Rentrée scolaire: 15 trucs pratiques pour concilier vie professionnelle et vie familiale
Mère active et... nature ! Est-ce incompatible ? 5 idées reçues passées au crible

Nathalie Kosciusko-Morizet: "Ma belle-mère vit chez moi !" (Interview exclusive Maman travaille)

Nkm mère active maman travaille

NKM à la Journée Maman travaille - (c) Cyril Ananiguian pour Maman travaille - DR

 

Ex ministre, ex Maire de Longjumeau, ex-porte-parole de Nicolas Sarkozy, candidate à la Mairie de Paris, NKM était entrée en contact avec Maman travaille par le biais de son staff en 2012. Dans le cadre de la campagne présidentielle, elle avait reçu à son QG une délégation de l'association Maman travaille, en compagnie d'une poignée de blogueuses et actrices du numérique mères de familles, pour échanger sur les problématiques qui nous concernent. L'occasion pour Maman travaille de remplir son rôle de "lobby" et de lui parler de nos préoccupations, crèches, travail, modes de garde, éducation, égalité parentale et professionnelle...

Je crois pouvoir dire que nous étions toutes sorties de ce rendez-vous nocturne avec une très forte impression. Qu'on soit politiquement proche de ses idées, ou qu'on ne le soit pas (mon cas, je n'en fais pas mystère) on ne peut pas rester indifférente à son charisme et à sa force de persuasion. Une amie journaliste politique me dit même que l'on parle d'elle en disant "la prochaine présidente de la République".

Lorsque je l'avais vue monter sur scène à Sciences Po, l'an dernier, quand je venais de poser ma question à Marine Le Pen via ELLE; alors qu'elle venait annoncer le désistement de Nicolas Sarkozy du débat, j'avais trouvé incroyablement courageuse cette femme qui se met en position de devenir une cible face à une salle survoltée, qui attrape le micro et qui répond aux hurlements de la foule. Et lors de l'afterwork de la Journée Maman travaille, même la très apolitique Aude de Thuin (qui clamait l'an dernier "Si on m'attaque, je pleure: alors non, je ne veux pas faire de politique !") n'a pu s'empêcher de marquer une phrase d'admiration envers une femme engagée.

Bien évidemment, notre association étant apolitique même si ses membres sont engagés, et pour conserver une qualité riche et plurielle aux débats, étaient conviées également l'extraordinaire coprésidente du groupe EELV à l'Assemblée nationale, Barbara Pompili, mais aussi l'adjointe au Maire PS Olga Trostiansky, en sa qualité de secrétaire générale du Laboratoire de l'Egalité.

En tous cas, c'est une NKM très simple qui a accepté de venir parler aux 250 parents présents, malgré un planning plus que chargé, quand l'une des organisatrices de la Journée a sollicité un de ses proches conseillers. Quelle aubaine, pour nous, de pouvoir l'écouter partager son expérience lors de la Journée Maman travaille du 6 juin dernier ! Ce sont des applaudissements nourris qui l'ont accompagnée quand elle a parlé de détails très intimes relatifs à sa maternité, allant même jusqu'à imiter un premier ministre !

En toute décontraction, après un passage par le stand de mamaNANA.com dont elle s'est déclarée une cliente ravie, en partant, elle s'est fait alpaguer par notre journaliste, l'excellente Sandra Franrenet, qui lui a posé trois questions sur la conciliation vie professionnelle / vie familiale, et son statut de mère-politique-active...

Interview.

 

En tant que femme politique, votre présence était très attendue des participantes. Qu’avez-vous eu envie de leur dire ?

NKM: Je suis venue pour partager une expérience dont je considère qu’elle n’est, au final, pas si spécifique que ça : toutes les femmes qui travaillent dans des milieux concurrentiels connaissent les mêmes problématiques, les mêmes difficultés d’organisation, parfois les mêmes angoisses, la même mauvaise conscience et subissent les mêmes discriminations. Il y a des choses à échanger au-delà des particularités de la vie de chacune.

Je suis notamment venue dire aux participantes de se méfier des conseils avisés car nous devons toutes suivre notre propre chemin et ne pas hésiter à mettre beaucoup d’humour et d’amour dans ce qu’on a l’impression de ne pas réussir.

 

Vous connaissez les problématiques rencontrées par les mères qui travaillent. Font-elles partie des combats que vous menez dans le cadre de votre programme politique ?

NKM: Pas seulement au niveau de mon programme politique ! J’ai toujours veillé à ce que les femmes aient une « bonne place » dans les organisations où j’ai travaillé, tout en portant une attention particulière à leurs enjeux et impératifs.

Au final, ça a également été positif pour les garçons : ceux qui avaient des enfants ont particulièrement apprécié ! J’ai ensuite essayé d’agir en tant que chef d’une institution et là je pense à mon rôle de maire : j’ai mis en place de nouveaux dispositifs de garde, me suis intéressée aux groupes de jeunes parents, instauré une journée de la petite enfance,…

Je crois à la multiplication des modes de garde à côté du système des crèches publiques. J’estime enfin qu’il y a une réflexion à mener autour de l’organisation du temps. Je suis frappée de voir que la question du rythme scolaire a été traitée avec autant de légèreté.

On s’apprête à bousculer profondément l’organisation de la semaine. Quid des mamans qui ont pris un 80% ? Quid des couples séparés dans lesquels le père avait les enfants le mercredi ? Quid des enfants qui avaient une activité le mercredi matin ?

 

La vie de femme politique semble difficilement conciliable avec celle de mère. Quel est votre secret pour tout mener front ? Etes-vous aidée par votre entourage ?

NKM: J’ai une solution très particulière : ma belle-mère vit chez moi. C’est une femme formidable qui a élevé seule deux garçons tout en travaillant. Elle connaît donc parfaitement les difficultés pour concilier vie personnelle/vie professionnelle.

Sans son précieux soutien, mon organisation serait beaucoup plus compliquée. 

 

Sandra Franrenet (c) Maman travaille

 

NB Les membres de l'association ont reçu fin juin leur compte-rendu complet de la Journée Maman travaille. 

 

A lire aussi:

Notre interview exclusive d'Anne Hidalgo, par Marlène Schiappa et Nadia Hathroubi-Safsaf

Barbara Pompili, Olga Trostiansky, NKM: les conseils des femmes politiques pour concilier vies pro et perso

Maman travaille au dîner de blogueurs d'Eric Besson

Premières photos de la Journée Maman travaille

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

etpuisquoiencore

elle en a de la chance d'avoir une belle mere formidable? est-ce possible ou juste une phrase de politicienne... Moiaussi j'ai ma belle mere à la maison et ça donne ça


http://bellemereetmoi.canalblog.com/

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.