Aller chercher ses enfants à l'école, moins important que donner son sang ?
Comment organiser un goûter d'anniversaire quand on travaille ? (avec réponses et programme)

Maman salariée vs. Maman freelance: le match !

Depuis que j'ai des enfants, je suis passée par tous les statuts. Salariée à plein temps dans une grande agence de com', chômeuse, freelance pas payée, freelance tout court, autoentrepreneuse, en création d'entreprise, gérante d'entreprise, associée d'entreprises, directrice éditoriale d'une "petite" agence en télétravail le mercredi, en congé parental, freelance de nouveau, puis salariée d'une très gros groupe en 4/5 (et aussi encore freelance en même temps) et enfin, un statut hybride d'associée-salariée.

Lynette scavo maman freelance

Maman freelance ou maman salariée: Lynette Scavo n'en finit pas de ne pas savoir choisir.

Et finalement, si un constat demeure, c'est bien que l'herbe est toujours plus verte dans le pré du voisin. Freelance, je me meurs d'amour pour les bureaux sublimissimes où entrent des files entières de jeunes femmes bien coiffées, et salariée je trépigne à l'heure des sorties d'école en pensant à tout ce que je pourrais faire en plus si seulement j'étais à mon compte.

Comme vous ? Allez, maman salariée vs maman freelance: le match !

 

Matin

Maman freelance: je peux déposer les enfants en haillons si je veux, et rentrer chez moi me reposer, me doucher, me maquiller. Sauf que je me douche avant de sortir (c'est psychologique, je ne peux pas sinon, ça doit être du à mes origines de Miss PACA-qui-se-maquille-pour-sortir-les-poubelles) et que j'enchaîne souvent un rdv dehors...

Maman salariée: plus speedée, je cours pour arriver à l'heure. Je me lève 40 minutes plus tôt pour prendre ma douche sans entendre les enfants se battre. Paradoxalement, comme je travaille très près de chez moi, le côté RER métro n'est pas pénible (pour 2 stations, ça se gère très bien). En revanche, je ne fais jamais ce que j'avais prévu à savoir "un petit dèj réseau avant d'aller bosser" et je suis même souvent très très en avance au bureau (voire, la première).

-> Contre toute attente, je préfère la version Maman salariée !

 

Vie sociale

Maman freelance: en pro des réseaux, en tant que freelance, j'ai au moins 4 dèjs pros par semaine et autent de rendez-vous "pour se rencontrer". Il arrive que j'enchaîne 2 petits-déjeuners, un déjeuner et un café... Sauf que souvent, je m'aperçois in fine que les gens qui veulent "vous rencontrer pour parler" veulent 1/ vous vendre quelque chose 2/ vous piquer vos idées 3/ passer le temps. Parce que quand on a une idée précise, on donne l'objet avant le rdv. Et puis mes copnies étant au travail et mes enfants à l'école, finalement, le mythe du thé et des petits gâteaux en ville en devisant joyeusement de nos stratégies de développement... reste un mythe.

Maman salariée: en théorie, en tant que salariée, comme je travaille à 15 minutes de chez mon principal client et dans un super groupe rempli de gens super influents mondiaux du monde, je devrais enchaîner petits déjs et déjs très intéressants. Sauf que curieusement, mes boss ne sont pas très favorables aux dèjs d'une durée de 3h45 et il est difficile de frapper aux portes des bureaux des gens en disant "Hey, coucou ! C'est moi la nouvelle ça va ? Bon, vous ne me connaissez pas, mais let's go socialise together ! Je ne fume pas mais je serais ravie de recevoir votre fumée dans la gueule pendant 15 minutes. On pause ?" (du verbe prendre une pause)

-> Maman freelance a tout de même une vie sociale plus épanouie... dans mon cas. 

 

Collègues

Maman freelance: la maman freelance parle beaucoup à Peyton, Brooke et Nabilla. Elle a 4 998 amis Facebook qui rient à ses blagues ou lui font des blagues qui la font rire (enfin, liker, quoi).

Maman salariée: la maman salariée travaille dans un bureau de 4 voire 5 femmes, il y a toujours toujours quelqu'un qui a une serviette hygiénique / un nouveau vernis / un Migralgine / un avis sur le dernier Faites entrez l'accusé / reçu une super étude mettant en lien les désirs de gouvernement d'union nationale et le code Napoléon.

-> Maman salariée, tu marques un point.

 

Ecole / crèche

Maman freelance: l'école est une deuxième maison pour la maman freelance que je suis. Accompagner l'escrime ? C'est le rêve de toute une vie. Faire un gâteau ? Mais oui j'arrive ! Comment ? Une matinée portes ouvertes ? je suis votre homme, euh femme, jusqu'à 12h59. Bien sûr, avec sa petite moue, Bijounette sait aussi m'attendrir et m'amener à venir à 16 heures la chercher (et du coup comme je suis dehors, à aller chercher la deuxième naine dans la foulée, tant pis je travaillerai cette nuit).

Maman salariée: la maman est salariée depuis 3 semaines et n'a pas mis les pieds à l'école depuis 3 semaines. Elle a demandé à partir un quart d'heure plus tôt que le quart d'heure déjà plus tôt pour pouvoir aller chercher ses enfants la dernière, et elle court quand même et se retient de chanter dans le bus "Chauffeur, si t'es un homme, accélèèèèèère accélèèèère' car la maman salariée se fait souvent engueuler quand elle déboule à 18h47 à la crèche. (C'est 18h45 normalement). (A juste titre, l'engueulade, donc.)

-> Maman freelance remonte le score.

 

Argent

Maman freelance: la maman freelance peut gagner 6850 euros un mois et 7 euros 50 brut le mois suivant. Elle n'est ni malade, ni absente, ni en vacances.

Maman salariée: la maman salariée gagne toujours la même somme. Ennuyeux ? Allez dire ça à ma banquière. Et à mon compteur de RTT...

-> Maman salariée est pas mal sur ce coup là.

EDIT: J'ai écrit cette chronique il y a plusieurs semaines, avant d'être hospitalisée. Alors sous le statut salariée, dépendant du régime général, je me suis dit: "Un avantage du salariat... mon arrêt de travail de 15 jours pour cause d'hospitalisation en urgence, sur une longue durée, sera rémunéré. Grosse erreur: la Sécurité Sociale ne daigne pas m'indemniser, j'aurais pris 15 jours de congé sans solde à Hawaii, ça revenait au même. Donc au moment où j'édite cette chronique pour la mettre en ligne, j'ajoute ->

-> Egalité, balle au centre.

 

Apprentissages

Maman freelance: comme la maman freelance est freelance, elle ne peut pas dire à son client "Non, j'y connais rien à ce truc." Donc elle lit beaucoup "Photoshop pour les Nuls". Et n'y comprend pas grand chose.

Maman salariée: la maman salariée a de gentilles collègues qui lui disent des trucs comme "Dreamweaver tu connais pas ? Ben viens je vais te montrer !" et qui la forment, comme ça. Maman salariée a aussi une boss qui lui explique comment quoi marche où et avec qui. Ce qui est hudge.

-> Maman salariée BIG UP

 

Souplesse

Maman freelance: maman freelance peut travailler d'Ajaccio de Dubaï ou de Sarcelles si ça lui chante. Si bébé est malade, ni soucaïe elle déboule pour le chercher quand elle est dispo et décide seule si elle déplace un rendez-vous.

Maman salariée: maman salariée respecte des horaires et doit rester au bureau jusqu'à l'heure dite, même si elle a tout terminé, même si elle a une urgence, même si le centre de loisirs la harcèle d'appels téléphoniques l'informant que son enfant vomit du sang. Heureusement Papa salarié est là. Malheureusement Papa salarié travaille à 1h30 de l'école et de la crèche, ce qui limite un peu la disponibilité pour les urgences.

-> Sans surprise, Maman freelance remonte le score sur ce point précis.

 

Perspectives de carrière

Maman freelance: maman freelance a comme perspective de carrière d'avoir toujours plus de clients, ce qui est un peu fatigant.

Maman salariée: maman salariée peut évoluer... si elle reste tard au bureau ?

-> NSPP pour le moment, rendez-vous dans 1 an.

 

Le match est très serré ! Freelance, salariée, choisir semble toujours aussi difficile...

 

3 bonnes raisons d'être une maman salariée:

1/ On peut dire à son compagnon "Je travaille moi !" sans déclencher l'hilarité condescendante propre à certains conjoints (amis, belles-mères...) d'indépendantes.

2/ En tant que salariée, les journées enfant malade peuvent être, dans certains cas, rémunérées.

3/ Il est plus facile de bénéficier d'un congé maternité...

 

3 bonnes raisons d'être une maman freelance:

1/ On est disponible à 16 heures si on le souhaite.

2/ On peut travailler deux fois plus une semaine avant et après, mais prendre l'intégralité des vacances scolaires.

3/ Plus on travaille, plus on est payée; ce qui est plus motivant qu'un salaire basé sur le temps de présence derrière un bureau.

 

Et vous alors ? Vous vous reconnaissez..?

 

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

mumetmomes.fr

Bravo pour ce comparatif humoristique où je me suis aussi reconnue. Il y a aussi tout ce qui concerne la couverture sociale ( je parle pas de la retraite parce que d'ici là dans les 2 cas ca va etre la loose )où le statut de maman salariée est plus avantageux. Maman salariée à plus d'avantages concrets mais la liberté prime sur tout le reste non?
Bonne journée,

Anne

Si le comparatif est éffectivement humoristique, je fais cependant une remarque de "normande", toute alsacienne que je suis... Ca dépend...
J'ai appris quelques petites choses lors de la journée Maman Travaille (eh oui...) entre autre : quand on est salariée, il faut savoir poser ses limites : heures de départ par exemple. Et puis, le télétravail, s'il est choisi par la salariée n'est pas forcément un gros mot...
Et si on se lance en freelance, "pas forcément seule et pas forcément chez soi..." (je ne sais plus qui est l'auteur de cette phrase qui m'a marquée). Parce que si on veut que son entreprise marche, il faut s'en donner les moyens et ce n'est pas forcément compatible avec les horaires de l'école. Enfin, salariée ou freelance, ce n'est pas forcément à la maman de gérer les enfants systématiquement. Là encore, petite phrase de la journée maman travaille : et si on dialogait tout simplement avec nos époux/compagnons/pères de nos enfants pour un meilleur partage des tâches ?
(NB : je suis salariée et malgré ces belles paroles, quand je pars à 19 heures, j'entends mes collè-gues penser "tiens, elle prend encore son après-midi...").

Marlène (Maman travaille)

Bonjour Anne,
Ca me touche beaucoup que la Journée Maman travaille donne cette énergie et permette de se noter des "bonnes pratiques" !
Merci !
Ah, le partage des tâches dans le couple, oui, mon dada, j'en suis la 1ère militante (et pratiquante ) !

Bonjour Mumandmômes,
C'est exactement ça... la place de la liberté sur le reste..!


nyfea

Tout dépend du choix de vie qu'on fait en fait.

Le statut de freelance me fait un peu peur pour le coté financier, pourtant je reve de n'avoir aucun chef sur le dos et gérer moi meme UNE activité (je dis UNE parce que j'ai pas l'idée la)...

Il y a des avantages dans les deux, selon ce que l'on veut.

J'aimerais être "plus libre" donc forcement le statut d'indépendante me parle +++..
A voir si je sauterais le pas, j'aimerais pouvoir etre plus dispo pour mes enfants

Cécile

2 ans 1/2 de réflexion et je crois avoir trouvé le compromis : le portage salarial.
Je choisis mes missions, comme en free lance, je gère mon temps - si je veux accompagner loulou 1 chez l'orthophoniste ou aller déjeuner avec une copine - mais j'ai un statut de salariée (proportionnel à mon CA toutefois !). Des frais peut-être un peu plus élevés que si j'étais purement à mon compte, mais au moins, je suis à la fois libre et salariée ! Et je me suis fait une raison : j'adore travailler mais pas question que cela m'empêche de vivre aussi ma vie de mère et de femme (ou le contraire?). Je ne serai jamais "riche" d'argent par mon travail, mais je suis riche de mes rencontres professionnelles dans ce nouveau cadre, de mes engagements et surtout surtout surtout de tous ces moments passés avec mes kids et mon homme! Après, comme le dit Anne, ça dépend aussi de chacune. Mais pour moi, y a plus photo !

Du côté de l'Isère

Je suis freelance (depuis 7 ans) et aujourd'hui, l'envie de retourner salariée est très TRES présente pour diverses raisons: 1. Parce que dans "travailler de la maison", l'entourage ne retient que le mot "maison" et donc qui se colle tout????; 2. Parce que les week-ends n'existent presque plus car un projet qui passe, ça ne se refuse pas... ou pas trop souvent sinon vous perdez vos clients pour cause d'indisponiblité (je suis dans la traduction juridique); 3. Les agences de traduction (dont certains groupes internationaux font du 7/7 et 24/24) vous appellent le samedi Pm en étant surpris que vous refusiez de travailler le dimanche; 4. Parce que les fériés, ça n'existe pas... les congés payés ça n'existe pas; 5. Vous êtes connectés sur votre mail du 9h00 à 22h00 au moins, du lundi au vendredi; 6. Mercredi et jours fériés/maladie des enfants: vous vous arrachez les cheveux car vous devez vous occuper des enfants EN MEME TEMPS que vous travaillez... Un enfant malade, du moins les 2 miens, ne reste pas allongé à regarder les mouches passées... Il a besoin de réconfort et donc de calins et donc de maman disponbile!!; 7.Prendre 2 mois de vacances l'été: perte de clients assurée à votre retour car le marché est grand (dans mon cas) et forcément, on ne vous attendra pas... 8. Oui, vous allez chercher vos enfants à la sortie de l'école, oui, vous les inscrivez aux activités le mercredi, oui, vous essayez de participer à certaines sorties d'école... et résultat, vous travaillez la nuit... et enchaînerez bien évidemment la journée suivante sans "sieste" car un projet sera fini et un autre devra être complété DANS TOUS LES CAS; 9. Vous êtes malades (genre la grippe avec 40 de fièvre): vous vous êtes déjà engagée dans un projet, non, vous n'appelerez pas pour dire "désolée mais je suis malade, trouvez quelqu'un d 'autre". Etc. etc. Je trouve que l'on donne toujours la vision dorée du freelance, "je suis libre, je travaille quand je veux et si je veux.. je suis dispo n'importe quand".. Et bien non, si un freelance veut tenir dans la durée, il devra être disponible et répondre au maximum au désir et besoin des clients (là encore, mon expérience en traduction.. où le marché et la concurrence sont à l'échelle internationale).

Elle-mère

Cet article tombe à pic pour moi!

Et le bilan que j'en tire est qu'il n'y a pas de solution idéale, que le travail à la maison est un piège redoutable pour les femmes et que le freelance peut être une bonne chose, de façon temporaire, pour concilier envies professionnelles, difficultés de conciliation famille-travail et périodes creuses.

Je vais peut-être me lancer, sur un secteur très spécifique, et avec peu de chance que ce soit pérenne, et je me demande chaque matin si c'est la bonne solution...

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.