Previous month:
juillet 2011
Next month:
septembre 2011

août 2011

Quand le magazine Management croit dire du bien des femmes au travail

Management Jusqu'à l'an dernier, le magazine Management, dédié aux cadres, c'était "a man's world". Puis, via leur nouvelle formule, ils ont eu l'ambition de se moderniser et de parler aussi des femmes dans l'entreprise. Et ont su prouver que, quand on cherche des femmes, on en trouve: ils ont ainsi publié les portraits de Brigitte Cantaloube, Anne-Laure Constanza, et autres femmes d'entreprise.

En outre, les déclarations faites au magazine Management dans les interviews sont de formidables matières premières pour mettre les entreprises face à leurs contradictions, comme par exemple L'Oréal, souvenez-vous.

Alors quand on me souffle "Tu devrais acheter Management ce mois-ci, ils ont réalisé un dossier sur les femmes en entreprise, et L'Oréal se vante de sa forte part de femmes cadres", je fonce acquérir le précieux numéro de rentrée.

 

Les femmes sont-elles meilleures que les hommes ?

Le titre, en couverture "Les femmes sont-elles meilleures que les hommes ?" me laisse dubitative, mais admettons: je sais que sans titre accrocheur, voire un brin provocateur, un magazine n'attire pas l'oeil et donc, ne se vend pas. Le sous-titre, "Pourquoi les entreprises ont besoin d'elles", pose en revanche une problématique intéressante et concernante.

Pour illustrer ce propos, Nathalie Roos, présidente Europe de Mars; et Jean-Paul Agon, PDG de L'Oréal. Un spécial femmes avec un homme ? Pourquoi pas, après tout... bon point pour Management, la couverture couleur bleu canard: on nous a évité la couv' rose à paillettes. C'est donc pleine d'espoirs que j'ouvre le magazine...

Femme des années 80...

Dès les premières pages, je ne suis pas déçue. Mathieu Scherrer, rédacteur-en-chef, propose un édito dont le titre est "Briser le plafond de verre à coups de talons aiguilles". Femmes=talons aiguilles... moi qui n'en porte jamais, je reste sceptique, mais admettons encore une fois qu'il s'agisse d'une formule (ou d'une image de la "femme des années 80" ?)

Outre ce titre, l'édito est impeccable, rappelant les séréotypes enseignés dès la maternelle, les écarts de salaire et la nécessaire féminisation des entreprises.

 

Lire la suite "Quand le magazine Management croit dire du bien des femmes au travail" »


Violaine Dupuis, agronome, une fille: "Ce n'est pas parce que je suis maman que je suis moins compétente !"

Violaine dupuis
Comment vous appelez-vous ?
Violaine Dupuis

 

Quel est votre métier ? Où travaillez-vous ?
Je suis agronome et travaille à Limoges. Limogée, en quelque sorte...

 

Combien d'enfants avez-vous, "qui va les garder" comme dirait Laurent Fabius ?
Une fille, encore petite (5 mois ½ ). Elle est gardée par une nounou, à coté de mon travail.

 

Devenir mère a changé ma vision du travail. Depuis, je...

relativise beaucoup, mais alors, beaucoup plus ! Les demandes qui s'accumulent sans que j'ai le temps de répondre, les petites phrases assassines du chef... Tout ça devient secondaire par rapport aux questions existentielles : a-t-elle bien mangé, bien sali ses couches, est-elle trop habillée, pas assez... ;)

Dans le même temps, je souhaite encore plus qu'avant « faire mes preuves » et montrer que ce n'est pas parce que je suis maman que je suis moins compétente ou moins impliquée dans mon travail. Donc j'hésite plus qu'avant à refuser un dossier parce que je suis débordée. J'ai peur qu'on me dise que c'est parce que j'ai un enfant.

Mais tout cela s'oublie devant le sourire de ma fille en la retrouvant le soir !

Lire la suite "Violaine Dupuis, agronome, une fille: "Ce n'est pas parce que je suis maman que je suis moins compétente !"" »


La vidéo adorable du moment

Alors que nous sommes bombardés jusqu'à ce que mort s'en suive de vidéos cruchonnes de "oh-mon-bébé-est-trop-mignon", un peu flippantes (la maman qui rigole fort et longteps avec ses 50 bébés dans un lit) voire carrément obscènes (par ici, les bébés-stars et les mannequins allongées avec rouge à lèvres et talons auguilles, bonjour Véronika Loubry) voici une vidéo rafraîchissante !

Un jeune papa tente de jouer un morceau à la guitare, mais sa fille fait des grimaces. Il adapte les paroles ("Elle fait une tête bizarre" "Elle doit aller prendre sa douche parce qu'elle pue") et finit par commenter les jeux de son autre fille ("Elle supprime toutes mes applications iPhone") puis par laisser tomber sa tentative ("Pas de musique ce soir, désolé...") en lâchant un petit "Help me". A voir...

 

 


Ces mamans obligées de cumuler deux emplois

Récession, retour de vacances, bientôt les soldes, rentrée, charges annuelles, honoraires du pédiatre... les fins de mois sont de plus en plus difficiles pour les mamans. Et nous recevons de plus en plus de mails de mamans qui travaillent et recherchent des astuces pour arrondir leurs fins de mois, et envisagent même... de prendre un deuxième job temporaire ! 

 

Cumuler deux emplois: ce qui était une fiction réservée aux mères marginales des séries américaines il y a 10 ans devient petit à petit une habitude: " Sur 10 candidatures, en moyenne, 2 proviennent d'une femme qui a déjà un emploi" indique Daphnée, chargée de recrutement pour une agence d'intérim spécialisée dans le recrutement d'assistantes et de femmes office managers. 

City One, par exemple, recrute en permanence des hôtesses d'accueil, des animatrices et des guides à temps partiel pour les musées parisiens. Le seul critère de recrutement ? La motivation ! 

" J'ai postulé dans une agence d'hôtesses en précisant que j'étais maman et que je travaillais déjà dans l'événementiel, ça n'a pas posé de problème. J'ai été embauchée pour un CDD de 2 mois, je travaille tous les samedis matins, ça me fait un peu plus de 600 Euros en tout: de quoi craquer pendant les soldes sans plomber le budget de la famille !" sourit Anita. PénélopePhone Régie... ce type d'agences cherche avant tout des femmes plutôt jeunes, ou qui le paraissent, souriantes et ponctuelles: qu'elles aient déjà un travail ou qu'elles soient mères de famille ne les perturbent pas plus que ça.

Pour d'autres mamans, il s'agit plutôt d'une nécessité. Charlotte nous explique:  "Mon mec vient d'être licencié et il n'a pas encore droit aux indemnités de chômage, et moi j'ai des horaires précises, je travaille à mi temps comme commerciale. Avec mon demi salaire, on a tout juste de quoi payer nos factures." Charlotte a donc pris un job en plus: vendeuse dans un magasin pour enfants, à mi-temps, pendant les prochaines soldes: 700 Euros par mois pendant presque deux mois, en espérant que son ami retrouve un emploi dans l'intervalle.

Légalement, cumuler deux employeurs, c'est possible: on peut travailler jusqu'à 48 heures par semaine "exceptionnellement", disent le Code du travail (article L 342-2) et la Loi sur l'annualisation du temps de travail. Vous avez malgré tout une obligation de "loyauté" vis à vis de votre premier employeur, en clair, ne pas aller vendre des cartes Darty le week-end si la semaine, vous remplissez les dossiers des cartes Fnac. Ou pire, d'aller écrire des accroches de pub chez Euro RSCG en free-lance si c'est Publicis qui est votre "régulier"... Et si vous êtes prof, contrôleuse des impôts ou toute autre fonctionnaire, oubliez tout de suite: c'est clairement interdit, sauf quelques rares exceptions (travaux d'intérêt généraux, enseignement, etc)

Lire la suite "Ces mamans obligées de cumuler deux emplois" »