Une mère rebaptise son fils Kévin plutôt que Mohamed "pour qu'il puisse travailler"
Astrid M, illustratrice de "Je suis une super maman" (Ed. Vents d'Ouest): "Être maman, c'est un métier à hauts risques !"

Interview exclusive d’Anne Hidalgo, porte-parole de Martine Aubry : « Il faut adapter les modes de garde aux contraintes horaires du travail »

Anne hidalgo martine aubry Martine Aubry, candidate à la Présidentielle via les Primaires socialistes, avec Anne Hidalgo - DR


Anne Hidalgo
a accepté de prendre de son temps pour recevoir « Maman Travaille » à la Mairie de Paris. La porte-parole de Martine Aubry (candidate à la primaire socialiste) également Première Adjointe au Maire de Paris et élue du 15ème arrondissement (PS), inaugure notre série d’entretiens avec les candidats à la présidentielle. Elle répond sans tabou à nos questions sur la conciliation entre travail et maternité, et se confie sur sa propre expérience. Entretien réalisé par Marlène Schiappa et Nadia Hathroubi-Safsaf.

 

Marlène Schiappa : Anne Hidalgo, au sein du réseau Maman travaille, nous avons un sujet de prédilection : les modes de garde. Comme vous le savez, il manque d’après le rapport Tabarot 320 000 places en crèche en France… Est-ce que Martine Aubry s’engage à faire ouvrir les places manquantes si elle est élue ?

Anne Hidalgo : Martine Aubry a fait de la question des modes de garde une priorité. Son expérience de Maire de Lille, où elle a beaucoup fait évoluer les choses, la rend crédible. En France, 80% des femmes travaillent , cela crée une richesse ; et amène une question centrale : l’accueil des jeunes enfants en crèche et l’accueil des 2/3 ans à l’école. Pour nous, dans un souci d’égalité hommes-femmes, pour ne pas nuire à l’emploi féminin (ce sont en majorité les femmes qui s’arrêtent pour garder leurs enfants quand elles n’ont pas de mode de garde) c’est un élément majeur porté dans ce programme. C’est aussi une question d’égalité des chances : il est prouvé que l’accueil en structures collectives donne plus de chances de s’en sortir, il faut donc développer à la fois la création de places en crèches, et l’accueil des 2/3 ans à l’école maternelle.

Nadia Hathroubi-Safsaf : Concrètement, dans les écoles, ça se traduira donc par des ouvertures de classes de TPS (Très petites sections) ?

Anne Hidalgo : Oui. Nous avons la volonté, comme on a commencé à le faire  à Paris, d’accueillir les jeunes enfants à l’école. Or, la volonté du gouvernement, actuellement, c’est de rendre l’école obligatoire dans les faits à partir de 5 ans seulement, et de laisser les enfants en âge d’aller à l’école maternelle à la simple charge de leurs familles ! Avec les syndicats d’enseignants et les parents, nous poussons pour que des classes soient ouvertes et pour garantir l’accès à l’école maternelle - qui n’est pas un mode de garde mais bien un lieu d’apprentissage.

Marlène Schiappa : C’est-à-dire recruter des enseignants, rouvrir les postes qui ont été supprimés par le gouvernement ?

Anne Hidalgo : Oui, d’ailleurs dans le programme de Martine Aubry, on s’engage à ouvrir des postes.

Marlène Schiappa : Combien, 60 000, 80 000, autant que ce qui a été supprimé ?

Anne Hidalgo : C’est à étudier, on prend la question très au sérieux. Il faudra ouvrir des postes là on l’on en a besoin : dans certains quartiers - tout simplement, entre autres, parce que l’école est gratuite ; la crèche ou l’assistante maternelle ne le sont pas - des parents l’attendent impatiemment aussi pour des raisons de budget. Le problème est donc aussi qualitatif : il faut prendre en compte l’affectation des postes d’enseignants, l’embauche d’assistants, de RASED (ndlr : Réseaux d’aides aux élèves en difficulté, supprimés peu à peu par le gouvernement)…  C’est un travail que Martine Aubry a déjà engagé à Lille, en tant que Maire.

Nadia Hathroubi-Safsaf : Dans les critères d’attribution des places en crèches, il y a un gros souci pour les mères au chômage – ou en création d’activité: à Paris ce n’est pas le cas, mais dans de nombreuses villes en banlieue et en France, elles n’ont pas le droit d’avoir une place si elles ne justifient pas d’une activité salariée. Il est donc impossible pour elles de chercher un travail et de se rendre disponible pour une embauche. Comment y remédier ?

Anne Hidalgo : Oui, d’ailleurs ça concerne aussi les pères au chômage. A l’époque où Martine Aubry était Ministre du Travail, des Affaires sociales et de la Famille, on avait beaucoup bataillé pour pousser les collectivités et la CAF (ndlr : qui subventionne les crèches, et représente donc un levier de financement) pour que tous les hommes et toutes les femmes qui ont besoin d’un mode de garde puissent avoir la possibilité d’accéder à la crèche ou à la halte-garderie.

Nadia Hathroubi-Safsaf : Mais rien qu’avoir accès à l’un ou l’autre, en ce moment, c’est un vrai parcours du combattant…

Anne Hidalgo : Moi-même, j’ai trois enfants, dont le plus grand a maintenant 26 ans. Mais lorsque j’étais inspectrice du travail, avec deux enfants en bas âge, je n’avais pas obtenu de place en crèche (j’habitais déjà dans le 15ème arrondissement) j’ai donc fait appel à une assistante maternelle. Elle m’a proposé de l’embaucher au noir pour garder 4 enfants, et contourner son agrément qui l’autorisait à en garder seulement 3… et ce alors que j’étais inspectrice du travail ! J’ai donc changé d’assistante maternelle en catastrophe et en ai trouvé une nouvelle. Un jour où je suis rentrée plus tôt du travail, je l’ai trouvée en train de fumer dans la pièce où les bébés, posés dans un coin, regardaient Dallas à la télévision… Dans l’équipe de Martine Aubry, nous avons toutes vécu des histoires comme celles-là, qui nous amènent à réfléchir aussi à la formation des assistantes maternelles (qui heureusement pour la grande majorité d’entre elles, ont le goût des enfants) et font que nous avons bien conscience des besoins des parents qui travaillent.

Marlène Schiappa : Ce serait possible par exemple en mettant (ou remettant) en place un service public de la petite enfance : c’est un engagement de Martine Aubry, du Parti Socialiste ?

Anne Hidalgo : Oui, absolument. C’est une chance que les femmes travaillent. Il faut prendre en considération cette donnée, c’est indispensable, et ça nécessite un investissement de la collectivité. Cet investissement peut prendre plusieurs formes : aider les entreprises à monter des crèches pour leurs salariés, par exemple. Il faut l’organiser en fonction d’un plan ambitieux qui tienne compte de la situation. La situation dans le monde rural, où les femmes travaillent sans véritable statut, parfois, comme la situation dans le monde urbain, où les places et les horaires de crèches ne sont pas adaptées aux horaires du travail : il faut ouvrir des postes et organiser cela. A Paris par exemple, on a 4500 places en cours d’ouverture (à ajouter aux 5700 créées lors de la mandature précédente), on a développé des crèches interentreprises… Soutenir la création de modes de garde, ça doit se faire sous l’impulsion de l’Etat et de la CAF. La qualification du personnel de la petite enfance permet, en outre, de créer des emplois : il existe un vrai marché, actuellement, on va même chercher les personnels dans les écoles : il faut ouvrir des concours !

Marlène Schiappa : Et dans les 10 200 places en crèche ouvertes à Paris, on compte les places en crèches religieuses que le Mairie a subventionnées via des associations de Loubavitch ?

Anne Hidalgo : Non, il s’agit bien de berceaux en crèches associatives et municipales. Il y a 1000 places pour des enfants accueillis dans ces crèches, nous avons introduit dans les conventions des clauses sérieuses et contrôlées concernant l’accueil des enfants dans ces crèches. C’est un héritage des précédentes mandatures : nous ne nous voyions pas couper leurs subventions et faire fermer ces crèches qui existaient déjà à l’époque.

Marlène Schiappa : Le souci, c’est que du coup, dans le réseau Maman travaille, on se dit que nous n’avons qu’à créer chacune dans notre coin une petite crèche privée communautaire ou religieuse et demander une subvention…

Anne Hidalgo : Alors là, ce serait une mauvaise idée, si vous créez une crèche religieuse, elle n’aurait pas de subventions !

Nadia Hathroubi-Safsaf : Cela dit, ça pose la question des différents modes de garde et des alternatives à la crèche : notamment les microcrèches, les crèches familiales... Est-ce que le programme de Martine Aubry prévoit de les multiplier ?

Anne Hidalgo : Oui : des crèches familiales, au domicile des assistantes maternelles, par exemple, très vite mais on se heurte à la difficulté des frais de structure. Une petite structure coûte, proportionnellement au nombre de berceaux, plus cher qu’une grosse. Dans une crèche, on ne peut pas aller au-delà de 60 berceaux. A Paris, on a fait feu de tout bois depuis 2001 pour dénicher des lieux et ouvrir de nouvelles crèches de toutes tailles…

Marlène Schiappa : Vous parliez de l’adéquation entre les horaires de travail et les modes de garde. Vous qui avez été Inspectrice du travail et qui connaissez bien le sujet, ne pensez-vous pas qu’on pourrait plutôt adapter les horaires de travail aux horaires des modes de garde ? Par exemple, en changeant la culture du présentéisme, en développant le télétravail… ?

Anne Hidalgo : Je crois beaucoup aux négociations sur le temps de travail, à l’articulation entre travail et vie de famille. Il y avait d’ailleurs un aspect articulation travail / vie de famille dans les accords signés en 1998 avec les entreprises, dans le cadre de la loi sur les 35 heures de Martine Aubry, notamment la mise en place des RTT. On a vu fleurir des accords ayant pour entrée les négociations collectives au sein de l’entreprise, pour mieux articuler les rythmes de vie. Ca, j’y crois beaucoup. En revanche, le télétravail… ça fait 30 ans qu’on en parle comme d’une piste, déjà à l’époque quand j’étais inspectrice du travail… Il offre des possibilités, mais aussi des effets pervers : isolement, rupture du collectif de travail, avec pour conséquence le fait qu’on ne décroche jamais. Et en droit du travail, il n’est pas bien appréhendé, il n’offre pas de garantie au ou à la salarié-e.

Nadia Hathroubi-Safsaf : Et s’il est volontaire ?

Anne Hidalgo : Si c’est volontaire, avec un métier ne nécessitant pas de travail collectif, oui… pour les personnes qui ont une compétence rare et peuvent se permettre de l’imposer. Mais on a connu le même problème avec le temps partiel. Sous couvert de volontariat pour le développer, on se retrouve aujourd’hui avec du temps partiel subit par les femmes. Il faut qu’il permette de travailler dans de bonnes conditions, et ce n’est pas le cas pour toutes les femmes.

Marlène Schiappa : Pour finir, parlons égalité salariale si vous le voulez bien : depuis 1972, les lois en faveur de l’égalité de salaires entre hommes et femmes se multiplient. Martine Aubry propose dans son appel pour l’égalité de mettre en place une nouvelle loi : qu’est-ce qui fait que celle-ci va avoir un effet, contrairement aux autres ?

Anne Hidalgo : C’est une des premières lois qu’elle prendrait : ça suffit, cette inégalité ! Si on prend la moyenne des salaires, on est à 27% d’écart. A poste égal, 15% à 18% d’écart de salaires entre hommes et femmes ! Sans parler du plafond de verre, des difficultés pour avancer dans sa carrière quand on est une femme… On a toutes des histoires d’inégalité en tête, même quand on a un statut de fonctionnaire en théorie plus protégé. Je me souviens de ce directeur qui avait écrit un courrier à mon sujet, pour me garder dans son équipe et m’empêcher d’obtenir une promotion. Ce courrier disait : « Oui, elle a l’ancienneté nécessaire à ce poste. Mais de cette ancienneté, il faut lui déduire deux congés maternité. » C’était en 1989… En entretien d’embauche avec une chasseuse de têtes, pour un poste de DRH, on m’a aussi demandé : « Avez-vous les épaules pour négocier avec les syndicats ? » J’ai répondu, « Si vous cherchez de la bagarre, prenez un grand costaud barbu. Si vous cherchez du dialogue social, prenez-moi… » Les différences entre hommes et femmes ne sont pas tant biologiques que sociales, et notre vécu de femme est différent du vécu d’un homme.

Marlène Schiappa : Et comment Martine Aubry fera-t-elle appliquer cette loi ?

Anne Hidalgo : Martine Aubry aussi, dans sa carrière et dans sa vie de femme politique, a un vécu qui lui donne les compétences et l’autorité nécessaires. Déjà quand elle était Ministre et descendait dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale, faisant face aux députés, elle en imposait. Il est anormal que les femmes soient déconsidérées ou sous-payées parce qu’elles sont des femmes. Les entreprises qui n’appliqueront pas les lois sur l’égalité salariale ne pourront tout simplement plus bénéficier des aides publiques, des allégements de charges, etc. Et ça, c’est dissuasif : je vous le garantis !

 

Entretien de Marlène Schiappa et Nadia Hathroubi-Safsaf

 

-> Vos questions pour les prochains entretiens sont les bienvenues

-> Ces sujets vous intéressent ? Vous voulez poser des questions directement à Martine Aubry ? Son équipe organise ce soir même une réunion publique à 19 heures, au Cabaret Sauvage à Paris (métro Porte de la Villette) avec entre autres Anne Hidalgo, Caroline de Haas et Laure Adler, sur l'égalité femes / hommes Infos pratiques ici.

 

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Céline L-A

Très bon entretien. Si jamais Mme Aubry est élue, j'espère que ce beau programme s'appliquera...

carla

Lu très attentivement, je le relirai d'ici quelques semaines...

Elise

On voit que Martine Aubry et Anne Hidalgo ont bien étudié le sujet. Pour le télétravail je suis plutôt d'accord avec elle ... tant qqu'il n'est pas légalisé officiellement il faut se méfier.
j'espère que ça me permettra d'obtenir une place en crèche, mon bébé naît en mai 2012 !

cassia

Moi qui n'était pas convaincue-convaincue par la candidature de Martine Aubry, j'avoue que ces propositions m'ont clairement donné envie d'y croire.

J'ai hâte de lire ce que les autres candidats proposent sur le sujet...

Belette

Déçue... On reste quand même beaucoup dans le registre des bonnes intentions. C'est bien gentil de nous raconter son expérience pour justifier de son empathie avec le sujet, mais des histoires-témoignages on en a plein !
Concrètement, je ne vois aucun engagement :
- En finir avec l'inégalité salariale, comment ? Loi, contrôle, pénalités financières ? Discrimination positive ?? (et si ça doit "finir" comme la taxe Agefiph merci bien)
- Augmentation des places en crèches : avec quel argent ?
- Télétravail : donc on fait rien, en résumé de son propos, car il n'est pas encadré légalement ? Pourquoi alors ne pas proposer qu'il le soit et est-on trop exigeant en espérant que Mme Hidalgo ait eu quelques pistes en la matière ?

C'est dommage, je reste pro-Aubry mais je constate non sans amertume qu'il y a ici peu de fond... Attendons le programme si elle est proposée comme candidate...

angelique

je n'en peux plus que toutes ces priorités mais qu'elle alors la chronologie de ces priorités? quand parle t'on de financement réel et enfin il y a 26 ans Dallas ???est elle sûre....

marine (pas le pen, une autre)

bravo pour cet entretien à Marlène et Nadia c'est une chouette initiative. au contraire de babette je trouve que les propositions sont très concrètes, d'ailleurs elle explique bien comment faire appliquer les lois... pour le télétravail, si elle est contre elle est contre et c'est du coup logique qu'elle ne propose rien en ce sens. au contraire je trouve que les questions posées sont bien pertinentes et pas dans le sens du poil et je trouve que connaitre son expérience c'est très important, par rapport à un sarkozy qui n'a jamais géré ce genre de problèmes de garde d'enfants..... et au moins elle entend et écoute les problèmes des mères actives là elle sait qu'on existe et ne si aubry est élue on pourra lui ressortir cette interview!! merci les filles

laura

J'aurais bien aimé qu'elle développe le concept des TPS. De quoi s'agit-il exactement? Faire rentrer des bébés de 1an 1/2 - 2ans à l'école? Même si ils sont encore en couche et balbutie quelques mots? L'intention est louable mais en pratique?

La poule pondeuse

Merci pour l'interview, c'est vraiment une bonne idée. Je trouve les propositions intéressantes, mais comme laura je tique sur l'idée de mettre les 2-3 ans à la maternelle. A moins de changer en profondeur l'organisation de celle-ci, ça ne me semble pas très pertinent. Les enfants de 2-3 ans ne sont pour la plupart pas mûrs pour l'école (bien sûr il y a toujours des exceptions, mais il me semble qu'il y en a une bonne partie pour lesquels ce n'est pas approprié, la question des couches n'étant à mon sens que la partie émergée de l'iceberg). Cela n'empêche pas bien sûr de mettre plus de moyens pour que la maternelle soit déjà mieux à même d'accueillir les 3-6 ans auxquels elle est destinée, et qui sont pour certains déjà bien paumés là-dedans.
Plus de places en crèche, c'est aussi nécessaire, mais je pense qu'il ne faut pas négliger les autres modes de garde. Pour moi il est évident que la diversité est importante aussi, selon les cas une nounou à domicile ou une assistante maternelle sont mieux adaptées aux besoins de la famille (et ici on a un mix entre crèche et nounou à domicile par exemple). Donc c'est clair qu'il manque des places en crèche mais on ne doit pas avoir comme but à terme de mettre tous les enfants à la crèche, il faut aussi travailler sur les autres modes de garde, pour que les nounous "Dallas" deviennent une minorité (après comment c'est une autre affaire...).
Et je pense que l'amélioration de la situation des femmes passe aussi par des mesures pour augmenter l'implication des hommes, augmentation du congé paternité etc.

Enfin moi j'aimerais bien avoir la position des candidat-e-s sur l'expérimentation des maisons de naissance, les revendications des sages-femmes, le soutien aux femmes allaitantes (et notamment à la conciliation travail-allaitement...), par exemple. A la disposition de Maman travaille pour développer au besoin :-)

Kitsune

Oh les belles intentions...
Et c'est bien on pense aux mamans qui travaillent et font garder leur enfants. Mais on pense aux mamans Assistantes Maternelles ?? Car augmentation des places en crèches et ouvertures de TPS ça fait quoi ??? Ben chômage pour nous les assistantes maternelles !! Ben je dit bravo... Et les TPS j'en vois pas l’intérêt. Quand je vois les enfants que je garde qui ont 2 ans ou 2 ans et demi, ils ne sont en général pas du tout prêts à rentrer à l'école... Pas propres, on ne comprend pas un mot de ce qu'ils racontent.. L'école n'est pas une garderie !!!

Léandre

Bonne interview pour ce qui est des questions posées.. Pour les réponses : aucune contrainte, aucune proposition concrète, que des choses déjà connues et des bonnes intentions... (à part la réouverture de postes à l'Education Nationale. Un bon point). Bla, bla, bla.... Ca promet....
D'accord avec Belette

Marlène (Maman travaille)

Bonjour à toutes, et merci pour vos commentaires.

@ Laura: Les TPS existent déjà, je ne pensais pas qu'il était nécessaire de développer le concept mais tu as raison, ça n'existe pas encore partout. Il s'agit de Très petites sections: pour les 2-3 ans, et pas pour les bébés évidemment ;)
La question des 2/3 ans divise souvent, il y a les pro-école maternelle, les pro-jardins d'enfants, les pro-crèches pour tous... je crois qu'Anne Hidalgo développe ses arguments dans notre interview (prix, etc) tout en précisant que c'est utile dans certains quartiers, pas dans tous. Ca me semblait clair mais tu as raison de demander des précisions si ça n'était pas bien retranscrit. Pour ce qui est de la pratique, elle explique que ça nécessite l'embauche de nombreux enseignants...

@ La Poule Pondeuse: Très souvent les autres modes de garde que la crèche (microcrèches, halte garderies, Ass mat...) sont des choix par défaut. je crois que 75% des parents font une demande de place en crèche (je vais chercher la stat exacte) et in fine 60% des moins de 3 ans sont gardés par un parent... il y a donc bien un delta entre l'offre et la demande. De plus la crèche reste le mode de garde le moins cher et le plus équitable. Mais Nadia pose la question des autres modes de garde... et de la formation des ass mat.
Concernant les sage-femmes, et les maisons de naissance tu as tout à fait raison, ça aurait été très intéressant d'avoir son point de vue, nous avons manqué de temps pour aborder le sujet (après une heure d'entretien) mais nous le notons Nadia et moi pour les prochaines interviews. :)
Concernant l'allaitement, à quoi penses-tu exactement ?

@ Marine pas le Pen: merci pour ton avis, et pour tes retours sur l'interview.

@ Angélique: je ne comprends pas la question ? Sur les priorités, oui, un président de la république a plusieurs priorités, ça me semble normal. Si elle nous disait "ma seule et unique priorité, ce sont les crèches", je me dirais c'est cool mais des crèches sans emploi, sans paix sociale, etc, on ne va pas aller loin. Quant à Dallas, tu sais ça passe depuis les années 70 en France...

@ Belette: Oui, comme l'a dit Marine, sur le télétravail, si Anne hidalgo est contre ça reste logique qu'elle ne propose rien. Perso, je suis plutôt pour et milite pour la généralisation et l'encadrement de la pratique, mais ça aurait été ridicule de lui demander ce qu'elle veut proposer pour le télétravail alors qu'elle vient de nous expliquer qu'elle n'est pas pour... :)
Sur l'application de la loi égalité salariale, la réponse est à la fin: on coupe les subventions et autres financements publics. Après, il y a une réunion publique ce soir, n'hésite pas à leur demander directement. Et n'hésite pas si tu as des questions pour les prochains...

@ Céline LA, Cassia, Elise: merci à vous pour vos réactions, n'hésitez pas si vous voulez développer pour les prochains.

Marlène (Maman travaille)

@ Léandre: merci pour les questions !

@ Kitsuné: dans quelle ville habites-tu ? Parce que là où je vis, nous n'avons pas assez de places en crèche et une grosse pénurie d'assistantes maternelles... la douzaine qui se partage la ville de plusieurs milliers d'enfants n'est pas prête d'être au chômage ! :)

Kek

angelique, Dallas ca va de 1978 à 1991 ( http://www.imdb.com/title/tt0077000/ ) donc il y a 26 ans, en 1985, on etait en plein dedans, elle peut se permettre d'etre sure. Quelle drole de maniere d'essayer de la discrediter...

laura

Merci pour ta réponse. Quel est le prochain porte parole guest?

Nath (encore une)

Pour le télétravail : je pratique, beaucoup, et je m'n porte bien, parce que mon entreprise fait bien les choses. Si, si, c'est possible. Et ça m'a sauve la vie quand les filles étaient petites !
Sur la scolarisation des tout-petits : mon scepticisme est a deux niveaux - 1/ un tout-petit n'est pas a sa place a l'école, avec pipi a heure fixe et sieste interdite en-dehors des clous - ne pas en faire LA solution ! 2/ quiddes zones rurales ou péri-urbaines ? Ici pas de crèche, une Ecole en RPIet en sursis, je crois plus a un réseau d'ass'mat et de la garde a domicile partagée, qui combine la question de la garde péri-scolaire des plus grands (parce que même le télétravail n'est pas une solution quand les gamines de 7 et 4 ans rentrent et que j'ai encore des réunions - fussent-elles téléphoniques, télétravail n'étant pas pseudo-travail...

J'adore l'interview, les sujets abordes et les questions soulevées ! Merci !

alec

j'aimerais bien qu'on puisse discuter clairement des discriminations à l'embauche pour les mamans aussi !!!
bon nombre d'employeurs posent encore la question des enfants aux entretiens, et si on dit oui, la 1ere question est de comment il est gardé et jusque quelle heure !! affligeant encore de nos jours je trouve
je travaille dans un milieu d'hommes et en recherche d'emploi, beaucoup de postes me sont passés sous le nez quand je dis que mon fils est gardé jusque 18h, car en crêche (j'ai la chance d'avoir eu une place) c'est 11h maxi sur la journée, donc quand on a minimum 1h de route pour se rendre au travail, l'air de rien on atteint vite ces 11h, ce qui est deja enorme pour un petit je vous l'accorde!
donc les employeurs se disent de suite qu'on va les embeter pour finir a l'heure pile et pas une minute de + ^^

la femme au travail, les modes de garde, les salaires ... autant de questions depuis tant d'années qui à mon avis ne trouveront pas de réponses en 2012
de belles promesses de campagnes rien de + pour moi, qui en + en ce moment est licenciée pendant son congés parental !!!!

alice

la garde des enfants lorsque l'on fait le choix de travailler nous concerne toutes il y a des bonnes idées dans cette interview mais je me demande si ces promesses seront tenu

La poule pondeuse

@Marlène, je suis tout à fait d'accord avec le besoin crucial d'augmenter les places en crèche mais il faut aussi se demander pourquoi tant des gens veulent une place en crèche : comme tu dis c'est moins cher, on voit que c'est plus difficile de trouver une nounou de confiance... Il me semble que la crèche n'est pas LE mode de garde idéal pour toutes les situations (horaires peu souples, peu d'intérêt pour un bébé de 2 mois 1/2, maladies...) et que si on doit le prendre pour des "mauvaises" raisons (pas les moyens d'autre chose etc) c'est dommage. Donc je pense qu'il faut aussi travailler sur l'amélioration des autres. Idéalement ça devrait être un choix et pas du par défaut.
Pour l'allaitement je pense au problème de la double contrainte où d'un côté on dit aux femmes qu'elles doivent allaiter pour être de bonnes mères et de l'autres on fait tout ou presque pour qu'elles échouent. Il y a à faire dans la formation des personnels, dans l'aménagement du temps de travail, dans l'allongement du congé post-natal... à ce propos quid de la réforme du congé parental vers un congé "scandinave" ?
C'est un truisme mais il me semble qu'il faut faire attention au fait que les situations sont très différentes, selon les métiers exercés, les entreprises, les envies de chacune, les enfants etc, et donc éviter de prôner une solution unique pour tous mais plutôt permettre au max le choix.

Marlène (Maman travaille)

Bonjour et merci pour vos commentaires.

@ La Poule Pondeuse: OK, merci pour ces précisions sur l'allaitement ! A titre perso, je suis pour un allongement du congé maternité. Mais au sein du réseau Maman travaille, ce n'est pas une proposition que nous avions retenue pour plusieurs raisons (notamment le fait que ça éloigne les femmes plus longtemps de la vie pro.) Cela dit, ça peut être une question à poser, "Que préconisez-vous pour gérer la double contrainte après la naissance, allaitement d'un côté, retour au travail de l'autre ?"
le congé parental et le congé paternité sont aussi de vrais sujets, (et des propositions de Maman travaille ;) ) mais on a manqué de temps pour tout aborder. On réservera cette question aux prochains interviewés !
Concernant la crèche, je pense que tu as raison; mais je crois que ce que tu dis rejoint ce que nous dit Anne Hidalgo, à savoir qu'il faut adapter les horaires des modes de garde (la crèche qui ferme à 18h, même quand tu n'es pas en horaires décalées, c'est impossible !)

@ Alice: en effet, ce sera à nous le cas échéant d'être vigilantes :) Après, je ne veux pas partir du principe "les politiques, ils promettent, blabla" :) je pense qu'on doit militer et tout faire pour faire entendre nos demandes et nos propositions, et charge à nous après de les faire appliquer une fois que ça a été promis. cela dit je ne vois rien d'infaisable...

@ Alec: c'est illégal de se faire licencier pendant son congé parental. Quelle est ta situation exactement ? pendant le CP ton contrat de travail est suspendu il ne peut donc pas être rompu.
Concernant les modes de garde, si justement à mon avis ça peut sinon se régler du moins s'améliorer en 2012.

@ Nath: merci beaucoup pour ce commentaire. Pour le télétravail, nous sommes évidemment d'accord ;) je pratique aussi et je pense que s'il est bien encadré, bien appliqué (pas comme un mode de garde donc, et de façon mixte) ça peut vraiment être d'une grande aide.
Pour la scolarisation des 2/3 ans, le débat est ouvert...

@ Laura: nous allons essayer de recevoir tous, ou presque tous les candidats... qui nous répondent. Nous avons deux pistes, nous les partagerons sur la page Facebook "maman travaille" (http://www.facebook.com/maman.travaille)

@ Kek: merci pour cette précision... ton univers imitoyaaaaable (pardon je m'égare)

Mme LN

Merci de cette interview, qui a le mérite de nous prouver que nous pouvons être entendues.. mais pas forcément écoutées!
Encore un point qui est la priorité du candidat, espérons qu'elle mette de l'ordre dans ses priorités, nous avons soupé des promesses non tenues.
Je note ici beaucoup de bonnes intentions, mais assez peu de mesures concrètes.
Plus de places en crèches, et à l'école. Bien sur, nous sommes toutes d'accord, en tout cas toutes celles qui ont connu pour trouver un mode de garde. Mais comment faire? Avec quel argent??
Une formation des assistantes maternelles, oui, je suis pour, je suis persuadée qu'il s'agit d'un des meilleurs modes de garde pour nos touts petits. Les nouvelles mesures, même si non encore complètement réalisées, comme les regroupements d'ass mat, sont de bonnes mesures, à intensifier. Pitié, ne remettez pas en cause l'avantage fiscal, les parents ne pourraient plus se le permettre et les ass mat ne vivraient plus si elles sont contraintes de baisser leurs tarifs.
L'égalité homme femme? Concrètement, quoi faire? Obliger les entreprises à payer les femmes au même tarif que les hommes? Cela n'a pas de sens, on doit être payé selon ses compétences, pas son sexe (discrimination positive ou négative, même combat, cela reste de la discrimination).
Et je crois qu'il faut légiférer sur le télétravail, c'est une tendance moderne, avec tous nos outils actuels pourquoi bloquer le droit du travail à l'encontre de nos possibilités techniques?? Le télétravail sauve bcp de mamans!
Merci en tout cas de cette initiative Maman Travaille.

Mignon62

Ma mère était une féministe de 1er rang en 1970 .
Je n'ai pas eu la même vie qu'elle car moi j'ai pu travaillé et avoir des enfants en même temps . Mais pour ce qui est de les faire garder ! Ce fut bien plus difficile et au final aujourd'hui le couple n'y a pas résisté et je viens de devoir créer une activité en ligne ouverte 7/7 et 24/24 qui paradoxalement me laisse plus d'autonomie pour m'organiser et accompagner mes deux filles de 8 et 10 ans . Adieu carrière et beaux revenus . Elles partent en vacances mais sans moi . Bien sur je suis hyper fière d'avoir créer mon activité mais fallait il vraiment en passer par les nounous au black, celles qui se déclarent sous une fausse identité , et aujourd'hui ou sont les enseignants... Mais le pays est sauf puisque nous aurons bientot une formidable armée grace à ceux à qui on accorde la nationalité ....
Quelle cata , il nous aura laissé . Martine , Anne et les autres , nous allons avoir de quoi faire ! Mais les mamans qui travaillent n'ont pas dit leur dernier mot
Ah si seulement nous pouvions avoir des femmes au pouvoir !

alec

et bien à mon grand etonnement SI on peut se faire licencier pendant son congé parental (pas le congé mat + 15 j du retour au boulot), j'ai telephoné partout et la même réponse partout !!
c'est un licenciement économique, 4 employés licenciés !!

oh oui j'espere que toutes ces questions seront abordées et en partie reglées en 2012

a aborder aussi la question de l'adaptation du travail pour les femmes enceintes, j'ai du etre en arret toute ma grossesse car inapte temporaire a mon métier du fait de la grossesse (je suis peinte en batiment) et apres avoir remué ciel et terre je n'ai eu aucune solution de reclassement, et donc une grosse perte de mon salaire pendant 7 mois, beaucoup de femmes ont des metiers physique, de longs transport, de nuit ... et y'a un blocage quand il faut adapter les postes de travail

Anne

"à Paris ce n’est pas le cas, mais dans de nombreuses villes en banlieue et en France, elles n’ont pas le droit d’avoir une place si elles ne justifient pas d’une activité salariée."
Pas à la mairie du 17ème arrondissement, pour avoir une place il faut un contrat de travail ou une promesse d'embauche...
Anne

Segolene

Super entretien. Maintenant je compte sur vous pour poser les mêmes questions aux autres candidates, hein ? Comparer leurs réponses sera drôlement intéressant.

Segolene

Ouh, ma langue a fourché : il faut bien sûr poser cette question aux autres candidates ET aux autres candidats.

isa-mon blog de maman

Je me sens toujours à l'écart de ces discours dans mon petit village où une classe de l'école du village ferme tous les 3 ans (autant dire que l'accueil des 2 ans y a été totalement stoppé puisque ça ne rentrait pas dans les effectifs pour tenir les classes ouvertes) , où chaque village subventionne 3 places dans la crèche de gros village et les distribue à l'ancienne. Les assistantes maternelles profitent donc pleinement de cette absence de choix dans le mode de garde en faisant monter les prix. Vivant à la campagne, en banlieue, je me rends compte du fossé qui me sépare de mes amis qui vivent en ville, avec des aides de leur ville par exemple. C'est ce fossé qu'il faudrait aussi combler pour régler le problème des modes de garde qui est un vrai problème, quand on voit le nombre de femmes qui ont plus intérêt financièrement à s'arrêter trois ans pour garder leur enfant, dans le cadre du congé parental plutôt que d'aller travailler.

Marlène (Maman travaille)

Bonjour à toutes,

@ Isa: Je ne vois pas de grosse différence avec ce qu'on dit :) Le problème des AM est le même. Je vis dans une "grosse" ville de banlieue proche de Paris, et on a le même souci: peu d'AM qui se disputent le marché et imposent leurs frais (5 euros de frais de journée, plus un tarif horaire de luxe, pour une garde - concernant celles que j'ai rencontrées et que je croise, je ne les connais évidemment pas toutes - de qualité médiocre) (exemple: le petit qui mange du sable, celui qui s'explose la tête par terre et hurle sans un regard de l'AM, et le must, mon ancienne voisine AM qui laissait les enfants en bas, dans la cage d'escalier, une dizaine de minutes le temps d'aller "ranger les courses qui vont au frais...") Je me suis souvent dit que si les parents voyaient ça, ils feraient un arrêt cardiaque !

@ Ségolène: en fait, on va essayer de personnaliser les questions par rapport au programme de chaque candidat-e. Mais c'est vrai que tous ne sont pas lisibles, et que Martine Aubry est la seule à notre connaissance à prendre la parole de cette façon et à s'engager pour les femmes, les autres candidats n'ont pas l'air d'en faire une priorité - et j'espère que nous nous trompons, et nous irons leur demander :) d'ailleurs je me répète mais vos questions / suggestions sont beinvenues !

@ Anne: merci pour cette précision ! On fait remonter cette info.

@ Alec: effectivement, le licenciement économique et le licenciement pour faute grave sans rapport sont impossibles. cela dit, après un licenciement éco même pendant un CP tu as droit aux Assedics ? ça n'a donc pas de lien avec ton CP ?

@ Mignon 62: avoir des femmes au pouvoir, ça ne tient qu'à nous...

@ mme LN: merci pour ton commentaire. Concernant les égalités de salaire, il s'agit évidemment de salaire équivalent à compétence et diplômes équivalents :) il ne s'agit pas de prendre une femme de 20 ans sans diplôme ni expérience, de lui demander de faire l'accueil, et de la payer comme le responsable de je ne sais quoi qui a 25 ans d'expérience et la responsabilité d'un service. Il s'agit juste de payer de la même façon un homme et une femme tous deux à l'accueil, ou tous deux responsables de service... il y a déjà des lois pour ça, mais là il s'agit de les faire appliquer.
Pour ce qui est de la création de places en crèche, ce n'est pas l'argent qui manque ! Quand on crée un bouclier fiscal ou qu'on lève des milliards pour les banques, on ne se demande pas avec quel argent, si ? ;) pourquoi ce serait différent pour des bébés ?

carla

une réponse sur les TPS :
elles sont créées surtout pour les CSP-- et les ZEP,... pour les enfants qui ne sont pas francophones, etc
le but est de leur "donner" 4 ans de maternelle au lieu de 3 pour arriver à un équilibre linguistique (ce qui est illusoire)

Les TPS meme si elles se développent bcp ne font pas concourence aux assistantes maternelles car elles ne concernent pas le meme public


pour ce qui concerne les fermetures de classe, malheureusement c'est une question budgétaire et politique...

alec

oooh lala des histoires d'AM qui font du grand n'importe quoi j'en ai aussi un paquet malheureusement !!!
c'est pour ça l'air de rien que j'ai été soulagée d'avoir une place en crêche familiale, l'air de rien elles sont controlées au domicile toutes les semaines!

dans ma ville de bourgeois en region parisienne il me fallait debourser presque 900€ (aides caf deduites) pour une AM a plein temps!!! affolant

oui mon licenciement n'a rien a voir avec mon CP et heureusement, c'est aussi pour ca que je ne dis rien, mais quand ca fait deja + d'un an que je ne peut pas travailler, en ayant cumulé arret maladie a cause de l'inaptitude, congé mat et congé parental, ca met un coup au moral, de + en me voyant refuser des postes car une maman d'un enfant en bas age ca fait peur pour l'absenteisme, c'est tout de meme bien les boulettes !!!

deca steroid

Vous pourriez certainement voir votre enthousiasme dans le travail que vous écrivez sur yahoo.mamantravaille.fr. Le monde espère encore plus passionnée des écrivains comme vous qui n'ont pas peur de dire comment ils croient. Toujours suivre votre cœur.

carine

euh Anne Hidalgo c'est pas celle qui fait finir les enfants à 15 heures les mardis et vendredis?? Et qui a supprimé le centre aéré du mercredi matin ce qui crée un problème de garde pour le mercredi après-midi?

Qu'elle se trouve d'autres priorités qui ne nous concernent pas, ça vaudra mieux pour nous...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.