Le SOS d'une mère active en détresse: "Si j'arrête de travailler, je vais le regretter, mais..."
5 bonnes raisons d'offrir un cadeau de fin d'année à la maîtresse (ou au maître)

Barbara Pompili, NKM, Olga Trostiansky: les conseils de conciliation vie pro / vie familiale des femmes politiques

Nkm

Nathalie Kosciusko-Morizet à la Journée Maman travaille, le 6 juin 2013

 

La Journée Maman travaille a rassemblé vous le savez entre 250 et 300 participant-es (les comptes de bulletins sont en cours ! ;)) jeudi 6 juin 2013 à la Fondation Biermans Lapôtre, Cité Internationale Universitaire de Paris.

Notamment, plusieurs femmes politiques de premier plan, également mères de familles, avaient accepté de venir partager leur expérience d'articulation vie professionnelle / vie familiale. Il était important pour nous de recevoir ces décideuses, élues, battantes, hyperactives, de tous bords, ou presque (de Europe Ecologie Les Verts à l'UMP).

Car ce sont aussi ces élues qui vont pouvoir nous aider à faire avancer les choses en matière d'articulation des temps de vie.

En attendant, à titre personnel, comment font-elles pour tout équilibrer, une vie engagée riche, une vie familiale dense, le tout sous le regard du public ? Extraits de quelques-uns de leurs meilleurs conseils de conciliation vie pro / maternité !

 

Nathalie Kosciusko-Morizet: "Arrêter de s'occuper du regard des autres !"

L'ancienne ministre, candidate UMP à la Mairie de Paris, mère de deux enfants, a confié avoir allaité dans le train avec des vêtements mamaNANA.com ! Elle a aussi procédé à une riante imitation d'une très célèbre personnalité politique lui annonçant qu'elle ne serait pas nommée car "elle venait d'avoir un bébé". Son conseil à elle pour tout concilier, sa vie familiale comme sa vie politique, est simple: Ne plus se préoccuper du regard et des avis des autres. Elle a aussi souligné que dans un secteur concurrentiel comme la vie politique, il était primordial de savoir prendre de la distance et assumer ses choix. Un conseil chaleureusement applaudi par les 280 mères actives présentes - et par les quelques pères.

 

Olga Trostiansky: "Travailler à plein temps !"

La secrétaire générale du Laboratoire de l'égalité, adjointe au Maire de Paris (PS), a exhorté les femmes à toujours travailler pour garder leur indépendance financière et sociale. Olga Trostiansky a souligné que le choix de travailler à temps partiel, notamment en prenant le mercredi, pouvait avoir des conséquences notamment sur le montant des pensions de retraites. En clair, pour elle, travailler en 4/5 c'est déjà creuser sa future inégalité au moment du troisième âge !

 

Barbara Pompili: "Imposer ses horaires !"

La coprésidente du groupe Europe Ecologie Les Verts à l'Assemblée nationale, Barbara Pompili, a décroché la palme du "sans langue de bois". Elle a expliqué à l'assemblée les mécanismes qui excluent les femmes de la vie politique, très exigeante, et notamment les horaires des réunions militantes. A l'Assemblée nationale, elle a expliqué comment les séances pouvaient durer jusqu'à 4 heures du matin. Enfin, elle a précisé être opposée aux réuions se tenant entre 18 heures et 20 heures. "Pourquoi ne pas faire une réunion, mais après 21 heures, après le temps familial ? En tant que femme politique, je ne peux pas tout arrêter à 18 heures, je veux retravailler ensuite, mais pas à l'heure des sorties d'école..." a-t-elle expliqué en substance, évoquant l'équilibre entre vie active et maternité.

 

Bandeau page fb MT

-> Suivez sur le blog Maman travaille dans les prochaines semaines la suite des compte-rendus ! Ajoutez-le à vos favoris, suivez-nous sur Facebook.

-> Plus d'astuces de mères actives dans "Les 200 astuces de Maman travaille"

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Sben

Article très sympa ! cette journée devait être riche d'enseignements ;)

soinparis

Bah moi, je suis très ennuyée par ces témoignages.
J'ai été sensibilisée à ces causes avant d'être maman, ai fait mon mémoire de fin d'études sur les couples à double carrière et la mobilité internationale. Mais entre la théorie et la pratique...

Ces témoignages recouvrent une injonction de perfection, enfin, je les entends comme ça et l'ai vécu ainsi. J'ai essayé d'instaurer la parité à mon couple, de revendiquer le partage des tâches, mais y a rien à faire, je suis celle qui souffre quand les enfants sont malades, celles à qui les sorties manquent, celle qui ne concoit pas envoyer la nounou chez le médecin et donc qui y va, celle qui est intimement convaincue que les enfants ont besoin de plus de temps et que ca passe avant le boulot, celle qui s'est débrouillée pour télétravailler...
J'ai essayé d'être comme de toutes ces femmes et de ne pas m'écouter et je l'ai payé cher (j'ai somatisé et en plus le boulot s'est mal passé dès mon retour de premier congé mater - la double peine). Alors les conseils de ne pas passer à temps partiel, de serrer les dents, ben, je trouve qu'il y en a trop en fait...Les magazines féminins en sont bourrés mais c'est juste une injonction de plus type sois parfaite, sois détendue, t'es nulle si tu ne l'es pas. Je le vis encore comme ça et mon message aux plus jeunes, c'est plutôt, écoutez vous, préservez votre voix intérieure et faites ce qui est juste pour vous. La société est encore organisée par et pour les hommes. Pour mener la même carrière qu'eux, il y a risque fort d'y perdre une partie de vous. Essayez, testez, changez, réévaluez (ce sont des conseils de management et d'organisation du temps aussi), revendiquez. Je suis convaincue que le portage salarial et le freelance qui sont plus orientés sur les résultats par rapport au salariat sont des modèles plus adaptés aux carrières féminines.
C'était mon petit témoignage qui s'est allongé finalement...

nathalie

Je n'ai pas l'impression que les "conseils" (?) de NKM et des autres nous soient d'une grande utilité : on se doute bien que ça ne les intéresse pas spécialement d'accompagner les enfants au sport ou d'assister au spectacle de fin d'année. On se doute aussi qu'elles ont une bonne nounou à plein temps, et pas besoin de faire un sprint tous les soirs entre la station de RER et la crèche (d'autant plus qu'elles n'habitent pas très loin de leur lieu de travail...).
Les mères qui ne travaillent pas à temps complet sont elles coupables...?

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)