Tiers payant du mode de garde: la réforme décryptée pour vous
Et si vous vous formiez à la conciliation vie professionnelle / vie familiale ?

"Non, vos enfants ne sont pas surdoués !" l'exaspération d'une enseignante

Vous êtes nombreux à imaginer que votre enfant est surdoué. Dans le top des meilleures ventes de livres catégorie enfants, les 2 des 3 livres les plus vendus portent sur le thème de l'enfant surdoué. Près de 10 000 exemplaires vendus en tout, d'après les estimations d'un libraire. "J'ai du faire un choix, j'ai supprimé de ma vitrine d'autres livres intéressants sur l'éducation au profit de ceux-ci, qui se vendent mieux. Les parents sont attirés, ils viennent lire, reconnaissent leurs enfants et l'achètent..."

 

 

enfants surdoués prof expasérée
2 des livres les plus vendus de la catégorie "enfants" portent sur les enfants surdoués... Et sont lus par des parents dont les enfants ne le sont pas.

 

 

Et bien sûr, les parents adorent. Vous pensez, des livres qui leur expliquent que leurs enfants sont "à part", "surdoués", "précoces", des "génies"... Pourtant, une personne n'apprécie guère. Sylvie, professeur des écoles, enseigne dans une classe de CM2. Elle est lassée de recevoir des parents s'maginant que leurs enfants sont de petits génies.

 

 

"Ca devient la réponse à tout ! Quand j'explique à un père que son fils est agité, qu'il n'écoute rien, qu'il désobéit, le père me répond qu'il est sûrement surdoué. Et qu'il s'ennuie. Alors oui, les enfants précoces s'ennuient, mais tous les enfants qui s'ennuient ne sont pas précoces..." explique Sylvie.

 

Le pire ? L'an dernier, une mère arrive pour chercher son enfant; Sylvie en profite pour lui expliquer qu'il présente des retards importants en lecture "Il avait un niveau CE1. Je voulais proposer le redoublement du CM2, il ne suivrait pas au collège, pour moi." La réponse de la mère ? "Il est précoce. Moi aussi d'ailleurs, j'ai redoublé deux fois. Parce que les profs ne compenaient pas que j'étais précoce."

 

Finalement, pour Sylvie, l'enfant "surdoué" devient la réponse à tout. "Il n'écoute pas ? Il est surdoué ! Il rêve ? Il est surdoué ! Il aime l'école ? Il est surdoué ! Il n'aime pas l'école ? Il est surdoué !"

Professeur des écoles également, Séverine abonde dans le sens de Sylvie. "Il y a une dizaine d'années, les parents nous prévenaient que leurs enfants avaient des difficultés dans telle matière. Désormais à la rentrée, ils nous préviennent que leurs enfants sont surdoués ! Si bien que dans une classe, vous pouvez vous retrouver avec 18 enfants supposément surdoués, sur un total de 27 ! On rêve !" Sylvie renchérit: "On assiste à une "extrémisation" de l'éducation. D'un côté des parents qui ne fichent totalement de la scolarité de leurs enfants, arrivent en retard, les négligent... et de l'autre des parents qui surinvestissent complètement de façon peu à propos l'école. Je pense à ces parents catastrophés parce que leur fille avait eu un "B" et pas un "A" en calcul, en grande section de maternelle. Ils craignaient que ça n'entrave son entrée à HEC..."

 

Même l''Education nationale s'y met: en avril dernier, une circulaire demandait aux enseignants de porter "une attention particulière aux élèves intellectuellement précoces (EIP), pour qu'ils puissent également être scolarisés en milieu ordinaire. À cet effet, dès la rentrée 2013, chaque enseignant accueillant dans sa classe un élève intellectuellement précoce aura à sa disposition sur Éduscol un module de formation à cette problématique".

"Sur le fond c'est très bénéfique pour les élèves qui le sont vraiment. Mais les parents qui imagianent avoir des enfants surdoués sont très bien informés et viennent parfois avec leur propre copie de circulaire ou de manuel, nous expliquant comment apprendre à leur enfant, alors que c'est notre métier !" s'énerve Sylvie, tout en reconnaissant que les médias jouent un rôle dans cette nouvelle pandémie. "On lit des articles partout, on voit des émissions qui vous explique que si votre bébé aime les céréales nature ou adore lire, il est surdoué, précoce. On trouve des tests de QI sur Internet qui n'ont aucune valeur scientifique !" 
Vérification faite, de nombreux sites proposent en effet de tester le QI de votre enfant... sans même préciser la tranche d'âge de ces tests ! Prévus pour des 5 ans, 10 ans, 15 ans ? "C'est comme l'hyperactivité." note Séverine, qui déplore de voir des parents se réfugier derrière cette excuse.

 

 

Le 27 septembre à Châlon-sur-Saone se tiendra une conférence sur le thème "L''enfant surdoué: le reconnaître, le comprendre et l'accompagner." Et le 5 octobre, à Villeurbane, le thème "Précocité intellectuelle, entre fantasme et réalité " sera abordé par l'Association française pour les enfants précoces. De quoi fâcher quelques parents...?

Quoi qu'il en soit, une fois encore, nous retombons dans un schéma éducatif où l'enfant dans sa spécificité n'est pas pris en compte. On veut à tout prix le ranger dans une case, de préférence une case valorisante pour le parent. Sans se demander ce qui serait réellement mieux pour lui...

 

 

Pour finir, ces deux enseignantes m'ont contactées: n'hésitez pas à proposer vos sujets, vous aussi.

Si vous découvrez ce blog, je vous invite à faire un tour sur le site de notre Association, ou à entamer la discussion lors d'un de nos prochains événements !

Bon mercredi à vous ;)

 

A lire aussi:

Eloge de l'enfant roi

Le Dictionnaire déjanté de la maternité

200 astuces de Maman travaille

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

ganesh46

+1 avec cet article...d'ailleurs un enfant avec un an d'avance n'est pas toujours "surdoué"....ma fille est en 3eme a 13 ans, elle travaille très bien mais je ne pense vraiment pas qu'elle soit surdouée...elle a qqs facilités c'est tout....et mon doudou n'aime pas l'école...n'arrive pas à écrire à cause du stress et du manque d'intérêt....mais de là à penser qu'il est surdoué.....je me marre là! ça le gave grave juste d'aller à l'école ;-)

Anne-Laure

certes il y a surement des parents qui sur-investissent leur enfant mais il y a aussi la réalité des 1/3 d'enfants surdoués qui sont en échec scolaire par inadaptation de l'école à leurs besoins.
Il faut réellement que les enseignants soient formés, et ce n'est malheureusement pas le cas. Ma fille a fait un test de QI, non pas qu'on ait voulu savoir si elle était EIP, mais parce qu'elle avait une très forte anxiété et que la psy nous l'a suggéré. Elle savait lire en entrant en GS (sans qu'on cherche à lui apprendre). Lorsqu'on est allé voir la maîtresse en décembre parce que notre fille nous a dit qu'elle voulait aller en CP, elle nous a répondu "votre fille n'est pas dans une posture d'élève" ; c'est-à-dire qu'elle n'écoutait pas les consignes. Évidemment car cette maîtresse distribuait beaucoup de fiches sur lesquelles la consigné était écrite. Notre fille avait fait l'exercice avant que la maîtresse ait fini de distribué ; du coup elle s'ennuyait et faisait le bazar.
Malgré tout, je n'aime pas le terme "surdoué" et je n'affiche pas son résultat du test (d'ailleurs j'ai oublié le chiffre, aucun intérêt en soi).

céline

Pas plus de surdoués que d'handicapés mais des enfans uniques qu'il faut accompagner et faire grandir et aider à se sentir bien dans leurs baskets.

J'ai lu l'enfant surdoué commm j'ai lu plein d'autre livres d'éducations et oui ça m'a servis à cerner certaines difficultés chez mes enfants. Mais je n'aime pas l'idée d'école séparée, d'être entre surdoués dans des clubs comme décrit dans le livre... La vie réelle ce n'est pas ça !

Anna Colonnese

C'est peut-être agaçant pour les enseignants, mais la réalité est:

1. que la majeure partie des EHP (on dit maintenant à haut potentiel) ne sont détectés, et ces enfants-là souffrent. Les statistiques parlent d'elles-même (fort taux de dépression, usage de drogue, comportement borderline, suicides, etc).

2. que la majorité des établissements ne RESPECTENT PAS le B.O. concernant les enfants EHP. C'est déjà beaucoup plus grave que des parents "qui pensent que".

Pour finir, la solution est simple: c'est le dépistage: Si haut potentiel il y a , en prend des mesures .Si l'enfant est simplement ce que l'on appelle "brillant", on prend des mesures aussi (satisfaire son besoin d'apprendre).
C'est pourtant simple!

Anna, mère d'un garçon EHP

ganesh46

Les "vrais" enfants surdoués (2 ou 3 ans d'avance) ont besoin d'écoles spécifiques qui tiennent compte de leur soif de savoir et de leur intelligence particulière. Ils peut être difficile pour eux de s'intégrer à une classe dont les enfants sont plus âgés. Par exemple en 6eme à 9 ans il y a un gros décalage avec les 11-12 ans quand même....et ils n'ont pas du tout les mêmes préoccupations.

leona

Le terme même de "surdoué" est très contestable.

Dans ma scolarité j'avais 2 ans d'avance, et franchement je ne me suis jamais considérée comme "surdouée". Précoce oui, mais sur certains plans seulement. Avoir de grandes facilités en matière de méthodes de travail, de capacité de concentration, d'assimilation des connaissances et de mémoire ne signifie pas qu'on est mature. La précocité peut alors se transformer en timidité maladive et en source de complexes à l'adolescence - du moins c'est comme ça que je l'ai vécue. Et pourtant, rétrospectivement je me réjouis de n'avoir pas été orientée vers une quelconque "structure adaptée" !

Il y a aussi une part de chance, qui tient aux habitudes que nos parents nous donnent : par exemple, j'ai eu l'immense chance de grandir dans une maison pleine de livres, avec un grand-père qui prenait beaucoup de plaisir à me lire des histoires et aussi à en discuter avec moi (même très jeune), et des parents qui m'ont familiarisée très tôt avec, notamment, une langue étrangère. Je suis bien consciente qu'en la matière j'ai été très privilégiée, et que les facilités "innées" (?) que je pouvais avoir ont été ainsi accentuées !

Aujourd'hui j'ai deux filles, et comme toutes les mamans je suis extrêmement fière des facilités qu'elles montrent dans tel ou tel domaine (mon aînée savait réellement lire en fin de grande section, elle a un très bon "esprit d'équipe" et beaucoup d'empathie, etc ; ma cadette a un niveau de langage et de vocabulaire qui étonne toute l'équipe de sa crèche), mais je suis très vigilante : je reste lucide et je les encourage sans leur mettre inutilement la pression. Mes filles ne sont pas surdouées, elles ne sont même pas "précoces", et d'une certaine façon tant mieux ! Elles sont éveillées, curieuses et stimulées et je vais faire le nécessaire pour qu'elles le restent...

Chrystèle

Je comprends l'agacement des enseignants face aux comportement de ces parents. Mais derrière cet engouement pour la précocité, est-ce que la vraie problématique n'est pas celle de la capacité de l'école à développer les capacités de chaque enfant, en tenant compte de la variété des profils ?

Quelques lectures m'ont fait réfléchir à ce sujet, je me permets de les partager :

- selon Seth Godin, l'école "pour tous" a été conçue pour former la masse des ouvriers et employés de l'ère industrielle, pour lesquels les qualités les plus attendues étaient obéissance à la hiérarchie et respect des consignes. Au 21e siècle, la création de valeur dans les pays occidentaux est plutôt réalisée par des personnes dont les principales qualités sont créativité, audace, responsabilité, leadership... Il propose de réformer l'école pour mieux aider les enfants à développer ces qualités.
http://sethgodin.typepad.com/seths_blog/2011/09/back-to-the-wrong-school.html

- selon Dominique Dupagne, certaines personnes ont des profils de "zappeurs" : très créatifs, actifs, innovants mais ayant une attention fluctuante, supportant difficilement la hiérarchie et peu patients sur des tâches peu stimulantes. Si on les appelle précoces, zèbres ou hyperactifs, c'est parce qu'ils ont des difficultés à se plier à un système d'éducation plutôt conçu pour des profils de type "bosseurs patients", et détonnent en salle de classe.
http://www.leretourdeszappeurs.com/

La réponse à cette question est loin d'être évidente, et notre système scolaire est sans doute un des "moins mauvais" systèmes qui donne accès à l'éducation à tous. Mais dans notre monde globalisé, les qualités dont auront besoin les adultes de demain pour réussir professionnellement seront assez différentes des qualités des travailleurs d'hier... L'école a t-elle les moyens de s'y adapter ?

La professeur interviewée nous explique : "On assiste à une "extrémisation" de l'éducation. D'un côté des parents qui ne fichent totalement de la scolarité de leurs enfants, arrivent en retard, les négligent... et de l'autre des parents qui surinvestissent complètement de façon peu à propos l'école".
Peut-être que ces comportements parentaux "extrêmes" sont guidés par le même sentiment que ce n'est pas l'école qui donnera les clés de la réussite professionnelle à leurs enfants ? Alors certains veulent compenser en s'investissant beaucoup dans la scolarité de leurs enfants, et d'autres laissent tomber et se désinvestissent d'une école qu'ils ne comprennent pas vraiment.

A mon avis le problème ne vient pas du tout des enseignants, qui parviennent à faire énormément avec des moyens très limités et beaucoup de contraintes. C'est plutôt une question d'objectifs et de moyens accordés à notre système d'éducation.

Si notre système scolaire parvient à mieux s'adapter aux caractères variés des enfants et aux besoins de notre société, on peut penser qu'il y aura beaucoup moins d'enfants considérés comme précoces, zèbres ou hyperactifs, mais simplement toute une variété d'enfants qui développeront chacun leurs qualités.... et des parents plus sereins :-)

Nico

Le lien vers l'étude du sociologue Lignier sur les "précoces", un travail intéressant qui remet cette question en perspective au coeur de l'histoire de l'Ecole.

http://www.amazon.fr/La-petite-noblesse-lintelligence-sociologie/dp/270717307X

anne-laure

non Ganesh46, les vrais enfants "surdoués" non pas forcément d'années d'avance. Ils ont juste un fonctionnement cérébral différent. Qui peut les conduire à l'échec scolaire (voir les ouvrages de J-Charles Terrassier et Arielle Adda, références en la matière).
Leona, ce que vous décrivez en parlant d'immaturité malgré les savoirs, est appelé la dyssynchronie : écart de développement entre l'intellect et l'affect, ce dernier restant celui de l'âge de l'enfant, et écart de raisonnements, langage entre l'enfant et ceux de sa classe d'âge, qui font que souvent l'enfant se sent en décalage et mal à l'aise ...
Merci Chrystèle por votre réflexion très documentée, je vais chercher les ouvrages ... par contre je reste persuadée que parmi les enseignants même si beaucoup font du mieux qu'ils peuvent certains ne se donnent pas la peine de s'adapter aux particuliarités des enfants quelles qu'elles soient ... se contentent de faire cours à l'élève moyen (qui n'existe pas !)

Sabine

Bonjour,
je n'ai pas bien suivi le fait que chaque enseignant aurait, à partir de la rentrée 2013, via "Eduscol" un support ???? comment l'enseignant peut savoir qu'il y a accès ? comment l'enseignant sait qu'il a un surdoué dans une classe ? la CPE doit t'elle donner l'information ?
Merci à vous

sagebooker

Je lis et je sursaute... voilà des années que je me bats dans mes classes de Segpa pour expliquer aux parents et aux collègues, que si, bien sûr que si, les collègues avant nous ont mis des choses en place pour nos élèves, pour leurs difficultés spécifiques. Devant les doutes, je maintiens. Lorsque j'étais maitre E, j'ai vu des choses mises en place pour les gamins.
Et puis je vous lis, et je comprends mieux ce que me disent mes collègues : vous seriez de celles donc qui pense qu'on enseigne à la majorité, et que suivra qui pourra.
L'hétérogénéité est de mise dans une classe, tout autre discours serait mensonger. Alors oui, vous aurez sur 30 élèves 1 ou 2 dyslexiques, 1 ou 2 élèves "en retard" (c'est à dire d'intelligence dite ordinaire mais avec difficultés persistantes), 1 ou 2 autres élèves avec des troubles particuliers, visibles ou non, et 1 ou 2 enfants surdoués. Ne pas en tenir compte, ce n'est pas faire votre boulot.
A moins que vous soyez de celles, simplement, qui ont "appris" qu'on faisait tout pareil à tous les élèves. Quitte à en larguer donc 10 % à la marge.
Je suis très choquée de votre article, pour ma profession, et en qualité de maman.

Lechevalier

Des parents qui osent donner des leçons aux instit c est les mettre face à leur incapacité de tout savoir...
Face à cela le rejet que vous faites de ces enfants simplement hors normes ...
Peu importe le terme, vous êtes la pour accompagner des enfants, si des parents utilisent des raisons futiles, vous êtes sûrement suffisamment calées pour les remettre à leur place et ne prendre en considération que ces élèves réellement à part.
Je ne vois pas ce qu apporte votre critique . A part continuer de discréditer les parents réellement concernes.
C est connu tout le monde à le même niveau la même facilité d apprentissage il n y a pas de différence d'intelligence, je vous souhaite de rencontrer un enfant qui vous mettra le nez face à votre incompétence

Guil

On est surdoué lorsqu'on a obtenu plus de 130 a un test de QI passé chez un psychologue. A partir de là, il n'y a guère à fantasmer et ni "faux" ni "vrai" surdoués. J'ajoute qu'avec les tests de QI officiels, comme le WISC, il n'y a pas de faux positif.
Enfin, le HQI n'est pas synonyme de performance scolaire puisque 1/3 des surdoués sont en échec scolaire. Un surdoué peut donc, scolairement, aussi bien être un "cancre" qu'avoir sauté deux classes...
Statistiquement, le surdouement concerne 2.3 % de la population, ce qui, à l'échelle de la France, fait déjà quelques millions de personnes. Attention donc à ne pas se baser sur les clichés du "petit génie" véhiculés par les média qui ne concernent qu'une petite minorité de surdoués...

Sany Meî

mon dieu..j'espère au moins que ces gentilles maitresses(qu'on sent de bonne foi dans leur "ignorance") iront a la conférence!..et comprendront quelque petites choses pour l'avenir (de leurs élèves..)
ici on avait jamais entedu même parler du "hpi". mais j'ai du faire avec très vite, car 2 de mes "affreux bambins" (se sont revelés "en être après bilans chez les pros suggérés par l'école. (ouh le vilain mot tabou!!) et jai appris a ce moment a raser les murs, utiliser des mots non tabous, (détournés), manier la diplomatie, infomer tout en n'ayant pas l'air de forcer la main, (etc etc..) et c'est épuisant, car en France c'est tout le systme éducatif qui est normalisateur a souhait.!!.il est grand temps que ça change (et pas que pour les surdoués, qui sont jon pas un effet de mode mais une réalité, mais pour toutes les différences!! et les handicaps!! chez nous on "cumule" différences et surdon...(confirmé, avéré...pas supposé!)croyez moi on aimerait être ds cette "norme" parfois, où il semble faire meilleur vivre..bonne journée.

blabla

Terrible de se dire que des personnes qui ne connaissent visiblement aucunement le sujet de la surdouance puissent affirmer avec autant d'aplomb de telles inepties...cela ne rend ni service aux parents et enfants qui souffrent déjà bien assez de leurs différences liées au haut potentiel...ni aux enseignants qui sont parfois déconcertés devant ces enfants en souffrance scolaire voire en échec scolaire...
Absolument pas constructif, voire haineux...inutile donc!

Stéphanie F

C'est un peu hallucinant de voir l'ignorance et le refus de ces 2 maitresses à penser que tous les enfants sont faits dans le même moule. Certes toutes les difficultés d'un élève ne peuvent pas etre justifiées par "il est surdoué" mais il y a 1 ou 2 surdoué dans chaque classe et il faut en tenir compte.
Quand à ganesh46, la moitié des surdoués est en echec scolaire et n'a pas d'année d'avance, bien au contraire...

Stéphanie, maman d'un petit EIP (diagnostiqué) en echec scolaire!

carine

j'ai appris à relativiser et à décrocher pendant la réunion de rentrée où la prof de...maternelle explique son programme, qu'aucun à mon travail ne serait capable de faire.

Ensuite elle a eu l'idée de faire des groupes de niveaux, donc ma fille est la plus nulle dans le groupe des nuls (mais bon ils sont tous nuls si j'ai suivi), alors qu'elle sait faire des tas de trucs et comprends bien plus de choses que moi à son âge (alors que j'ai toujours été la première de ma classe et que j'ai un bac +5).

Les enseignants sont beaucoup trop exigeants, je n'imagine même pas la prochaine réunion de rentrée...une dissertation de philo en alphabet grec pour préparer l'entrée au CP, suivi du logarithme népérien?

Alors il ne faut pas s'étonner si certains parents sur investissent l'éducation de leurs enfants, c'est ceux qui veulent réellement aller au bout du programme délirant

vanilla

Enfin un article qui relativise!!!.D'ailleurs cela ne m'étonne pas que les tribulations d'un petit zèbre, que je lis régulièrement et qui souvent me font hurler de rire, ou de désespoir...n'ait pas aimé votre article qui devrait faire réfléchir sur la façon dont "on" utilise la précocité à notre époque.... Et j'ajouterais même qu' ayant discuté avec des vrais scientifiques américains et français, le QI d'une personne n'est réellement stable qu'à partir de 16/17 ans. En effet, avant cet âge, il est clair que des QI verbaux supérieurs sont légions, et qu'un gamin qui a trois ans parle comme un gosse de 5 ou 6 ans est précoce, certes, mais n'est pas un génie, ni surdoué.... Idem en QI de performance. D'ailleurs un VRAI surdoué est avant tout homogène, malgré tout ce qu'on peut lire..(et si vous lisez bien le trop intelligent....vous verrez que la dame l'écrit, certes en filigrane, mais c'est bien présent...) Et lorsque vous interrogez certains spécialistes, ils vous l'avouent "oui un vrai surdoué est avant tout homogène, parce que l’hétérogénéité même marquée par un "handicap" ne signale pas un vrai fonctionnement de surdoué (à savoir qui pense "en dehors de la boîte", rapidement, différemment, sensible, et qui s'adapte à toutes les situations...(Juppé a un QI supérieur, est intelligent et brillant, mais pas créatif et très peu sensible et il a fait l'ENA...Bill Gates a arrêté ses études à 19 ans, avait une passion depuis tout petit, raisonnait globalement et n'avait pas d'hétérogénéité, malgré son Asperger supposé...(là aussi il faut remettre les choses à leur place...) (pardon, je m'égare...) Mais cela rapporte énormément d'argent "oh mon petit est précoce, surdoué, il a 132 de QI" (ce que les parents ne disent pas c'est que c'est dans la majorité des cas 132 ou 145 en QI verbal et 100 en QI de performance, 90 en indice de mémoire ou de vitesse etc), bref, soyons clairs, les vrais surdoués globaux sont rarissimes, surtout à partir de 16/17 ans. Ma soeur est prof et a rencontré de vrais surdoués, des gamins de 17 ans, capables Grâce à leur extrême intelligence et sensibilité d'avoir des tas d'amis, de parler de leurs émotions, de résoudre des problèmes avant la fin de la pose de ceux-ci, au vocabulaire d'une richesse incroyables, d'une finesse d'analyse et d'une créativité réelle, etc, mais JAMAIS ils ne se sont sentis exclus, ou supérieurs, ni inférieurs d'ailleurs, jamais leurs parents ne sont venus les bassiner avec leur petit génie (qui pour le coup étaient vraiment des graines de génie...) et ils ne s'ennuyaient jamais en classe, leur cerveau, leur imagination les emmenant vers d'autres sphères, bien plus hautes, ou alors ils aidaient leurs camarades, etc etc. Alors oui je comprends les instits qui en ont marre de ces discours à la mode, etc. Je nie bien évidemment pas l'existence de profils de surdoués, mais avoir quatre ans d'avance n'est pas égal à surdoué, savoir parler comme un grand à trois ans, idem, ou savoir lire ou compter comme un fin CP à 3 ans, idem. Cela signifie juste "être en avance par rapport à un programme, etc", avoir souvent des parents qui "poussent", pas consciemment d'ailleurs, souvent issus de milieux favorisés (oui le fils de paysan surdoué ou d'immigrés qui viennent d'arriver existent, et sont une réalité chez les surdoués, cependant eux rattraperont plus tard le retard du QI verbal (intelligence cristallisée), alors qu'à l'origine leur QI de performance est très élevé sauf qu'il se verra moins qu'un gamin de prof au langage châtié...) l'enfant et l, l'adulte réellement surdoué et qui pense différemment sera toujours suffisamment intelligent pour s'adapter aura toujours l'énergie suffisante pour trouver tout seul ce qui le fait vibrer. Regardez les Bill Gates, les Steve Jobs, etc. alors moi je ris tout doucement lorsque je lis tous ses parents qui sont terrorisés parce que leurs enfants sont bien entendu surdoués... Ou qui expliquent tout par leur QI supérieur...Alors que ce sont la plupart du temps juste des enfants à l'intelligence un peu supérieure (surtout avant 16/17 ans), poussés par des parents, le milieu, etc, et qui sont souvent malheureux, mais pas à cause de leur "don". Non. Mais parce qu'on leur serine que rien n'est fait pour eux, ou qu'ils sont sans cesse encensés depuis qu'ils sont petits, ou compensent des parents narcissiques, etc. Comme ses parents qui mettent leurs mômes en CHAM ou en bilingue, parce que leur cerveau a absolument besoin d'être stimulé...sauf que les enfants vraiment surdoués, se stimulent tout seul et trouvent partout ce qui leur plaira. Un enfant profondément intelligent est son propre maître et cela dès son plus jeune âge.. Il n'a pas besoin de papa et maman pour apprendre, pour sauter des classes, le gamin il sait où il va et trace son chemin...

Bref,oui les vrais surdoués existent, oui ils sont une très faible minorité (les homogènes sont rares et ceux au-dessus de 145 encore plus....), et les vrais surdoués s'adapteront toujours s'ils sont la chance il est vrai d'être entourés de parents d'abord soucieux de leur bien être global. J'ai rencontré des profs obtus parfois, mais souvent j'ai rencontré des parents imbus d'eux-mêmes et de leur petit génie....Quant aux méthodes, même si elles sont loin d'être adaptées aux surdoués, un gosse très intelligent va toujours s'en sortir, parce que son cerveau est plastique et trouvera justement des façons de résoudre les problèmes différemment, et je n'ai jamais rencontré un seul prof ou instit qui ne voulait pas qu'un gamin explique , la façon dont il avait résolu telle ou telle énigme, problème, etc.
Quand je lis aussi qu'il est normal qu'en indice de vitesse de traitement les enfants surdoués aient un indice très faible, les scientifiques ne pensent pas ainsi,...le fait de traiter ultra rapidement et efficacement un problème, tout comme la mémoire, sont des indices importants. Autrement plus important justement que le fameux QI verbal qui n'est QUE le résultat d'une intelligence cristallisée...
Bref, qu'on arrête de prendre les gens et les instits pour des idiots, qu'on arrête de transférer nos fantasmes sur nos gamins, qu'on ait quatre ans d'avance ou deux ans de retard, cela au final ne signifie pas grand chose au final, sinon peut-être une différence mais due à quoi? à qui? Qu'on nous parle plutôt du bonheur d'être comme on est, QI de 100 ou 132 (j'oubliais il y a toujours une marge d'erreur d'au moins 7%, donc les parents qui glorifient leurs gamins à partir de 125 et même jusqu'à 140, bah c'est pas gagné:))) ).
Pour le profil hétérogène, même avec des soucis genre dyslexie, dyscalculie, etc , et bien apprenez que les vrais surdoués même avec de tels soucis gardent leur QI homogène haut, et leurs capacités d'adaptation sont excellentes...
Oui des gamins ont besoin de sauter une classe voire deux, et pourquoi pas trois lorsqu'il est entouré d'une bande de gamins qui le harcèlent, (mais pourquoi? la plupart des gamins surdoués que je connais et qui sont homogènes n'ont jamais déclenché d'hostilité de la part de leurs camarades ou des professeurs....), et d'un professeur vraiment buté, mais j'aimerais vraiment connaître ses professeurs qui n'y connaissent rien selon les parents et qui veulent que leurs petits surdoués soient malheureux dans leurs classes en ne reconnaissant pas leur particularité de fonctionnement...J'ai rencontré quatre professeurs qui ont eu la chance de côtoyer chacun quatre surdoués, tout au long de leur carrière et pour eux, c'était un vrai plaisir, un enchantement. Un PLUSSS. Parce que ces gamins étaient équilibrés, souriants, bien dans leur peau, curieux, aidant leur prochain, etc etc. Des rayons de soleil. Et je pense au risque de faire hurler les parents de surdoués, que les profs et les instits, SAUF une infime une infime minorité (et encore...) savent reconnaître un enfant surdoué et vraiment différent d'un gosse intelligent, poussé, mal dans sa peau, etc, au QI sans doute supérieur, mais avant tout Verbal. Et je n'ai jamais rencontré de profs qui n'acceptent pas d'aider les gosses différents y compris les vrais surdoués en leur donnant une place particulière en classe...En revanche, les profs qui en ont marre qu'on leur impose sous prétexte de "bilan" QI hétérogène la plupart du temps... des gamins mal dans leur peau, insolents parfois, ou malheureux en classe, mais dont tous les comportements sont excusés parce que le gamin est surdoué... oui , j'en ai rencontré une belle plâtrée... Désolée d'avoir été aussi longue.
Bonne journée à tous.
Vanilla

Marlène (Maman travaille)

Merci sincèrement pour vos commentaires !

Je pense écrire une "réponse" avec la masse (plus de 80) de commentaires reçus sur Facebook sur ce sujet qui nous passionne quais tous.

Bonne soirée,

Marlène

Philippe B.

209 personnes qui "likent" cet article, ça n'est pas rien.

C'est qu'il parle à beaucoup. Moi le premier.

Un de mes enfants a été diagnostiqué et je ne voulais pas le croire parce qu'il avait de mauvais résultats.

Mais tous les enfants qui ont de mauvais résultats ne sont pas précoces.

Quand j'en ai parlé à mon entourage ils ont tous dit "moi aussi mon fils doit être précoce il est nul à l'école."

Sauf que ça ne marche pas comme ça.

Alors au nom des parents d'enfants précoces et assimilés, merci d'aborder ce difficile sujet sur ce blog de référence.

Philippe B.

Quant au blog incriminé je pense personnellement pour l'avoir lu longtemps qu'il sert plutôt l'égo de la personne que le sujet et les familles.

C'est son défouloir et personne n'a le droit de lui dire qu'elle se trompe. Comme là.

Pas étonné qu'elle vous ait bloquée et qu'elle ait supprimé vos commentaires c'est sa méthode pour (donner l'illusion d') avoir raison.

Une preuve de plus que le mot précoce ne gage en rien de l'intelligence d'une individu.

Guil

@Vanilla : beaucoup d'approximations et d'erreurs dans votre post qui se veut à tonalité "scientifique".
Vous vous obstinez à vouloir distinguer des "vrais" surdoués des "faux" selon des critères fantaisistes. Ce que vous dites sur l'écart entre QIV et QIP est, par exemple, en contradiction avec toutes les études qui montrent précisément le contraire : la plupart des surdoués ont un QIV supérieur au QIP. Les spécialistes distinguent ainsi deux profils, complexe (avec un écart important entre QIV et QIP), et profil laminaire (avec des subtests homogènes). Le QI verbal, contrairement à ce que vous dites, n'augmente pas de manière significative au cours de la vie et lorsqu'on est diagnostiqué surdoué, quelque soit l'âge, on le reste ! Il n'y a pas de variation significative du QI en fonction de l'âge (hors accident de la vie, dépression, troubles neurologiques...) puisqu'il s'agit de moyennes statistiques étalonnées !!
Enfin ce que vous dites sur les "capacités d'adaptation" des "gosses intelligents" qui "vont toujours s'en sortir", est en contradiction totale avec toutes les données statistiques des associations et des psychologues qui travaillent sérieusement sur le sujet, par exemple le Dr Revol à Lyon ou le prof Lançon à Marseille.
J'ajoute que contrairement aux idées reçues que vous véhiculées, un THQI (QI supérieur à 145) est beaucoup plus HANDICAPANT au quotidien et du point de vue de l'intégration sociale qu'un HQI simplement "supérieur" (supérieur à 130) car le décalage avec les gens "normaux" devient alors vite un véritable gouffre...
Arrêtez donc de dire n'importe quoi sous couvert d'un pseudo langage visant la scientificité car vous ne faites que recycler et étaler les clichés véhiculés par les média sur les "petits génies" qui ne constituent qu'une infime minorité des surdoués.

vanilla

@guil, pardonnez moi, cher commentateur, je vous présente mes excuses si mon commentaire présente quelques défauts qui vous font dire que ce que j'écris véhiculerait des clichés.
Tout d'abord, permettez de vous dire qu'une personne qui travaille sur les enfants surdoué et qui est scientifique ne pourrait que se dédire si elle admettait qu'un enfant dont le QI total n'est PAS homogène, EST forcément un surdoué AVEC un fonctionnement cognitif particulier, différent qui se constate via un IRM. Et ce n'est pas MOI qui le dis, je n'ai pas cette prétention et cette folie.
Ensuite, pardonnez moi, MAIS le QI verbal mesure UNIQUEMENT l'intelligence CRISTALLISEE comme vous devez le savoir, n'est il pas? Je n'ai JAMAIS écrit, ou alors je me suis très mal exprimé par écrit ce qui est tout à fait probable, que le QI verbal augmentait de façon significative avec l'âge!!!Je dis et redis, et encore une fois ce n'est pas MOI qui le dis, et le constate et le valide, qu'avant 16/17 ans le QI n'est pas "stable", ce qui ne veut pas dire qu'il augmente, au contraire, ce que j'ai voulu dire c'est qu'un enfant de 4 ans qui est diagnostiqué avec un QI verbal de plus de 130 n'est pas FORCEMENT un enfant surdoué au fonctionnement cognitif différent et qu'il faudra valider ce premier aperçu, à 16/17 ans. Beaucoup d'enfants ont une culture incroyable, un vocabulaire surprenant, une excellent mémoire et réussissent très bien tout ce qui fait partie du QI verbal... Mais ont un QI de performance d'à peine 100 voire moins. Mais les parents persistent à ne mettre en avant que le QI verbal...en parlant de QI sans préciser... C'est un exemple.

Mais il n'en reste pas moins vrai, et vous pouvez faire des recherches via internet, sur des vrais sites scientifiques avec de vraies études internationales, validées, etc et qui l'expliquent bien mieux que moi, que le QI avant 17 ans, ne montre qu'un potentiel, souvent dans un certain domaine et ne préfigure pas d'un fonctionnement cognitif différent. Autrement dit sur un IRM un enfant qui plafonne en QI verbal, et bien cela ne se verra pas sur un IRM. En revanche en QI de performance, oui, cela peut se voir (quelles sont les différentes zones activées, etc, débit sanguin, etc etc )

Les spécialistes ne sont pour la plupart pas des scientifiques, mais des psychologues. Ce profil dont vous parlez, laminaire et complexe, semble se dessiner peu à peu, mais n'est basé sur rien d'observable scientifiquement et reproductible.... Tout comme la fameuse dyssynchronie... Ou le fossé entre maturité et intelligence...

Je me suis mal exprimée en revanche en ce qui concerne il est vrai les gamins qui vont s'en sortir. Ce que je désirais dire, avec maladresse certes, c'est qu'un enfant "génial" (et oui, la plupart des surdoués n'ont rien de génial, juste un petit plus qu'ils arriveront ou pas à exploiter, grâce à leur environnement, à une rencontre, à leurs désirs, etc etc) se nourrit lui-même du monde et que ces enfants-là, la plupart du temps QI Supérieur à 145, à partir de 17 ans, et homogène bien entendu, (ce qui ne veut pas dire qu'à 4 ans, il avait 100 de QI bien entendu, ils étaient déjà QI Supérieur et homogène et le confirme à 17 ans), bien entouré, avec des parents aimants et conscients de la richesse de leur enfant et qui n'en font ni un génie ni un être si différent qu'il en serait meilleur..., donc que ces enfants-là seront toujours suffisamment "eux-mêmes" et intelligents pour trouver leur voie, tôt ou tard, avec peut-être quelques "dégâts", mais ni plus ni moins, que les autres... cela s'appelle aussi l'expérience et elle n'épargne personne, QI 75 ou 155.

Non, un THQI comme vous dites (mais homogène je précise...) dans le style de Bill Gates, aura moins de soucis qu 'un enfant QI supérieur à 125, convaincu par les parents qu'il est surdoué et que tous les soucis viendraient de "là" . Ce genre de gamin avec des antennes branchées sur la sensibilité en permanence et de la sienne et des celles des autres aura plus de chance d'être plus équilibré qu'un gamin au QI hétérogène, embourbé dans ses difficultés, genre "mi surdoué"/ et 100% dyslexique par exemple. Et si en plus il est l'heureux enfant de parents un brin narcissiques..(attention c'est une infime minorité, je le conçois et l'espère:))

Je connais très bien les travaux du Docteur Revol qui parle très bien des capacités d'adaptation de beaucoup de surdoués réels, et qui s'adaptent très bien lorsqu'ils ont un environnement équilibré.... 33% de ces gamins-là vivent très bien leur "handicap"...(lol), et pourquoi? La plupart de ces gamins-là sont issus de familles équilibrées, qui regardent leur gamin comme un gamin parmi d'autres AVEC ses particularités, comme devraient le faire tous les parents. Et les rapports avec les profs, instits se passent généralement très bien... Plutôt que de toujours se tourner vers les gamins qui ne vont pas bien (à raison d'ailleurs, il faut aider ces gamins, la plupart du temps hétérogènes...) tournons nous vers ceux qui vont bien et posons nous la question: pourquoi eux et pas les autres? Est ce uniquement parce qu'ils ne sont pas détectés? Est ce uniquement parce qu'ils seraient si différents que personne ne les accepterait, à commencer par la plupart des autorités scolaires? Posons nous les questions, les bonnes questions. Je n'ai pas de réponse.

Le décalage avec les gens normaux comme vous dites existe, certes, mais est ce vraiment si handicapant que ça? Mais regardez Bill Gates, Steve Jobs, et des centaines d'autres, bien entendu ils ont très tôt conscience de leurs différences qui sont bien réelles et tangibles, et que font-ils? Ils ont la plupart du temps, une passion, et c'est ce qui caractérise aussi un certain fonctionnement, ou plusieurs passions etc, et se plongent dedans, développent, inventent,questionnent, testent, etc et ou tout simplement comprennent aussi qu'ils sont tellement différents que cela ne va pas être facile...mais qu'ils sont plein d'atouts qu'ils devraient utiliser (pour autant qu'ils aient été éventuellement repérés ou pour autant qu'ils aient des parents attentifs aux besoins de leur gamin) pour se rendre la vie plus facile... Et en grandissant constatent qu' à part révolutionner tel ou tel domaine, finalement ce qui compte, c'est quoi? En quoi sont ils si différents? Et ce qui les rassemblent finalement n'est ce pas d'être avant tout des êtres humains avec leurs différences, uniques et particulières? Comme tout un chacun? Et cela n'enlève en rien leurs particularités, mais cela montre qu'ils sont plus capables qu'un vrai "handicapé" de s'adapter dans un monde où certes 99, 99% de la population pensent différemment, mais où contrairement à celui qui possède un qi de 75, il lui sera sans doute plus facile de s'adapter, malgré tout...

Je ne pense qu'il existe des petits génies, et je ne considère pas Bill Gates comme un petit génie. Mais un type au QI supérieur et largement, homogène, qui a toujours pensé "out of the box", et qui en plus a "réussi". Qui était passionné et bien entouré. Et qui d'ailleurs lui ne parle jamais ou très rarement de son QI... Ce type est génial et n'a rien de ce que vous pensez que je véhicule comme image d'un petit génie. C'est différent...

Oui, les surdoués existent (et pas seulement ceux que vous appelez "petits génies"...), oui certains ont un fonctionnement cognitif différent visible via l'IRM. Mais les autres? Ceux qui n'assurent qu'en QI verbal et dont on ne voit pas la trace via l'IRM, en partant du principe que la vérité scientifique a son mot à dire et non pas uniquement les témoignages des parents qui souffrent réellement de la situation particulière de leurs gamins.

Je pense ne véhiculer aucun cliché, mais essayer d'ouvrir les yeux à certains aveuglés par un chiffre, qui n'est pas toujours bien expliqué, etc et qui sert aussi d'autres desseins que celui d'aider ces petiots-là

Je connais très bien le cas des enfants surdoués, homogènes ou pas, le cas de parents....narcissiques, le cas de parents aimants et conscients de la différence de leur gamin, quelle que soit cette différence et qui l'acceptent, la comprennent et aident réellement leur enfant, etc

Je n'ai de leçon à donner à personne et j'ai toujours pensé qu'il était nécessaire et vital d'accepter les leçons des autres, cela rend plus humble.

Je suis du côté des enfants, quels qu'ils soient. Et j'ai vu des enfants s'effondrer parce que à 4 ans, ils avaient été étiquetés surdoués, " en avance", limite géniaux, parce qu'ils maîtrisaient la langue française comme des mômes de 8 ans, qu'ils connaissaient l'histoire de l'Egypte, à 6 ans, mieux qu'un retraité s'y intéressant depuis 20 ans, qu'ils étaient capables de répondre à beaucoup de questions concernant l'actualité, etc mais lorsqu'il leur fallait résoudre des problèmes, simples de maths, ou réfléchir et trouver d'autres solutions, etc se heurtaient à un mur... En soi, ce n'était pas grave, chacun ayant son domaine, mais pour l'enfant, l'image qui lui était renvoyé, "nul"...): le blessait profondément. J'ai vu des gamins poussés à l'extrême par des parents si fiers que leurs gamins, surdoués, sautent trois classes, sans se préoccuper de leur bien être social...Et qui a 25 ans en paraissaient 45 t n'avaient jamais vécus que pour leurs parents (attachants et charmants qui plus est... )Des gosses qualifiés de surdoués et handicapés par leur sursensibilité toutes antennes dehors, qui n'ont jamais essayé de s'adapter un petit peu à notre environnement pas facile certes, parce que leurs parents leur répétaient "oh tu es si intelligent et sensible, c'est normal,, il faut te protéger", et Dix ans plus tard, certains mômes sont encore en souffrance permanente face au monde parce que leurs parents ne leur ont pas donné suffisamment d'armes, etc. Des exemples de ce type j'en ai rencontré des centaines. ):
Attention, je pense que pour certains gamins les sauts de classe peuvent être salutaires, tout comme une certaine éducation spécialisée, peut-être, mais ce n'est pas la panacée. Elle n'existe pas certes. Néanmoins, j'ai fréquenté des adultes et des gamins surdoués (dont même un hétérogène (gros problème de dyslexie, mais qui avait réussi à compenser au prix de quel effort!!!, et ce fut une révélation pour lui de comprendre non pas qu'il était surdoué mais son problème de dyslexie lui qui croyait être "débile"...) qui contrairement au cliché que beaucoup de parents et autres psys ou associations souhaitent véhiculer ou du moins mettre en avant (je ne nie pas leurs difficultés, attention...), étaient, de vrais "charmes", des gens différents, rapides, généreux, ouverts, conscients de leur fonctionnement vraiment différent et qui oui pouvaient en avoir marre de fréquenter les "moyens", genre 100, jusqu'à 125/129.... qui comprenaient "tout de travers" disaient ils avec humour et distance, qui avaient besoin de se retrouver entre eux, le temps de se "reposer" justement les neurones et de ne pas avoir l'impression d'être les vilains petits canards et qui ensuite concluaient que c'était parfois difficile à vivre, d'être aussi différents mais que cette différence était loin d'être un handicap pour ceux d'entre eux qui avaient vite compris que l'essentiel était "ailleurs " (sans nier bien entendu, au contraire d'ailleurs, leur magnifique différence).

Voilà, Guil, j'espère avoir réussi à mieux me faire comprendre à défaut de me faire entendre, et si j'ai pu blesser certains lecteurs, commentateurs, je leur présente mes excuses.
Il y a des vérités scientifiques, validées, établies,etc et j'encourage tout le monde à lire des études scientifiques sur le sujet, etc et à s'interroger aussi sur le "succès" de tout ce qui tourne autour de la précocité, etc, à réfléchir tout simplement, bref, et puis il y a la "vérité" subjective, que tout un chacun "vit" et exploite. Je ne nierai jamais les souffrances réelles des gamins en général, et des surdoués en particulier, et des moyens en particulier et des sous doués en particulier, etc etc. Bref, vous l'aurez compris j'espère, les souffrances sont réelles,la question est de savoir d'où proviennent-elles vraiment, comment y remédier le cas échéant, et à qui profitent-elles éventuellement? Certainement pas aux principaux concernés, les enfants (et les adultes d'ailleurs, puisque en effet, un gamin surdoué à 17 ans et homogène, le sera toujours à 85 ans. Et s'il se découvre surdoué homogène à 85 ans, c'est qu'il l'était déjà à 4 ans et 17, histoire de mettre les choses au clair concernant ce que j'aurais affirmé).
Bonne journée à vous

cecile

et bien, je ne commente pas souvent mais vu la vehemence des propos, cela me fait moi aussi reagir.
au final on reconnait parfaitement les parents -decrits par ces 2 maitresses- parmi les commentateurs. ecole normalisante, maitresse à la limite de l'incompetence etc... alors que tt ce qu'elles disent est rempli de bon sens et circonstancié.

c'est etrange mais "tous MES enfants sons probablement surdoués et meritent - je l'exige!- que l'etat les traite ac toute la condescendance et la comprehension possibles". qt às ceux des autres, qu'ils aillents à cette "mauvaise ecole" qui de toute façon nivellera leur esprit par le bas, vu qu'ils ne peuvent pas aspirer à autre chose.

bizarrement, les stats sont là, qqn l'a dit plus haut, 2 a 3% d'eleves reellement "surdoues". forcement le mien doit en être, pas vrai ?

quelle tristesse! quel aveuglement! et quel dedain pour ce corps enseignant qui s'il recevait le minimum de soutien qu'il merite ferait son boulot encore mieux. et je crois pas que cela soit peu de choses...

La Magicienne

Je viens de lire votre article, il est très bien, merci .. ... Je ne comprends pas que "les tribulations ..." en face tout un foin ! Cela m'a donné l'impression que la personne qui ecrit et tient cet autre blog n'a pas saisie le sens de votre article, qui n'aborde pas l'intégration des HP dans le système scolaire mais la tendance des parents à voir leur enfant exceptionnel sans même avoir fait de tests reconnus et sans envisager la simple normalité de leur enfant qui comme tout enfant - surdoué ou non - n'est pas parfait, mais unique et à accepter pour tel. Mais bon, se battre comme elle le fait en permanence pour faire connaître la problématique et faire avancer la société sur ce thème me conduit à avoir de l'indulgence pour sa mauvaise interprétation de votre texte, étant moi même parfoit incapable de lire et intégrer quand mon cerveau bout :DDD !! cdlt

Guil

@ Vanilla :
votre post est déjà à mon sens plus près de la réalité. Cependant, concernant les mesures de QI, vous êtes encore dans une vision erronée. Le profil laminaire (avec des sub tests homogènes) n'est qu'un des profils de surdoués. Le profil complexe représente l'autre profil, et les profils complexes (avec un écart important entre ICV et QIP par exemple) sont les cas le plus fréquents chez les THQI. Vous véhiculez donc des inepties sur ce profil particulier. De même, le QI, "avant 16/17 ans", comme vous dites, s'il peut évoluer, est déjà fiable puisqu'il s'agit de moyennes étalonnées par rapport à des classes d'âges !!!
Quant à la "réussite" sociale des uns ou des autres, elle n'a pas grand chose à voir avec le QI mais plutôt à l'origine sociale, je vous renvoie à la lecture de Bourdieu.
Et arrêtez de citer la créativité de Bill Gates qui a volé ses principales innovations chez Apple !!

vanilla

merci cher Guil, mais je persiste et signe, les profils laminaires et complexes, jusqu'à preuve du contraire ne sont établis sur aucune preuve scientifique.

D'ailleurs l'écart important entre ICV et QIP contrairement à ce qu""on" pense peut être démontré via l'IRM: un enfant THQI (largement au dessus de 145 étant donné les 7% de marge) avec un QIV de 145 dirons nous, et un" faible" (entre 100 et 130) de QIP, lorsque vous lui ferez passer vous ne verrez AUCUNE différence de fonctionnement cognitif, il n'activera QUE l'aire "langage", qu'il ait 5 ans ou 85 ans.... Parce que la vitesse de traitement par exemple, ou la façon d'envisager spatialement des solutions, etc, bref, l’activation d'autres aires, pour résoudre un problème y compris de type "langage", fait appel à d'autres aires qu'uniquement langagières. C'est scientifique et établi.

Je n'ai JAMAIS dit que le QI total d'un enfant avec 16/17 ans n'était pas FIABLE, je dis que le QIV d'un enfant avant 16/17 ne signifie NULLEMENT qu'il est surdoué, doté d'un fonctionnement cognitif DIFFERENT. Et si vous lisez bien mon post, je confirme qu'un enfant avant 16/17 ans avec un QI TOTAL HOMOGENE est et restera surdoué avec un fonctionnement cognitif réellement différent. Tout comme un papy qui découvre qu'il est surdoué homogène à 85 ans, l'aura bien évidemment été dès sa naissance. Et bien entendu qu'il est étalonné par rapport à des classes d'âge, et cela n'enlève RIEN à la vérité de l'existence d'une différence entre QI homogène et hétérogène. C'est assez logique d'ailleurs, un gamine testé à 5 ans pour le plaisir narcissique de ses parents, et qui parle parfaitement, a une mémoire et une culture brillante, déjà, aura de fait un QI VERBAL d'au moins 125...avec un peu d'aide (genre les psys qui font faire le test en plusieurs fois, ...), peut arriver largement à 130 de QI VERBAL. Si l'enfant a un QIP en dessous de 130, largement, écart d''au moins 12 points, il n'est PAS surdoué avec fonctionnement cognitif différent, et si vous lui faites passer un IRM vous le constaterez. Et il est rare qu'arrivé à 17 ans, s'il repasse un vrai test, il obtienne un QI TOTAL homogène, et pour cause.... puisqu'il n'aura pas développé un raisonnement, une façon de penser différente, qui activent justement d'autres aires dans le cerveau et ce depuis tout petit... et la plupart du temps efficace. L'intelligence calculée via ce genre de tests, c'est aussi la faculté de s'adapter à "pas mal" de situations, et le plus rapidement possible (sinon globalement n'importe quel gugusse de QI 100, peut arriver à résoudre la plupart des Items de la WAIS, au bout d'une semaine, voire un mois, voire un an...donc...CQFD), et face à un échec essayer de faire appel à d'autres potentialités en nous, etc. Quand j'entends même des psys expliquer que les enfants surdoués mais aussi extrêmement sensibles peuvent galérer avec les cubes,ou sont tellement surdoués qu'ils ne s'intéressent pas aux codes , etc (bah alors où elle est la validité du QI???) parce qu'ils seront nerveux, blablablabl et donc ils peuvent recommencer ou "ne vous inquiétez pas étant donné son niveau de langage il est surdoué....", ou pire encore "l'indice de traitement de vitesse ou la mémoire ce n'est pas important, on peut être très lent et surdoué..." certes mais de un c'est rarissime, et de deux le test se fait dans des conditions très particulières, adaptées et adaptables à "tout le monde", donc ce genre d'excuses bidon, qu'on trouve d'ailleurs beaucoup dans le discours de certains parents pour expliquer l'hétérogénéité de leur "petit génie"... me font hurler de rire. Et après on s'étonne que tous les parents un brin narcissiques, aillent faire tester leur gamin....
D'ailleurs pourquoi les parents dotés d'enfants surdoués, au comportement différent dès la naissance et qui sont ou devraient être une réelle richesse, iraient consulter pour faire tester leurs gamins???? Ensuite, pourquoi à un moment donné, leur précocité, surdouement,devrait il poser un souci? Alors que globalement, 70% d'entre eux voguent entre bien être et "médiocrité" (en sachant que le médiocre est uniquement basé sur des critères de réussite "sociale" justement, ou parce que le gamin n'aura pas accompli son potentiel (raison à chercher où? Dans l'indifférence ou le rejet de ces gamins-là par le système scolaire? Je n'en sais rien, mais je ne pense pas que cela soit uniquement le problème de l'Education Nationale pour le coup....), qui sont ces 30% en "échec" non seulement scolaire mais "de vie"? Je connais des gosses surdoués en échec scolaire et qui vont très bien, parce que les parents aiment leurs particularités, et s'il veut abandonner le lycée, et bien, qu'il aille vivre ses expériences, et il arrivera, peut être après avoir essuyé des échecs, etc, peut être pas, à trouver sa voie, et oui, comme la plupart d'entre nous, sauf exception. mais ça peu de parents sont prêts à accepter. On ne peut pas en même temps être convaincu de l'exceptionnalité de son gamin, et en même temps l'empêcher de vivre son "destin" quel qu'il soit... Restons logique...

Je n'ai JAMAIS me semble-t-il parler de réussite sociale et je ne lie nullement l'un à l'autre, heureusement!!!Sinon tous nos politiques, entrepreneurs, et écrivains à la mode seraient de type "surdoués" au fonctionnement cognitif différent?

Certainement pas et cela se saurait depuis le temps que nous sommes dans la panade...

Je connais très bien Bourdieu dont son principal bouquin, les héritiers, merci:) Et il est prouvé également qu'un enfant né dans une famille au capital culturel important aura plus de chances de maîtriser rapidement un langage châtié, qu'un gamin né dans une famille de miniers. Et donc le gamin fils de mineur cartonnera moins en QIVerbal par exemple. CQFD. Ce qui ne veut pas dire, loin de là, qu'il aura un QIP basé sur l'intelligence PURE, plus bas, au contraire. Et il aura même d'autant plus de "mérite" puisque vous parlez de réussite sociale et de Bourdieu, qu'un gamin d'héritier.

Je peux citer Steve Jobs si vous préférez ou Wozniak, Tesla, Terence Tao Temple Grandin, Nash, etc etc. Ce que je voulais dire contrairement à ce que VOUS pensez, c'est que je me gausse de lire, et me désespère aussi, de voir les parents se faire une montagne ou avoir peur d'avoir un petit surdoué, qui exigent des solutions "pour eux" de la part de l'éducation nationale entre autres, etc alors que la plupart du temps, ces gamins-là vont peut-être même mieux s'épanouir s'il n' y avait pas tous ces fameux problèmes dont la plupart pourraient trouver des solutions, un peu moins d'égo et de narcissisme et tout irait bien. D'accord j'exagère, mais je précise: à moins d'être un vrai potentiel homogène, avec un fonctionnement VRAIMENT différent, prouvé via l'IRM, je pense humblement qu'un peu de bons sens de la part de TOUTES les parties, permettraient à ces surdoués de toutes espèces de ne pas mériter de tels débats et de ne pas multiplier des débats qui finalement aboutissent à quoi? Et pour quoi? A qui profite le "crime"? (un peu d'humour, bon même si je ne suis pas très douée en humour...:)) Pensez vous que les parents de Tao, Wozniak, ou autres aient demandé à bénéficier de tests de QI, d'aménagements particuliers, etc, pour leur petit? D'ailleurs avant son apparition, je pense que les gosses surdoués homogènes s'épanouissaient plus qu' aujourd'hui, ...
quant à Bill Gates il a arrêté ses études à 19 ans, parce que déjà à l'époque, conscient de son potentiel et de son "génie" (ou appelez cela comme vous voulez, mais typique d'un THQI homogène), il s'est nourrit malgré tout de ce qu'il avait d'abord en lui à partir de sa différence. Qu'il ait volé la plupart des innovations chez Apple, à voir, et même si c'était vrai, ,cela n'enlèverait en rien le fait qu'il est un THQI et continue à se nourrir et à nourrir son cerveau en ébullition depuis sa naissance.
Et je ne pense pas que les professeurs et instits (sauf sans doute une infime minorité d'aigris peut-être...) face à un fonctionnement cognitif particulier et intéressant (et contrairement à ce qui s'écrit souvent, via témoignages de parents "excessifs"), les profs et instits sont les premiers à faire la différence entre l'enfant "encyclopédie" (qui rarement se révèle un THQI homogène...) et l'enfant discret ou au contraire perturbateur, mais au discours intéressant, fin, hors du commun, ou aux résolutions différentes, etc. Après, qu'ils ne veuillent pas faire de différences entre ces mômes-là et les autres, ça c'est un souci dans la société française, liberté égalité fraternité, et révèle une certaine idéologie qui je l'admets aussi m'agace parfois), donc face à un comportement cognitif différent et étonnant, rejettent le môme ou n'arrive pas à trouver des solutions pour l'aider.Tout comme il le ferait pour un môme dyslexique, par exemple.

Alors oui, informons les profs de l'existence de ces enfants-là, laissons la place aussi aux adultes THQI homogène qui ont souvent l'atroce sensation d'être eux les vilains petits canards et qui face à une société où seulement 0, 1% de la population "fonctionne" comme eux se sentent parfois mal compris, mais qui arrivent grâce à leur humour et sensibilité, à "faire avec" bon an mal an...aidons les parents narcissiques à relativiser le potentiel souvent surévalué ...de leur progéniture, aidons les mômes de ces parents-là à viser l'essentiel (le bien être...), aidons les 33% de dépressifs, adultes et enfants parmi les HQI hétérogène surtout, à comprendre leurs angoisses, leurs limites aussi...mettons en avant les mômes différents, TOUS les mômes différents, et apprenons leur à développer une passion, et à leur donner les clés d'une meilleure connaissance d'eux-mêmes.
Je connais quelques surdoués homogènes, qui sont dans des classes de leur âge, et qui aident leurs camardes, le prof et sont heureux en classe, qui ont le droit d'approfondir leur passion, etc, oui c'est possible et qui parfois même s'ils s'ennuient un peu comblent vite leur ennui en s'évadant, et en réfléchissant à ce qui les intéresse, etc, (et non pas à vouloir vite rentrer à la maison pour étudier, faire semblant d'être passionnée par l'école et le scolaire pour sauter des classes et faire plaisir à papa et maman)...., et qui eux rentrent après la classe et étudient les fleurs, le chant, l'informatique la cuisine, l'Egypte, tout ce qui peut les passionner (y compris pour certains certaines matières scolaires bien entendu!) TOUS seuls, comme des "grands" et sont parfaitement épanouis. Oui ça existe et si la société française fonctionnait mieux et arrêtait de toujours vouloir "plus" et non pas "mieux", tous les gamins surdoués ou pas pourraient être heureux à l'école...

Peut-être faudrait il dire aux parents de "surdoués" "prenez un peu de distance, relativisez" et aux professeurs "intéressez vous à l'existence des vrais surdoués homogènes et pour les hétérogènes, peut-être qu'expliquer aux parents avec tact qu'il y a peut être aussi d'autres soucis autrement plus urgents à prendre en compte que le QI verbal "génial" de leur rejeton..."Et si vraiment la solution est saut de classe et éducation "adaptée spécialisée ghettoïsée, allons y, POUR le BONHEUR de l'enfant, oui, mais je continue à penser qu'un gamin ou adulte vraiment intelligent, a tout en lui pour s'épanouir le moins difficilement possible face aux situations les plus complexes à vivre, et certainement PLUS qu'un enfant ou adulte "lambda"...
Oui, un peu de bon sens des deux côtés....
Bonne journée à vous.

Guil

@Vanilla : vous développez longuement pour répéter sans cesse la même chose. Je n'ai rien contre mais ce n'est pas très utile. Un écart de 12 point, comme vous le faites remarquer, entre QIV et QIP, est quelque chose d'assez fréquent pour un HQI et encore plus chez les THQI. En déduire que seuls les profils homogènes seraient de "vrais" surdoués est absurde. D'ailleurs, on en trouve parfaitement confirmation via IRM, contrairement à ce que vous dites. Enfin, vous persistez à dire que l'on ne peut pas "vraiment" être surdoué avant 16/17 ans, ce qui est stupide et va à l'encontre de toute la littérature sur le sujet. Un surdoué à un fonctionnement cognitif différent, qu'il ait 8 ans ou 46 ans (et vous pouvez vérifier via IRM!) ... De plus je vous répète que la majorité des THQI ont un profil complexe avec des différences importantes dans les subtests. Selon votre vision erronée, les THQI ne seraient donc pas des surdoués !
Pour qu'un "profil complexe" ne soit pas diagnostiqué surdoué, l'écart type admis doit être supérieur à 27 pts et non à 12 !!
Vous vous méprenez également sur le profil laminaire qui, si l'on vous lit, ne concernerait que des "vrais" surdoués, fonctionnant bien, et réussissant scolairement. C'est faux et n'est étayé par aucune étude. Les profils laminaires éprouvent également des difficultés scolaires et sociales importantes, du fait de leur fonctionnement cognitif différent et de leurs particularités. Même si le surdon est aujourd'hui à la mode et peut conduire à des dérives narcissiques de certains parents, pour la plupart des parents d'enfants effectivement surdoués cela s'avère une charge éducative importante, voir épuisante. Les enfants sont d'ailleurs souvent diagnostiqués parce qu'ils posent problème (généralement à l'école), lorsque tout va bien on évite en général de consulter...
Donc, dans la plupart des cas, on est bien loin de l'image du parent narcissique que vous présentez. Otez vous également de l'idée qu'un surdoué est un "génie" comme Tesla, c'est un cliché qui ne concerne qu'une infime minorité de cette population et qui lui fait beaucoup de tort. Lisez la littérature spécialisée, consultez les sites internet sur le sujet, vous verrez que les surdoués sont bien loin de l'image d'Epinal que vous vous en faites et que parmi eux, il n'y a guère de Nicolas Tesla... Du reste, déduire d'une exception qu'elle devrait être la règle est une erreur de raisonnement élémentaire par généralisation abusive. Si les exceptions étaient la règle, cette dernière n'existerait donc pas. Consultez les données statistiques sur cette population : 2.3% de HQI pour la France, cela fait plus d'un million d'individus. Si l'on prend les THQI, 0.1% de la population, cela donne encore plus d'une centaine de milliers d'individus ! Et puisque vous connaissez Bourdieu, sachez que les HQI sont répartis dans toutes les classes sociales car ce n'est pas le QI qui détermine la réussite sociale... Les études qui ont été menés sur des populations adultes montrent d'ailleurs que les HQI ont plus de mal à accéder à des postes à responsabilité et ont une propension plus marquée à exercer une profession "originale" ou "décalée"...

Anne-Laure

@vanilla
1- votre prose est trop longue, je n'ai pas réussi à tout lire
2- le peu que j'ai lu me fait bondir. Non même les enfants avec un QI élevé homogène ne sont pas forcément heureux. Ma fille a un QI homogène. Elle a fait un saut courant d'année dernière et est entrée en 6° en septembre. Elle s'ennuie déjà dans certaines matières et pendant les cours concernés n'a aucun moyen de combler cet ennui. Et ses relations avec ses camarades ne sont pas forcément faciles car elle est en décalage. Pourtant toutes les conditions favorables sont réunies.
3- conclusion : arrêtez votre verbiage inutile

Anne-Laure

Marlène

désolée d'avoir fait référence à l'autre blog ... et que les échanges aient été aussi peu constructifs. J'apprécie beaucoup voter blog et je n'avais pas vu l'auto-dérision, mais n'avais pas de rancœur, juste un sentiment d'incompréhension ...


--
Réponse de Maman travaille
--

Bonjour Anne-Laure,

Aucun problème vraiment, je l'ai d'ailleurs laissé en ligne (l'URL) jusqu'à ce que ça dégénère complètement.

Naïvement, j'ai pensé qu'il pourrait être clair pour les lecteurs que ce n'était PAS un post CONTRE les enfants précoces, mais sur un tout autre sujet (comment nous, les parents, pensons toujours que nos enfants sont surdoués et le dialogue profs/parents; avec en filigrane cette question des "cases" éducatives - j'ai quand même écrit un livre de 250 pages sur le sujet, Eloge de l'enfant roi.

D'ailleurs 99% des réactions (de personnes non envoyées par ce blog) ont été dans ce sens, sur plus de 120 commentaires sur ma page Facebook, qui avaient bien compris l'objet - dont des parents d'enfants précoces.
http://bebe.doctissimo.fr/blog/15762-L-eloge-de-l-enfant-roi-de-Marlene-Schiappa.html )

Après, qu'un blog prétendument sur l'éducation tenu prétendument par une femme supérieurement intelligente décide de trouver mon article naze, ne me pose aucun problème. La preuve je suis même allée armée de mes sourires Bisounours répondre, pensant qu'entre adultes nous pourrions débattre sereinement.

Mais quand je prends sur mon temps personnel pour répondre aux commentaires qui me sont adressés sur son blog, qu'elle les supprime, me bannit, supprime des commentaires de gens en désaccord avec elle (au moins 4 personnes dans ce cas...) puis conclue et m'envoyant un mail direct pour se moquer ouvertement de ma famille et me dire oui, je vous bannis, je ne veux pas que vous répondiez aux gens qui vous mettent en cause ni sur mon blog ni sur ma page Facebook... ça ne me semble pas servir la cause qu'elle prétend défendre.
Loin de là.

La méchanceté gratuite, l'agressivité et l'aspect borné de ces réactions nous amènent aussi peut-être à nous interroger sur l'intelligence émotionnelle, et sur la pertinence des outils de mesure, ainsi que sur le sens de "précoce" (on peut être précoce à un page plus à un autre).

Quand aux références mesquines et sans fin à mon statut de tante, elles me laissent imaginer le mépris que cette personne porte visiblement à sa propre fratrie...

Bref, un sujet passionnant qui encore une fois se retrouve confronté aux "prés carrés" et aux "hé ho ça c'est MON thème je refuse que des gens en parlent."

Enfin ce n'est pas très grave puisqu'en essayant de lancer un "bad buzz" et en parlant de Maman travaille et de moi, elle a tout de même réussi à m'envoyer 7 personnes qui ont adhéré à mon association ! ;)

Très bonne journée Anne-Laure !

Marlène

vanilla

@Anne-Laure, je vous présente mes excuses si j'ai pu vous blesser, en tant que parent et parent de surdouée. Mais si vous aviez bien lu mon "verbiage" inutile, encore faut il en avoir la force, je l'admets, cela dit je ne comprends pas vos " impératifs", assez agressifs à mes yeux): Mais passons, chacun sa sensibilité. Cependant je n'ai JAMAIS écrit que certains homogènes n'étaient pas heureux. Et oui le décalage existe, et oui, il peut se négocier si on donne aux gamins certains outils... Peut-être que le professeur, les professeurs de votre fille peuvent lui proposer d'autres exercices, etc. Et je suis désolée si votre fille est uniquement malheureuse et mal dans sa peau parce qu'elle est surdouée homogène. Et mon verbiage comme vous dites, comprend aussi des vérités scientifiques..Et si cela vous fait bondir...et bien, que voulez vous que je vous dise? Je ne peux que compatir à votre malheur et à celui de votre fille. Et j'espère de tout coeur que vous trouverez des solutions pour aider votre fille à mieux vivre sa douloureuse situation de surdouée dans votre vie parfaitement équilibrée. Et je précise que ce n'est pas de l'ironie. Vous ne m'avez pas entièrement lue et je vous comprends, ayant l'atroce tendance à tout délayer, je l'admets, mais si vous aviez tout lu, vous auriez du comprendre que ce qui m'est le plus précieux, c'est le bonheur des enfants. Surdoués homogènes ou hétérogènes, ou sous-doués, etc. Néanmoins si chaque cas est particulier, il existe des statistiques et jusqu'à ce que la science me prouve l'inverse, il y a des vérités qui sont bien réelles, concrètes, et établies. les cas particuliers étant à mes yeux tout aussi importants et à traiter avec amour et délicatesse, mais c'est une autre histoire.
En résumé(ouf), chaque enfant mérite le même investissement de la part de l'éducation nationale et chaque gamin a droit au bonheur, quel que soit son potentiel extrapolé ou réel.
Bonne journée Anne-Laure et si je vous ai blessé, pardonnez moi, ce n'était pas mon intention. (euh, je n'aime pas trop les ordres "arrêtez votre verbiage"...d'autant plus que votre "conclusion" est bien trop rapide et saute les principales étapes:))) Cela dit, cela ne m'empêche pas de vous respecter, ce qui ne semble pas être votre cas... Et ne mélangeons pas cas particulier et généralités scientifiques établies... Bonne journée

vanilla

@guil, oui je me répète certainement, mais pour en "finir" avec vous(joke), et moi non plus je n'ai rien contre vous, je le répète, certains de vos arguments ne sont fondés sur aucune preuve scientifique.(les deux profils, c'est juste une ébauche...à confirmer)
Jusqu'à présent, les gamins et les adultes dont le fonctionnement cognitif différent se remarque via l'IRM, sont en majorité des QI homogènes. Et bien entendu les THQI sont de vrais surdoués, tant qu'ils sont homogènes.
Un autiste surdoué en spatial, et qui obtient sur le dernier WAIS IV 160... comment le nommeriez vous? Le situez vous? Là, la question se pose du fonctionnement cognitif de surdoué dans un seul domaine?

A moins que les études que j'ai pu lire concernant les IRM et les QI homogènes ne m'aient trompées... ou peut-être que je n'ai pas compris, ce qui est tout à fait possible.

Je parle de certains parents narcissiques, ne me faites pas dire ce que je n'ai pas écrit...

En ce qui concerne les HQI, 2, 3% de la population à partir de 125, y compris les homogènes. Et non, je ne suis pas d'accord. Mais je comprends que vous puissiez l'être.

"Moi" et d'autres scientifiques, et pas psychologues, partent du principe qu'étant donné les 7% de marge d'erreur et positif et négatif, il faudrait au moins 135 de QI pour être considéré comme HQI... et de préférence homogène. Mais je pense que nous ne serons jamais d'accord...
Je n'ai jamais dit que seuls les vrais surdoués seraient uniquement des réussites scolaires!!!Au contraire!!!

Vous parlez de la communauté internationale spécialiste de la question, sauf que celle-ci est pour l'instant trustée par des psys, ou psychiatres et ceux qui étudient le cerveau, etc, et ce que j'appelle les scientifiques autrement dit ceux qui produisent, etc, et dont les études sont validées, ne sont pas forcément d'accord avec ce qu'on sait du fonctionnement des surdoués jusqu'à présent...

Et si vous lisez vraiment ce que j'écris, je cite Tesla, mais je n'ai jamais dit que les surdoués homogènes avaient tous ce profil, enfin!!!! Et je suis d'accord lorsque vous dites que les HQI sont plutôt originaux, et ne correspondent pas à l'idée du petit à lunettes qui a réponse à tout... Lisez mieux ce que j'écris (même si c'est difficile ayant tendance à trop écrire, mal écrire, parfois pour répéter différemment la même chose):
Je pense que nous pouvons être d'accord, globalement. Le plus important: oui les surdoués "de tous poils" existent, oui pour les plus en difficultés, il faut les aider, et non tous les surdoués ne sont pas des génies, et non tous les surdoués ne sont pas malheureux et non tous les surdoués ne sont pas "scolaires"!!! Et oui, l'IRM promet de grandes découvertes dans ce domaine, etc. Et cela remettra je pense quelques pendules à l'heure. Notamment, en ce qui concerne les 125/130 avant 16/17 ans, uniquement Verbal... et qui n'ont pas de fonctionnement cognitif différent s'ils sont hétérogènes, jusqu'à preuve du contraire, (je suis prête bien évidemment à vous croire, lorsque j'aurai des études validées sous les yeux, ce qui ne veut pas dire que je ne peux pas comprendre la souffrance des surdoués....)
Quant à Bourdieu, oui l'intelligence est également répartie, mais non, un fils d'ouvrier très pauvre n'aura pas le capital culturel d'un gosse d'héritier, par exemple, et dans les items culturel, ou même de vocabulaire... cela joue, forcément. (mais pas que, bien entendu...)
Mais si vous lisiez bien ce que j'ai écrit, je dis exactement la même chose que vous... (sauf pour un point ou deux:))
Bonne journée Guil. Au plaisir de vous lire:)

vanilla

@Marlène, juste pour vous dire bravo pour votre article et votre réaction. Quel dommage pour l'auteur du blog de ne pas avoir compris que ce n'était pas une remise en cause de l'existence des surdoués et de certaines de leurs souffrances, dans le système scolaire ou ailleurs, mais juste l'expression d'un ras-le-bol de certains profs, instits, face à certains parents qui voudraient réduire toutes les difficultés de leur gamin, à la question (parfois l'affirmation...!) à la mode depuis quelques années "si mon enfant est comme_ci ou comme_ça c'est parce qu'il est surdoué (auto diagnostic des parents ou diagnostic officiel), et de rappeler que peut-être les professeurs sont tout aussi capables que les parents, les psys ou les "autorités compétentes" en surdouement, d'aider un enfant, surdoué ou pas... de l'accompagner dans son parcours scolaire, sans mettre "sur le tapis" en permanence sa superbe différence...

La plupart des profs et instits que je connais repère très facilement les enfants différents (et NON, ils n'ont pas l'image d'un gamin réponse à tout....au contraire...) et sont les plus heureux d'avoir dans leur classe ce genre de gosses différents qui illuminent souvent leurs journées...(tout comme le gamin plein d'humour ou la gamine dans la lune, etc) En revanche, les parents d'enfants très cultivés, en avance scolairement, poussés (ou pas..) parfois surdoués ou pas d'ailleurs, oui, les professeurs sont des êtres humains fragiles et sensibles, et cela peut les agacer, à raison d'avoir à répéter sans cesse à ces parents-là (et non pas à tous les parents des enfants surdoués...) que "le problème n'est pas là, Madame..."

Que cette dame n'ait rien compris, et censure, c'est vraiment navrant, cela fait peur de la part d' un HQI et comme vous l'écrivez, où est la sensibilité là-dedans? Et surtout.... une personne réellement intelligente prendra le temps de comprendre l'autre, de prendre en compte certains arguments, discutera, et progressera dans son cheminent personnel et intellectuel, qu'elle reste sur ses positions ou pas d'ailleurs mais d'emblée refuser le dialogue et rejeter tout ce qui n'est pas politiquement correct de son point de vue, est vraiment vraiment regrettable et ne fera pas avancer, la cause des enfants surdoués...
Bonne journée à vous.
Et désolée pour la longueur de mes posts, le français n'est pas ma langue maternelle, d'où je pense ma logorrhée scripturale et mes répétitions.

Guil

@Vanilla : j'attends vos "preuves" via IRM s'agissant des profils complexes, et particulièrement en ce qui concerne les THQI, mais je sens que vous ne pourrez me fournir aucun lien ni étude en ce sens...
Donc jusqu'à preuve du contraire, que vous ne m'avez toujours pas fourni, les profils complexes sont bien considérés par toute la littérature spécialisée, comme surdoués (avec un écart max de 27 pt. J'ajoute qu'un écart supérieur à 27 pt entre deux subtests invalide le test, cela ne conduit pas à un diagnostic négatif.) Donc j'attends votre preuve d'une révolution scientifique sur ce sujet.
Concernant les HQI et les pourcentages, vous faites encore une erreur : on est considéré HQI en France avec un score supérieur à 130 sur l'échelle de Weschler, et non 125 comme vous le dites. On compte 2.3% de surdoués au dessus de 130 de QI, et non 125 comme vous le dites. Toutes ces approximations et erreurs de votre part montrent que vous méconnaissez ce sujet.
Donc je vous le répète, lisez la littérature spécialisée sur le sujet, les études menées par le Prof Lançon, par exemple, et arrêtez de colporter des idées reçues et des clichés infondés, comme celle qui voudrait qu'on ne soit pas surdoué avant 16/17 ans alors que le surdouement se calcule précisément par étalonnage sur des moyennes statistiques et que l'intelligence ne varie pas, ou très peu, tout au long de la vie ! Enfin, les enfants de classes populaires sont autant concernés que les autres par le surdon, même en ce qui concerne le QIV, puisque les acquisitions du QIV sont liées principalement aux capacités mémorielles supérieures de ces enfants et à leur curiosité concernant l'environnement extérieur.
Enfin quant à Bourdieu, vous confondez "intelligence" mesurée par le QI, et capital culturel, qui n'ont rien à voir. Sachez qu'il n'y a pas "d'items culturels" dans les tests de QI, ce qui les rends précisément valide quelle que soit la classe sociale, contrairement à ce que vous pensez. Donc je répète, car vous semblez à avoir du mal à le comprendre, les mesures de QI ne sont pas faites à l'avantage d'une "classe sociale" comme vous le pensez, et aucune étude n'a jamais montré de corrélation entre la répartition des HQI et THQI et l'origine sociale... J'ajoute que pour les populations suivies à l'âge adulte, on trouve statistiquement moins de personnes occupant de postes à responsabilité dans la hiérarchie que parmi la population "normale" et d'avantage de professions dites "décalées" ou "originales"...

Anne-Laure

@vanilla
je n'ai pas été blessée par vos posts.
Je suis d'accord sur le fait que tous les enfants méritent d'être pris dans leurs particularités, d'autant que ça fait au moins 100 ans qu'on chercher l'élève moyen sans le trouver ;-)
Je reste d'avis que votre prose est beaucoup trop longue (même si j'ai lu le dernier post entièrement, normal il m'était destiné). Il faut pouvoir la lire à tête reposée ce qui n'est pas forcément le cas. Je suis une grande lectrice (1 à 2 livres par semaine) et si j'ai décroché en vous lisant c'est que c'est vraiment trop ... Effectivement j'ai été trop tranchante dans les termes employés mais il faut vraiment que vous synthétisiez plus si vous voulez que le plus grand nombre puisse profiter de ce que vous avez à dire. C'est votre délayage (que vous reconnaissez) qui est du verbiage inutile, pas forcément le fond de ce que vous dites.

Céline

Enseignante, j'ai été mise au pilori par mes collègues, lors d'un long remplacement en maternelles moyenne section, pour avoir eu l'intuition que mon élève le plus perturbateur était à haut potentiel.
J'ai fait part de mon intuition à mes collègues qui m'ont prise de haut. Dans le même temps, les parents m'ont contactée car inquiets de l'inadaptation de leur fils (parfaitement trilingue à l'époque avec un vocabulaire impressionnant dans au moins 2 des langues, un niveau excellent en logique et mathematiques) Après les avoir rassuré sans faire part de mon arrière-pensée, je leur ai conseillé de consulter un pédopsy, qui a confirmé mon intuition. Les parents n'ont jamais demandé d'excuser leur fils ou de le passer en classe supérieur. Ils souhaitaient seulement voir leur fils s'insérer au mieux dans sa classe!
Mon remplacement s'est terminé à un mois de la fin de l'année scolaire. Cet enfant qui avait finalement trouvé une place dans le groupe au travers de tâches et responsabilités légèrement différentes a du soudain effectuer des activités non-adaptées. Ses problèmes comportementaux sont revenus et, comme punition, il était envoyé des demi-journées entières chez les plus petits !
En parallèle, les parents de 2 autres élèves faisaient pression pour faire passer leurs enfants en classe supérieure car "surdoués". La mère de l'un d'eux, membre de l'association des parents d'élèves, obtint gain de cause l'année suivante et son enfant redoubla son CE2.
Donc si les enfants effectivement diagnostiqués à haut potentiel peuvent bénéficier d'enseignants formés, j'applaudis. Pour tous les autres petits "génies", que l'administration demande un avis de professionnel avant de les traiter comme tels. La plupart des parents se rendront ainsi à l'évidence ou s'indigneront de la stupidité des acteurs du système éducatif.

vanilla

@guil
Je n'ai jamais dit que le QI n'était pas, jamais valable avant 16/17 ans et encore moins qu'il variait tout le temps...OMG. Je dis que cela dépend des cas... Petit un

Petit deux: je ne pense pas qu'on trouve plus d'enfants surdoués chez les "riches", comme vous le déduisez. Je n'aime pas les procès d'intention

Petit trois, ce que j'ose affirmer maladroitement sans doute, je l'ai lu et l'ai retenu à partir d'études scientifiques validées, et je vais donc m'employer à les retrouver et à vous en fournir les données, parce que je n'aime pas ce que vous supposez avec un aplomb incroyable

Petit quatre, contrairement à vous me semble-t-il, je n'ai rien à "gagner", je connais bien les gamins surdoués "de tous poils" et je n'ai en tête que le fait que ces gamins et adultes-là puissent être reconnus et aidés, EUX et non pas leurs parents ou servent à remplir la poche de certains psys et autres personnes peu scrupuleuses. Ou justement véhiculent des gros clichés...

Petit cinq, vous citez le professeur Lançon qui est psychiatre et jusqu'à preuve du contraire malgré mes recherches, je n'ai vu, lu nulle part qu'il avait réussi à prouver scientifiquement ce que vous écrivez concernant les fameux différents profils. Je veux bien vous croire, contrairement à vous, même sans preuve...(oui je peux être très naïve...) mais votre ton agressif me rend vraiment dubitative.

Petit six, si vous avez des liens, des études validées scientifiquement, merci de me les fournir, cela me permettra certainement de réviser certaines de mes lectures.

Petit sept, ma cause c'est d'aider les gamins différents, d'où qu'ils viennent, riches ou pauvres, etc, et quel que soit leur QI.

Petit huit, je ne maîtrise pas la langue française aussi bien que vous, puisque ce n'est pas ma langue maternelle, je voulais dire qu'il existe des items qui font référence à la culture générale et qu'un gosse favorisé aura plus de chance de trouver réponses à sa curiosité dans la bibliothèque familiale qu'un gamin défavorisé au sein de sa famille, mais qui ira à la bibliothèque municipale, parfois plus éloignée, etc. Et le jour du passage du test, il est probable que le premier gamin ait déjà réussi à trouver plus rapidement toutes les réponses aux questions de culture générale, à ce moment-là, qu'un gamin défavorisé qui n'aura pas eu peut-être le temps de trouver réponse à son immense curiosité, c'est tout ce que je voulais exprimer. Rien de plus.

Petit neuf, je suis bien placée pour savoir que l'intelligence ne dépend pas du milieu social.

Petit dix: bonne soirée
Petit onze: Siaud FAchin écrt elle même que un écart de 12 points ne permet pas de calculer un QI total, et donc j'en déduis à tort(?) (mais votre génie va m'éclaire, cher guil), qu'il est difficile de qualifier l'enfant de surdoué, ou de ne pas la qualifier de surdoué. Eclairez moi.
Petit douze: deux spécialistes français psychologues ne sont pas d'accord sur le chiffre: 125 ou 130.. Et même la spécialiste du surdouement va jusqu' à dire qu'on peut avoir 115 de QI et être surdoué. Vraiment? Parce que stress, peur,etc comptent aussi? Ou les psys qui font repasser les tests, ou font passer les tests en plusieurs fois. Est ce valable? Et il y en a un paquet qui font passer les tests dans des conditions anormales. Les résultats sont ils alors valides "malgré tout"?
Petit treize: Si vous pouviez éclairer ma pauvre lanterne, quant aux questions que je me pose, je vous en serais vraiment reconnaissante, un des buts dans ma vie est de progresser, d'avancer, et de comprendre, donc je suis prête bien entendu à vous entendre, mais pitié ne présupposez pas ce que je ne dis pas. Merci. cela nous fera gagner du temps. Et le plus important c'est d'oeuvrer, chacun à notre niveau, vous fort de votre superbe intellectuelle, moi faible mais pleine de ma naïveté, de mes observations et de mes lectures, pour les enfants et adultes en souffrance, il me semble... Bonne soirée

vanilla

@Anne-Laure, oui vous avez raison, je suis désolée pour le délayage, le français n'est pas ma langue maternelle, et même si ce n'est pas une excuse, cela explique en partie mes répétitions,etc tellement je voudrais bien me faire comprendre:)
Merci pour votre petit commentaire. Et bonne chance avec votre fille qui a de la chance d'avoir une maman ouverte et qui connaît le sujet!!! Courage, et de tout coeur avec vous!
(et je tiens compte de votre remarque pleine de bon sens quant à mon délayage, mon message visait à dire que le plus important était le bonheur des gamins , de tous les gamins, qu'ils passent par un bonheur "scolaire" ou "familial" ou autre, etc et une prise en charge de tous les gamins, et d'arriver à relativiser, etc. Mais j'ai du sans doute mal faire passer mes messages à cause de mon grand délayage...): .Donc dorénavant je serai plus attentive à ma façon d'écrire. merci, et bonne soirée à vous

vanilla

Pour guil, (et tous ceux intéressés par l'évolution du QI , qui rassurera certains parents et en fera réfléchir d'autres) cela pourra peut-être vous faire réviser certaines positions, tout comme moi, mais à un autre niveau. Et vous arrêterez peut-être de penser que je ne dis QUE des inepties Bonne lecture!

Lu dans Le Point du 21 octobre 2011:

Le travail publié dans la revue scientifique Nature est extrêmement intéressant et il remet en cause les croyances antérieures selon lesquelles tout devait se jouer avant l'âge de 6 ans." Patrick Lemaire, professeur en psychologie, spécialiste du développement et du vieillissement (CNRS & université de Provence), est enthousiaste lorsqu'il évoque les résultats de l'équipe dirigée par le Pr Cathy Price (University College of London). Ces derniers prouvent que le QI n'est pas stable au cours de la vie (en l'absence de lésion cérébrale et de maladies neurodégénératives) et qu'il ne faudrait plus se baser sur le score du test de QI d'un enfant pour prédire ses performances scolaires et professionnelles ultérieures.

En pratique, les chercheurs ont examiné 33 adolescents en bonne santé, une première fois en 2004 lorsqu'ils étaient âgés de 12 à 16 ans (14 ans en moyenne) puis une seconde fois en 2007-2008 lorsqu'ils avaient entre 15 et 20 ans (18 ans en moyenne). Leur QI verbal et non verbal a été mesuré grâce à différents tests et ces jeunes ont subi un scanner cérébral structurel et fonctionnel par IRM lors de chaque examen. Les différents QI des participants allaient de 77 à 135 points au premier test et de 87 à 143 points au second, ce qui a confirmé le large éventail des aptitudes intellectuelles chez ces personnes.

Les chercheurs ont ainsi découvert que le QI verbal et non verbal avait considérablement varié chez les participants entre 2004 et 2008. Certains individus avaient amélioré leur performance par rapport aux jeunes de leur âge, avec une augmentation pouvant aller jusqu'à 20 points de leur QI global. Pour d'autres, en revanche, leur performance avait chuté, avec une baisse du QI pouvant atteindre également 20 points. Les chercheurs précisent que ces changements ne sont pas dus à une variation de la performance liée à l'humeur ou à la concentration ce jour-là, ils sont bien réels puisqu'ils sont corrélés à des changements de structure de certaines régions cérébrales.

Les examens du cerveau, effectivement, ont montré une relation directe entre l'activité de certaines zones cérébrales et l'évolution du QI. Les zones correspondant à la lecture, à la dénomination d'objets ou encore à la résolution de problèmes s'activaient davantage chez ceux dont le QI avait augmenté. Cela veut dire qu'un cerveau stimulé développe de nouvelles connexions entre les neurones.

Le Pr Lemaire tire trois conclusions de cette étude. "D'abord, il ne faut pas que les adolescents imaginent qu'ils sont destinés à rester imbéciles ou superintelligents quoi qu'ils fassent. Il faut qu'ils demeurent actifs, qu'ils continuent à apprendre et à croire en leurs capacités de développement. Ensuite, les adultes et la société doivent soigner l'éducation et le milieu de vie des jeunes puisque cela a une influence directe sur leurs capacités intellectuelles. Enfin, même dans les populations les plus défavorisées, il est indispensable de tout faire pour stimuler les adolescents pour qu'ils maintiennent voire qu'ils augmentent leur QI. Avoir la possibilité de gagner ou de perdre 20 points, c'est vraiment colossal."

vanilla

@guil, lisez certains articles dans la grande revue scientifique Nature, a priori je ne peux pas je crois donner des liens ici , mais ils existent faites une recherche nature 'QI rien n'est joué avant 20 ans", (et si vous y avez accès, lisez là en entier, il s'agit d'une vraie étude...) ainsi que Verbal and non-verbal intelligence changes in the teenage brain, cela devrait vous apporter quelques indications concernant toutes mes inepties.... J'ai pu me tromper, mais pas en ce qui concerne la variation du QI, prouvé via IRM, et qui peut augmenter ou diminuer (sans gros chocs, troubles, etc), verbal ou performance, etc. Bonne lecture. Je continue à chercher et à vous informer si cela vous intéresse.

Guil

C'est à vous d'apporter des preuves de ce que vous avancez puisque vous affirmer que les profils complexes ne sont pas surdoués, contrairement à ce qui est communément admis !! Ne retournez donc pas les choses. Mes affirmations sont facilement vérifiables dans les ouvrages spécialisés sur le sujet, une petite recherche Google vous proposera de nombreux ouvrages, comme ceux de Monique de Kermadec ou Arielle Adda, par exemple. Vous pouvez vous reporter également à ceux du prof Revol, ou ceux de Jean-Claude Terrassier. Je pense que c'est suffisant.
La norme pour le HQI retenue en France par les instances officielles et l'OMS est de 130 et non de 125.
La norme communément retenue pour "invalider" un test de QI suite à un écart entre les subtests est de 27 pt et non 12 pt (je dis invalider et non diagnostic négatif, ce qui est différent). De nombreux THQI ont des profils hétérogènes avec des écarts supérieurs à12 pt entre différents subtests.
Il n'y a pas d'items "culturels" dans les tests de QI favorisant les enfants de CSP+.
J'espère avoir éclairé votre lanterne.
Cordialement

vanilla

@guil, je reconnais que j'ai cru avec bonne foi que les profils hétérogènes n'étaient pas considérés comme surdoués. En lisant plusieurs articles même pas forcément scientifiques, force est de constater que vous avez raison, et que dans la littérature consacrée, un profil hétérogène quel que soit sa situation est appelé également surdoué. Dont acte. Mea Culpa.
En revanche je pense ce classement entre ces deux profils est trop tranché et quand je lis ce qui en est dit, dont la façon de présenter des personnalités comme relevant de tel ou tel profil, je me dis que c'est très farfelu et ascientifique au possible...

Vos affirmations reposent sur des observations et non pas des études scientifiques validées. Je n'ai jamais vu un article des gens que vous citez dans des revues internationales scientifiques. Ce qui ne veut pas dire que je ne crois pas ce qu'elles écrivent et affirment et peuvent constater au sein de leurs pratiques, (je suis même en accord avec beaucoup de leurs observations subjectives) mais cela n'a rien de scientifique. Moi je vous ai cité encore faut il les lire des études prouvant que le QI augmentait ou pouvait diminuer avant l'âge de 20. Ce que vous niiez fermement, si j'ai tout bien compris.

Si l'OMS le dit alors je vous crois et personnellement cela me semble plus logique.(à partir de 130) en revanche n'est il pas admis qu'une marge d'erreur en plus ou moins d'ailleurs et de 7% invaliderait certains résultats trop "justes"?

Je n'ai JAMAIS écrit que l'écart de 12 concernait les subtests... le 27 d'écart qui invaliderait bablabla je vous crois.

En revanche, moi je parlais de l'écart entre QI verbal et QI de performance, et à partir de 12 points d'écart, cela ne permet pas de qualifier le QI total d'homogène petit un, et petit deux cela ne permet pas de calculer un QI, et donc de dire avec certitude que le fonctionnement de l'enfant ou de l'adulte est est celui d'un surdoué, dixit Siaud Fachin. Ce qui ne veut pas dire qu'il ne l'est pas...

Madame Adda est la première à avoir écrit qu'un enfant pouvait être surdoué avec un QI largement inférieur à 130, genre 115, selon les circonstances... Alors si vous la citez... comme reconnaissant absolument le seuil à 130...je suis perdue...

Le Docteur Révol est psychiatre, et pas un scientifique qui valide des études, etc idem Madame de Kermadec psychologue et psychanalyste, que j'admire personnellement beaucoup et qui est pour moi une "très grande dame"(le fait d'être psychanalyste lui confère certainement cette aura qui fait qu'elle accorde beaucoup moins d'importance au QI, qu'à la vraie intelligence (surdouée ou pas) et à ce qu'on en fait(ou pas, et c'est là qu'elle intervient et qu'elle aide les surdoués en souffrance...) Mr Jean Claude Terrassier idem...qui a pour mérite d'avoir aidé la France à admettre que les surdoués existaient et n'étaient pas qu'un fantasme des parents. Merci Monsieur. Cela n'en reste pas moins un psychologue et non pas un chercheur scientifique etc qui aurait produit des études validées scientifiquement...Oui? Si tel est le cas, merci de me les citer.

Il y a des items de culture générale dans la WAIS qui PEUVENT mettre un enfant moins doté d'un certain capital culturel en défaut vis à vis d'un autre tout aussi intelligent mais sans aucune capital culturel de départ. Ce qui n'invalide pas contrairement à ce que vous essayez de me faire dire, le fait que je continue à penser et ai toujours pensé qu'un gamin vraiment surdoué ou un adulte se trouve autant dans tel ou tel milieu, bien évidemment!! Mais les statistiques démontrent que si on trouve des gamins surdoués dans tous les milieux, certains milieux verront émerger plus de surdoués notamment verbaux que d'autres milieux, si on utilise uniquement le Verbal pour affirmer qu'un enfant est surdoué, avec certitude et aplomb. Puisque la variable verbale prend en compte dans pour certains items de fait, la culture générale, et ce serait démentir des centaines d'années et d'observation et d'études que de déclarer que le milieu socio économique n'a aucune influence même minime sur la culture générale. Lisez bien ce que j'écris même si je maîtrise mal la langue française, je pense que je suis suffisamment claire pour que vous ne fassiez pas d'amalgame qui vous arrange par rapport à ce que je dis. Un test peut favoriser sur quelques items seulement un enfant ou adulte CSP plus, mais cela n'invalide pas le test, puisque s'ile st bien fait ce qui est le cas de la WAIS, il prendra ce facteur en compte et le pondérera. Il n'en reste pas moins vrai ce qui va suivre:

Lisez les études rigoureuses de de Scar et Weinberg, concernant des jumeaux élevés dans des milieux sociaux différents, séparés à la naissance, etc testés, retestés, etc étude validée et reconnue scientifiquement et qui montrent en moyenne un décalage de 12 points en QI total... Chez qui et dans quel sens, à votre avis?

Ou encore lisez l'étude de Vallot (1973): extrait: La méthode
utilisée consiste à administrer des tests d’intelligence générale ou des tests
d’aptitude à des échantillons de très grande taille, représentatifs de la population des élèves de 6 à 14 ans. Les résultats indiquent qu’en moyenne, les résultats
des enfants varient selon le niveau socio-économique des parents. Par exemple,
la différence de Q.I. moyen va de 93,5 chez les enfants d’ouvriers agricoles à
111,5 chez les enfants de cadres supérieurs (Vallot, 1973), soit un écart de
18 points.

Il insiste également et prouve que se baser uniquement sur des items qui sont les plus sensibles à l'environnement socio culturel (par exemple les items de culture général) n'est pas un indice suffisant qui marquerait une intelligence supérieure, un surdouement...

Ou encore, cette étude: extrait:
978, Tuma et col. ont comparé deux groupes d’enfants appariés sur des
variables comme l’école fréquentée, l’origine ethnique, l’âge et le sexe : un groupe
d’enfants issus de classes sociales économiquement favorisées et un groupe d’enfants issus de classes sociales économiquement défavorisées. Les mesures
ont été réalisées à partir du WISC et du WISC-R. L’étendue des valeurs de QI
Total observées vont de 67 à 118 dans le groupe défavorisé et de 108 à 152 dans
le groupe favorisé. Les QI moyens diffèrent de presque 30 points pour l’échelle
Verbale et 20 points pour l’échelle Performance. Même si, du fait de la taille
réduite de l’échantillon (N = 36), cette étude a une portée limitée, les résultats
vont dans le sens de ceux obtenus dans des enquêtes de grande ampleur.

Ce serait me semble-t-il de l'idéologie ou de la mauvaise foi de votre part de désavouer ce genre d'études (et je n'en cite que quelques unes...) validées, argumentées, etc.

Je n'ai en revanche jamais lu nulle part une étude qui prouverait par A plus B et le démontrerait que les items de culture générale sont totalement indépendants du milieu socio économique et n'ont aucun impact.

J'espère avoir été plus claire et j'attends de votre part, toujours, des études scientifiques validées et reconnues qui me prouveraient que tout ce que je dis est inepties ou clichés... (des livres sur les précoces, surdoués, je pense que j'en ai au moins une bonne quarantaine...de tous poils...écrits par des psy x y ou z, et autres spécialistes...) ou qui prouveraient ce que vous écrivez...

Je suis en revanche en attente d'études via l'IRM qui prouveraient ou pas que tous les surdoués révélés via un test WAIS, auraient tous un fonctionnement neuronal et cognitif différent des neurotypiques. Et je reste persuadée que si les surdoués ont tous un fonctionnement cognitif différent, les différences d'efficacité et de globalité sont certaines et visibles entre surdoués de tous poils. D'ailleurs les premières études, cfr le professeur Habib je crois, montre que si fonctionnement IRM différent il y a, les QI verbal utilisent avant tout une seule aire, tandis que les Qi perf et les homogènes utiliseraient plusieurs aires et de façon plus équilibrée et donc plus efficace.
Quant aux hétérogènes la question peut aussi se poser ainsi: s'ils sont réellement surdoués est ce parce qu'ils ont eu à compenser un handicap et donc focaliser sur telle ou telle utilisation de leurs compétences et surdévelopper telle ou telle aire visible via l'IRM? Ou est ce parce qu'ils étaient déjà précoces mais "handicapés qu'ils ne sont pas "capables" d'être homogènes?


Voilà, bonne soirée et bonne lecture (très intéressantes les études pour celui qui veut mieux comprendre ou s'enrichir sans forcément être d'accord avec tout...) et continuez à éclaire ma lanterne.

Guil

@Vanilla :
je ne trouve nulle part trace de vos études sur le web.
Le Dr Revol est neuropsychiatre, c'est donc un scientifique !
Je vous renvoie à l'état de la recherche sur les enfants surdoués, réalisé par une équipe du CNRS (j'espère que cela vous conviendra niveau scientificité!).
http://www.mensa-france.org/files/Rapport_FF_CNRS_surdoues-etat-recherche.pdf
Vous y apprendrez notamment comme je ne cesse de vous le répéter que les profils hétérogènes ont tendance à augmenter avec le QI et sont plus importants chez les THQI !
(avec un écart type de 15 entre deux subtests)
Concernant l'aspect sociologique, en l'absence d'étude documentée portée à ma connaissance (vous pouvez toujours me fournir un lien si vous en avez un), les tests de QI sont, jusqu'à preuve du contraire, non discriminants. Il n'y a pas "d'items culturels" dans le QI Verbal, mais des items de vocabulaire qui sont étalonnés de manière à éviter ce genre de biais...(je répète si vous avez un lien valide vers une étude, de préférence en français, sur ce sujet, n'hésitez pas!)

Guil

Je rajouterai que la seule étude longitudinale d'envergure, celle de Terman, qui a mis en évidence une sur représentation des CSP+, comporte un biais fondamental très important : la pré sélection des candidats par leurs professeurs, et donc une pré sélection de candidats scolairement performants (qui appartiennent donc déjà majoritairement aux classes CSP+).
http://www.scienceshumaines.com/des-enfants-surdoues-70-ans-apres_fr_10203.html

cricri

Ah ! Voilà un article qui sied à mes yeux, merci ! Combien de parents d'enfants "roi" aujourd'hui ? Combien se permettent de remettre sans cesse en question les instits, loin de faciliter leur travail, encore moins de le comprendre... La perfection n'existe pas mais les instits sont remis en cause trop souvent par des parents qui ne savent pas ce qu'éduquer signifie, ce que ce terme peut révéler de complexité... Je rejoins totalement les commentaires postés par Vanilla, et je ris également en lisant les manifestations d'égo surdoués sur le site zébré... Je suis scotchée par tant d'intelligence.

vanilla

@guil, merci pour vos précisions. mais je le répète aussi, si les TQHI sont plus hétérogènes que les HQI entre les subtests, cela n'explique pas pourquoi a priori donc une minorité sont tout à fait parfaitement homogènes et réussissent dans tous les subtests.


Ce qui m'intéresse c'est pourquoi ces enfants et adultes-là, eux sont globalement homogènes et fonctionnent bien. Les autres, par quoi sont-ils autant troublés? Perturbés? Jusqu'à "rater" leur vie pour la majorité? Et s'ils ne ratent pas leur vie, alors pourquoi s'en inquiéter autant? Ce sont juste des questions


.D'ailleurs grâce à l'IRM si on compare des THQI homogènes et des hétérogènes, la majorité donc si je vous suis, verra-t-on des différences? Et à quel niveau? pourquoi? Idem entre les HQI et les THQI verra-t-on des différences? Des quelles aires? etc, bref, un champ énorme d'investigation est devant nous..

Les références des études dont je parlais,vous les retrouverez dans cette étude, :http://leadserv.u-bourgogne.fr/IMG/pdf/les_enfants_exceptionnels.pdf(il y a pas mal de référence intéressantes qui confirment certains de vos propos et certains des miens...)

Pour Terman, certes il a demandé aux profs de désigner les bons élèves, et alors? Ils appartenaient déjà à la catégorie des CSP plus mais étaient déjà surdoués? Et? En quoi cela invaliderait-t-il l'étude? D'autres enfants étaient certainement aussi voire plus surdoués que le choix des profs, certes, mais en étaient-ils pour autant plus malheureux? plus heureux? On ne le saura probablement jamais, mais parmi eux, il y avait peut-être un Einstein en puissance, qui a réussi dans un autre domaine, ou pas, ou vend des hamburgers à NY (ou vendait..), et se porte très bien. Même s'il n' a pas su exploiter éventuellement son potentiel..(mais s'il est heureux, n'est ce pas aussi important? Peut-être pas? Chacun son point de vue...).

Pour la revue Nature, vous pouvez facilement trouver des références. Mais c'est en anglais en revanche.

J'ai lu en biais et pas suffisamment au calme certes , l'étude dont vous parlez, mais je retiens pour les écarts types plus importants entre les subtests ce que les auteurs eux mêmes concluent :Bien que soulignant eux-mêmes les limites de leur étude, essentiellement dues à la
petite taille de l'échantillon et à son manque de représentativité (des variables
environnementales comme le niveau socio-économique des parents n'ont pas été contrôlées, ce
qui limite toute possibilité de généralisation), les auteurs concluent que la prise en compte de
cette variabilité intra-individuelle est nécessaire pour déterminer avec précision le potentiel de
ces enfants.

Donc moi cela ne m'apporte rien de bien solide, si ce n'est que oui a priori pour la majorité des THQI il semblerait que la plupart du temps, si on se fie à cette étude non fiable puisque non généralisable, mais acceptable malgré tout de mon point de vue, en partie... on retrouve des écarts entre certains subtests, mais que cela ne m'éclaire pas moi, sur le POURQUOI de ces écarts et surtout, on ne se pose pas la question inverse: pourquoi 20 % au moins des THQI n'obtiennent pas d'écarts significatifs....

A part pour ceux dont les échecs dans ces items peuvent se révéler à travers leurs dysfonctionnement quasi neurologiques, pour les autres, il faudra me trouver une explication, autre que "c'est parce qu'ils sont THQI"... Pourquoi les autres THQI peut-être une minorité, obtiennent d'excellents résultats dans tous les tests et subtests? Sans écart de plus de 15??? et s'il semble admis que plus le QI est élevé plus l'écart est différent, cela ne m'éclaire en rien sur le pourquoi de cet écart?

Serait ce parce que certains utilisent tout leur potentiel et d'autres sont inhibés? Si tel est le cas, pourquoi certains sont inhibés? Parce qu'ils viennent de milieux "non équilibrés"? Parce qu'ils viennent de milieux où l'intelligence n'est pas "fondamentale"? Ou parce que à l'inverse c'est un facteur trop important, capital dans leur famille? Parce qu'ils ont d'autres problématiques de type "psy" à régler?

C'est cela qui m'intéresse...Cela prouve que le surdouement etc c'est très compliqué et ne se résume ni à un chiffre, ni à un milieu, ni à une réussite sociale, reconnue ou pas, etc etc etc.

Les gamins passionnées, généreux, heureux, en général vont très bien et si en plus ils sont THQI, magique! Ils apporteront peut-être des changements essentiels pour notre bien être à tous. Plus ou moins. Et pour ceux qui sont THQI et n'arrivent pas à faire avec ce que la "nature" leur a en partie donné (à 60% a priori, les chiffres sont là aussi sujets à débat...), soignons les, aidons les, tout comme les schizo, les psychotiques,etc. Et là peut-être pourront ils donner le meilleur d'eux-mêmes, via leur QI, mais pas que grâce à lui.

Peut-être ont ils besoin à 5 ans ou 85 d'une reconnaissance de leur fonctionnement différent pour pouvoir "avancer" et éclore enfin? Peut-être, très certainement même. Alors aidons-le, diagnostiquons tous les enfants, tous les adultes, automatiquement, systématiquement, même les bébés, via un IRM (puisque dès la naissance pour certains ce serait "là") et ??? Et ensuite? Nourrissons les à leur juste "valeur"? Pourquoi pas? Pourquoi? Les questions restent ouvertes...Sauf que sachant à présent que le QI n'est pas immuable, comment faire? (si j'en crois l'étude publiée dans Nature...)

Le Professeur Olivier Revol est chef du service de neuropsychiatrie, certes, mais cela ne signifie pas qu'il a publié des études scientifiques validées par la communauté internationale... Il peut évidement de par sa grande expérience avoir un avis, idem Rufo, mais cela ne signifie en rien qu'ils sont vérité objective et validée... (personnellement, je ne juge pas quelqu'un à l'aune de sa scientificité, mais bien à l'aune de ses qualités humaines, et Revol est un être d'une qualité remarquable et qui aide les mômes, et que je trouve extraordinaire, en revanche, si on généralise, il faut prouver et pour prouver il faut du solide:)

Moi j'attends que l'IRM et autres moyens techniques etc nous éclairent profondément sur le fonctionnement de tous les cerveaux et de tous ceux qui auraient un QI supérieur à 130, (y compris ceux qui ne sont pas homogènes, et qui semblent avoir le plus de "difficultés" à s'accomplir, se comprendre, se chercher, etc, si j'ai bien tout compris...). Et de tout analyser, etc. Et en tirer des conclusions qui je pense étonneront pas mal de parents...et de psychologues..

D'ailleurs vous ne parlez pas de l'étude concernant, et validée via l'IRM, etc, le QI qui peut augmenter ou baisser jusqu'à 20 ans, et jusqu'à 20 points... Cela n'invalide en rien certes l'existence des enfants précoces..mais cela pose la question de l'immuabilité du QI, petit un, et sur ce qu'on en fait. Et pourquoi? Et comment? etc.


J'avais lu un article sur un gosse, mi Chinois mi Brésilien, américain, diplômé de fac de maths à 14 ans. Et qui explique, qu'à 2 ans et demi, ses parents ont remarqué qu'il avait un don pour les maths, parce qu'il adorait compter, calculer, expliquer. Et à partir de ce moment-là, ils lui ont concocté un programme spécial, renforcé, etc, pas de télé, de jeux vidéo uniquement éducatifs, une belle discipline, maths à gogo, etc. Il semble être un ado "comme les autres", avec des copains de son âge pour la déconnade, et d'autres plus âgés pour le reste... Il ne semble pas être un phénomène de foire, ni mal dans sa peau. On ne donne pas son QI. Qu'est ce qui explique sa trajectoire? Le rôle de parents? Son passion des "maths" à un âge si jeune qui a eu la chance d'être perçu chez ses parents? Le programme intensif? Je me pose des dizaines de questions quant à cet a priori THQI... Et je suis sans réponse.

Tout comme le gamin qui montre des prédispositions étonnantes dans tel ou tel domaine, faut il le pousser? Comment le savoir? Alors qu'il pourrait développer d'autres domaines où il serait peut être moins compétent, mais tout aussi voire plus passionné et acquérir ensuite cette compétence, grâce à sa passion? et devenir un spécialiste reconnu dans tel ou tel domaine?

Vous prenez n'importe quel gamin a priori lambda et vous le surnourrissez, de gré ou de force... Il aura toutes les chances d'être en avance et de "sauter" des classes. Et d'avoir son bac à 12/14 ans. D'ailleurs, lorsque l'école n'existait pas, il n'était pas rare dans les bonnes familles, de voir des gamins de 11 ans, maîtriser, parce que éduqués en harmonie et avec des précepteurs... ce que nous maîtrisons difficilement à Bac plus deux...aujourd'hui...

Il sera très certainement HQI, aura sans doute une "bonne place" et sera plus ou moins heureux selon les circonstances de la vie et sa volonté. Tout comme tout un chacun. D'ailleurs les HQI se remarquent-ils tout autant passés un certain âge, même s'il est a priori indéniable que leur fonctionnement reste le même? Et si non, en quoi se démarquerait-il à présent et sous quelle forme?

Quant au THQI homogènes ou pas, là, c'est sans doute un autre débat, je crois en la différence entre HQI et THQI, si l'on s'en tient à l'écart type de 15. Un gosse qui cartonne plafonne au WISC 160 QI total homogène, peut donner un adulte qui révolutionnera peut-être "son" domaine, ou un adulte original capable de "tout" et qui en fera ce qu'il désire. Quant aux THQI hétérogènes, et qui sont mal dans leur peau, parce que trop différents, ou le vivant mal...il faut les soigner, les chérir, et une fois les problèmes "psys" ou autres résolus, si possible, ils seront sans doute plus aptes à affronter la vie. Leur vie. Et développer leur potentiel. C'est ce que je pense, rien de scientifique pour le coup.

Mais je suis toujours éberluée quand les parents de petit surdoué, s'en font une montagne, comme si l'école et les profs n'étaient pas capable de les repérer..... Les gamins diagnostiqués surdoués HQI à 4 ans, que "sont'ils devenus, à 25 ans? Pourquoi sauter des classes si c'est "uniquement" pour nourrir leur cerveau magique? Puisque si j'en crois l'étude que vous citez, une partie de leur échec serait du à l'ennui en classe, au manque de stimulation? Bah, si le gamin n'a pas réussi à ne pas s'ennuyer en CP, et qu'il se retrouve en CM1, certes il ne va plus s'ennuyer, mais sera-t-il mieux nourri?(puisque son fonctionnement serait différent et non pas en demande de quantité mais de qualité...) et de quoi? de savoirs scolaires, non? Et comme le savoir purement scolaire ne fait pas le bonheur, ni ne confirme l'intelligence, à fortiori la pure intelligence, l'intelligence "fluide"...je ne vois pas trop l'intérêt.

Et surtout pourquoi en faire toute une "histoire"....Les mêmes parents (certains, bien évidemment que la plupart des parents ne réagissent pas ainsi, heureusement..) qui disent "mais je n'ai jamais poussé mon enfant, c'est la maîtresse qui nous a demandé d'aller faire tester notre enfant et il est surdoué, alalala", sont les mêmes qui pensent que l'école n'est pas adaptée à leur petite merveille...et prennent la tête du tout venant...


J'ai été entourée depuis ma toute petite enfance de vrais surdoués, de surdoués hétérogènes, de brillants, de passionnées, de "communs", etc. J'ai vu évoluer ce petit monde. Et les plus heureux, (cela porte sur 22 personnes, pas généralisable bien entendu..) aujourd'hui sont ceux qui enfants étaient"déjà" heureux, sans dysfonctionnement, sans pression, la plupart du temps passionnés ou par la matière scolaire en général, ou en particulier, mais certains aussi, communs ou surdoués, par la cuisine, les plantes, la musique, la terre, etc, avec des parents qui même s'ils étaient conscients pour certains des différences de leurs gamins, ont toujours été d'accord pour les encadrer et privilégier l'aspect humain: oui, tu as des facilités, mais oui il y a des méthodes, alors apprends les deux, tu es suffisamment intelligent pour ça, non la maîtresse n'est pas débile parce qu'elle ne comprend pas que tu arrives à trouver tout seule la solution sans l'expliquer, et oui, même les meilleurs d'entre nous, sont censés pouvoir expliquer comment ils font, sinon cela reste opaque ou de la masturbation intellectuelle et cela n'apporte rien, ni à toi ni aux autres, oui tu es ultra bon en maths ou en dessin, ou en cuisine, oui tu as de l'imagination, mais cela ne t'empêche pas de ne pas essayer de t''améliorer ou d'en faire un minimum dans les autres matières, etc etc"". Des parents normaux, aimants, bien dans leur peau, et qui auraient tout fait pour le bonheur de leur enfant, surdoué ou pas, mais attentif à leur enfant dans leur globalité. Un parent a tout fait pour faire sauter de quatre classes son enfant, parce qu'il sentait que c'était la solution pour son môme, et il était parfaitement heureux, QI total homogène de 135, aussi à l'aise avec les 18 ans que les 14 ans, sachant naviguer entre deux mondes. Adorable! D'autres ont sauté des classes, et patatras, leur bonheur était d'être avec leur maîtresse et leurs copains, résultats dégringolade à tous les niveaux, etc etc.

Evidemment chacun enfant surdoué ou pas, est différent et à aimer, bien aimer. Voilà l'essentiel du message. Mais qu'on fasse des surdoués un"problème", pitié, non, cela reste malgré tout une minorité, 30% en vrai échec scolaire, les autres 30% seraient "médiocres" parce qu'ils ne développeraient pas leur potentiel. mouais.... mais le petit autiste, le petit trisomique, le gosse en chaise roulante, le petit non voyant, etc, met-on autant de moyens pour les aider à développer tout leur potentiel? Non, et quand on y arrive, cela donne des résultats magnifiques aussi.
Ce n'est pas une raison pour laisser les surdoués de côté, mais ne laissons personne sur le côté et je ne vois pas au nom de quoi un enfant "surdoué aurait plus de "valeur" qu'un enfant "commun"? au nom de son potentiel supposé "hors du commun"?

Remettons la pendule le clocher? au milieu du village et réapprenons l'essentiel. Sans négliger les différences, mais surtout les souffrances de certains enfants surdoués. Aidons les comme nous aiderions chaque enfant "en souffrance". Et apprenons à décoder le réel pourquoi de leur souffrance, qui ne se résume pas, pour moi à un chiffre, même si ce chiffre est valide.


Et comme le dit très bien Révol et cela devrait s'appliquer à TOUS les enfants "un enfant précoce est précoce certes mais est avant tout un enfant". Et cela extrapolé donne"un adulte surdoué est surdoué mais avant tout un adulte"? Et qu'est ce que c'est qu'être un adulte? S'épanouir, être heureux, continuer à grandir, à s'enrichir , à progresser, à protéger les autres, etc Peu importe, c'est très personnel, THQI ou pas...

Alors, oui, c'est peut-être c..ce que je vais dire, mais apprenons à être heureux, avec nos différences, et pas contre les différences des autres, apprenons à nous connaître, aidons nos enfants à s'épanouir dans ce qu'ils sont aujourd'hui, haut potentiel ou pas, apprenons leur à être libre, aidons les adultes brisés par leurs différences trop lourdes à porter, et trouvons en chacun de nous notre potentiel, à être heureux.
@guil, merci pour certaines de vos infos, je continue à m'informer, et à élargir mes connaissances dans ce domaine, en prenant en compte vos remarques, et si d'autres parents ou profs m'ont lu, je ne veux vexer ou blesser personne, ne remet pas en cause l'existence des surdoués, ni leur fonctionnement différent, et encore moins certaines de leurs souffrances, au contraire.

Quant aux profs, ils font la plupart du temps un boulot excellent, avec tous les enfants, surdoués ou pas, contrairement à ce qui se dit, et dans ma famille, il y a "de tout":) et toujours en France, les gamins ont pu s'accomplir grâce bien évidemment à l'amour de leurs parents, mais aussi, grâce à des professeurs, conscients ou de leurs difficultés ou de leur énorme potentiel pour certains, et qui ont toujours discuté avec les parents pour trouver des solutions, surdoués ou pas... Quand un parent vient voir un professeur pour parler de la souffrance de leur enfant, rare est le professeur qui va rembarrer le parent et le gamin...(ou alors il n'y a rien à faire dans l'enseignement, ...et même dans l'humanité...), mais quand un parent vient voir un prof en exigeant, en criant, voire en méprisant l'instit le prof, au nom du potentiel de l'enfant, il a des raisons très objectives de se sentir agacé.....et agressé...
Bonne soirée à tous. J'arrête mon délayage...Promis

Leona

@vanilla, pour quelqu'un dont le français n'est pas la langue maternelle, vous êtes extrêmement volubile, peut-être un peu trop. Je n'ai pas été capable de lire vos exposés en entier. J'espère que Marlène y est parvenue...

vanilla

@Leona, oui je suis vraiment désolée, je ne le fais pas exprès, j'essaie de m'améliorer, mais cela prend du temps, que voulez-vous..et j'écris comme je parle, et tout se bouscule dans ma tête. Et je vous rassure je suis encore plus volubile et logorrhéique dans mes deux langues maternelles:)
Quant à réussir à lire ce que j'écris, petit à petit on y arrive très bien, paragraphe par paragraphe, ligne par ligne par exemple. En l'espace d'un mois ou d'une année. Mais cela demande un effort et ce que j'écris est certainement trop inintéressant , donc vous avez bien fait de ne pas perdre de votre temps pour me lire:).
Merci pour votre commentaire pointu, très éclairant sur la problématique des surdoués:):):)
Bonne journée, et sans rancune. Volubile, mais avec humour:)

Guil

@Vanilla : vos posts sont définitivement trop longs, et je n'ai pas le temps de les lire.
Je parcours celui-ci en diagonale et constate que vous persistez à penser que les profils "homogènes" vont "bien", ou "mieux" que les autres. Pour beaucoup c'est faux, ils ont autant de difficultés que les autres... Et si vous parcourez les études, vous verrez que le surdon, s'il est en lui même une chance, est socialement handicapant. Moins de surdoués dans les hauts échelons hiérarchiques par rapport à la moyenne statistique, plus de dépression, de suicides, de conduites addictives, un taux de nuptialité inférieur à la moyenne...
Tenir compte du profil particulier de ces enfants est aujourd'hui préconisé par les textes de l'éducation nationale, suivant les recommandations du rapport Delaubier. Il s'agit simplement de tenir compte des particularités de chacun pour aider l'enfant à s'épanouir et à se réaliser, particularités qui étaient (et sont encore souvent !) souvent niées jusque là... Après, les parents hystériques, comme les enseignants négationnistes, c'est une réalité, mais cela ne doit pas masquer la réalité cognitive et psychologique du surdouement...

vanilla

@guil, non, si j'écrivais moins et si vous lisiez mieux, et plus, vous auriez vu que je ne dis pas cela, au contraire et que j'ai évolué. Et je vous rejoins sur vos trois dernières lignes, mais je ne vois pas pourquoi vous pointez toujours le fait que plus on est surdoué moins on a de chances d'accéder aux hauts échelons hiérarchiques, puisque la plupart des vrais surdoués, s'en fichent et devraient être très indépendants et loin de ces préoccupations là...Oui c'est handicapant, mais il y a pire comme différence... Pour ma part je n'ai jamais nié ces particularités, et oui il faut aider chaque enfant différent et en souffrance. On est d'accord.
Bonne journée. Et merci pour avoir éclairé ma lanterne, camarade.

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)