Tiers payant du mode de garde: la réforme décryptée pour vous
Et si vous vous formiez à la conciliation vie professionnelle / vie familiale ?

"Non, vos enfants ne sont pas surdoués !" l'exaspération d'une enseignante

Vous êtes nombreux à imaginer que votre enfant est surdoué. Dans le top des meilleures ventes de livres catégorie enfants, les 2 des 3 livres les plus vendus portent sur le thème de l'enfant surdoué. Près de 10 000 exemplaires vendus en tout, d'après les estimations d'un libraire. "J'ai du faire un choix, j'ai supprimé de ma vitrine d'autres livres intéressants sur l'éducation au profit de ceux-ci, qui se vendent mieux. Les parents sont attirés, ils viennent lire, reconnaissent leurs enfants et l'achètent..."

 

 

enfants surdoués prof expasérée
2 des livres les plus vendus de la catégorie "enfants" portent sur les enfants surdoués... Et sont lus par des parents dont les enfants ne le sont pas.

 

 

Et bien sûr, les parents adorent. Vous pensez, des livres qui leur expliquent que leurs enfants sont "à part", "surdoués", "précoces", des "génies"... Pourtant, une personne n'apprécie guère. Sylvie, professeur des écoles, enseigne dans une classe de CM2. Elle est lassée de recevoir des parents s'maginant que leurs enfants sont de petits génies.

 

 

"Ca devient la réponse à tout ! Quand j'explique à un père que son fils est agité, qu'il n'écoute rien, qu'il désobéit, le père me répond qu'il est sûrement surdoué. Et qu'il s'ennuie. Alors oui, les enfants précoces s'ennuient, mais tous les enfants qui s'ennuient ne sont pas précoces..." explique Sylvie.

 

Le pire ? L'an dernier, une mère arrive pour chercher son enfant; Sylvie en profite pour lui expliquer qu'il présente des retards importants en lecture "Il avait un niveau CE1. Je voulais proposer le redoublement du CM2, il ne suivrait pas au collège, pour moi." La réponse de la mère ? "Il est précoce. Moi aussi d'ailleurs, j'ai redoublé deux fois. Parce que les profs ne compenaient pas que j'étais précoce."

 

Finalement, pour Sylvie, l'enfant "surdoué" devient la réponse à tout. "Il n'écoute pas ? Il est surdoué ! Il rêve ? Il est surdoué ! Il aime l'école ? Il est surdoué ! Il n'aime pas l'école ? Il est surdoué !"

Professeur des écoles également, Séverine abonde dans le sens de Sylvie. "Il y a une dizaine d'années, les parents nous prévenaient que leurs enfants avaient des difficultés dans telle matière. Désormais à la rentrée, ils nous préviennent que leurs enfants sont surdoués ! Si bien que dans une classe, vous pouvez vous retrouver avec 18 enfants supposément surdoués, sur un total de 27 ! On rêve !" Sylvie renchérit: "On assiste à une "extrémisation" de l'éducation. D'un côté des parents qui ne fichent totalement de la scolarité de leurs enfants, arrivent en retard, les négligent... et de l'autre des parents qui surinvestissent complètement de façon peu à propos l'école. Je pense à ces parents catastrophés parce que leur fille avait eu un "B" et pas un "A" en calcul, en grande section de maternelle. Ils craignaient que ça n'entrave son entrée à HEC..."

 

Même l''Education nationale s'y met: en avril dernier, une circulaire demandait aux enseignants de porter "une attention particulière aux élèves intellectuellement précoces (EIP), pour qu'ils puissent également être scolarisés en milieu ordinaire. À cet effet, dès la rentrée 2013, chaque enseignant accueillant dans sa classe un élève intellectuellement précoce aura à sa disposition sur Éduscol un module de formation à cette problématique".

"Sur le fond c'est très bénéfique pour les élèves qui le sont vraiment. Mais les parents qui imagianent avoir des enfants surdoués sont très bien informés et viennent parfois avec leur propre copie de circulaire ou de manuel, nous expliquant comment apprendre à leur enfant, alors que c'est notre métier !" s'énerve Sylvie, tout en reconnaissant que les médias jouent un rôle dans cette nouvelle pandémie. "On lit des articles partout, on voit des émissions qui vous explique que si votre bébé aime les céréales nature ou adore lire, il est surdoué, précoce. On trouve des tests de QI sur Internet qui n'ont aucune valeur scientifique !" 
Vérification faite, de nombreux sites proposent en effet de tester le QI de votre enfant... sans même préciser la tranche d'âge de ces tests ! Prévus pour des 5 ans, 10 ans, 15 ans ? "C'est comme l'hyperactivité." note Séverine, qui déplore de voir des parents se réfugier derrière cette excuse.

 

 

Le 27 septembre à Châlon-sur-Saone se tiendra une conférence sur le thème "L''enfant surdoué: le reconnaître, le comprendre et l'accompagner." Et le 5 octobre, à Villeurbane, le thème "Précocité intellectuelle, entre fantasme et réalité " sera abordé par l'Association française pour les enfants précoces. De quoi fâcher quelques parents...?

Quoi qu'il en soit, une fois encore, nous retombons dans un schéma éducatif où l'enfant dans sa spécificité n'est pas pris en compte. On veut à tout prix le ranger dans une case, de préférence une case valorisante pour le parent. Sans se demander ce qui serait réellement mieux pour lui...

 

 

Pour finir, ces deux enseignantes m'ont contactées: n'hésitez pas à proposer vos sujets, vous aussi.

Si vous découvrez ce blog, je vous invite à faire un tour sur le site de notre Association, ou à entamer la discussion lors d'un de nos prochains événements !

Bon mercredi à vous ;)

 

A lire aussi:

Eloge de l'enfant roi

Le Dictionnaire déjanté de la maternité

200 astuces de Maman travaille

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

Camille

Ohh là là, la prise de tête...

Vous faites visiblement partie de ceux qui disent qu'avoir un enfant précoce est le dernier truc à la mode.
Sauf que vous ne savez visiblement pas de quoi vous parlez

On va dire les choses très concrètement : moi, je suis zébre et adulte. Pour moi, l'école n'a été qu'une longue litanie de souffrances et autres brimades, de la part des élèves, et des profs. Et si nombre de ces derniers ont remarqué ma singularité, aucun n'a cherché a valoriser mes potentiels. Seule la critique a eu alors voix au chapitre.

Après cette vie scolaire pavée d'échecs, de solitude et d'isolement, il a fallu construire une vie d'adulte. Dans la différence, et l'incompréhension de ce qui "clochait" chez moi, personne n'ayant pris le temps de m'expliquer les choses.

Et puis mes enfants sont arrivés et ont été diagnostiqués... Grâce à eux, j'ai découvert le pourquoi de mon malaise, et enfin pu me sentir à ma place.

Alors on va dire que tant mieux si les parents de précoces prennent désormais soin de leurs enfants. Ce n'était pas le cas il y ne serait-ce que 25 ans et cette indifférence a causé beaucoup de dégâts chez des personnes qui avaient pourtant le potentiel nécessaire pour "une vie réussie", selon vos propres termes.

La précocité est une réalité neurologique. Vous aurez beau chercher tous les arguments pour prouver le contraire, c'est comme ça.
Alors certes, elle ne se voit pas cette précocité, si ce n'est dans la bizarrerie ou l'originalité des sujets concernés.
Et ça, ça plait pas au prof.
Ce qu'aiment les profs, c'est le "assis, debout, couché"" et le "dis bonjour à la dame". On apprend, on obéit, on travaille. Point.

Je propose qu'on ampute les précoces. Une jambe en moins, un oeil, un bras, au choix.
Comme ça, au moins, le handicap se verra.
Et là, curieusement, on distinguera enfin la compassion dans les regards humides des profs bien-pensants...

Magicienne

C'est assez dingue le nombre de gens qui débarquent ici et se décrétant supérieurement intelligents mais qui sont incapables de comprendre le sens d'un article d'une vingtaine de lignes.......

Guil

@Vanilla : merci de faire un effort de concision. J'avoue je ne lisais plus vos posts qu'en diagonale.
Mais pourquoi vous acharnez vous encore à parler de "vrais surdoués" ?
Aller, un petit lien vers des études qui montrent précisément que les profils hétérogènes sont la "norme" en ce qui concerne les HQI et encore plus les THQI, de manière à enfoncer le clou aux idées reçues ! Vous noterez que le subtest du QIV est précisément le mieux investit par les surdoués et le plus déterminant en "facteur g" comme en QIT.
Vous remarquerez aussi que les tests sont étalonnés en fonction des CSP... Cela dit je ne dis pas que ces tests sont parfaits, on constate en effet un "effet plafond" pour les surdoués, notamment sur le subtest QIV, qui limite parfois l'expression de tout leur potentiel...
http://www.talentdifferent.com/qi-or-not-qi-psychometrie-des-echelles-de-wechsler-1679.html

PS : comment savez-vous que je suis communiste ?

vanilla

@guil, pardon pour l'utilisation des vrais surdoués, sans doute que je n'arrive pas encore suffisamment à éclairer ma petite pensée, mais j'y travaille.

En ce qui concerne votre référence, j'ai lu Jacques Grégoire, ses livres et pas des résumés, etc, qui selon l'axe où l'on se place peuvent faire dire tout et son contraire... Je vous invite à le lire, mais je subodore que vous l'avez déjà fait... Cela dit je ne remets pas en cause ce qu'IL dit et écrit. parce qu'il est beaucoup plus nuancé tout en étant affirmatif sur certains points. Par exemple, lui dit qu'au delà de 5 points d' écarts entre les subtests, on ne pourrait pas calculer une vraie homogénéité...et un QI total, dont "utile", ou du moins un potentiel "réel", ce que j'ai appris parce que je ne l'avais pas compris de cette façon-là...

Moi j'aimerais juste comprendre pourquoi a priori plus le QI est élevé plus l'hétérogénéité serait la norme? Réponses?

Et pourquoi ne pas s'intéresser à ceux, nombreux, parce que majorité, est égale à plus de 51% qui sont TTHQI même ou THQI ou HQI et qui sont homogènes? Moi ça m'intéresse, tout simplement parce que cela pourrait m'aider à aider les hétérogènes dans l'appréhension et la difficulté de gestion de leur haut potentiel. Parce que cartonner, plafonner à l'unique subtest que je nomme "culture générale" (et non pas lié à la culture du sujet bien évidemment ou son milieu..) et se planter dans tous les autres ou être limites, voire légèrement supérieurs, cela ne prouve rien de mon point de vue et surtout "à quoi cela sert"? Quand je lis des parents brandir le QI de leur gamin alors qu'en réalité le petit n'a eu que 132 en verbal, et s'est littéralement planté dans tous les trois autres...on peut se poser des questions, non? Tout comme lorsque je peux lire tous les surdoués qui balancent des infos concernant leur QI....toujours THQI etc, c'est à mourir de rire. J'ai cartonné à 155 sur la WAIS III écrivent ils alors que le QI total homogène ne plafonne qu'à 150.... C'est un simple exemple.
Alors oui, je ne fus pas assez précise dans mes posts et trop vive et brouillonne, mais je vous rejoins sur le fond et oui a priori les surdoués THQI et hétérogènes seraient la norme. Mais pourquoi? C'est un peu comme dire "oui les gens qui fument trop sont en général en moins bonne santé que ceux qui ne fument pas à régime, etc, csp équivalentes..."Il faut s'intéresser au régime de ceux qui sont en bonne santé et qui ne fument pas, plutôt que de répéter que les fumeurs sont en mauvaise santé plusss que les autres... (je ne suis pas très claire je crois, pardon..)

Je n'ai trouvé aucune étude qui s'intéresse aux gamins et adultes, THQI, ou HQI, homogènes, (dans les stricts cadres de la WAIS ou de la WISC (parce que j'ai vu des centaines d'aberrations faites par des psychologues cliniciens, et qui produisaient des HQI, des THQI, même si le QI total n'était pas calculable, etc, etc, bref, mais ça personne n'en parle..ou rarement...bonjour la logique du profit...) bien ou mal dans leur peau d'ailleurs, comparées "aux autres"..
.En quoi sont ils "différents"? Ceux qui sont homogènes et THIQ et pourquoi pas heureux et bien dans leur peau, peuvent certainement nous renseigner et nous apporter des "clefs" pour comprendre le "déficit" si je puis dire, sans péjoration, des autres.

En ce qui concerne votre dernière question, c'est l'oreille ou l'oeil de Moscou qui m'a informé:) Plus sérieusement, on retrouve la même façon de parler discourir prouver étayer, etc chez tous les communistes d'une certaine génération, (et ma famille m'a très tôt baignée dans cet environnement, dialectique,etc...) il y a des exceptions certes, mais disons que c'est flagrant(pour moi) Cela ne me gêne pas cela dit, cela m'intéresse d'ailleurs et j'ai apprécié échanger avec vous. Et puis peut-être qu'après tout vous n'êtes pas un vrai communiste:)))?

Bonne journée et merci pour vos références.

horizon

Chers Vanilla et Giul,
Si vous avez un problème d'égo à traiter, pensez-vous qu'un blog comme celui-ci soit le meilleur cercle ?
Prenez exemple sur les plus brillants poètes: ils parviennent en quelques mots à transmettre émotion et sens profond.
La longueur des développements ne sert qu'à masquer le manque de clarté du raisonnement...
PS: Bravo pour l'article, qui pose à mon sens une question pertinente.

Celine

Je pense que notre evolution va vers un developpement et une exploitation du cerveau humain qui veut qu'au fil des generations les enfants soient de plus en plus intelligents (oui certes, pas tous...) tandis que le systeme educatif se ramollit de plus en plus. Il faut monter la barre seuil du "surdoué" pour eviter cette vague de mauvaise foi.
Je me suis interessée apres conseil de mon medecin a ces histoires d'enfant precoce l'espace d'une semaine (ils ont reussit a embrigader ma mere qui cherche des explications aux cotés.. singuliers de sa fille), et bien pour 2h30 de consultation ce serait 350€ ahah, c'est sur qu'a ce prix là ça vaut le coup de souffler discretement sur l'orgueil des parents pour entretenir les braises de la vanité humaine et nourrir les vautours. C'est la version moderne de l'achat d'un prix de noblesse...

Kalthu

Je suis moi même surdoué et pour différentes raisons en ce moment je fréquente certaines associations autours de ce sujet.
Ce qui est soulevé dans cet article est très pertinent de mon point de vu. En effet le nombre de personnes qui fantasment autours de ce qui est dit à ce sujet empêche de faire passer les vrais message. Je pense au témoignage de cette psy qui reçoit en visite des parents persuadés d'avoir un enfant surdoué. Pour elle il ne l'est pas, mais devant l'assistance des parents elle finit par lui faire passer le Wisc. L'enfant obtient 78 ... La psy explique qu'en effet il va falloir suivre de très prés l'enfant. Les parents au lieu de profiter de cette chance de l'avoir découvert tôt ont annulé toutes les séances suivantes...
Il y a une mode autours de la douance (enfants comme adultes), qui serait une explication à de nombreux troubles...
Cet article est très bien est à le mérite de soulever le problème dans l'autre sens (à l'opposé du problème de la non reconnaissance) et de montrer les défauts d'une mauvaise sur médiatisation. Donc un grand merci !

Clément

@All...
- Bon bon bon... "Diagnostiqué" moi-même, à l'âge de 33 ans, il n'y a pas si longtemps que cela... Je peux vous dire que cela remue...Et très franchement je m'en serais bien passé pour être honnête...

- Le fonctionnement d'un surdoué se base avant tout sur une réalité physique de ses connexions neurologiques. Vérifiables par IRM certes, mais trop couteuse pour que toutes et tous y ait accès. C'est un fait.

- Il ne s'agit pas tant de savoir si tel et tel enfant est surdoué ou non...quoi qu'il soit, il est un enfant... ces besoins sont les mêmes que n'importe quel adulte: il n'a pas décidé d'être là, il a besoin de bienveillance, et non on se fout de la valeur rapportée des échelons hiérarchiques ou intellectuels qu'il atteindra, sa vraie valeur ne résidant absolument pas dans ses possessions (connaissances, bien, jouets, billets de banques, femmes, hommes ou enfants...) .

- Tout individu tend en effet à s'identifier par altérité...comprenons ici par rapport à son environnement, quel que soit l'âge et la sagesse actuelle des anciens me laisse à penser que l'on ferait bien de s'occuper autant de nos vivants que de nos morts... Mandela pourrait en parler longuement!

- Nous vivons dans une société néolibérale ou la valeur de la vie humaine peut se formuler comme suit : (PIB mondial / 7 mia) * Espérance de vie moyenne à la naissance. C'est cela que l'on apprend à nos enfants...c'est cela que l'on a chercher à m'apprendre. Est-ce parce que je suis surdoué que je n'y ai pas cru? Aucune idée, mais l'évidence me pousse effectivement à remettre un tout petit peu les systèmes en questions, même celui qui m'a "diagnostiqué" ;-)

- JE me fous d'être surdoué, je veux juste faire 1. le moins de mal possible 2. essayer de faire le bien 3. vivre 4. survivre...
Pourtant mon profil est clairement et particulièrement hétérogènes, les conditions de passations étaient mauvaises et l'effondrement des résultats à mes subtests est précisément liés à des effondrements capacitifs par inhibition et résignation. Là ou cela devient vraiment plus parlant, mais les méta-analyses manquent encore aujourd'hui, c'est qu'en comparant l'individu à sa propre moyenne dans les notes individuelles des subtests renseigne beaucoup plus sur ses "blocages"... que tout enfant a...à des degré divers... Tout comme l"intelligence".

- Les WISC IV et WAIS IV, conscient que la "norme" en matière de surdouance tendait à être l’hétérogénéité ( rappelons que la norme n'est ici définie que par l’occurrence systématique d'une variable dans 68.2 % des cas), ont élaborer un IAG ou indice d'aptitude générale. Celui-ci sera systématiquement plus élevé que le QIT dans le cas de la surdouance, quelques soient les effondrement aux indices.

AIMEZ, AIMEZ et AIMEZ... cessons d'avoir peur les uns des autres...

Je citerai Reiner Maria Rilke pour finir
Les oeuvres d'art (ici les enfants ;-) ) sont d'une infinie solitude ;
rien n'est pire que la critique pour les aborder.
Seul l'amour peut les saisir, les garder, être juste envers elles.

un jeune homme

Cet article est une vaste blague... Si seulement on parvenait à sortir des tabous et des clichés proliférant par l'intermédiaire de personnes refusant de se remettre en question.

Bref, un article puéril exposant une certaine jalousie envers des enfants, qui, la plupart du temps sont en détresse et cherchent à être compris et reconnus à leur juste valeure.

ANNITA

Il est vrai que le sujet des 'enfants précoces" est traité a la TV de façon totalement contestable. Beaucoup d'enfants agités, ou avec des difficultés, avec un comportement parfois assez "autistique" , difficultés de communication, de déplacement, suggèrent , SI ON REGARDE LE NOMBRE DE VACCINS RECUS PAR CES ENFANTS, plutot des enfants ABIMES PAR LES VACCINS;

C 'est flagrant. Je comprends que les maitresses d'ecole en aient marre de ces parents qui mettent tout sur le compte de la "supposée PRECOCITE". Tout le monde veut avoir un enfant précoce, et les vrais précoces, les parents n'en parlent meme pas.

Tous ces enfants qui souffrent, ne souffrent pas à cause d'une supposée PRECOCITE, mais sont des ABIMES DES VACCINS, le cerveau a souffert.

IL FAUT S INFORMER; ET CESSER CES VACCINS INUTILES QUI CAUSENT DES ENCEPHALITES PAS BENIGNES;

Leona

@ ANNITA : je trouve votre commentaire très étrange...
"Tout le monde veut avoir un enfant précoce" ? NON, justement pas ! Et je ne vois pas ce que les vaccins viennent faire là-dedans...

Pauline P.

Bonjour,

Je souhaite donner le témoignage d'une maman incomprise. A force de cataloguer les enfants dans des cases, on en oublie de tenir compte de leurs spécificités propres et on laisse les parents se débrouiller parfois tous seuls. Je me doute que ce ne doit pas être facile mais les écoles sont un peu démissionnaires.

Mon 1er enfant a tout assimilé très vite et n'a eu aucun souci à l'école. Du coup, nous n'étions pas préparés à affronter un 2ème enfant très différent (ils ont pas mal d'écart d'âge).

Dessin, pâte à modeler, identifier des formes, rien ne l'intéressait. A 4 ans, il ne tente toujours pas dessiner un bonhomme avec un rond pour la tête et deux bâtons pour le corps et les bras. L'école alertée très tôt avec demande de voir la psychologue scolaire n'a pas réagi (pas encore en tout as). Heureusement, il a une maîtresse très sympathique qu'il aime beaucoup même s'il ne l'écoute pas.

Nous devons gérer seuls la particularité de notre fils et l'aider à grandir à son rythme avec un suivi par des thérapeutes privés afin qu'il ne développe pas de stress d'être avec des enfants aimant des choses différentes car il a ses centres d'intérêt. A à peine 1 an, il parlait à peine qu'il s'intéressait aux poissons (vie océanique) et aux avions. A 18 mois, il pouvait rester une heure devant des documentaires sur la vie des baleines et autres cétacés et connaissait leurs noms. A 2 ans, il a commencé à réclamer des livres sur les avions et en a maintenant (à 4 ans) une collection qui ne déplairait pas un élève de l’École Nationale d'Aviation Civile.

Nous avons cru qu'il était autiste mais des tests ont montré que non, il communique bien, cherche le contacts, aime les câlins et avoir des copains. Mais il évolue différemment et après des nuits d'insomnie et des crises de larmes, je me suis faite une raison et je le fais suivre en parallèle de l'école (qu'il fréquente toujours). Mon fils n'est pas précoce mais il est différent et je trouve anormal qu'on soit peu accompagné dans ces démarches.

Bien à vous

Pauline P.

Virginie

Pour avoir vécu la situation personnellement il y a plus de 40 ans, je peux comparer ce qui se passe actuellement avec les réponses apportées à mon époque.

J'étais intellectuellement très précoce dans le domaine du langage, de la lecture, et des raisonnements logiques... Malheureusement, la très grande majorité des enseignantes durant ma scolarité a adopté une attitude hostile ou, au mieux, indifférente à mon égard. J'ai subit rejet et harcèlement de la part de mes petits camarades qui se moquaient de moi qui "parlait comme un livre". Même mes parents estimaient qu'ils devaient se consacrer à mes frères et soeurs, moins bien lotis intellectuellement, de manière à rétablir la justice (et une fille, plus intelligente qu'un garçon, anormal).

A la suite des réactions des institutrices du style "toi tais toi, laisse parler les autres" ou m'ignorant une année entière en refusant de m'interroger, j'ai fini par comprendre que je ne devais pas me faire remarquer si je ne voulais pas attirer la méchanceté. J'ai donc suivi une scolarité silencieuse et sans plus jamais essayer de participer à la vie scolaire, en lisant toute la journée n'importe quel bouquin que je pouvais dégoter y compris les étiquettes et mode d'emploi. J'ai réussi à terminer mes études puisque je comprends rapidement, en absorbant le minimum nécessaire 1 semaine avant mes examens universitaires et même pas du tout pour le bacc. Je suis quand même arrivée à finir un doctorat en sciences et à poursuivre une carrière en recherche.

Aujourd'hui, il semblerait que je m'en sois effectivement finalement bien sortie. Ce n'est pas le cas. J'ai un sentiment de gâchis et d'échec total, dépression continuelle et isolement. Je suis incapable d'exploiter mes capacités y compris intellectuelles et le rejet subi enfant de la part de mon entourage a laissé des traces difficiles à surmonter. Quand on est petit, la maîtresse est un être supérieur et parfait à l'instar des parents. Si ces personnes ne vous valorisent jamais, c'est terriblement blessant et détruit toute confiance en soi. Le message que j'ai reçu est "c'est mal de savoir, de comprendre et de demander". Un cerveau efficient ne conduit donc pas nécessairement à une vie harmonieuse, utile et heureuse.

Conclusion: même si la détection des profils à haut potentiel conduit à des dérives évidentes du coté des parents qui s'imaginent tous avoir pondu un oeuf d'or, je trouve qu'elle a au moins le mérite d'exister et de donner des outils qui progressent en rationnalité (même si cerveau de scientifique a beaucoup a critiquer sur ce point), susceptibles d'aider l'entourage à comprendre et gérer ces enfants....

Il faut de la part des enseignants une ouverture d'esprit et de coeur supérieure pour accepter d'enseigner et de valoriser des enfants plus intelligents qu'eux. J'en ai rencontré dans ma vie scolaire une très infime minorité capable de prendre ce recul sur leur profession et sur eux-mêmes. Il en est de même aujourd'hui.

Mais l'attention portée à ces problèmes à travers circulaires et informations sur ces profils permet au moins d'alerter ceux qui sont disposés à se remettre en question.

Virginie

kuroneko02

je dois avouer qu'en tant qu'enfant surdoué (j'ai fait le VRAI test), je trouve ça assez drôle et assez étrange qu'aujourd'hui nous soyons devenus une excuse pour les parents afin de placer leurs enfants au sommet malgré leur apparents défauts à l'école. Effectivement c'est une excuse pour tout aujourd'hui... "Mon enfant mange de la craie ? Il doit être surdoué et en a compris les bienfaits..." Notre société actuelle et beaucoup de parents font la course au meilleur et veulent que leurs enfants le soient, en pensant que surdoué ne veut que dire "intelligence supérieure" et je trouve ça dommage car les surdoués sont devenus comme une banalité sociale, une excuse qu'on sort à tout va dès qu'on en a l'occasion alors que nous ne sommes pas que ça, certains surdoués sont en échec scolaire, d'autres réussissent sans que ça n'ait aucun rapport avec la précocité puisque , après tout, certains enfants non-précoces réussissent très bien...

pichot

J'ai 2 HP 9 ans et 11 ans testées parce que la 1er a eu une maitresse qui voyait qu'elle n'était pas comme les autres , l'ayant prise en grippe entrainant par la même occasion une phobie scolaire chez mon ainée :Bravo l'éducation nationale pour Ne pas VOIR et Ne pas comprendre ces enfants!!!
La 2 ème testée car maitresse ignorante sur le sujet , m'apostrophant devant tout le monde en disant que ma fille (Grande section de maternelle était TROp introvertie...) Evidemment quand on voit les cas sociaux ne respectant pas la politesse , ma fille faisait tâche, car elle se taisait quand la prof parlait ect...constat minable de ces profs qui savent plus que les autres et qui cassent les élèves sortant du lot....
J'ai acheté tous les livres sur le sujet .
Il faut des ouvrages élargissant nos connaissances car pour en attendre de la part de l'éducation nationale , , ce sera quand les poules auront des dents....Les tests peuvent être demandés par les profs Pourquoi dénigrer un état de fait...???Rabaisser le caquet à ses parents qui surestiment leur rejetons, s'ils ne sont pas HP Ok mais Nier le fait que des enfants sont effectivement HP , là je trouve cela regrettable au sein même de l'éducation nationale.

Sousdoué

Ça me fait rire toutes ces histoires pour une question de "surdoué".
OUI les Haut Quotients Intellectuel.
Non ils n'ont pas forcement 3 ans d'avance mais plutôt 2 ans de retard si non détectés.
Il y a environ 5% de HQI cad 1 par classe. Les enseignants/parents qui n'y prêtent pas attention risque de ruiner la vie de ces êtres plus faibles que la moyenne sur le plan émotionnel s'ils ne sont pas détectés a temps.
Ce genre d'articles montrent bien à quel points personnes ne se rend compte de la douleur dans laquelle vivent ces personnes incomprises, et encore une fois ça prouve que l’être humain MOYEN voir MEDICOCRE n'est pas prêt à se remettre en question et encore moins aider celui qui plus tard pourra lui être le plus utile.

Gabrielle Fric

Bonjour, je regrette cette désinformation de la part d'un ras le bol de professeurs des écoles qui ont des centaines d'heures en moins qu'il y a 50 ans littéralement et d'un programme qui est comme uen peau de chagrin. J'ai 2 filles précoces: une qui n'a aucune notion d'implicite et qui par conséquent ne regarde pas les gens en face parce qu'elle doit regarder ailleurs pour réfléchir, et l'autre qui a des scores encore meilleurs mais une certaine dyspraxie. Ce sont des filles, elles sont dans la portions des 30% d'enfants précoces, sur les 1 à 2% qu'ils représentent. Alors elles ne sont aps représentatives de la population. Mais qu'est-ce qu'on souffre à la maison à cause des professeurs des écoles, qui ne veulent surtout pas recevoir le parent, qui de manière arbitraire juste pour leur ras le bol les mettent au fond toute l'année (entre le 3ème et le 4ème rang) bien sur les côtés, où avec leur problème elles ne comprennent rien et nosu avons des heures de travail à la maison pour tout rattraper et après ces même professeur vosu disent "j'ai 30 élèves, j'en ai des ceci cela..." Oui, comme tout le monde, moi aussi le travail est dur et quand j'ai des inimitiés c'est mon professionnalisme qui prend le dessus. Je n'ai jamais vu ma mère laisser tomber un élève mais eux on leur demande s'ils aiment les enfants plutôt que s'ils ont envie de travailler à aider chaque personne de la future population à s'élever, à comprendre et connaître mieux parce que la connaissance engendre la tolérance et plus de paix. mais non, là il n'y a que du mépris dans ces propos, du mépris pour les enfants parce qu'on refuse de les voir autrement et du mépris pour les parents (qui payent votre salaire quand même, ce sont nos impôts qui payent votre salaire, vous n'en payer que 18% avec vos impôts) Il ya même un reproche direct à l'employeur, à l'éducation nationale. DOnc vous professeur des écoles vous savez mieux que tout le monde?
Mais chacun d'entre nous qui travaille, respecte son client, ceux avec qui ils travaillent, ceux qui viennent le voir pour dire ça ne va, les souhaits de son employeur et aujourd'hui plus que jamais se remet en question presque chaque jour. Et vous venez pour nous dire en vous pensant dans votre bon droit qu'on vous laisse faire comme vous pensez parce que vous savez mieux? Apparemment personne ne le croit. Alors oui, il y a une pression, comme tout le monde, et si l'éducation met une circulaire et qu'il y a donc bien une demande structurée et claire d'un changement, il serait bon que vous le mettiez en oeuvre en prenant au sérieux le devoir de communiquer aux parents ce que vous faites pour cela. Et si certains éléments sont trop turbulents et certains parents ont de fausses idées alors ayez la rigueur de les envoyer vers les psychologues scolaires et les personnes qui font les tests. C'est vrai c'est cher, nous les avons fait, mais vous n'avez de respect pour rien, aucun professionnel en dehors de vous même professeurs des écoles et votre idée. Enfin, Pardon pour tous ceux et celles qui comme mère passent tant de temps pour essayer d'aider tout le monde, hélas et c'est certainement dur pour vous pendant que vous travaillez d'autres méprisent et râlent et ignore des réalités.
Il ets bon d'envoyer les parents vers des professionnels pour clarifier les situations. Si vraiment ils pensent leur enfant précoce ou hyperactif ou autre, alors il est essentiel qu'ils fassent les démarches nécessaire parce qu'on ne peut pas dire "ah le pauvre" Mes filles souffrent et pourtant malgré toutes les humiliations et vexations qu'elles subissent ce ne sont pas elles qui empêchent les cours! Je dirais que la première chose à changer c'est votre comportement, vous mettez de l'ordre dans votre classe, Si vous n'aimez pas certaine personne ce n'est aps un problème vous êtes là pour enseigner et faire progresser pas aimer.

Fris

Je n'aimerai pas que mes deux filles qui sont THQI ( + de 145 test chez un psychologue) soient dans la classe de cette maîtresse.

Cette maîtresse pense connaître son métier donc sait quoi faire avec des "vrai" surdoués. Mais vu le texte je pense qu'elle ne comprends pas le fonctionnement d'un HQI.

Chaque année je viens voir leurs maîtresses avec un texte qui informe sur le fonctionnement des hqi. Pour l'instant j'ai plutôt été bien reçu. Etant THQI, il est plus facile pour moi de leur expliquer ce mode de fonctionnement ( avec une vision de l'intérieur).

Le terme précoce n'est qu'un terme politiquement correct, car la "précocité" ne s'arrête pas a l'âge adulte, cela en dit long sur l'acceptation de cette différence.

Valériane

Je m'étonne que tant de commentaires soient très éloignés du sens de ce billet.
Ces instits ne remettent pas en cause l'existence d'enfants à haut ou très haut potentiel, mais le fait que nombre de parents s'en servent comme alibi pour justifier le comportement ou les résultats de leur enfant.

Elisa1975

Bonjour,

Je comprend bien ce que cette maitresse dit, mais pour avoir un enfant précoce qui aujourd'hui à 13 ans, qui est en échec scolaire, car depuis qu'il est en 6ème, on lui expliqué "qu'il n'était bon à rien et qu'il ne ferait rien de ça vie", et que l'on m'a répondu "Mais madame l'éducation nationale ne sait pas gerer ces enfants" !!!! Alors moi je vous pose une question : Je fais quoi avec mon enfant qui est en situation de souffrance et qu'on va me dire qu'il va devoir allez se réorienter dans un metier qu'il ne veut pas faire .... Je pense qu'au même titre que les enfants qui ont des difficultés on devrait aider les enfants qui ont des capacités. Avoir un enfant précoce est une lutte au quotidien car ils sont hypersensibles et mal dans leur peau. J'ai demandé de l'aide mais sans vain....

Irmhilde

Bonjour,

J'aimerais apporter quelques notions qui me sont venues à l'esprit en parcourant l'article et les nombreuses réaction qu'il a suscité.

Un des point qui me manque dans ces discutions est l'idée pour moi fondamentale qu'être "surdoué" n'est pas être -quantitativement- plus intelligent mais utiliser un mode de cognition -qualitativement- différent. Le tests de QI sont un outil qui permet entre autres d'apprécier ces particularités quand ils sont correctement administrés.

Ensuite, après la lecture du livre "les surdoués ordinaires " aux ed. PUF, qui me parait faire l'état des lieux des études scientifiques réalisées à ce jours sur le sujet, on peux se rendre compte que les connaissances sur le sujets en sont vraiment à leurs débuts, et les incertitudes et interrogations restes très nombreuses (comme le montre les long échanges entre vanilla et guill... )

Cependant je pense qu'il ne faut pas non plus négligé les intuitions et les observations de terrains. Bien sûr ce sont des faits à vérifier scientifiquement, à approuver ou désapprouver.

Mais simplement en ayant conscience des différences entre une pensé linéaire et une pensé en arborescence et leurs effets, je repère assez facilement dans mon entourage des personnes, profs, cousins, amis... qui (me parait-il) utilise l'arborescence, qui raisonne différemment de la masse (consciemment ou non d'ailleurs). Je ne prétend pas diagnostiquer des surdoués, ce n'est pas dans mes compétence ni mon rôle. Simplement je pense, et surtout je le constate dans ma vie de tout les jours, mais intuitivement et par observation il est possible de détecter beaucoup plus de chose que ce que le science dans son état actuel peut diagnostiquer et affirmer. C'est d'ailleurs, il me semble, ce qu'il se passe avec les profils hétérogènes, finalement (à mon sens) les tests stricts échouent à catégoriser clairement ces profils et c'est bien là que le (neuro)psychologue intervient, avec sa sensibilité, ses observations et intuitions pour apporter ce qui manque au protocole scientifique strict : un peu d'humain peut être ?

Pour moi les longs débats sur les profils hétérogènes ou homogènes, les "vrai" ou "faux", le chiffre à partir duquel l'on est ou non ... sont stériles au niveau de l'individu et de son parcours, son développement, bref : sa vie. Par contre ils sont utiles pour l'avancement scientifique et permettrons probablement un jours de mettre en place des protocoles de confiance.

En ce moment mes principales interrogations concernent l'idée que la transition entre "non-surdoué" et "surdoué" peut être continue.
Autrement dit, trivialement, ont pourrait s'amuser à classer de "un petit peu surdoué sur les bord" à "vraiment très surdoué", ce qui rend un peu complexe de poser un diagnostique binaire "surdoué/non surdoué".
Pourrait-on parler, comme pour l'autisme, de "spectre de surdouance" (en parallèle avec l’idée de "spectre autistique") ?

Je ne sais pas, mais si quelqu'un à des idées, ou des écrits sur le sujet, je suis preneuse =)


Pour finir, je suis très irrité par cet article car comme on le vois dans les commentaires et les témoignages, les a priori négatifs sur le sujet sont pléthores et le combat pour trouver sa place au milieu de cela n'est pas des plus simple. Se voir expliquer (même indirectement) qu'il faudrait arrêter de se penser supérieur aux autres, alors que l'on souffre intimement d'un profond manque d'estime de soi (au bout de 20 ans à constater qu'on fonctionne différemment de la masse, inévitablement on finit par se demander si tout simplement ce ne serait pas juste que l'on fonctionne mal, en fait si c'était qu'un on est juste un peu bête, ça expliquerait tellement de chose...). Les commentaires désobligeants envers le blog des "tribulations d'un petit zèbre" me choquent.
En bref, c'est un thème sensible car très mal connu et blindés de fausses idées. Voir ces à priori véhiculé sans prendre de pincette et voir tout le monde s'engouffrer dans la brèche est assez douloureux.


Je précise également que j'utilise ici le terme "surdoué" vraiment et uniquement dans le sens d'un mode de cognition différent, qui selon les individus s'exprime différemment, mais qui, je pense, fait profondément parti de la personnalité d'un individu, et je ne pense pas qu'on puisse réellement perdre ou changer profondément cela, on peut s'adapter, s'arranger, mieux se connaître et mieux se contrôler, et même apprendre à utiliser des nouvelles solutions (la plasticité cérébrale est ton amies), mais ce que l'ont fait intuitivement, automatiquement et sans effort d'adaptation... Chasser le naturel et il revient au galop ! =)

Pedone

Jeune professeur, je suis très intéressée par cet article ainsi que par les récations qu'il engendre.
Je le trouve très pertinent, car il met bien en valeur l'écart qu'il y a entre l'image parfois sublimée que peuvent avoir les parents sur leur enfant et la réalité de ce qui se vit dans une classe: le terrain.
On voit de plus en plus d'enfants hyperactifs, qui s'ennuient ou qui n'arrivent pas à se concentrer.
Il y a sans doute beaucoup de causes à cela: la matière elle-même, la multiplication des écrans qui détériorent les capacités de concentration, le manque de soutien des parents dans le travail, le caractère...

Quel parent ne pense pas que son enfant est unique au monde? C'est tout naturel.
Mais si les parents avaient davantage confiance dans les enseignants, ils ne feraient pas reposer sur ces derniers une incompréhension ou une incapacité à "gérer" l'élève.
Malheureusement c'est aussi souvent signe d'une carence d'éducation à la maison (respect de l'autorité...).

Pour les enfants surdoués, il est très important, de fait, de former les éducateurs.
Cependant, pour accepter que les parents affirment que leur enfant est surdoué, ils n'ont qu'à faire tester leur enfant.

Je remercie l'institutrice qui a écrit cet article car il fait écho à une réaction sociétale et générale des parents vis à vis de l'école, et qui met en question la fragile confiance qui est accordée aux enseignants aujourd'hui.

Sany Meï

il suffit simplement d'aller dans un cabinet de (bons)psy ou neuropsy, et de faire le bilan qui éclaire.
perso jamais ça ne me serait venu à l'esprit (deja que mes enfants soient surdoués, avant...et moi même donc!) de dire une chose pareille sans vraie preuve concrète! alors le souçis reste que les parents doivent aller voir un pro, si ils ont des doutes, point! et les instits aux ont des outils ensuite avec le CR qui donne parfois de bonnes infos sur le fonctionnement cognitif de l'enfant.(sans donner de chiffre non plus, inutile, les instits ou autres n'en ont pas l'usage et interprètent sans savoir.).
la réalité c'est aussi ça, les enfants d'aujourd'hui sont très différents de ceux d'avant..et la neurodiversité est dans toutes les écoles, les classes, oui, des pttis hyper, tda, autistes de tout degrés, et surdoués (et parfois tout ça mélangé!) sont légion aujourd'hui....c'est pas une folie des parents mais un fait.(et encore en France on cache, on tait, on aime pas, ça oblige à tout changer......)
ici même on es une belle fratrie atypique...(moi même asperger, surdouée, (diag à 34 ans!)enfants autistes asperger, TDA, surdoués...à des degrés divers) et par le biais de assos on en rencontre pleins.bien plus que les livres ou les pseudos pros n'en soupçonnent.
heureusement avec quelques livres en cours ça va changer, (un peu..) et nous faisons de notre mieux pour tenter d'expliquer ( via articles, documentaires, conférence..le chemin est très long.)
bref. il faut orienter les parents vers les bons professionnels, actuels dans leurs connaissances, et avoir de nouvelles pistes d'apprentissage pour le enfants d'aujourd'hui.et travailler ensemble, avec les instits, profs etc...(un rêve.tant certains professionnels de l'éducation restent accrochés à des repères qui n'existent plus.)
esperons pour nos enfants que ça ira...qu'enfin les choses iront dans le bon sens.


gol

C'est à cause de gens comme ces deux instits (et aussi ceux qui imaginent leur gosse hp alors que ce n'est pas le cas, je vous le concède) que d'autres gens, d'abord enfants, puis adultes hein donc, vivent l'enfer au quotidien, et pour toujours.
Bref, un article génialissime.

JPHM

Dans une époque où le nivellement par le bas domine, et particulièrement dans les pratiques scolaires, quoi de plus étonnant que de constater l'apparition "soudaine" d'une masse d’enfants surdoués !

Il y a en effet des enfants réellement et sans aucun doute hyper-intelligents, généralement un peu rejetés, et/ou un peu "autistes", qui s'intègrent sans heurts à la société s'ils ont une intelligence adaptative, ou qui au contraire connaissent les pires difficultés sans amis ou sans aide professionnelle.

Mais on peut facilement noter deux autres cas "généraux" d'enfants dits "surdoués" aujourd'hui :
- l'enfant issu d'un milieu bien éduqué, doté de bonnes connaissances générales mais qui "s'ennuie", ou est de mauvaise volonté, disons-le.
- l'enfant issu d'un milieu moins lettré mais néanmoins intelligent et curieux, peut-être mal orienté, donc qui "s'ennuie", et dont les parents ne savent pas forcément s'occuper.

Ces enfants sont tout simplement dans la moyenne, mais connaissent des difficultés, volontaires ou non. Pour rassurer les parents, et/ou même pour masquer l'incompétence de certains enseignants, on préfère parler d'individus "HP".

Pour certaines associations comme Douance.be en Belgique (voir par ex. Le Soir du 16-12-14), "la plupart" des politiciens ou des artistes sont "HP", ainsi que les grands empathiques ou les gens qui gèrent difficilement leurs émotions... SANS BLAGUE ?? Qui sont ces experts de la "douance" ? Conclure du particulier au général sur une simple entrevue (cfr. reportage de Questions à la une), est-ce vraiment sérieux ? On parle de cerveau gauche et de cerveau droit, mais sur quelles bases réellement scientifiques se repose-t-on ?

Exemple superficiel mais néanmoins symptomatique : première phrase du site surdouement.fr : "Le surdouement est on peut dire la forme pathologique de la douance mal vécu car trop souvent non détecté et non accepté". Trois fautes d'orthographe... BRAVO !

Placer la limite de distinction des individus "HP" à 125 de QI (en mélangeant parfois allègrement les niveaux), lire que ceci ne représente que 2,5% de la population française, et entendre parler de surdoués, tout ceci n'a aucun sens. Il faudrait tout de même éclaircir les termes. Dans un sens "courant", la moitié de la population est probablement dotée d'un potentiel suffisamment élevé pour accéder à toutes les fonctions. Quant à l'équilibre émotionnel... les difficultés concernent tout le monde.

Je pense franchement qu'une bonne partie de praticiens de la santé mentale, légitimes ou non, profitent d'un très grand nombre de personnes démunies socialement et émotionnellement. Quoi de nouveau sous le ciel des spécialistes ? Volonté de se faire de l'argent ou de la notoriété, sans doute.

Volonté de niveler encore plus par le bas ? Certainement. L'apparition d'un nombre toujours plus élevé de surdoués est selon moi une volonté malheureuse de masquer le manque d'exigences dominant aujourd'hui un très grand nombre d'établissements scolaires. Les comportements de la génération ultra-connectée et les problèmes coutumiers du vivre-ensemble ne sont sans doute pas étrangers non plus à ces abus de diagnostics "HP"...

JPHM

J'ai posté un commentaire à cet article le w-end dernier, pouvez-vous l'approuver, ou non ?

Merci,

Cordialement,

JPHM

Flo

Ce que je trouve très triste avec cet article c'est qu'il reflète exactement mon quotidien... J'ai été l'an dernier avec ma fille aînée 8 ans, un an d'avance THQI homogène face à une Maitresse qui avait exactement la même lecture que ces dames de l'article.... Sauf que ma fille est vraiment THQI, sauf que non entendue elle en est arrivée à ne plus manger, ne plus dormir puis nous dire qu'elle ne voulait plus exister... De janvier à avril alors que chaque semaine j'essayais d'alerter la Maitresse d'abord verbalement, puis par écrit, puis par le référent eip, puis par une équipe pédagogique... Sans succès, parce que la maitresse savait que les enfants précoces ce n'est pas comme ma fille.... Nous sommes allés jusqu'à la déscolarisation avec le soutien du médecin traitant. Cette année après un déménagement elle va bien! Donc oui je trouve cet article très dangereux car il cautionne l'attitude de la Maitresse de l'an dernier. Cette année c'est la Maitresse de ce1 de ma deuxième qui m'explique que comme elle ne va pas assez vite, elle va sans doute perdre son année d'avance car elle n'est pas capable... Je fais quoi? Elle a refusé de regarder avec moi le livret eduscol... Parce que tout les parents le montrent et que tout les enfants sont des pseudos précoces... Sauf que la deuxième à un an d'avance et est THQI homogène.... Ce genre d'article est un poids de plus à traîner dans l'échange avec le corps enseignant, un obstacle de plus à franchir.... Et pourtant j'ai de vrais enfants HPI avec de vraies difficultés!! Je ne vous dit pas merci

Amédée

Merci pour cette article ! Car si je rejoins certains commentateurs en disant qu'en effet les prise en compte du diagnostic par le système scolaire n'est pas bon et participe de ce bon tiers d'enfants ou adultes surdoués en échec. J'ai également conscience de ce que cette mode pèse et contribue à instaurer (même chez les surdoués) des tensions imbéciles et minables. La mode de nos jours est à l'auto-diagnostic, on lit un bouquin, on parle avec quelqu'un et BIM ! On est surdoué ! Non.

Valider un diagnostic nécessite de passer plusieurs rendez-vous avec un spécialiste, il analysera alors votre attitudes, vos comportements et après vous avoir fait un test Wechsler validera ou infirmera votre auto-diagnostic en fonction des résultats (pondérés ou non par le stress qu'il aura pu observer) du test et des résultats de son analyse comportementale. C'est un test qui n'existe que chez un psychologue ou psychiatre, pas sur internet et seulement 2% de la population peut être surdoué. 2%, c'est le principe même de la courbe de Gauss, le test est fait de tel manière qu'il permet justement de trier. Aujourd'hui, en effet, on se retrouve dans des classes où 15 enfants sur 30 sont prétendus surdoués par leurs parents qui - souvent - refusent de faire passer des tests par peur de les "déstabiliser", c'est terriblement alertant... Et ils n'auront rien à reprocher aux professeurs qui leur diront "sur 50 élèves de l'école, je suis censé avoir 1 surdoué, pas 25" et qui refuseront d'utiliser le B.O. sans test et sans diagnostic psy. On ne joue pas avec la douance, c'est un sujet sérieux et en noyant les vrais précoces, ceux qu'on ne voit pas toujours, derrière cette mode, probablement sommes-nous en train d'en perdre quelques uns. C'est dommage.

Amédée

"Cet article"* pas cette...

sam

Je viens de lire cet article et je suis choquée.... Mère d'un enfant précoce et hyperactif, moi-même précoce et non détectée à l'époque, je propose que vous écriviez également un article sur l'exaspération des parents face à des enseignants qui vous répondent "ah oui c'est le dernier truc à la mode" lorsque vous leur dites que votre enfant est précoce et/ou qu'il est hyperactif... J'ai eu droit à cette réflexion de la part de 2 enseignantes différentes (GSM et CM1) à chaque fois que j'ai soupçonné les 2 diagnostics (précocité en GSM et TDAH en CM1) et j'avais raison à chaque fois (bilans QI et TDAH positifs). Même si je peux comprendre que ça peut être énervant pour un enseignant que beaucoup de parents s'inventent ce genre de diagnostics pour expliquer les problèmes de comportement/résultats scolaires de leur enfant, les enseignants devraient moduler leur propos car parfois ils vont tomber sur des cas avérés et ce sont ces enfants et leurs parents qui vont pâtir de cette attitude.... C'est très blessant en tant que parent parce qu'on a l'impression que l'enseignant ne s'intéresse pas à la souffrance de son enfant. Et heureusement que nous avons aujourd'hui accès à internet et à ces émissions TV dont vous parler car sinon beaucoup d'entre nous serions passés à côté de ces enfants en souffrance. Alors désolée si certains enseignants sont "agacés" de cette couverture médiatique mais pour être franche, je préfère qu'il y ait des centaines d'enseignants agacés que des centaines d'enfants précoces "gâchés" et en souffrance à cause d'enseignants qui jugent les parents sans même se poser la question si cette fois-ci, le parent n'a pas raison !!! Je sais que les enseignants de l'Education Nationale sont très mal formés à détecter ces enfants-là et surtout à les gérer, mais si ils étaient bienveillants (ce qui n'est pas malheureusement le cas de tous), ils prendraient 1 heure ou 2 sur leurs nombreuses vacances pour aller à des conférences, regarder des émissions ou surfer sur des sites internet d'associations et se renseigneraient par eux-même sur les différents "symptômes" de ces enfants-là.....

Reinald

Mal heureusement tous les profs ne sont pas surdoué, il y a même de mauvais prof. Mal heureusement le prof lambda qui applique la loi et le programme n'est pas là pour découvrirez le trésor qu'est l'enfant. L'état, la société, l'école, l'entreprise, n'aime pas la difference, n'aime pas être remis en cause.
L'enfant doit apprendre mais ne pas trop réfléchir. Un état, une société ne veux pas cree des anarchiste ( cf La Définition réel de l'anarchie )
Dans l'entreprise un bon lèche cul qui c par cœur appliquer les règle du business, s'auras toujours aussi rabaisser le nouveux trop intelligent ( celui même qui pourais cree de nouveaux profit ). On protège sônt poste sônt près carré c partout comme ça ( presque partout.. Car autre temps autre géographie)
Ne pas remettre en cause la politique d'éducation de nos enfants en France c être sous douée
Et pardon pour l'hothogaphe. Un psy de l'école m'a dit a 7 ans que j'avais trop bien appris la méthode d'enseignement à l'école et que ct donc pour cela que........... CQFD

Dimitri 974

Le véritable surdoué est celui qui se sent plutôt soudoué si je puis le dire ainsi, celui qui se sentira toujours à l'ouest, déconnecté de la réalité et qui indubitablement n'a pas d'autres choix de se faire à l'idée d'être si seul et ce même si on est entouré. Cette souffrance est notre armure dans un monde qui ne nous comprend et a fortiori que nous ne comprenons pas fût-ce très clair pour nous dans la mesure où la connaissance de celui-ci nous éclaire sur l'abysse qui nous sépare de ceux qui nous entourent. D'abord, on pense être fou de militer pour une vision d'une société où la conquête du bonheur par la reconnaissance de chacun en fonction de ce qu'il est et non de ce qu'il représente : c'est là l'opposition de l'être et du paraître chère à Platon dont l'objectif est d'encourager ceux qui le veulent à chercher la vérité dans la connaissance offerte à tous ceux qui sont curieux et qui ne veulent pas se contenter des beaux discours des sophistes dont les enseignants de France sont de plus en plus des adeptes dans la mesure où on constate une progression du nombre de "profs" plus inquiets pour leurs avenirs d'où le choix de la sécurité de l'emploi au détriment de la construction de l'enfant comme citoyen. Il est vrai que désormais l'objectif n'est plus de préparer des citoyens mais des consommateurs... et là peu importe le compétence ou non compétence des enseignants, le but étant de créer une nouvelle catégorie de pseudo citoyen dont l'objectif est de jouir directement des plaisirs de la vie sans regarder plus loin en désirant la vie en elle même à savoir la construction d'un nouveau Contrat Social orienté sur l'homme et non sur la communauté d'hommes ie la cité qui ne vise qu'à éradiquer - par un renforcement des isolements - ceux qui sortent du cadre et par là entendez les hors cadres qui étaient en mesure de proposer des solutions originales et innovantes. Je pense à Socrate, Platon, Rousseau mais aussi étonnement, pas tant que ça au fond, certains politiques comme Napoléon 1er et de Gaulle ; et j'en oublie bien sûr : tous ont en commun une grande lucidité de voir ce qui ne peut être vu par la "norme" (ce n'est pas un gros mot, usage faute de mieux) les dangers de certaines postures et idées comme la rhétorique, la démocratie, celle ci n'étant possible et imaginable dans un monde où l'inégalité n'existerait pas. Ce n'est d'ailleurs pas un secrétariat d'état à l'égalité réelle qui changera la donne. L'inégalité existe et il faut avoir la lucidité de l'accepter et bien qu'on puisse la réduire l'efficacité d'une telle action n'a de sens que si les destinataires sont encore conscients d'avoir encore en commun un socle commun de valeurs avec ceux qui ont eu plus de chances... pour ma part j'en doute : la société n'est plus unifiée car il y a une absence de volonté de tendre à cette unification telle voulue par les pères fondateurs de la DDHC de 1789 de la reconnaissance de l'homme et du citoyen et de la nécessaire limite imposée à l'élan libéral qui dans son acception anglosaxonne doit s'affranchir de toute contrainte et frontière. Or, choix a été fait en France de promouvoir une conception française d'un "libéralisme rationalisé" (concept inventé par l'auteur de ce post) à l'instar plus tard du concept d'un parlementarisme rationnalisé lors du discours de Bayeux de 1946 par de Gaulle. Bref, vous l'aurez compris nos malheurs dans cette société ont une explication nul besoin de théories conspirationnistes pour arriver à ce diagnostic. Il reste que les enseignants et croyez le bien je ne suis pas subjectif lorsqu'il s'agit de condamner leurs attitudes (ils sont le fruit même d'une société qui dans son essence repose sur un mensonge adressé et soutenu par le demos dont les aspirations profondes sont instrumentalisées pour assurer et prolonger la survie d'un système à l'agonie : l'histoire est un perpétuel recommencement. Les régimes politiques se succèdent, en passant par des crises, dun pouvoir d'un seul on passe au pouvoir de qq uns et de là on passe au pouvoir, artificiellement d'où le problème dans les systèmes modernes dans la mesure où la démocratie directe ne pourrait pas fonctionner, du plus grand nombre.... jusqu'à ce que le plus grand nombre pour de bonnes ou mauvaises raisons recherche l'homme providentiel mais celui là peut ne pas être si providentiel s'il obéit à ses passions au risque de conduire un pays à la tyrannie version péjorative de la monarchie. Notons d'ailleurs qu'à l'origine le mot tyran n'etait pas connoté dans la Grèce antique. Il revient donc au demos de faire attention car le risque est grand : entre un Adolph Hitler démocratiquement élu et un Napoléon 1er ou un de Gaulle, accusé par des observateurs pas si indépendantsimple que cela, d'avoir mené un Coup d'état, le choix est vite fait vous en conviendrez peut être. Si non, vous êtes des partisans d'un parlementarisme à outrance et on connaît mes résultats car on paye justement la facture de la 3e et 4e république en ce moment car c'est le règne des partis politiques qui ne devraient que selon les termes de la Constitution de 1958 concourir à l'expression du suffrage. Force est de constater qu'ils étaient pour la plupart contre le suffrage universel direct notamment pour l'élection du président de la république et ce pour garder leurs pouvoirs dans la désignation de celui ci... très démocratique comme attitude non ? Pire on sait qu'ilsi ont échoué dans leur mission constitutionnelle surtout quand on voit que 50% des français ne se déplacent plus pour voter... et que 25% soutiennent à l'insu de leur plein gré le FN... à méditer ! C'est long et félicitations pour ceux qui sont allés au bout. J'avoue que je me suis éloigné du sujet initial mais au fond cela explique pourquoi des enseignants qui ne connaissent rien au fond de leurson missions (pas tous heureusement mais une grande majorité et je suis objectif vu que j'inclus dans le lot trois de mes proches - mes deux meilleurs amis et mon filleul - qui croient pour deux d'entre eux que c'est à l'enfant de s'adapter à l'enseignant... alors que c'est évidemment le contraire qui nous permettra de changer les choses afin que des talents ne finissent pas hors système scolaire et je pense notamment aux tiers des véritables surdoués qui n'atteignent pas le baccalauréat d'où la nécessité d'un diagnostic le plus tôt possible en général. Les difficultés commencent surtout au collège quand l'absence de personnalisation se fait ressentir, le petit se trouve abandonné par les profs d'autant plus qu'il est déjà seul depuis le primaire en tout cas au niveau de son être et même si dans le paraître sa capacité de résilience lui permet de le cacher d'autant que là les résultats vont souvent avec et sont au top. Le collège est un mode brutal pour lui. Les profs sont nombreux et ses résultatss'en ressentent : il sera au top dans les matières où l'enseignant s'adapte à lui et surtout il ne travaille pas pour lui ou pour une note mais pour faire plaisir à son enseignant car avant tout l'enfant précoce a besoin de l'émotion comme carburant pour déclencher le processus. Il est en quête d'amour et de reconnaissance de son être pas de son paraître. De là une distension des résultats interviennent, d'une année à l'autre, de 18 en maths à 3 l'année suivante : pas sérieux les enseignants qui n'arrivent pas à identifier à cause clairement médiocres ceux qui ne font pas intervenir un professionnel qui pourra leur donner une réponse. Après je parle sous réserve de mon propre vécu mais dans mon malheur j'ai eu beaucoup de chance que mes parents aient optés pour le privé sinon je n'aurais pas pu obtenir le bac... je stop là je dois bosser mon td de droit administratif lol

Nanon

Bonjour à tous,

je suis maman d'une jeune fille de 16 ans qui a rencontré de grosses difficultés scolaires et qui a été cataloguée "surdouée" par un psychologue sans même avoir passé de test d'évaluation .

Sans entrer dans des détails personnels quant à notre histoire familiale, la vie ne s'est pas montrée tendre avec notre famille aimante au demeurant, mais disons que notre fille a du, très jeune, faire face à des situations ou à des obligations qui l'ont, sur certains points, rendue plus mature que les autres enfants de son âge.
D'où un certain décalage par rapport aux priorités des autres enfants qui nous a conduit chez un psychologue , lequel a , dès la troisième visite, et sans faire passer de test, décrété que notre fille était une enfant à haut potentiel . Chose que mon mari et moi avons cru ( nous ne sommes pas adultes HP et nous ne connaissons pas le sujet de la douance ).
En difficultés scolaires, dès la 4ème, l'école recommandait une orientation vers des études courtes, ce qui était aussi le choix de notre fille intéressée par la coiffure .
Mon mari et moi avons insisté pour qu'elle reste dans le circuit " traditionnel" afin qu'elle puisse faire des études longues et entrer en fac, son QI ayant été estimé à vue de nez par le psy comme étant de 140.
Après deux redoublements, nous considérons la possibilité de faire entrer notre fille dans une structure accueillant les élèves à haut potentiel . Mais il a fallu passer des tests pour cela.
Verdict : QI = 84

Alors oui, à 8 ans notre fille rentrait seule de l'école et s'occupait d'une personne que nous avions à charge à la maison sans possibilité pour mon mari et moi de ne travailler qu'à mi- temps . Elle savait faire cuire un repas simple et faire manger son grand père invalide à 100%, me secondait dans les tâches ménagères , mon mari cumulant 2 boulots pour joindre les deux bouts, les fonds pour équiper la maison et l'obtention d'une aide à domicile ayant pris des années .
Nous avons failli compromettre l'avenir de notre fille sur une déclaration arbitraire de la part d'un psy peu scrupuleux .
A présent , tout est rentré dans l'ordre sur le plan de l'organisation familiale,nous avons une aide à domicile et notre fille s'éclate en coiffure . Elle reste plus responsable que bien des filles de son âge mais savoir cuisiner à 8 ans , être confronté à la maladie d'un proche et à des soucis d'ordre financier ne l'a pas dotée pour autant d'un QI élevé . Ca ne l'empêche pas d'être une fille formidable et appréciée de ses nouveaux enseignants et de ses nouvelles amies .
Mais nous, à vouloir le meilleur pour elle, surtout après les épreuves traversées , nous avons bien failli aller au pire .
Nous n'avions pas trop eu le choix que de lui demander de l'aide à un moment donné et c'était déjà terrible pour elle et nous , mais en rajouter une couche en pensant bien faire, ça aurait pu être désastreux pour tous .
Un enfant peut avoir mille raisons de se sentir différent ou d'avoir des difficultés scolaires .
Dans 2 à 3 % des cas, la douance y est sûrement pour quelque chose .Et puis il y a les autres qui passent à la trappe à force de voir des surdoués partout .

agrandir

Bravo, vous avez tout dit

curcuma

la bienveillance... seule demande de parents d'un petit HP avéré... pas de stigmatisation, mais l'intégration ! ce genre d'article révèle une distorsion forte entre la surinformation de parents (réellement) concernés qui, se sentant parfois désarçonnés, lisent, analysent, essayent de décortiquer et la non (in)formation d’enseignants. Non formation certes, mais cela ne doit pas empêcher le dialogue, préalable indispensable à l'instauration d'un climat de confiance, bénéfique à tous !

Etienne

Pour tout bous dires je suis sensé etre hpi démontrer pas de nombreux psy test etc et je peux vous dires que je déteste ça .Car ce ne m’apporte rien au quotidien (mauvais résultat, pas beaucoup d'amis) je peux vous dire que c'est juste CHIANT . Je ne veux pas être différent alors que l'in me laisse tranquille . Avec j'ai aussi un trouble de l'Ecriture qui m'oblige a écrire sur ordinateur ce qui me différencie encore plus (et c'est vraiment nul.)

Breff merci la vie mais moi j'ai juste rien demandé je voulais juste être comme les autres ...

Lili

Bonjour,
Je suis entièrement d'accord avec vanilla. Pardonnez moi mais la plupart des gens ne comprennent rien à la précocité. Pour preuve exactement cet article qui évoque cette dernière comme géniale. l'expression "petits génies" sortant de la bouche de cette enseignante, montrant la douance comme une prétention, n'indique que sa méconnaissance du sujet. La précocité n'est pas ce truc que tout le monde prétend être formidable!!!. La précocité c'est une pensée en quelque sorte différente qui amène une grande souffrance. Alors oui madame ne vous en déplaise les enfants précoces ont beaucoup de difficultés et ne sont pas des petits génies!
voilà c'était mon coup de gueule et ca fat du bien!!!!!!!

Anne

Enseignante à la retraite j'ai moi même un enfant à haut potentiel et j''ai détecté beaucoup d''enfants dans MA carriere.
Hélas beaucoup Et meme la majorité des enseignants ne veulent pas reconnaître cette particularité il serait temps qu'ils se remettent en question au lieu de toujours aller à contre sens des parents qui connaissent leurs enfants mieux quiconque.
Ce n'est pas prêt de s''arranger hélas!!!les enseignants croyant qu'ils ont la science infuse...
Je n'ai pour ma part
Pas hésité à mettre MA fille en privé puis en lycée hors contrat Et Elle a extrêmement bien réussi.
Parents si vos enfants sont en souffrance et incompris n''hésitez pas à les changer de structure.

Anne

Entièrement d'accord avec Curcuma,Etienne Et Lili.
Cet article est nul.👎

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Vos informations

(Le nom et l'adresse email sont obligatoires. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)