Colos & faits divers
Le 8 mars, je passe ma journée au lit

La vérité sur les profs et autres enseignants

Profs


La vérité sur les profs, c'est qu'aucun cadre du secteur privé n'accepterait un tel salaire (sous le salaire médian de 2015 euros, plafonné en fin de carrière) alors que les profs ont des bac +4, 5, 6, 7, 8, 9 et plus.

La vérité sur les profs, c'est qu'à leur place, si nous devions encadrer 30 enfants de 7 ans toute la journée, (sachant déjà dans quel état on est quand on en garde 2 ou 3 en même temps avec l'aide de Guli ou d'un atelier pâte à sel) beaucoup d'entre nous finiraient avec des aspirines, des somnifères, en HP, en dépression ou en maison de repos.

La vérité sur les profs des écoles, c'est qu'ils ne finissent jamais vraiment à 16 heures 30. Le temps que les parents en retard (nous) arrivent, le temps que les enseignants effacent le tableau, rangent la classe, préparent le tableau du lendemain; et aussi, souvent, aillent au conseil de classe, au conseil d'école, à la réunion de parents, à la réunion qui prépare la réunion de parents, au spectacle de Noël, à la réunion pédagogique...

 

La vérité sur les profs, c'est qu'une fois la journée de classe terminée, ils ont encore des heures de travail: ils doivent corriger les cahiers, préparer la classe du lendemain, remplir les livrets scolaires, écrire les questions du prochain atelier...

La vérité sur les profs, c'est qu'ils ne peuvent pas télétravailler, ils ne peuvent pas téléphoner en disant "coucou, aujourd'hui je prends une demi RTT / j'arriverai en retard / je serai là vers 10 heures"; ils ne peuvent pas surfer sur le net pendant leur temps de travail ou dire aux élèves "Ah ? Ah, deux minutes, mon agent immobilier m'appelle je sors de la classe un bon quart d'heure."

La vérité sur les profs, c'est qu'ils sont soumis à une hiérarchie dantesque, et qu'au moindre faux pas, ce sont 70 parents d'élèves qui leur tombent dessus. La vérité sur les profs, c'est que tout le monde a un avis sur ce qu'il font, ambiance "Ah, monsieur le boulanger, vous utilisez de la levure en poudre ? Hmm, moins j'aurais mis thermostat 7 pour la baguette..."

La vérité sur les profs, c'est qu'avoir la responsabilité de la vie, ni plus ni moins, de 30 gamins 4 jours par semaine pendant 7 heures par jours, ça t'use un homme - ou une femme.

La vérité sur les profs, c'est que c'est un des seuls métiers où tu ne décides pas où tu vas vivre: je connais des couples où l'homme travaille en Seine et Marne et la femme à 500 kilomètres de là, et où les enfants sont dans un entre-deux flottant pendant que les parents s'acquittent de deux loyers faute de postes disponibles.

La vérité sur les profs, c'est que j'ai vu, enfant, ma mère institutrice faire toutes les heures supplémentaires possibles, encadrer les cantines, surveiller les études, finir après 18 heures, se former sur son temps personnel, parce que la vérité sur les profs, c'est que la moindre évolution te demande de repasser des concours, je l'ai vue passer un à un tous les concours jusqu'à devenir directrice du lycée française de Florence, puis proviseur adjointe en France, et elle est à son bureau de 7 heures 30 le matin à 19 heures le soir.

La vérité sur les profs c'est que, pendant ses vacances, ma soeur PE retourne à l'école pour préparer sa classe, a une réunion avec ses collègues, et que son fils doit aller à la garderie car elle n'enseigne pas dans la même école que lui.

La vérité sur les profs, c'est que mon père qui est historien, président d'un institut de recherche sur la laïcité, ancien prof de fac et prof d'histoire géo dans un collège de ZEP de banlieue parisienne, s'acharne à apprendre à des générations d'ados pourquoi l'équipe de foot d'Allemagne a cette composition et passe ses week-end d'été à préparer le brevet des collèges. A tel point que régulièrement, des anciens élèves lui écrivent des lettres poignantes de remerciement.

La vérité sur les profs, c'est que ma grand-mère était institutrice au Maroc et que mon arrière-arrière-arrière-grand-père était instituteur dans son village en Corse, et qu'ils en étaient sûrement fiers, parce qu'enseigner était pour eux le plus beau métier du monde.

La vérité sur les profs, c'est que même si ça me taquine de temps à autre quand j'anime un atelier pédagogique ou quand j'accompagne une sortie scolaire, pour rien au monde je ne voudrais me tuer à la tâche sans aucune reconnaissance de mon ministre, en me faisant insulter par les parents et en gagnant des clopinettes.

La vérité sur les profs, c'est qu'en 3 ans d'école, ma fille a eu 3 super enseignantes, présentes, actives, dynamiques, pros, et que c'est grâce à elles si elle sait lire et écrire, soustraire et additionner, reconnaître un tableau de Matisse et se présenter en Anglais à 5 ans et des poussières.

La vérité sur les profs, c'est que c'est ma prof de français du collège Madame Colonna qui m'a dit que je devrais écrire un livre en lisant mes rédactions à la classe, c'est mon prof de sciences économiques et sociales Monsieur Micot qui m'a encouragée à choisir la socio au bac, c'est ma prof de sciences économiques et sociales dont j'ai oublié le nom qui m'a envoyé une lettre chez moi, en seconde, quand je séchais, pour me dire "vous avez mis sur votre fiche que vous vouliez être journaliste, vous en avez toutes les qualités", c'est mon prof de dessin de 6ème qui avait des cheveux longs et dont j'ai aussi oublié le nom qui m'a donné confiance en moi, c'est Madame Schneider ma maîtresse de CP qui m'a appris à lire avec des phrases et des livres dont je me souviens encore.

La vérité sur les profs, c'est que ce sont des gens qui exercent un métier pénible, difficile, mal valorisé, mal payé, qu'ils le font pour beaucoup par vocation et pour certains par obligation, mais enfin, ils pourraient aussi faire autre chose. La vérité sur les profs, c'est que leur quotidien est très loin des clichés médiatiques, et que beaucoup d'entre nous ne tiendraient pas 3 jours dans leur peau.

Vous pensez que si ? Passez le concours !

 

 

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Daubes robert

J'ai été prof pendant 38 ans, en collège, en lycée et même en fac pendant 7 ans, j'ai corrigé des dizaines de milliers de copies. J'ai parfois fait des semaines de59 heures!!! Tout ça pour terminer ma carrière frappe par un petit con de seconde la dernière année...et désavoue par l'administration pour avoir riposte! Fallait tendre l'autre joue! Et juste une bouteille de vin pour votre départ à la retraite. C'est ça l'éducation nationale... Si ça vous tente encore... Et quand une prof d'école se fait tuer (à Albi) on n'en fait pas toute une histoire comme pour un juge (Michel ou Renad) ou un préfet (Erignac) pourtant c'est AUSSI une fonctionnaire de la Republique

Fse

MERCI.

Audrey Angeli collin

Merci...j'ai pleuré...

UneProfesseure

Merci. Merci. Merci.

Delfosse

C'est une blague j'espère.!!!!!!!! Une infirmière ne gagnera jamais ce que gagne un prof pourtant contrairement à eux elle travaille le jour la nuit les jours fériés les WE et n'a pourtant pas autant de congés pour le sale boulot qu'elle fait.!!!!!!!!! Modérez un peu vos souffrances c'est une honte de lire ça .!!!!!!!!

coklico

Au lieu de finir directrice, je quitte le navire en devenant remplaçante, pour garder la relation avec les enfants (parce qu'en général on les aime pour faire ce métier :-)) mais en échappant à la pression des parents, aux charges administratives et à la pression que nouveaux programmes et nouveaux rythmes imposent aux élèves. En lisant cet article, je ressens que j'ai toujours le feu sacré, que je me suis creusée la cervelle pendant 31 ans pour aider chaque enfant ... Mais ciao ! Je partagerai, dès que possible, à un max de classes, mon dernier projet autour du Petit Prince :-)

Celine

Merci
C est le plus beau cadeau de fin d année
Ça conforte dans l idée que je suis à ma place

Vairani M.

MERCI MERCI BEAUCOUP. J'aime mon métier et en vous lisant, je me dis que je continuerai encore et encore jusqu'au bout. Je suis passionnée et je vous remercie de m'avoir encore confirmé que ce métier est le plus beau malgré tout...

Michèle 64

Je suis prof du secondaire et j'approuve le texte dans sa totalité. Dans le 2aire aussi on est très mal considéré, l'evolution de carrière est NULLE. Et je ne parle pas des passe-droit.qd on fait son boulot à fond, qu'on est plutôt apprécié des enfants, des parents et de la hiérarchie et qu'on n'évolue absolument pas alors qu'en plus du service hebdomadaire lourd, on monte des projets, les conséquences : rien pour sa propre carrière mais un gros plus pour l'image du chef d'établissement.
Je suis entrée ds le métier par concours externe après 12 ans d'entreprise et si j'avais 10 ans de moins, je repartirais.
J'entends trop d'inepties des décideurs qui pour la plupart n'ont jamais enseigné.
Le sentiment de nombre d'entre nous c'est que notre système français dérange parce que différent, pas anglophone, donc à jeter.
À croire que le système public doit être mis à mal pour creuser les écarts entre ceux qui iront ds le privé pour créer une caste de privilégiés et le peuple qui aura un enseignement au rabais compte-tenu des conditions de travail souvent deplorables.
Ceux qui nous critiquent et déforment complètement la réalité du métier sont des gens qui, élèves, ont toujours détesté l'école. Le plus grave est de transmettre cette haine à ses propres enfants.
Un prof désespéré par tout ce gâchis qd on voit le potentiel des enfants.
Qui daignera respecter enfin notre parole ?
Derniere chose : on a des vacances, soit, mais elles sont sans soldes car notre salaire est calculé sur la base de 10 mois divisés par 12. Alors qu'on arrête de nous jalouser pour nos vacs.
Je ne connais pas une seule des personnes les plus critiques de mon entourage à grande échelle qui accepterait l'espace d'un court instant, de prendre en charge 6 ou 7 classes avec les réunions en prime et trop de journées de 12 heures.

ColleguePeuEstimable

Une fois de plus, hommage aux enseignants et à leurs difficultés et pas un mot sur les CPE. Vous savez ? Les Conseillers Principaux d'Education, qui se crèvent la paillasse 45h/semaine, qui ont 3 semaines de vacances en moins, qui n'ont pas droit de voir leurs heures supplémentaires payées, pour les récupérations, c'est au bon vouloir du chef d'établissement.
Vous savez, ceux qui récupèrent les élèves que les profs virent sans la plupart du temps que ces derniers viennent en discuter, trouver des solutions pour le cours suivant, ceux qui cavalent après les appels, par ce que le faire en temps et en heure, c'est compliqué vous comprenez ? C'est un peu trivial à côté d'Hugo ou de Pytagore.
Vous savez, ceux qui reçoivent les appels des parents et qui quoi qu'il arrive, font de leur mieux pour rester loyal à des collègues qui ont pu déraper, par ce que c'est vrai que c'est un métier immensément difficile.
Mais avant , ceux qui servent de de fouloir, de déversoir et de punching-ball aux enseignants.
Tout ce que vous dites dans votre article est vrai mais n'allez pas croire que c'est l'immense majorité et sachez que pour gérer les difficultés ils savent trouver les CPE, soit pour "refiler le bébé" soit pour se défouler.
Comment se fait il qu'il existe tant de recherches, d'articles, de livres sur les enseignants et un tel vide sur les CPE ?
Pour ma part, je suis carbonisée, je ne rêve que de reconversion et soyez sûre que ce ne sont ni les parents, ni les élèves qui me poussent vers ce changement.
Un peu de reconnaissance de ce métier ne nuirait pas. Ha oui, j'oubliais… les CPE, ce sont les basses œuvres, l'assiduité, la ponctualité, la sécurité, la citoyenneté, on est tellement loin de la beauté pure des lettres ou des sciences....

Lixa

Vous avez oublié de dire qu'aucun cadre du privé n'accepterait d'avoir à payer lui même ses fourniture et son ordinateur.

VAL 10

Merci pour cet article. J'ai relayé sur mon blog, histoire de faire du bien à mes collègues!!!

Thomas

Je suis complètement d'accord avec ce que vous dites ! Très intéressant comme article !

résonance

C'est le genre d'article qui fait du bien ! Je vois certains commentaires qui donnent des contre -exemples : oui, bien sûr, comme dans tout corps de métier, on trouve des gens qui peuvent manquer de professionnalisme -ou sont simplement usés par le manque de reconnaissance... Mais l'extrême majorité des enseignants se reconnaîtra pleinement dans ces propos ! Alors, je me répète : ça fait du bien, merci !

Hélène

Rien à ajouter: tout est juste, bien écrit!
J'ai essayé 5 fois de passer le CRPE sans succès. J'ai enseigné 8 ans avec succès!!

Anonyme

Bonjour à tous,

J'ai lu tous les commentaires précédents, certains datent, mais sont toujours d'actualité.
Je suis professeur d'éducation musicale en collège depuis 5 ans, dont 4 ans passés dans le 93 loin de ma côté d'azur natale.

En fait je ne comprends pas l'effervescence que cette profession suscite.
Je ne comprends pas qu'on se sente obligés de justifier notre travail, nos difficultés, nos avantages et inconvénients.
Comme tous les professionnels de tous secteurs, nous éprouvons des difficultés mais pour des raisons plus ou moins nombreuses nous continuons d'exercer.
Tous les métiers ont les mêmes problématiques, avec évidemment quelques variantes, mais tout le monde doit combiner vie professionnelle et vie familiale, tout le monde rentre du boulot avec du tracas et avec des choses à faire et à penser, etc... car nous sommes humains ! Et pour la plupart professionnels.
Les propos que j'ai lu me font de la peine, et je parle autant des enseignants en mal de reconnaissance que les autres professionnels qui crachent encore sur nous parce que ces derniers s'expriment.

Ceci est un débat vain et peu constructif. Ce n'est pas entre travailleurs qu'il faut se disputer. Il me paraît plus intelligent que chacun lutte pour ses droits, pour ses conditions de travail et donc les conditions de vos élèves si vous êtes enseignants, de vos patients si vous êtes personnel hospitalier...

Et ce si vous le jugez utile.

Sinon, et bien que chacun fasse le métier qu'il a choisi ou non du mieux qu'il le peut pour gagner sa vie, et pour se divertir (divertissement pascalien j'entends hehe).

Voilà.

enclasse

Juste un grand merci !

samy

Merci pour cet article.
Juste une précision : le salaire médian est de 1730 euros nets par mois en France.
http://www.latribune.fr/actualites/economie/france/20141216tribe5a5aab3c/le-salaire-net-median-mensuel-s-eleve-a-1-730-euros.html

Meg

Je suis d'accord avec vous! mais venez en polynésie, a Tahiti, les profs sont payés trois fois plus et soyons clairs ils ont font trois fois moins! Un prof ici est payé entre 3500 euros et 7000 euros par mois!!! et oui je ne déconne pas! les instits c'est un peu moins il n'atteignent que les 5000 euros en fin de carrière. Ah oui et jusqu'à pas tres tres longtemps, tu n'avais pas besoin de la licence pour etre instit, etre le copain ou la fille suffisait! Je comprends votre frustration à vous professeurs et instits de FRANCE, mais VENEZ ICI vous serez riches!!!!

Stéphane

Beaucoup de choses m'ont l'air vraies, même si exagérées (je suis cadre, je précise, mais nombre de mes amis sont... profs). Pour ce qui est du salaire, faut quand même ramener les choses à une certaine réalité : un cadre qui ne ferait - imaginons, soyons fou -, pas d'heures supps travaille 45 semaines sur les 52 que compte notre année. Hum, un prof, il ramène ce temps à... 36 semaines. Si l'on transforme tout ceci en heures, on arrive environ à 1620 heures d'un côté contre 1100 de l'autre (et j'arrondis, de l'aveu même de mes amis). Alors certes les cadres et bien d'autres professions gagnent plus, mais si l'on ramène à un certain ratio, je ne suis pas sûr que l'on soit gagnants ! Je ne me plains pas du tout, mais je tenais à relativiser :) Niveau contraintes et salaire, je plains surtout le milieu hospitalier. Pour le reste, les arguments sont bons, mais ont peut en trouver le miroir dans n'importe quelle profession.

Nico

Un article sympa, dommage qu'il débute mal, les professeurs ciblé me semble les professeurs d'écoles. Ces derniers ont rarement des bac+9.
Les chercheurs ayant bac +9 sont generalement en université, et ne rencontrent donc pas les mêmes contraintes ni même salaires.

flo

Juste pour un info: Un cadre du secteur privé dans le commerce touche en débutant 1500€ net pour 45h en basse période et 65h en période de soldes,rentrée des classes,noël... Et en cette période beaucoup d entreprise ne revalorise pas non plus sur l inflation. Ne généralisons pas svp!

bela

bonjour! merci pour cet article il fait du bien....

vanessa

Merci a vous!
Si notre ministre pouvait vs lire!!!!
P.s. : je me suis régalée avec votre livre cet été! Alors merci de détendre les enseignants en vacances

Aurélie

Juste merci...

Emilie

C’est très bien de prendre la défense des profs qui sont souvent mal jugés !
Par contre, je tiens à préciser que ce n’est pas dans tous les secteurs qu’un cadre gagne un beau salaire… Cadre débutante en biotechnologies, en région parisienne, je gagne 2000 euros pour 39h minimum… Et je n’ai pas choisis de vivre à Paris.. Dans beaucoup de domaine les jeunes diplômés ne gagnent pas beaucoup, bossent comme des dingues, et sont obligés de venir à Paris pour trouver du boulot…
Chaque métier a ses avantages et ses inconvénients…

Mélanie

Merci, mille fois merci.
Je ne suis qu'en validation de stage et des conditions plutôt confortables : je ne mets qu'une heure à aller jusqu'à mon collège et mes deux fillettes ont une bonne nounou, mais je me pose vraiment des questions quand je vois ce que les gens disent et pensent de nous. Alors merci de penser différemment et de le dire.
Bien à toi !

Brondy Gaël

et oh, il faudrait arrêter de jouer les pleureuses un peu. Il y a beaucoup de métiers nettement moins bien payer et tout aussi difficiles. A la base on ne fait pas le choix de l'éducation pour s'enrichir ou alors on passe son chemin, et on bosse dans les métiers qui rapportent de l'argent. Personnellement, je suis éducateur et je gagne 1500 E net par mois et ce dont je me plains c'est de manquer de moyens pour les gamins dont je m’occupe. Cela me choque la revendication de l'argent de la part d'un prof. Pour moi cela discrédite la profession. Par ailleurs dans le secteur privé, il y a pleins de gens qui ne sont pas employés à la hauteur du niveau de leur diplôme. Il faut bien avoir en tête que nous filons vers la décroissance. Enfin, inutile de former 90 pour cent d'une génération de bachelier qui ne savent rien faire que de gratter du papier pour finir à l'ANPE. Il est temps de réhabiliter les formations courtes et professionnelles où non seulement les individus s'épanouissent mais en plus trouvent plus facilement un job.. Je précise que ma femme est enseignante et qu'elle fait un travail remarquable. Je ne l'entends jamais se plaindre et je connais toutes ses difficultés. Nous avons aussi une vie privée et élevons deux enfants. La vie continue et pour elle il faut savoir se battre.

inconnu

Je suis prof.
Hier, quelqu’un m’a dit «Encore en vacances ? Mais tu travailles jamais ! ». Dans ton imaginaire, j’ai probablement les joues roses et l’oeil alerte, je sautille d’élève en élève pour leur expliquer en comptines les règles difficiles et je dors du sommeil de la bien-heureuse, fière du métier accompli et comblée par mes nombreux loisirs : cuisine, guitare, peinture sur verre et scrapbooking. Alors, cher quelqu’un, sache que mes dix dernières semaines travaillées 50 heures chacune, seule devant mon ordinateur, devant mes élèves ou devant mes cahiers, ne me laissent même pas l’énergie de faire ma lessive. Je suis crade, j’ai des cernes et je suis proche du coma par épuisement. Et pendant ce temps, mes élèves continuent de sautiller, sans fin.
Hier, quelqu’un m’a dit « T’as de la chance quand même, à 4 heures tu as fini ta journée. » Dans ton imaginaire, j’ai probablement une armée de petits elfes qui vient le soir à l’école imprimer mes exercices et corriger mes copies, ce qui me permet de manger mon choco BN trempé dans du lait, tranquillement installée sur mon canapé pour le goûter. Alors, cher quelqu’un, sache que pour moi, à 4 heures la journée commence réellement et le plus dur est devant moi. Plusieurs heures de travail fastidieuses, les yeux plissés sur les lignes bleues des cahiers pour ne surtout pas laisser passer la moindre faute, synonyme d’une réaction immédiate d’un parent mécontent, prof indigne que je suis. Et pendant ce temps, mes élèves continuent de coller leurs feuilles à l’envers et d’écrire octobre sans r.
Hier, quelqu’un m’a dit « Oui, enfin bon, l’addition posée c’est pas bien compliqué». Dans ton imaginaire, la tache la plus ardue de mon travail consiste probablement à calculer une division à deux chiffres. J’ai d’ailleurs arrêté ma scolarité en 5ème parce que je n’en voyais pas l’utilité pour faire maîtresse en CP. Alors, cher quelqu’un, sache que la pédagogie est une science complexe, et que chaque activité simpliste proposée à mes élèves est en fait le fruit d’une réflexion intense qui fait fumer mon cerveau. Activités qu’il faut penser progressives, et répartir sur la semaine, la période, l’année, le cycle… mais je te perds, je manque de pédagogie. Et pendant ce temps, les élèves continuent d’oublier la retenue.
Hier, quelqu’un m’a dit « Moi aussi, je garde ma petite nièce le mercredi. » Dans ton imaginaire, je fais donc probablement de la garderie. On fait des peintures libres avec les doigts, on joue à 1-2-3 soleil et on se lave les dents avant d’aller à la sieste. Alors, cher quelqu’un, sache que moi je ne garde pas ta petite nièce les autres jours. J’enseigne, je répète, j’éduque, je soigne, j’écoute, je dialogue, j’apprends. Je fais prof, infirmière, psychologue, gendarme, assistante sociale, médiatrice, mais pas nounou. Et pendant ce temps, mes élèves continuent de travailler, de se tromper et d’apprendre.
Hier quelqu’un m’a dit « J’aurais du faire prof aussi». Dans ton imaginaire, être prof c’est probablement avoir plein de vacances, finir de travailler à 4 heures, enseigner les rudiments et passer le temps entre récréations, art et sport. Alors, cher quelqu’un, sache que le concours est ouvert à tout le monde et qu’on accepte beaucoup mieux les nouveaux collègues que les remarques exaspérantes. Sache que tu signeras aussi pour y avoir droit toute ta vie, avec un sourire forcé. Mais comme on aime notre métier, on est prêt a tout entendre…
« Ah non, mais moi, toute la journée avec des enfants, je peux pas. » Ben tu vois, nous on peut, mais il nous faut des vacances. Deal.

coiffffard

Bonjour ! J'ai un bac + 5, je travaille dans le privé et je gagne 1400 euros net, depuis 3 ans. J'ai 5 semaine de congés payés.

Et je ne me plains pas !

C'est tout ce que j'ai à dire. Désolé d'avoir cassé tout votre article.........

Bulot

PE en CM, ma réalité ce n'est pas 45h/semaine mais entre 50 et 60. Donc mes vacances m'ont l'air méritées surtout lorsqu'on doit y consacrer un quart du temps au travail ! J'ajoute qu'il y a aussi une différence entre prof du public et du privé dont je fais partie : 1680€/ mois et retraite bien inférieure. Et également la honte d'avouer mon métier en société puisque systématiquement moqué. Très pénible venant de la part de gens qui gagnent le double ou le triple avec des diplômes inférieurs...

les p'tits monstres

Je n'ai qu'un mot : MERCI !!

Abracadalire

Bon sang sont pénibles ces allergies... Merci pour nous, merci pour vos profs.

Bonne année scolaire à tous et à nos élèves d'abord parce qu'au bout du compte c'est pour eux que nous sommes là.

Laëtitia

Merci, merci ,merci. Quel plaisir de lire, enfin, quelques mots gentils !!!

Michael

Excellent article! On aurait pu ajouter: la vérité sur les profs c'est que les journalistes s'ingénient à la discréditer auprès du grand public en faisant croire qu'ils sont payés quand ils font grève...

Taramortis

La vérité sur les profs c'est que le gouvernement est pire qu'un employeur privé, il tente de réformer des lois pour leur atomiser le statut qui date de 1950.
La vérité sur les profs c'est qu'il faut tous être unis avec eux, perce que sinon c'est nos conventions collectives sui y passe et le code du travail dans la foulée.

Henri

Je vais répondre à plusieurs commentaires.
Étant fils de gendarme. Ils ne sont pas fonctionnaires merci de ne pas faire d'amalgame...
Et j'ai fait 3 collèges et 2 lycées dans ma vie donc bon les profs ne sont pas les seuls à être mutés n'importe où...
Et il n'y a pas de service qui gère les mutations conjointes...
Ensuite les profs 35-40-45-50h par semaine.
Il y a pas mal de métiers dans l'artisanat où ils travaillent plus pour gagner moins que vous les mecs avec toutes les charges qu'ils doivent à l'Etat.
Et n'ont pas 15 semaines de congés payés par an.
Du coup si on remets ça sur une année vous êtes plus proche des 35h que des 45h.
Donc sincèrement arrêté de vous plaindre que vous êtes sous payés et que vous faites trop d'heures...
15 semaines de vacances vous avez largement le temps de vous reposer.
Et pour les salaires. J'ai un ami prof qui fait des colonies pendant les vacances scolaires, part au quartes coins du monde et il a un second salaire avec celui de prof.
Je vais m'arrêter là car j'ai encore 2-3 exemples à donner mais ça me prendrait la matinée.
Bonne journée à vous...

mme-beaute

Je suis d'un avis mitigé sur votre article parce que tout n'est pas tout blanc ou tout noir et cela dans tous les métiers.
Alors oui les clichés ont la vie dure, oui moi aussi j'ai connu des profs qui m'ont marqué par leur engagement et leur présence pour les élèves (et le contraire aussi).
Mais non le privé ne ressemble pas forcément à un lieu où on fait ce que bon nous semble, c'est tout aussi cliché que ce qui est dénoncé dans l'article.
Je peux vous dire que mon amie travaillant dans une banque en backoffice est surveillée même quand elle fait une pause toilette, que la pression est tellement forte que certains de ces collaborateurs partent en dépression et pourtant elle ne gère pas enfants non ce n'est qu'un monde d'adultes.
Evidemment que gérer des enfants c'est dur mais les adultes aussi.
J'ai pris un exemple parmi tant d'autres, je peux vous citer les gens qui font des audits financiers qui certes gagnent bien leur vie mais quittant leur travail à 2h ou 3h du matin.
Toutes les professions ont leur lot de préjugés et de croyances, les prof n'en sont pas exclus tout simplement.
C'est bien de rappeler que ce n'est pas facile pour eux mais face à des semaines de 45h avec la pression du chiffre/ des dates / des bouclages de projets / des mises en production .... et 5 semaines de congés par an, tiendraient-ils eux aussi ? (pour ma propre expérience j'ai engagé un ancien prof de techno pour un poste de développement de site web, il a tenu 1 mois)
Pour les gens c'est plus facile d'être dans le jugement sans connaître la situation, on le fait tous je pense.
Dans tous les métiers il y a des gens avec une conscience professionnelle et une envie de bien faire qu'on soit prof, éboueurs, manager, vendeur ....
C'est aussi la personne qui fait le métier.
Merci pour cet article instructif en tout cas :)


mme-beaute

Ps : pardon pour les fautes, j'ai écrit sans relire. Mais je n'arrive pas à corriger le commentaire.

coiffffard

Pourquoi les professeurs passent leur temps a pleurer dans ce genre de blog , images, photos ?

Il y a plein d'autre métiers tout aussi difficiles, voir plus, et les gens serrent les dents. Un peu de dignité.....ce n'est pas non plus le goulag.

Michèle

C'est vrai qu'il y a des brebis galeuses de partout. J'ai eu certains profs qui m'ont dégoûtée de leur matière à tout jamais. Mais pour d'autres, c'est le contraire. Je pense surtout à une jeune prof. qui m'a tellement fait aimer la matière qu'elle enseignait que j'en ai fait mon métier, et je ne le regrette pas un seul instant. Alors oui, marre des "pédagos" qui prennent le monde de haut, mais merci à ceux qui savent se mettre à la portée des enfants. Un peu de respect s'impose, arrêtons de leur taper dessus sans distinction.

Tim

La verite c'est qu'il n'y a que ceux qui n'ont jamais travaille en enterprise qui peuvent se lamemter DU sort des profs...

Tim

La verite c'est qu'il n'y a que ceux qui n'ont jamais travaille en enterprise qui peuvent se lamenter du sort des profs...

Mélymélo

MERCI !!! Si tout le monde en était conscient notre travail serait tellement facilité... Cet article m'a émue je dois dire... :)

Bidou

Un très très grand merci pour ce billet qui résume en partie assez bien ce que j'ai vécu quand, pendant 10 ans, j'étais prof' en lycée d'enseignement professionnel (CAP, BEP et Bac pro). Une vocation que j'ai du abandonner après 10 ans de service, après qu'un de mes élèves m'ait agressé, que mon proviseur ne m'ait pas reconnu comme victime, que l'Éducation Nationale m'ait ordonné de reprendre le même poste dans le même lycée avec ce même élève alors que je demandais juste une mutation pour mieux tourner la page. En étant payée net 1600 euros, j'ai préféré donner ma démission plutôt que je me ruiner la santé. J'ai mis 10 ans pour m'en remettre, de cette agression en partie, mais surtout de cette démission. Aujourd'hui encore, alors que la page est tournée depuis longtemps et que je suis passée à autre chose, je songe encore aux quelques rares moments de sérénité que m'ont apportée ces 10 années d'enseignement même si je passais plus de temps à faire la police qu'à véritablement enseigner. Mais j'adorais ça, voir ces jeunes, leur apprendre 2-3 bricoles mais surtout les accompagner et les faire grandir. J'avais la vocation, je l'ai encore, je mourrais avec. Hélas, mes supérieurs ne m'ont pas aidé dans les difficultés que j'ai traversé. Et ceux qui n'en sont pas, ne m'ont jamais compris (j'étais trop payée à être planquée). Ce pourquoi je suis toujours très respectueuses de mes collègues en activité... Parce que moi j'ai su.

Anne

Merci car on a besoin de soutien :
- quand on a une classe de terminale à préparer pour le baccalauréat
- que l'on est aussi stressé qu'eux


Quel plaisir :
- quand on décroche les 100% de réussite
- quand les parents nous appellent en nous remerciant pour tout
- quand les anciens élèves n'oublient pas d'envoyer un sms pour nous motiver à la rentrée scolaire et préciser " j'espère que vous aurez de gentils élèves "

Mick

Bonjour
À vous lire les personnes qui travaillent dans le privé sont des privilégiés. Alors qu'attendez vous pour nous rejoindre ? Je suis né dans une famille de pedago d'une mère prof de math qui a élevé 3 enfants et qui arrive en fin de carrière avec 1 jour d'absence justifié et 0 jours de grève.
Alors quand je lis les commentaires ça me fait bien rire. J'ai et je suis encore témoin du rythme de vie de l'enseignement.
Rappelez vous que des gens avec vos niveaux de compétences sont très recherchés dans le privé soyez les bienvenus parmis nous
PS : 5 semaines de vacances par an

JB Muffat

Merci

sophilouise

Merci pour cette article bien écrit, complet. Ça fait du bien de lire tout cela. Et ça permet en effet à certaines personnes de mieux comprendre ce que l'on vit.

ALEX

Perso je suis mari de prof, et ce n'est pas une sinécure. Entre les réunions, les conseils de classe et les coups de fil aux parents des ados "compliqués", elle est plus souvent au boulot qu'à la maison avec nous 4.

Et moi aussi j'ai eu une super maîtresse en CP qui s'appelait Me Schneider, à Nice ^^

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)