire avancer les choses. Je n'ai pas l'habitude de fuir la confrontation - ou plus simplement, le débat et l'échange, la discussion.

Les femmes, pas "politiques" ?

Lire la suite "Maman travaille au dîner de blogueurs d'Eric Besson, au Ministère" »


Comment rebondir après un congé parental: les petites leçons des mères célèbres

Vous êtes en congé maternité / au chômage / en congé parental. Vous vous demandez si, à votre retour sur le marché du travail autour de 2022, vous ne serez pas trop vieille / dépassée / morte.

Rassurez-vous: pas forcément. Si Maman travaille milite activement pour développer la carrière des mères, et faire en sorte que maternité ne rime pas avec arrêt brutal de travail (d'ailleurs, çe ne rime pas du tout) nous n'en sommes pas moins un réseau informé des réalités... et parfois, celles-ci sont brutales.

Cette semaine, vous avez été presque dix à écrire en même temps (un complot ?) au mail dédié de ce blog pour faire part de vos inquiétudes, comme Aurélie, 31 ans, qui explique "J'ai du démissionner faute de mode de garde pour ma fille" ou Nadia, 34 ans, ancienne chef de projet, qui raconte qu'avec la naissance de son troisième, elle ne peut plus suivre le rythme et a opté pour un congé parental, voire Carolina, 26 ans, qui attend son premier enfant et vient de se faire licencier (licenciement économique donc incontestable devant les prud'hommes, dans son cas).

Ces mères actives se demandent si une pause va mettre fin à leur carrière. D'instinct, j'aurais envie de leur répondre oui. Mais cela ne leur remonterait pas vraiment le moral, n'est-ce pas ? A la place, Maman travaille vous propose de chercher des femmes qui ont interrompu leur carrière pour élever leurs enfants en bas âge (bien que celles qui travaillent les élèvent aussi nous sommes on ne peut plus d'accord là-dessus, évidemment) et ont réussi à remettre leur carrière sur les rails, en nos inspirant de leurs réussites:

 

Demi moore

 

Lire la suite "Comment rebondir après un congé parental: les petites leçons des mères célèbres" »


Ta mère sur le web

Si vous avez manqué les deux premiers épisodes, un bref rappel: à l'initative de la charmante BD-blogueuse de Jeveuxunbébé, nous sommes 9, 9 blogueurs estampillés parents à nous réunir chaque mois virtuellement pour vous donner notre vision de la grossesse et de la "parentalité". Ca donne "9 blogueurs, 9 mois".

Après avoir abordé la grossesse et la culpabilité, nous avons entrepris de nous attaquer à un thème qui vous évoquera sans doute bien des choses: la "désocialisation" des jeunes parents.

Pour ce mois-ci, nous avons deux invités, nous sommes 11 et non plus 9, comme les mousquetaires qui n'était pas 3, vous suivez ? Moi non plus.

Pour ma part, je raconte comment les jeunes parents - et surtout les jeunes mères - se retrouvent à vivre leur vie sociale intégralement sur Internet... et ça donne ça. ("hit the road, ma vie sociale, and don't you come back no more, no more, no more, no more...")

 

PS Oui, j'étais bien invitée par Eric Besson hier soir au dîner de blogueurs au Ministère, avec bien d'autres, c'était instructif, parlons-en d'ici lundi.

PS 2: Maman Travaille est dans Fémina de cette semaine.

PS 3 J'interviens à une conférence sur la conciliation carrière / maternité dans le cadre de la Journée de la femme, à Suresnes, samedi 5 mars. Participants: François Fatoux / Isabelle Debré / Marlène Schiappa / Sandra Le Grand, entre autres. N'hésitez pas à venir.

PS 4: Osez l'amour des rondes: interview de Marlène Schiappa sur Ladies Room

Fin des PS !


Garde partagée: facteur de réussite professionnelle pour les mères ?

Garde partagée

Ces derniers jours, vous avez été très nombreuses (et nombreux) à évoquer la garde partagée  / alternée comme facteur de réussite professionnelle des mères. Mais qu'en est-il en réalité ? Moins de 6% des enfants en bas âge sont gardés chez leur père, proportion qui augmente avec l'âge quand les enfants peuvent donner leur avis, et à peine plus de 10% pratiquent la garde alternée.

L'équation semble très simple: si votre enfant est gardé une semaine sur deux ailleurs que chez vous, c'est une semaine où vous n'avez pas à penser "mode de garde" et pouvez vous consacrer à vos activités. C'est en tout cas comme ça que Flora, 34 ans, voit les choses. Maman de Lou, 4 ans, elle a une organisation bien précise depuis qu'elle a quitté le père de sa fille.

 

Lire la suite "Garde partagée: facteur de réussite professionnelle pour les mères ?" »