Qui est la nouvelle présidente du Women's Forum ?
Vrai / Faux: 10 idées reçues sur les poux

La parole à... Françoise: " Supers Mamans, méfiance ! "

Laparolea Dans "La parole à..." nous passons le micro, ou plutôt le clavier, à l'une de vous. Vous aussi, vous avez quelque chose à dire, vous sauriez vous servir de cette tribune libre, de cette carte blanche ? N'hésitez pas, alors,  cliquez sur "Ecrivez-moi" en haut à gauche.

Cette semaine, la parole à Françoise, qui réagit à mon article paru sur Yahoo et nous dit "méfiance", et, forte de son expérience, nous délivre quelques conseils...

" Bravo à Nadia, Christèle, Elodie, Céline, Karine, Catherine, Bravo à Marlène ! Vous êtes des filles formidables et votre dynamisme appelle l’admiration…

Les Mompreneurs sont impressionnantes et elles méritent de réussir à construire leur projet professionnel mais.. attention ! Chaque médaille a ses revers et il faut aussi savoir que vous n’êtes pas à toute épreuve et que le risque d’un loupé existe, dans un domaine ou un autre!
Vous êtres triomphantes, combatives et fermement décidées à tout gérer simultanément et cet état d’esprit est essentiel pour réussir. Cependant les pièges existent et vous guettent :

 

- Vous pensez que dans quelques années tout ira mieux ; les enfants auront grandi, le mari aura compris, la petite entreprise aura pris racines et ramifications. Pourquoi pas ? Oui mais… après l’enfance il arrive l’adolescence, après le grand amour il arrive une certaine lassitude, après le boulot il arrive la fatigue… 

- Le temps va passer à grande allure et vous continuerez à gérer coûte que coûte et plus vous donnerez de vous-même à votre job, plus il vous prendra de temps ! moins de temps vous aurez pour vous, le couple, les enfants 

- Un jour viendra trop vite où votre grande fille vous regardera dans les yeux du haut de sa nouvelle féminité et vous rétorquera « mais où étais tu quand j’ai eu besoin de toi ? » Et vous, désarçonnée devant l’agressivité déclarée de l’ado, vous allez tenter de vous justifier et de lui répondre que vous vouliez que « tout roule.. »

- Vous chercherez appui auprès de votre mari qui aura créé son monde à lui entre son travail, son sport, son journal et peut être vous ne pourrez renouer le dialogue.

- Votre santé n’est pas à toute épreuve et l’usure de l’organisme est inéluctable. Vous regarderez votre visage fatigué dans votre miroir et même si vous avez su demeurer très mince et élégante (boulot oblige) vous ne verrez pas poindre le danger de la maladie…sournoisement infiltrée ou parfois brutale.

Non il faudra sacrifier et je vous parle d’expérience ou bien ce sont vos amours ou l’un de vos amours (mari, enfants, job, santé, épanouissement personnel) qui vous sacrifieront.
Nombre de « soixante huitardes » ont bondi sur les idées nouvelles de la femme libre, indépendante et brillante. Nombre d’entre elles ont réussi leur carrière et vous ont ouvert les portes de la considération et de la reconnaissance mais à quel prix ? Vous l’ignorez…

Prenez du recul, faites des choix, connaissez vous vous-mêmes mais surtout, surtout ne rêvez pas de mener à bien tous vos engagements à la fois…

Désolée du pessimisme mais il ne s’agit pas que de mon expérience personnelle mais aussi de celle de bien des amies qui au fil des années se sont exprimées. L’échec demeure souvent secret et la souffrance est personnelle .

Quant à moi, j’ai décidé de devenir fan des « desperate housewives » ! "

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Claire

Ce constat est triste et alarmant.

Bien sur que les mères ne peuvent pas tout faire à la fois, mais pourquoi ça ne vaudrait pas aussi pour les pères?
Beaucoup de clichés là-dedans: on peut être mère active, investie dans son travail et voir grandir son adolescente, et réciproquement, la desperate housewife peut ne rien comprendre à l'adolescence de sa fille.
Je crois que chacun fait avec les moyens qu'il a pour mener à bien sa vie et que finalement, les enfants auront toujours quelque chose à reprocher à leur mère(ou père): "Tu travailles trop", ou "T'es toujours là quand je rentre du lycée/collège, avec mes copines on peut pas faire les "conneries" qu'on veut", etc.

Vous parlez de l'usure de la santé, face au temps, mais est-ce que parce ce qu'on est mère au foyer le temps s'arrête et la gestion de la famille est mois éreintante? Je n'en suis pas persuadée...

Pour ça, je suis fière de ma mère, ses enfants ont grandi, se sont épanouis malgré son travail prenant et usant, elle a réussi à gérer le quotidien et maintenant que nous sommes partis, elle peut faire le constat qu'elle a réussi à mener de front carrière et famille.
Il semble qu'à chaque caractère corresponde une situation: certaines femmes aiment à rester s'occuper de leurs enfants-maison-jardin-courses et d'autres ne supportent pas rester chez elle.

Peut-être que ce n'est pas tout à fait clair, ni bien exprimé et je m'en excuse d'avance, mais ce message me fait bondir par sa résignation.

Claire

Petit rectificatif, pardon Françoise, votre constat n'est pas alarmant, le terme n'est pas adapté du tout...
C'est juste triste parce que pessimiste (mais vous nous prévenez alors tout va bien ;))

Bidibulle

pour ma part, je m'interroge sur la nécessité d'un tel témoignage... Ou est le positif là dedans?Ou est le constructif?
"Vous finirez seule, vieille et moche, usée de fatigue avec l'ingratitude de vos enfants, faites comme moi, devenez une desperate housewives...Là j'avoue ça me dépasse.

Pascale (ex pseudo archipelparfums)

Ma pauvre Françoise, je suis désolée mais je vais suivre les copines et leur constat.
J'avoue avoir lu avec beaucoup d'attention votre "billet" en me disant que c'était une blague et que la chute serait probablement signé d'un brin d'optimisme.... Que nenni ! C'est drôlement étrange comme façon de voir l'avenir, et pas trés encourageant pour les futures maman etrepreneurs. Je n'imagine pas du tout ce shéma juste parce que je suis Mom'preneurs, pourquoi ça n'arriverai pas en étant tout simplement salariée dans n'importe quelle entreprise.
Avant Archipel Parfums, j'étais cadre dans une entreprise ou mes horaires étaient plus que régulièrement 9h-20h, je ne voyais presque pas mes enfants (ce qui n'est plus le cas), j'ai eu des mots sévères avec mon époux à cause de mes retours tardifs à la maison et mes nécessités d'aller au bureau de temps en temps le WE... Tout cela n'est à présent plus d'actualité.

Je suis confuse de vous dire que je ne souhaites absolutment pas devenir une Desperate Houswives même si personne n'est à l'abri de rien.

Je nous souhaite un parcours plus gai que celui que vous nous prévoyez.

Ceci étant chacun voit midi à sa porte et je vous souhaite plein de bonnes choses.

Marlène (Maman Travaille)

@ les filles:
Françoise n'a pas la prétention de nous dire quoi faire.
Elle regarde juste en arrière pour faire un bilan et nous parle de son vécu à elle.
Ce qu'elle veut nous dire, d'après ce que j'ai compris, c'est qu'à vouloir tout faire à 100 à l'heure, il arrive un moment ou on en subit les conséquences.
Elles nous suggère simplement de ralentir un peu... ou du moins de réfléchir !
Et, c'est une carte blanche, donc si vous aussi avez un billet à faire, prenez la parole ne vous privez pas :D
Non ?

Pascale (ex pseudo archipelparfums)

La pauvre françoise !!!
Même si ce qu'elle nous dit n'est pas trés réjouissant, elle a "osé" nous dire sa façon de penser au risque de "prendre des coups de batons".

Camilla Gallapia

Un petit Lexomil peut être ?...

Cécile

QUelques commentaires face à ce constat désabusé :
- Toute mompreuneur n'est pas débordée chaque minute de sa vie. Gérer son temps, ça veut souvent dire travailler plus, mais ça veut aussi dire se libérer plus facilement quand c'est nécessaire
- les enfants, ça se fait à deux... autant dire que dans mon esprit, ça s'éduque à deux, si possible à égalité. Pourquoi ce genre de constat affirmant "impossible de tout faire" n'est-il jamais dressé pour les hommes ?
- Il y a derrière ce texte l'idée qu'en voulant faire plusieurs choses, on fait tout mal. Ca peut être vrai pour certaines, qui choisiront d'être femme au foyer ou au contraire de faire carrière sans famille. Mais c'est faux pour la plupart : pour ma part, j'ai besoin de mon boulot (prenant), de ma famille et d'activités extérieures pour mon plaisir. Ce sont les trois pilliers qui me sont indispensables.
- Un ado a besoin, pour se construire, de parents bien dans leur peau, et surtout solides, car ils tapent bien dessus ! Pas forcément de mères au foyer ou de mères avec un boulot pépère.
- quant au mari, s'il s'est détourné de sa femme, ce n'est certainement pas uniquement à cause du boulot. La lassitude peut avoir plein de causes, et des boulots prenants, mais dont on discute, peuvent souder davantage que d'être au foyer (où la femme peut être frustrée de n'avoir pas grand chose à raconter à son mari, et peut avoir du mal à comprendre le monde dans lequel il vit).

Bref, je ne suis absolument pas d'accord avec ce constat.
Ce qui est sûr, c'est que chacun doit arriver à trouver son équilibre. Il ne faut donc pas se dire "ça s'améliorera plus tard", comme tu le soulignes bien.

nadia

Je pense que le risque d'etre à son compte c'est de manger, respirer, vivre entreprise et que le temps passé à autre chose peut etre vu comme du "temps perdu"...si je n'étais pas sorti ce week-end j'aurai pu avancer sur le projet, bla bla bla...et le risque est là...à trop penser entreprise, on en oubli ou néglige les siens...mais quelle la meilleure solution : restée salariée dans un boulot qui nous convient pas??? je ne suis pas sure que d'avoir une maman déprimée et une épouse en doutes soit aussi la meilleure solution...chacun doit faire comment elle peut, on est pas des superwoman...dans mon cas, avec 2 enfants en bas age, j'apprecie de travailler à la maison sans contrainte extérieure : mon grand a été beaucoup malade ces derniers temps et j'ai pu aller avec lui voir les spécialistes sans contrainte, ou même hier l'emmener voir les décorations de noel dans notre ville...si j'avais été salariée, j'aurai du prendre 1 semaine de congé pour etre avec lui ou mon mari, cela aurait été la galère! au final, mon but n'est pas d'etre la future pdg d'une grosse multinationale mais de gérer mon temps donc si il faut freiner, je freinerai et demanderai de l'aide...

DUR DUR d'etre maman et d'avoir des ambitions....

carla

MOI QUI NE SUIS PAS mompreneur mais maman et active, je trouve ce texte très bien!

c'est une façon de nous dire "attention", à vouloir trop en faire on se brule les ailes, écoutez vous un peu, ne laissez pas le temps filer... c'est du Lamartine 2.0!

UneChambreàMoi

c'est dur de lire ce message de Françoise.
Je le trouve assez pessimiste.
Mais en même temps, je crois que nous devons rester humbles et savoir écouter le retour d'expérience des autres, surtout quand ces personnes ont plus vécu que nous.
L'expérience des autres ne nous sert jamais vraiment, mais au fond, si on lit bien ce message, tout n'est pas si négatif.

Elle nous dit de ne pas nous leurrer, de ne pas être dans le contrôle, qu'à force de vouloir tout maîtriser, et d'avoir l'impression de réussir à le faire, on peut tomber de haut.

Elle s'adresse plus aux femmes, car toutes les possibilités offertes à elles professionnellement sont assez récentes.
Mais un homme, à mon avis, pourrait être tout autant concerné.

Ce qu'elle nous dit, c'est que, malgré une réussite triomphante, de beaux enfants, un moral d'acier et un corps en parfaire santé, il est bon aussi de savoir être low-profile de temps en temps. En fait il ne faut pas oublier d'être réaliste.
Hommes comme femmes.
C'est un appel à plus de sérénité, d'humilité.

Je le rejoins sur ce point: il me parait toujours délicat de prétendre avec assurance: "j'ai tout réussi, ma famille, mon job, ma vie" alors qu'on a à peine 30 ans.
Même très heureuse, c'est vrai que j'ai toujours un peu de mal à ne pas être superstitieuse. En cela, je reçois bien son message.

Il faut prendre ce témoignage comme un conseil, plus que comme quelque chose de frustrant: Cette alerte ne doit pas nous empêcher de vouloir tout réussir, mais elle va peut-être nous permettre de réfléchir à comment mieux vivre les moments difficiles, pro ou perso (car on en rencontrera...).

Et pour cela, je le trouve, derrière ses aspects un peu "No Future", finalement assez constructif.

Céline

Ça fait très leçon de morale et j'ai aussi cru à une caricature ! On fait quoi alors, au foyer ? Une "mompreneuse" n'est pas forcément débordée tout le temps ou absente à sa famille...
C'est bien pessimiste tout ça !

Minipousse

J'ai un autre pont de vue : celui de l'enfant de la mère ambitieuse qui veut tout mener de front...
Enfant puis adolescente, j'ai eu une mère toujours le nez sur son ordinateur, usant sa patience au bureau, et s'épuisant à courir après le temps le soir, pour s'occuper de ses enfants puis se remettre à bosser. Mon père bossait, et rentrait décontracté, on pouvait parler avec lui, il n'était pas aussi nerveux. J'ai mis du temps à comprendre que c'était facile pour lui : il ne gérait pas l'intendance.....
Ma mère a eu des soucis de santé, son couple a bien failli exploser. Adolescente, j'ai effectivement reproché à ma mère de ne l'avoir vue que de dos.
Connerie! c'était facile : je savais que c'était là que ça faisait mal, là où elle était fragile, mais la vérité, c'est qu'elle a toujours été exactement là où elle devait être : c'est elle qui nous a fait grandir, du mieux qu'elle pouvait, en s'oubliant trop parfois, en culpabilisant tout le temps, mais en essayant de ne rien sacrifier de ce qui avait de l'importance à ses yeux. Ses enfants, son boulot, sa famille, ses amis!
Qui ne connaîtra jamais la maladie, les crises conjugales, les engueulades avec ses enfants? Ce n'est pas parce que ma mère a tant et tant bossé qu'elle a vécu tout cela, c'est parce qu'elle a vécu, tout court. Par contre, c'est parce qu'elle a bâti un équilibre entre tous ces pans de sa vie, que quand l'un menaçait de s'effondrer, elle a trouvé la force de reconstruire.

Ce que j'en conclus, c'est qu'il ne faut pas espérer vivre au pays des lapins roses. La vie peut être difficile, et ce n'est pas parce qu'on est une maman ambitieuse qu'on y coupera. On va au devant de difficulté, quoi qu'on fasse, ou ne fasse pas, s'investir dans son boulot n'est pas une exception à la règle. Pas plus qu'avoir des enfants, sauf que je n'ai pas souvent entendu de mères dire que si elles avaient su que ca mettrait leur couple en danger, qu'on les découperait à l'accouchement, que ca les rendraient malade pendant des mois et les feraient crever d'angoisse pendant 35 ans, elles n'auraient pas eu d'enfant... La seule différence, c'est que ca concerne le boulot, et ça fait juste plus culpabiliser les mères parce qu'elles subissent des discours de ce genre : " fais ça et tu souffriras et fera souffrir ceux que tu aimes, et ce sera ta faute" au lieu de "ce sera dur, mais ca vaut le coup! Trouve de bons appuis, courage et fonce! Fais ce qui te rendra heureuse, et assume en le prix, tu en as les moyens".
Merci maman!

Nathinphoenix

Bonjour,
Je crois modestement, que tout le monde ne peux pas tout faire en même temps, en effet. Mais se lancer dans un projet d'entreprise n'est pas demande a tout le monde non plus ? il y a des gens qui sont plus heureux en étant salarie, ou "a la maison" ou entrepreneur,ou explorateur...
Reste a savoir pourquoi on fait ce que l'on fait.
Les enfants préfèrent avoir des parents épanouis dans ce qu'ils aiment (père et mère) que des parents mal dans leur peau.
(et je rejoins les autres personnes disant qu'être salarie est tout aussi prenant qu'être entrepreneur !)
Ce qui me pose personnellement problème des fois c'est l'équilibre. Et je pense que ce billet parle de ca. Comment trouver un équilibre qui fasse que l'on arrive a concilier ce qui est important ? En en parlant, et ce blog est parfait pour ca. Pensons tous (hommes et femmes) a ce qu'est notre équilibre a 1 a 2 a 3 (famille).
Pour ce qui des "desperate housewives" faut que je profite de la tribune pour expliquer que c'est le contraire total de ce que l'on raconte - Enfin si ca vous intéresse ?
Bisous a toutes et tous...ouais aujourd'hui je fais des bises !

Lucky

Au final, dans Desperate Housewives, n'est ce pas Lynette qui réussit le mieux avec ses enfants ? versus Bree et sa maison si bien tenue ...

Blogueuse égarée

Si le témoignage de Françoise est désespéré, il n'est pas forcément désespérant pour toutes celles qui le lisent.
On peut le prendre comme un avertissement, et je pense que c'est ce qu'elle souhaitait.
Mompreneuse ou Momàlamaison, ne mettons pas tous nos oeufs dans le même panier, ayons des tas de centres d'intérêt, nos enfants, nos amours, notre boulot, nos amis, les fleurs, les fringues, le tricot, le trekking et les bonbons Haribo.

Mooom

Toutes les femmes sont différentes et j'admire énormément toutes les Mompreneuses. Les propos de Francoise peuvent paraitre pessimistes mais je pense que toutes les Mompreneuses devraient les inclure dans leur "business Plan" dans les aspects à ne pas sous-estimer. Il n'y a pas que les enfants et le boulot dans la vie, il y a aussi son bien-etre, un bon sommeil, une bonne santé. Quand la maman va bien, les enfants vont bien, le boulot va bien etc... Alors les mamans, prenez un peu soin de vous et ne vous dites pas que vous aurez bien le temps de vous reposer quand les enfants seront grands, ce sera trop tard.

Nath (la 107385eme)

je suis bien d'accord avec Francoise. Il y a eu des hommes entrepreneurs qui se sont plantes, et ont vu leurs enfants devenir de parfaits inconnus, il y aura certainement des meres a qui arrivera la meme "mesaventure".
je ne vois pour autant pas pourquoi ce serait refuse aux meres, d'evaluer le risque, de le prendre, et de le gerer - quitte a se tromper, quitte a reussir.
et vive les peres qui assument et assurent ;-) comme leurs glorieuses ainees qui ont assume et assure la carriere de leur homme, lorsque ca ne fonctionnait que dans ce sens

fanfan

Et bien moi, je veux tout et je le revendique : je veux voir ma fille grandir, je veux un couple soudé et qui vit un peu pour lui, je veux du temps pour moi et rien que pour moi, je veux garder et entretenir mes amitiés, je veux créer ma propre activité ou, si cela ne fonctionne pas comme je le voudrais, être épanouie dans mon travail tout en gardant du temps en quantité suffisante pour moi et ma famille, je veux prendre soin de mon corps et de ma tête ... bref je veux tout, pas tout en même temps mais au final, je veux tout, et je ferai tout pour l'avoir même si c'est dur, même si ça prendra du temps : j'ai toute la vie devant moi !
La vie est belle, l'espoir fait vivre et les rêves sont fait pour être réalisés (même si l'issue n'est pas positive ...) voilà la valeur essentielle que je veux transmettre à ma fille.

Toute action comporte une part de risque bien réelle mais doit-on pour autant jouer la sécurité ?

Je pense vraiment que le secret du bonheur c'est d'être authentique et honnête avec soi-même : être mère au foyer si c'est vraiment ce que l'on souhaite (et si on le peut bien entendu), être salariée et faire carrière dans une entreprise si c'est vraiment ce que l'on veut ou vouloir les 2 si c'est vraiment ce qui nous rend heureuse (ce qui implique bien entendu, des aménagements ;) ).

Alice

Moi, j'ai beau être féministe à 100%, me battre au quotidien pour l'égalité au travail et à la maison, je comprends tout à fait Françoise. A 26 ans, je suis une fille de wonderwoman, ma mère a voulu tout gérer de front pendant que mon père mettait sa carrière entre parenthèses, faisait les courses et nous amenait à l'école, même si c'est vrai que les câlins, les cadeaux et les gâteries restaient plus du côté maternel. Et je l'ai vue s'effondrer petit à petit pour arriver complètement usée à 50 ans, physiquement et moralement, quasiment au point de conseiller aux jeunes femmes de rester chez elles plutôt que de faire les mêmes erreurs qu'elle. Alors oui, je suis très fière de ma mère, mais quand je vois aujourd'hui la course à celle qui pourra gérer le plus de choses de front, ça me désespère autant que de voir un homme qui met sa vie de famille entre parenthèses pour sa carrière. Donc aujourd'hui, je veux m'éclater au travail si possible mais je ferai toujours passer ma famille d'abord, et j'attends de mon homme qu'il fasse de même, à égalité, parce qu'un jour la famille c'est tout ce qui nous restera.

Léandre

Merci Alice.

Depuis que le féminisme existe, les femmes revendiquent le droit de faire comme les hommes... tout en continuant de faire ce que faisaient les femmes.

C'est intenable. Le modèle traditionnel c'est que l'homme travaille "dehors" contre un salaire et que la femme travaille "dedans" contre... l'amour de ses enfants et la reconnaissance de son époux.

Alors croire que les femmes peuvent travailler dehors contre salaire ET dedans contre la joie de la famille, c'est intenable. C'est ce que disent Françoise et Alice

L'égalité homme femme ne peux se faire que si l'équilibre travail-foyer est révisé, qu'on admette que travaille 40 h chrono (voire 35 h) ne fait pas de vous un mauvais salarié interdit de promotion, mais qu'au contraire faire trop d'heures n'est pas acceptable.

Et bien sûr si on cesse de considérer le ménage comme un tâche dégradante, que homme et femme se répartissent en jouant à qui en fait le moins, mais comme une activité nécessaire, qui mérite la reconnaissance sociale, et que homme et femme assument avec mérite.

Cathy

Pour ma part, il y a une certaine dose de réalisme dans son texte. Seule avec deux enfants de 6 ans, je dirige une équipe et les horaires sont prenant. Absente de 8 heures du matin à 20 heures le soir.
Et même si les enfants "se font à deux" comme j'ai pu lire dans les commentaires, ils arrivent souvent qu'on les élève seule !
Avec un rythme pareil, je rentre, consacre du temps à ma tribu, un peu à la maison une fois qu'ils sont couchés. Et je reprends le boulot depuis mon ordi perso. Couchée vers minuit, levée vers 5h00.
Pas une minute à me dégager, ma mère qui me reproche de devoir "prendre rendez-vous" avec mon assistant afin de pouvoir me voir, vie sociale inexistante.
Mais il faut bien payer le loyer n'est-ce pas ?
Et lorsque je rencontre d'autres femmes seules, et actives par la force des choses ou par choix, et que nous discutons de nos vies, la conclusion qui me choque le plus c'est "ah alors, c'est bien normal de se couper de monde et de faire un croix sur sa vie sociale". Non, c'est pas normal. C'est presque une fatalité. Un manque qui me bouffe. Mais le peu de temps que j'ai "pour moi", je le donne à mes enfants. En me disant "plus tard" je penserai à moi. Et en craignant que "plus tard" ce soit "trop tard".
En attendant, mes enfants sont des merveilles, ils ont un toit sur leur tête, des assiettes pleines à table. Pour l'instant, c'est tout ce qui compte...

Cécile Basset

Françoise à raison. Elle tente juste de nuancer le discours qui consiste à dire qu'en dehors du travail point de salut pour madame… Il ne me semble qu'il n'y a pas d'un coté les femmes active qui ont tout bon et les mères au foyer qui ont tout faux mais juste un équilibre à trouver.

Je travaillais depuis 10 ans et je suis en congé parental pour mon petit garçon né en mars dernier. Je trouves vos propositions très intéressante pour aménager les conditions de travail et la maternité.

Mais suis très dérangée sur votre blog par la phrase ""Non, nous ne sommes pas d'horribles feignasses obsédée par l'idée de prendre un congé parental, oui, nous pouvons gérer une entreprise !" sur le lien "maman travaille, qu'est ce que c'est ?"

C'est dommage, ça casse l'ambiance. Vous allez à l'encontre de vos revendications … Je ne peu pas vous demander de la retirer alors tant pis je roulerai pour ma chapelle ! quel dommage !

tchatche

Il y a un passage que je reconnais dans tout sa, celui où sa parle d'un jour meilleurs quand les enfants grandiront, le mari... C'est un témoignage que je trouve trés réaliste..

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)